Coronavirus : des cadors de la tech fuient le Mobile World Congress

 |   |  535  mots
NTT Docomo, le premier opérateur du Japon, fera l'impasse sur le Mobile World Congress.
NTT Docomo, le premier opérateur du Japon, fera l'impasse sur le Mobile World Congress. (Crédits : TORU HANAI)
Après LG, Amazon ou Ericsson, Intel et le fabricant de smartphones Vivo annoncent qu’ils ne participeront pas à la grand-messe annuelle du mobile, qui se déroule à la fin du mois dans la cité catalane.

A deux semaines de l'ouverture du Mobile World Congress, celui-ci a déjà enregistré de nombreux désistements. Ce mardi, Intel et Vivo, un fabricant de smartphones, ont annoncé qu'ils ne participeraient pas à cette grand-messe du mobile, qui a lieu tous les ans, fin février, à Barcelone. Ils évoquent les craintes liées au coronavirus, et affirment vouloir protéger leurs employés comme les visiteurs. Ce même mardi, l'Arcep, le gendarme français des télécoms, a indiqué qu'elle n'enverrait pas non plus de délégation sur place. Dans une communication transmise à l'AFP, Intel justifie s'être retiré « par surcroît de précaution ». « La sécurité et le bien-être de tous nos employés et partenaires est notre premières priorité », argue le géant américain.

Même son de cloche pour Vivo, qui a par ailleurs décidé de remettre à plus tard la présentation de son nouveau téléphone. « Nous avons pris la décision d'annuler notre présence au MWC 2020, ainsi qu'à tout autre événement annexe se tenant à Barcelone au même moment » car « la santé et la sécurité de nos employés et du grand public sont pour nous une priorité », a indiqué le groupe un communiqué.

Les mesure drastiques de Huawei et ZTE

Ce lundi, d'autres poids lourds ont annulé leur venue. Il y a d'abord le géant américain Amazon, le japonais Sony, ainsi que NTT Docomo, qui n'est autre que le premier opérateur nippon. La semaine dernière, le sud-coréen LG et Ericsson, le géant suédois des équipements télécoms, ont également jeté l'éponge. Idem pour le fabricant américain de puces Nvidia, qui fera l'impasse sur l'événement.

Plusieurs grands noms de la tech chinoise ont décidé de maintenir leur participation, tout en prenant d'importantes mesures de précaution à l'égard de leurs troupes. C'est notamment le cas de Huawei. Le géant des télécoms a prévenu que ses employés et dirigeants envoyés de Chine sont arrivés avec deux semaines d'avance, et attendent l'événement en quarantaine, dans leur hôtel, a indiqué un porte-parole à l'AFP. L'équipementier chinois ZTE a pris des mesures similaires. Son stand sera désinfecté quotidiennement, tandis que les employés présentant ses produits ne viendront pas de Chine, mais principalement d'Europe.

Les visiteurs en provenance de Hubei interdits

Dans un communiqué publié ce dimanche, le GSMA, le lobby des opérateurs mobiles qui organise le salon, souligne qu'il reste tout de même plus de 2.800 exposants. Surtout, il précise que des mesures exceptionnelles seront mises en place. Les visiteurs en provenance de la province de Hubei (où se situe Wuhan, où l'épidémie a débuté) seront notamment interdits. Des tests de températures seront effectués sur place. Et tous les participants devront certifier qu'ils n'ont pas été en contact avec une personne infectée. En clair, le GSMA ne compte pas, pour l'heure, annuler l'évènement, qui rassemble plus de 100.000 visiteurs par an, dont 5% à 6% de Chinois.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :