Les cabines téléphoniques vont disparaître en 2017, et après ?

 |   |  430  mots
On comptait 300.000 cabines téléphoniques en 1997, contre un peu plus de 40.000 aujourd'hui.
On comptait 300.000 cabines téléphoniques en 1997, contre un peu plus de 40.000 aujourd'hui. (Crédits : Reuters/Charles Platiau)
Orange a été autorisé à désinstaller les 40.000 dernières cabines téléphoniques encore en état de marche par la loi Macron. Mais cette opération - qui doit permettre à l'opérateur d'économiser plusieurs millions d'euros à l'année - ne se fera pas sans l'élargissement de la couverture mobile.

De toutes les dispositions attaquées par les pourfendeurs de la loi Macron, votée le 10 juillet dernier, l'article 129 est certainement celui qui a fait le moins de bruit. Et pourtant... Ce texte, qui modifie l'article L35-1 du Code des postes et des communications téléphoniques, officialise une petite révolution. Il signe définitivement l'arrêt de mort des cabines téléphoniques, déjà bien entamé ces dernières années. Comme l'a révélé le Parisien le 17 octobre, ce sont ainsi pas moins de 41.300 cabines téléphoniques - soit la totalité du parc français - qui seront conduites à la décharge d'ici à... la fin 2017.

1 minute d'utilisation par jour et... par cabine

En supprimant du service universel des télécommunications l'obligation d'assurer la gestion des cabines, la loi du 6 août 2015 a répondu à une demande persistante d'Orange qui dénonce depuis plus de 5 ans les frais élevés de maintenance et l'absence de rentabilité des cabines qu'il est chargé d'entretenir.

En 2014, leur gestion aura coûté 8 millions d'euros à l'opérateur, contre 14 millions l'année précédente. Question rentabilité, les résultats n'y sont pas. Selon l'opérateur cité par Le Parisien, "la moyenne d'utilisation est de moins d'une minute par jour et par cabine" et la fréquentation aurait chuté de 95% entre 2000 et 2013... En comparaison, en 1997 et bien avant le déferlement de la téléphonie mobile sur la France, le pays comptait pas moins de 300.000 cabines.

L'opérateur a donc tout à y gagner. En contrepartie, Orange s'est engagé avec les autres grands opérateurs français à couvrir les zones blanches de l'Hexagone, c'est-à-dire les bourgs et villes où le mobile ne passe toujours pas. 

Quid de l'élargissement de la couverture mobile?

Si certains élus et responsables d'associations s'inquiètent de voir disparaître ces figures familières du paysages urbain - seul rempart fiable en cas de coupure électrique, disent certains - c'est aussi sur la couverture des zones blanches que la menace plane. En effet, à la mi-septembre, les trois opérateurs historiques - dont Orange - menaçaient déjà de ne pas appliquer leur engagement respectif à couvrir les fameuses zones blanches, suite à l'annonce d'une augmentation de la taxe sur les fournisseurs d'accès à internet pour financer l'audiovisuel public. Reste à voir si la possibilité ouverte à Orange d'abandonner les coûteuses cabines, suffira à faire passer la colère de son patron Stéphane Richard, qui voyait en la "taxe télécoms" - encore en septembre dernier - une "forme de mépris" contre son secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2015 à 14:23 :
Je constate que la mode actuelle est de faire table rase du passé afin d'éviter toute comparaison qui ne serait pas favorable "au futur" que l'on veut nous imposer!
a écrit le 20/10/2015 à 13:00 :
A Ducat qui fait du racisme anti-vieux (Ça n'est pas dangereux, et ça flatte l'ego des gens affligés d'un complexe d'infériorité):
Bien sûr, les cabines téléphoniques sont obsolètes et coutent trop cher. Mais les remplacer par rien, ce n'est pas suffisant. La poste où les mairies devraient pouvoir dépanner, au moins dans les zones où le portable ne passe pas.
Réponse de le 20/10/2015 à 13:37 :
Relisez donc mieux mon post : je ne fais pas de racisme anti vieux, bien au contraire. Ni de racisme anti scolaires démunis de portable. Ni de racisme anti touristes. Je pose simplement la question de savoir qui utilise encore ces cabines, et demande par quoi ils pourraient être remplacés. Car avoir une ligne fixe et un ou deux ordis chez soi, c'est bien, mais quand on a un souci loin de chez soi, ce genre de cabine peux dépanner (et pas exclusivement nos anciens). Soit vous m'avez mal lue, soit je m'étais mal exprimée.
a écrit le 20/10/2015 à 11:12 :
Ouf me reste encore deux ans pour adopter le portable !!
a écrit le 20/10/2015 à 1:03 :
La question que je me pose est : qui les utilise, et donc sera obligé de trouver autre chose ? Avec tout mon respect, nos "petits vieux" qui n'ont pas acquis la technologie iPhone et à qui les grosses touches numérotées conviennent mieux, pour téléphoner en bas de chez eux ? Nos jeunes scolaires à qui les parents ont acheté une carte prépayée afin de limiter l'explosion de la facture ? Quelques touristes ? J'espère qu'ils trouveront tous une solution de rechange.
Réponse de le 20/10/2015 à 7:50 :
Un abonnement a free mobile vous coutera 2 euros. Merci de demander aux "petits vieux" de se mettre à la page. Le pays dois avancer et les usages aussi.
Réponse de le 20/10/2015 à 10:51 :
@Ducat - Je suis "petite vieille" 83 ans suréquipée chez moi (2 ordis + 2 lignes téléphoniques )et.....pas de portable (si ds un tiroir) car cela ne me sert pas, je suis hors de chez et enfin tranquille. Mais je reconnais que parfois j'ai utilisé les cabines.
de toutes manières, il faut se taire car tous ces "marchands de soupe" en veulent de + en +à notre portefeuille !
a écrit le 19/10/2015 à 20:59 :
sinon pour le financement des zones blanches, on peut demander a free, ils ont les poches pleines vu qu'ils ont declarer marger a 80 % ( oui je sais depuis c'est silence radio pour eviter quon les mette de trop a contribution...)
a écrit le 19/10/2015 à 20:42 :
"suite à l'annonce d'une augmentation de la taxe sur les fournisseurs d'accès à internet pour financer l'audiovisuel public" à la marge comme disait la Ministre, en fait +50%. 0,6% captés par l'Etat et 0,3% en plus pour enfin aller à l'audiovisuel public. Ça ne fait pas sérieux, mais c'est habituel.
Les cabines servaient peu (j'en ai pris une en photo, remplie de toiles d'araignées) mais vu les dates limite d'utilisation, une carte achetée et payée au nombre total d'unités finit à la poubelle un jour ou l'autre. Payer 60 unités pour en utiliser une seule, ça rapporte 60 (quand même). Peut-être que plus personne n'achète de cartes téléphoniques ? Je me souviens de ma 120 achetée au début quand il n'y avait pas de date limite (DLC), mais un jour, il a été décidé qu'il y en aurait une par défaut -> poubelle. Ai pris un mobile et quitté FranceTelecom pour la concurrence (ouf).
Réponse de le 20/10/2015 à 10:10 :
oui des dates de peremption de moins de 6 mois sur une carte telephonique c est completement idiot
mais une dat d un an sur une carte de 50 unites ca serait normal

et comment font les autres pays noublions pas non plus que les zones touristique ne sont pas tout sur equipées

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :