Comment Montréal est devenu un « hub » mondial de l'intelligence artificielle

 |   |  1174  mots
Université, startups et labo de grands groupes se côtoient sur une surface de quelques kilomètres carrés.
Université, startups et labo de grands groupes se côtoient sur une surface de quelques kilomètres carrés. (Crédits : Pixabay)
La métropole québécoise tire son épingle du jeu dans la bataille mondiale de l'IA. Elle est aujourd'hui en pointe sur le « deep learning », la branche la plus en vogue du secteur.

Les ouvriers s'affairent au 6650 et au 6666 de la rue Saint-Urbain, deux immenses bâtiments mitoyens ornés de briques rouges, dans le quartier en pleine reconversion du Mile-Ex, à Montréal. Depuis plus d'un an, ces anciennes halles industrielles délaissées se transforment petit à petit en épicentre de l'intelligence artificielle québécoise. Chercheurs universitaires et entreprises privées s'y côtoient en parfaite harmonie. Le prestigieux Institut de valorisation des données (Ivado), pilier de la coopération public-privé dans l'IA, et l'Institut québécois d'intelligence artificielle (Mila), le plus grand centre de recherche public au monde en IA, ont été les premiers à emménager, au début de l'année. L'antenne montréalaise de Fair, le labo de Facebook, y a aussi pris ses quartiers, tout comme CortexAI (Thales), Samsung AI Lab, ainsi que les startups Element AI (550 employés, 93 millions d'euros levés) et Imagia. Entre autres. Bientôt, Microsoft AI, l'antenne de recherche du géant des logiciels, s'installera aussi dans le quartier, non loin de l'immense studio de développement du champion français Ubisoft, qui travaille à la manière de révolutionner le jeu vidéo avec l'IA.

« Dans...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2019 à 11:36 :
Toronto et Montréal ont chacune accueilli 11 investissements étrangers de R&D en 2018, contre 47 pour Paris qui domine le classement (KPMG Global Cities Investment Monitor 2019).
les 3 grandes villes US classées (SF, LA, NY) n'ont accueilli en tout que 20 investissements. l'Allemagne aussi est faible avec 17 projets répartis sur 3 villes.
a écrit le 26/06/2019 à 8:39 :
bon, y a bengio qui enseigne la bas
apres, une grosse partie des modeles actuels est developpe directement chez les gafam, les universites sont en retard sur les modeles deep ( ce qu'on peut comprendre vu qu'ils n'ont pas les jeux de donnees, hormis cifar)
pour le reste y a des modeles qui ne sont pas a la mode et qui marchent tres bien sur des donnees de taille raisonnable, mais effectivement, c'est pas ( ou plus) a la mode

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :