Faut-il souscrire une assurance scolaire ?

 |   |  797  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A la rentrée, écoles et assureurs incitent à la souscription d'assurance scolaire. Pourtant, elle est facultative. Et de nombreux contrats d'assurance habitation l'intègrent sans surcoût.

Dès les premiers jours de classe, les enfants ne manqueront pas de vous ramener une petite feuille vous demandant de produire une attestation d'assurance scolaire. Pour autant, ne vous y méprenez pas : l'assurance scolaire n'est pas obligatoire.
Les mutuelles du GEMA (Groupement des entreprises mutuelles d'assurance) le confirment : "l'assurance scolaire, quel que soit l'âge de l'élève ou son niveau de scolarisation, n'est pas exigible dans le cadre des activités scolaires obligatoires. L'admission d'un élève ne peut en aucun cas être subordonnée à la souscription d'une telle assurance".

A quoi sert l'assurance scolaire ?

L'assurance scolaire couvre les dommages matériels ou corporels que l'enfant peut causer à un tiers ou dont il peut être victime pendant les activités scolaires et extra-scolaires, mais aussi sur les trajets domicile-école (à l'exception de ceux effectués en deux-roues). Et ce, lorsque ces dommages ne sont pas imputables à l'établissement lui-même, qui est pour sa part couvert en cas de sinistres dus au mauvais état d'un bâtiment ou de négligence du personnel.
D'autres garanties complémentaires peuvent être proposées aux parents, comme la couverture du vol d'instrument de musique ou de cartable, des vêtements endommagés, du racket, ou encore d'une assistance psychologique si l'enfant subit un événement traumatisant.

Ce qui est déjà prévu dans l'assurance habitation

Et non seulement l'assurance scolaire n'est pas obligatoire, mais nombre de contrats d'assurance habitation, santé ou prévoyance couvrent déjà les enfants pendant l'école. La Matmut le précise d'ailleurs sur son site : "Vous avez souscrit nos contrats Habitation et Accidents Corporels Matmut ? Votre enfant bénéficie déjà d'une protection scolaire".

De la même manière, si la MAIF "recommande vivement aux parents de souscrire une assurance scolaire", elle précise néanmoins que son contrat habitation "permet d'en bénéficier automatiquement". La Macif inclut également l'assurance scolaire à son contrat habitation. Les sociétés d'assurance qui intègrent l'assurance scolaire à leurs contrats habitation délivrent systématiquement une attestation à leurs assurés avant la rentrée.

"Certes, les multirisques habitation ne couvrent pas toujours les dommages corporels que votre enfant pourrait se causer à lui-même. Mais là encore, il convient d'examiner votre besoin de couverture réel, compte tenu de ce que prennent déjà en charge l'assurance maladie et vos complémentaires santé", ajoute l'association UFC Que Choisir. Cela peut par exemple être le cas pour une hospitalisation ou un bris de lunettes.
Un système qui pousse ainsi les parents à la consommation d'assurance scolaire, qui rassure tout le monde, et fait le bonheur des assureurs.

Regarder les garanties de près

La vigilance est néanmoins de mise. Si votre contrat d'assurance habitation n'inclut pas l'assurance scolaire dans sa globalité c'est-à-dire la garantie responsabilité civile pour couvrir les dommages causés aux autres et la garantie corporelle contre les dommages subis par votre enfant, l'Education nationale en exigera une pour toute activité ponctuelle, comme les sorties culturelles ou les classes de découverte.

Le Conseil Consultatif du Secteur Financier a quant à lui rendu un avis en mars 2012 pour signifier l'existence de cas de doublons d'assurance, mais surtout inciter les parents à regarder leurs garanties de plus près. "Le CCSF note que les contrats MRH prévoient fréquemment l'assurance de responsabilité civile mais plus rarement la garantie individuelle accident [...] L'élimination des doublons ne doit pas conduire à des cas de non-assurance", écrit-il.
 

Des prix de 9 à 30 euros

Concernant les tarifs, la Matmut annonce 21 euros par an et par enfant, la MAE entre 9.90 euros et 33 euros par an pour l'assurance la plus couvrante, Carrefour 15 euros, Casino 12.90 euros. La MAE est toujours le leader de l'assurance scolaire, couvrant 3 millions d'élèves, sur une population évaluée à plus de 15 millions d'enfants, de la maternelle au lycée.

Un produit rentable pour les assureurs

Ce produit est-il alors rentable pour les assureurs? En 2011, la MAE faisait état d'un rapport sinistres à primes de 70%, ce qui signifie par exemple que, sur 100 euros de cotisations versées, la MAE en reverse 70 aux assurés. Le montant moyen d'un remboursement effectué par la MAE s'éleve à 429 euros, et 33% des remboursements sont inférieurs à 77 euros. Et la mutuelle traite environ 200 000 sinsitres par an.

Le rapport sinistres à primes des assureurs sur ce produit est cependant peu communiqué, mais le nombre croissant d'acteurs qui s'engagent dans la distribution d'assurance scolaire donne une indication sur la rentabilité du business. A tel point que Carrefour avait même proposé une assurance scolaire gratuite en 2010 et 2011, tandis que La Redoute offrait son assurance scolaire aux porteurs de la carte Kangourou du 22 août au 18 septembre 2011 et que Casino la distribuait pour 1 euro symbolique aux détenteurs de sa carte de crédit l'an dernier...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2012 à 11:21 :
La MAE ne rembourse que ce qui n'a pas été rpis en charge par la sécu et la mutuelle. Elle ne fait de plus que les autres assurances incluses dans la responsabilité civile.
Réponse de le 12/09/2012 à 12:50 :
je dirais même plus, il n y a aucune obligation légale à souscrire une assurance scolaire et extra scolaire, votre enfant sera couvert par la RC civil de ceux qui lui auront fait du tort ; de même votre RC de votre contrat d assurance habitation couvre les dommages que votre enfant pourrait causer à ses camarades. le seul intérêts réside dans la garantie ou l'enfant est protéger s'il se fait mal tout seul. les directeurs et enseignants relèguent sans aucune réflexion l'argument de leurs assureurs.... contre réduction tarifaire sans doute... il ne se rendent pas compte qu'il deviennent de fait des intermédiaires d'assurance, activité pour laquelle il n'ont ni les compétences, ni les assurances nécessaires...
Réponse de le 16/06/2016 à 19:25 :
" les directeurs et enseignants relèguent sans aucune réflexion l'argument de leurs assureurs.... contre réduction tarifaire sans doute.."

A-t-on déjà entendu pareille bêtise ?
a écrit le 20/08/2012 à 23:24 :
TrÚs intéressant et utile! Merci
a écrit le 20/08/2012 à 20:19 :
oui maiq qui l offre cette année???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :