5G : l'Europe sourde aux appels de Washington contre Huawei

 |   |  536  mots
(Crédits : Dado Ruvic)
VU DE LA SILICON VALLEY. Officiellement, Washington affirme que travailler avec Huawei poserait de sérieux problèmes en matière de cybersécurité, du fait des liens étroits qui unissent l'entreprise au gouvernement chinois. Mais beaucoup voient derrière cet argument sécuritaire une guerre commerciale déguisée. Et, pour l'heure, aucun pays européen -même pas le Royaume-Uni- n'a cédé aux pressions américaines.

Depuis quelques mois, le gouvernement américain s'efforce de convaincre ses alliés européens de renoncer aux services du chinois Huawei pour construire leur réseau 5G, pointant des risques en matière de cybersécurité et n'hésitant pas à taper du poing sur la table pour se faire entendre. Dans un discours prononcé en Hongrie en février dernier, Mike Pompeo, secrétaire d'État de l'administration Trump, a ainsi affirmé que son pays pourrait refuser de déployer des troupes dans les pays travaillant avec Huawei. L'ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell, s'est quant à lui fendu d'une lettre menaçante adressée au gouvernement allemand, dans laquelle il affirme que Washington pourrait limiter drastiquement le partage d'informations stratégiques avec l'Allemagne si celle-ci ne renonçait pas à collaborer avec Huawei autour de la 5G.

Acronyme désignant la cinquième génération de standards pour téléphonie mobile, la 5G incarne une nouvelle étape dans l'histoire des télécommunications. 100 fois plus rapide que la 4G, elle promet de révolutionner l'Internet des objets, avec des usages autour de la robotique, des infrastructures connectées et de la voiture autonome. Les...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2019 à 5:14 :
Encore une raison de plus de ne faire aucune confiance à lUE et de lui tourner le dos.
Cette maudite UE préfère tourner le dos à ses alliés historiques et traditionnels et se faire littéralement bouffer jusqu'à l'os par un autre géant qui n'a pas cessé de pomper illégalement et silencieusement dans ses trésors technologiques.

C'est pourtant bizarre que le couple franco-allemand décide de se doter d'une unité de production de batteries électriques pour véhicules automobiles afin de ne pas laisser la Chine dominer seule le marché... et de voir l'UE accepter la domination mondiale de la 5G par la même Chine qui explore toutes les filières technologiques afin de se hisser à une première place hégémonique en tout.

Pour mémoire la même UE a laissé la Chine mettre à plat toute son industrie textile en France et en Italie en cherchant un accord de quota qu'elle a mis huit mois à trouver et qui n'a jamais été respecté alors que les USA fermaient leurs frontières aux textiles chinois en une semaine.

Tout cela pour de misérables vues économiques et financières à court terme. Tout cela dans le même esprit d'ultra-libéralisme et de mondialisation si néfaste à l'industrialisation occidentale, à l'emploi en Europe, à l'environnement et au réchauffement climatique.

Cela prouve bien que l'UE n'a absolument rien à faire des peuples qui la compose. Tout pour la finance internationale et les affaires mondiales. Haro, haro, haro, exit cette UE et exit la Chine de notre pré carré.
Réponse de le 18/05/2019 à 8:21 :
C'est l'inverse, pour une fois l'UE ne s'agenouille pas devant les USA qui se servent de nous comme un pion sir l'echequier international. Les USA se sont plante tout seul en declarat une guerre economique sans fondement a la chine. Cette derniere a le pouvoir de mettre en defaut de paiement les USA. Pas envie de couler avec eux!!!!! Alors si justement l'UE n'as pas envie de devenir un pays du tiers monde et de voir la pauvrete exploser comme au USA!!!!
a écrit le 16/05/2019 à 10:38 :
C'est pas grave, cela ne va que détendre les chinois qui semblent bien tendus, forcément les dictatures ça déteste perdre, et comme de part notre faiblesse politique dramatique en europe liée à la soumission de nos politiciens aux hommes d'affaires et marchés financiers ils nous ont déjà tout pillé on ne risque rien hein, c'est l’avantage au moins !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :