Plan anti-Facebook, lutte contre l'addiction numérique... Les promesses d'Apple

 |   |  911  mots
Tim Cook, Pdg d'Apple, pour la WWDC, la conférence annuelle pour développeurs, le 4 juin à San José (Californie).
Tim Cook, Pdg d'Apple, pour la WWDC, la conférence annuelle pour développeurs, le 4 juin à San José (Californie). (Crédits : Reuters/Elijah Nouvelage)
Apple a inauguré lundi 4 juin sa conférence annuelle pour développeurs, en Californie, en surfant sur les déconvenues de Facebook. Alors que le réseau social est accusé de laxisme en matière de protection des données personnelles, le fabricant d'iPhone a présenté de nouvelles mesures censées empêcher le pistage de ses utilisateurs par le biais de "cookies".

C'est bien connu : le malheur des uns fait le bonheur des autres. Apple a profité des déboires de Facebook pour la présentation de ses nouveautés, lors de sa conférence annuelle pour les développeurs, qui a ouvert ses portes lundi 4 juin jusqu'au 8 juin à San José (Californie). Retour sur les principales annonces.

  • Empêcher le pistage par Facebook et consorts

La firme à la pomme a annoncé lundi vouloir empêcher les applications et sites internet de pister les utilisateurs de ses appareils via les "cookies" - ces fameux blocs d'informations échangés entre appareil et site internet pour que ce dernier reçoive des informations sur sa fréquentation. Les cookies permettent ensuite de suivre l'internaute de page web en page web.

« Nous pensons que vos données privées doivent rester privées », a déclaré lundi Craig Federighi, un des dirigeants d'Apple, en charge des logiciels. Et « nous pensons que vous devez contrôler qui les voit. »

Un tacle indirect à Facebook, accusé de laxisme et d'opacité quant à la gestion des données personnelles de ses utilisateurs suite au scandale Cambridge Analytica.

« Il semble que les ["cookies" liés au] bouton "J'aime" [de Facebook] puissent être utilisés pour vous pister sur internet », a-t-il poursuivi. « Donc cette année, nous y mettons fin. » En effet, lorsqu'un internaute clique sur un bouton "J'aime" ou "Partager" de Facebook placé sous un contenu (article, publicité) de page web quelconque, le réseau social reçoit des informations relatives à l'usager qui a cliqué - et ce, même pour les internautes qui n'ont pas de compte sur le réseau social.

Lire aussi : Oui, Facebook collecte vos données même si vous n'avez pas de compte

Dans le moteur de recherche d'Apple, Safari, le nouveau système "intelligent de prévention du pistage" aidera désormais à "empêcher les boutons "J'aime" et "Partager" des réseaux sociaux et (les fonctions qui permettent de commenter un contenu) de pister les utilisateurs sans leur permission", a promis la firme de Cupertino. Concrètement, l'utilisateur se verra demander son autorisation pour que ses informations soient partagées vers des sites et applications. « Il va devenir beaucoup plus difficile pour les entreprises de données d'identifier votre appareil et de vous pister », a martelé Craig Federighi.

De plus, le système Apple bloquera désormais l'accès aux données personnelles par les applications, a précisé Craig Federighi. En effet, c'est via une application téléchargée par les usagers de Facebook que Cambridge Analytica a mis la main sur les informations de 87 millions d'utilisateurs du réseau social.

  • Favoriser la déconnexion... grâce à l'iPhone

À l'instar de Google, Apple affiche une nouvelle lubie : lutter contre l'addiction au numérique. Le fabricant d'iPhone, paradoxalement, pense que la déconnexion passe... par son smartphone. Apple dit améliorer sa fonction "Ne pas déranger", en permettant de rejeter plus facilement les notifications des applications. Le but : limiter le temps passé sur son smartphone.

Par exemple, les notifications pourront être groupées pour "faciliter l'affichage et la gestion de plusieurs notifications à la fois." La firme de Cupertino promet aussi des "rapports d'activité quotidiens et hebdomadaires affichant le temps total passé par applications" et toutes applications confondues. Apple promet aussi d'analyser le "nombre de notifications reçues" et la fréquence à laquelle l'iPhone ou l'iPad sont déverrouillés. Une fonction de contrôle parental est aussi prévue pour limiter l'usage des appareils des enfants aux horaires du coucher.

D'après une enquête du Pew Research Center menée aux États-Unis et publiée fin mai, 45% des 13-17 ans reconnaissent être connectés presque toute la journée - soit près du double par rapport à l'étude 2014-2015. Début janvier, deux grands actionnaires d'Apple, préoccupés par les effets sur la santé mentale d'un usage excessif des iPhone, ont demandé à la marque à la pomme une étude sur l'addiction des enfants à ses produits. Car pour le géant américain, il s'agit aussi d'une question d'image. Les actionnaires mettaient en garde contre un "malaise sociétal grandissant" qui va "à un moment donné probablement affecter Apple lui-même." Sans perdre de vue le gain financier :

"S'attaquer au problème maintenant va augmenter la valeur à long terme pour touts les actionnaires."

La valorisation du géant américain, qui continue de grimper, s'élève désormais à 942 milliards de dollars.

  • Un iOS 12 plus rapide

Apple a également annoncé la sortie cette année de son iOS 12, système d'exploitation mobile. Ce dernier a été présenté comme plus rapide et performant. "L'appareil photo se lance 70% plus vite et le clavier 50% plus vite", promet le fabricant d'iPhone dans un communiqué. L'iOS 12 est censé améliorer les performances de ses anciens modèles, comme l'iPhone 6. Il sera compatible avec l'ensemble des appareils qui supportent l'iOS11. Apple a été très vivement critiqué l'an passé lorsqu'il avait été révélé qu'il équipait ses iPhone de batteries, dont le rapide vieillissement provoquait un ralentissement et une baisse des performances.

Apple compte aussi étendre l'utilisation du contrôle vocal pour une plus grande personnalisation. Une nouvelle fonctionnalité, baptisée Shortcuts, va permettre de programmer l'assistant virtuel Siri pour réaliser des tâches qui nécessitent, en temps normal, de recourir à plusieurs applications. Ainsi, en déterminant des phrases-types, Siri pourra commander un café, passer une réservation et réserver un taxi à la fois.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2018 à 8:43 :
Les "déconvenues de facebook ? Vous êtes sûr ?

"Facebook: bond des résultats et nombre d'utilisateurs en hausse" https://www.zonebourse.com/FACEBOOK-10547141/actualite/Facebook-bond-des-resultats-et-nombre-d-utilisateurs-en-hausse-26428717/

Ils sont vachement forts dans le marketing ces nouveaux dirigeants quand même hein. Par ailleurs la vieille économie s'est émeut de la progression vertigineuse des GAFA dans la publicité mais pour la première fois de ma vie j'ai vu une pub amazon à la télé, forcément c'est pas étonnant qu'ils bouffent cette vieille économie totalement dépassée hein... Mais bon les lobbys ne sont là bien souvent que pour entretenir la médiocrité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :