Immobilier ancien : la baisse des prix se confirme à Paris

 |  | 356 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : John Taylor)
Les prix des logements anciens à Paris ont baissé de 2% au quatrième trimestre 2012 par rapport au trimestre précédent. La Chambre des notaires Paris-Ile-de-France voit cette tendance se pérenniser.

Le coût des logements à Paris reste inabordable pour le plus grand nombre, certes, mais la tendance est à la baisse. Au quatrième trimestre 2012, le prix moyen d?un logement ancien s?y établit ainsi à 8 270 euros le m², en baisse de 170 euros et de 2% par rapport au 3ème trimestre 2012, indique ce jeudi la Chambre des notaires Paris-Ile-de-France. "En un an, il s?érode de seulement 1% du fait de la poursuite de la hausse des prix au 1er semestre", soulignent les notaires. Ils ajoutent que les indicateurs "laissent prévoir que cette tendance baissière va se poursuivre dans les prochains mois dans la capitale".

L'effet transacction sur les prix reste marginal

La baisse des transactions se fait donc enfin ressentir sur les prix. L?effet reste cependant marginal au regard de l?ampleur de la baisse des transactions, qui ont chuté de 21% à 5930 ventes au quatrième trimestre 2012 sur un an."Jusqu?à l?été, les prix ont fait preuve de résistance, alors même que les transactions avaient connu après le mois de janvier un ralentissement sensible. Cette phase de résistance semble désormais derrière nous", remarque malgré tout la Chambre des notaires Paris-Ile-de-France. Sur l'ensemble de l'année 2012, 27 690 appartements ont été vendus dans la capitale, soit un volume à peine plus élevé que celui de l'année 2009 (26 540), le plus faible depuis 1996.

Baisse modérée des prix en Ile-de-France

Dans l'ensemble de l'Ile-de-France, les ventes de logements anciens (appartements et maisons) sont en recul 12% sur un an à 128 310 pour l'ensemble de l'année 2012. Au quatrième trimestre "il fallait compter 306 500 euros pour devenir propriétaire d'une maison en Ile-de-France, soit 2 900 euros de moins (0,9%) qu'au troisième trimestre 2012", note le communiqué.
Enfin, les notaires notent que la baisse des ventes "ne peut s'expliquer par un désintérêt des ménages pour le logement" mais remarquent que "les conditions d'obtention des prêts se sont durcies" et ils constatent "une recrudescence des refus de prêts".

>> Pour aller plus loin :

- Découvrez les prix de l'immobilier dans votre rue

- Découvrez nos annonces immobilières à Paris

- Estimez votre logement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2013 à 21:58 :
Amusant : une des professions les plus haussière de France (le notariat) prévient gentiment ses éventuels futur ou actuels clients que les prix immobiliers baissent y compris à Paris ("ce qui est rare est cher, bla, bla...) et on retrouve toujours les mêmes porteurs de lunettes roses qui nous expliquent que "ça baissera pas parce que...."
5% de baisse sur 5 ans font 27%.
Il y en a qui se jetteront par la fenêtre pour moins que ça.
RDV en 2020, les petits malins....
a écrit le 01/03/2013 à 18:58 :
Ca fait 15 ans que vous nous dites que ca va s'effondrer...
C est sur ca vient cette fois...
mdrrr
Réponse de le 02/03/2013 à 15:55 :
mais non pas s'effondrer: se corriger nuance, se corriger là où l'on devrait être si des perfusions invraisemblables n'avaient pas été déversées sur le marché
a écrit le 01/03/2013 à 16:43 :
- quand on monte les loyers, on arrive sur des niveaux où les taux d'impayés deviennent insupportables pour les bailleurs.
- quand les revenus baissent, même si les loyers stagnent, les taux d'impayés deviennent insupportables pour les bailleurs.

Conséquences :
=> tous les malins qui disent qu'ils vont répercuter la hausse de la fiscalité sur les loyers vont découvrir les joies de l'impayé.
=> les bailleurs qui vont racheter du bien vont maintenant intégrer la hausse de fiscalité et une baisse potentielle importante du loyer pour calculer leur rendement : ils vont tirer les prix de vente vers le bas.bref, ceux là ne sauront plus là non plus pour venir soutenir les prix et sauver les gogos qui ont acheté au plus haut ces dernières années...c est cuit, les neuneus vont découvrir un des gros inconvénients de ce support :il n'est pas liquide....game over, et pas mal d' insomnies à prévoir....je me marre.


Réponse de le 01/03/2013 à 19:06 :
....Allez travailler pour payer votre loyer...Enrichissez moi encore et encore.
Vous avez raison d'attendre la vie est si longue...
Moi, Je suis à Bali....
Bisous salé.
Réponse de le 04/03/2013 à 13:13 :
Et un vrai post argumenté, c'est possible ? Marrant comment au fur et à mesure que la presse reprend le discours des tenants d'une bulle, on voit certains posts se multiplier de propriétaires heureux et partis loin en vacances...Cela nous change des pleureuses que l'on voyait ces derniers temps se plaindre de la "surprotection des locataires"...Mais quelle véracité ?
Réponse de le 06/03/2013 à 6:44 :
Actuellement immobilier = petits revenus et gros risques de baisses.
a écrit le 01/03/2013 à 16:23 :
La France.
Oui la France, le pays qui est devenue en une décennie le paradis des rentiers, la caste des parasites qui se nourrissent sur le dos des travailleurs français (propriétaires endettés sur plusieurs décennies ou locataires).
Et oui pauvre France qui ne supporte même plus la comparaison avec notre voisin Allemand.
La France où l'on a fait passer des vessies pour des lanternes : ( en vrac)
- La pénurie de logement, voir ce qu'en dit l'INSEE
- Le coup de c?ur (ridicule)
- La valeur refuge (n'importe quoi)
- La plus valu automatique (on passe doucement en moins valu pour les acheteur post 2006-2007)
- Jeter l'argent par la fenêtre (faire des simulations et apprendre à compter pour certains serait utile)
ect

Alors on comprend un peu pourquoi les parasites n'aiment pas la baisse, le temps du pigeon facile est révolue, c'était néanmoins une excellente époque pour eux car lesdits pigeons se sont bien fait cou....nés.
a écrit le 01/03/2013 à 11:17 :
On en reparlera quand vous vous rendrez compte que chaque année on vous prend 1% de la valeur du logement en impôt, que vos charges augmentent et que les prix des logements dans votre quartier baissent. J'espère pour vous que vous êtes fonctionnaire et ne risquez ni de déménager (rachat = frais de mutation) ni perdre votre emploi (une baraque pas chauffée et pas entretenue, au bout d'un moment ça perd son charme...)
Réponse de le 01/03/2013 à 11:58 :
En tout cas, avec les placements financiers, on perd avec certitude. Ils ne rapportent rien à part des suppléments d'impôts et puis dès qu'ils ont monté un peu, ils chutent bien plus. Et surtout, ils ne procurent aucun plaisir, pas mal d'inquiétude (justifiée) sur leur sécurité, et oblige à de la surveillance, du papelard-gestion...
Réponse de le 01/03/2013 à 12:19 :
dépend lesquels faire une généralité c'est juste n'importe quoi et digne de quelqu'un du lobbie immo
Réponse de le 01/03/2013 à 13:05 :
Y a moyen de gagner de l'argent en Bourse, c'est comme avec l'immobilier : faut acheter des valeurs rentables, et à un prix en bas de cycle pour revendre en haut de cycle.
Réponse de le 01/03/2013 à 13:54 :
Et on nous explique que investir en immobilier c'est automatiquement gagnant : pas d'accord :déjà les rendements locatifs sont très peu élevés, ensuite la valeur du bien peut très bien baisser dans le temps alors valeur refuge l'immobilier?Comment dire...
Réponse de le 01/03/2013 à 17:49 :
oui c'est sur qu'achetez pr n'avoir pas a payer de loyer pdt sa retraite c'est de la connerie .....
Réponse de le 01/03/2013 à 18:13 :
A présent que le marché rentre dans une phase baissière il vaut mieux louer qu'acheter en effet : demain sera moins cher qu'aujourd'hui donc financièrement cela ne coûte pas davantage et le locataire conserve sa mobilité ce qui est particulièrement important.
a écrit le 01/03/2013 à 11:13 :
Toujours pas compris que pour acheter il faut des sous et que pour avoir un crédit sur 30 ans, faut juste avoir un dossier béton, genre "couple de fonctionnaires avec apport de 30%" Vous portez bien votre pseudo : probablement illusionné par un des parasites de l'immobilier et son baratin habituel (ça ne peut que monter). Perso j'ai vendu avec une décote de 15% par rapport à ce que j'aurais pu espérer en 2007 !
a écrit le 01/03/2013 à 10:35 :
Une baisse qu'on pourra qualifier de minable mais je rassure tous ceux qui ont eu l'intelligence d'avoir acheté en avant la fin des années 90, ils feront toujours de belles plus values de plusieurs centaines de milliers d'euros car même si ça baisse de 40% ( ce qui est impossible), jamais ça atteindra les prix d'acquisition de l'époque. Perdre maxi 25 000 sur 250 000 euros de bénef, c'est toujours bon...
Réponse de le 01/03/2013 à 11:17 :
ce n'est que le début, par exemple Paris baisse en considérant que le premier trimestre 2012 était haussier en moyenne glissante, ça veut donc dire que cette baisse va s'intensifier les mois suivants.Donc les investisseurs vont foutre le camp donc ça va ramener beaucoup plus d'offres et ainsi de suite.Un élément du cancer immobilier a été l'attrait massif de ces investisseurs et vendeurs de confort qui attendaient la hausse, à présent qu'elle n'est plus là ...
Réponse de le 01/03/2013 à 12:20 :
J'adore ces hypothèses et conjectures ""des moyennes glissantes", d?"intensification" d'investisseurs et d'offres, qui partent ("foute le camp") puis qui "se ramènent", qui passe par ici et après qui "ne sont plus là" d'"attraits massif" de "vendeurs de confort"" avec des exemples très originaux "par exemple Paris" et une moralisation allégorique médicale du discours -- le "cancer" - le tout s'achevant sur un brillant "ainsi de suite". C'est très convaincant et cela démontre sans faille que "plus ca monte, plus ca baisse" (ou l'inverse ?) et à coup de "donc" qu'il faut attendre la "fin du début". Et tout l'objet de ce bavards discours bien français et une apothéose à la francitude de bistrot : il faut encore attendre, il est urgent de ne rien faire ! Y en a qui touche le RSA pour tenter de s'en sortir. D'autres, qui se sentent payés à calculer des plans géniaux pour leur futur et toujours très prochaines fortune !
a écrit le 01/03/2013 à 10:25 :
Les logements sont chers parce que la demande est supérieure à l'offre de manière structurelle: ceux qui pleurent contre les prix de l'immobilier sont des gens qui voudraient devenir propriétaire, ils ne se désintéressent pas de la chose, et ils sont plus nombreux que les vendeurs. Il peut y avoir des corrections de prix, des mises sur le marché de biens suite à des défauts de remboursement de crédit, mais je serai étonné que le marché s'effondre car la structure des crédits ici n'a jamais eu aucun rapport avec celle des subprimes US. Au pire le marché se gèle, comme il le fait en ce moment, ce qui est déjà une belle baisse car 1% de perdu en euros courant cache une baisse réelle plus forte à cause de l'inflation. Dès la reprise économique cette baisse sera absorbée en quelques mois, comme cela a été systématiquement le cas. Ceux qui attendent le décès des boomers sont aussi mal partis: qu'ils aillent regarder la 'pyramide' des ages sur le site de l'INSEE: pour tout 'très vieux', il y a immédiatement en dessous un 'vieux', puis un 'un peu moins vieux", etc. : la pyramide est devenu rectangulaire, ce qui est déjà catastrophique pour les retraites par répartition, mais pas une pyramide inversée. Nous ne sommes pas en période de contraction démographique, les mises en chantier des logements sont à l'arrêt, alors les prix ne tomberont pas. Allez, 10% peut être, ce qui serait déjà énorme, mais pas plus et ca repartira en sens inverse dès qu'il y aura une raison quelconque de le faire.
Réponse de le 01/03/2013 à 10:40 :
je vous suivrais assez dans votre demonstration
Réponse de le 01/03/2013 à 10:44 :
prix de l'immobilier ont pu augmenter juste parce que les conditions de crédit ont été extrêmement facilitées avec des taux bas sans apport, on ajoute un zest de subventions publique qui ont été déversées sur le marché par l'équipe de choc Sarkozy avec les droits SANS les devoirs augmentant une demande dans un marché déjà tendu , un laxisme par rapport aux logements vacants dont les gens attendaient qu'ils prennent 10/100 par an sans rien faire pour vendre et on obtient la situation que nous avons eus jusqu'à aujourd'hui. D'autre part la bienveillance qui entourait la rétention de terrains constructibles, la déductibilité des intérêts d'emprunts, le fait d'attirer massivement les investisseurs n'ont eu de cesse d'augmenter la demande ce qui n'a rien arrangé. Voilà l'origine de la bulle résumé.
Réponse de le 01/03/2013 à 11:00 :
Comme fourmi - je partage bien volontiers l'analyse de rourou.
Réponse de le 01/03/2013 à 11:22 :
@rourou, vous êtes en train de vous faire du bien et de vous rassurer , il y a un tas de paramètres que ne nous maitrisons pas et des évènements que ne nous pouvons prédire, il y a encore peu de temps on disait "çà ne baissera jamais !" , le marché de la résidence secondaire se casse la gueule mais avec des discours comme le votre il y a toujours un "mais". Vous vivez dans quel pays ? On va atteindre 3,2 millions de chômeurs bientôt et même pas une lueur d'espoir pour les 2-3 ans à venir. Les jeunes se barrent à l'étranger et j'en passe.
Vous parlez d'une "petite baisse" habitant dans un département recherché (proche Versailles) un ami arrive à négocier 25% sur le prix de base avec le vendeur lui disant qu'il ne trouve pas un acheteur solvable ? Je ne vous parle pas de 10% là !
Réponse de le 01/03/2013 à 11:26 :
de rourou qui n'est pourtant pas crédible
Réponse de le 01/03/2013 à 11:29 :
dit que "Dès la reprise économique cette baisse sera absorbée en quelques mois"

Faux: puisque l'immobilier devient beaucoup moins attractive pour les investisseurs qui désertent le marché pour trouver plus rentable
Réponse de le 01/03/2013 à 11:42 :
Rourou dit fondamentalement vrai : au-delà même du futur bénéfice sur le prix de vente de son logement, il y a encore beaucoup de moyen de rentabiliser son bien immobilier : en valeur monétaire : le louer, l'habiter et faire l'économie d'un loyer, l'améliorer soi-même pour en augmenter la valeur, et puis d'un point de vue de confort de vie : la tranquillité et le plaisir d'y habiter sur la durée que l'on décide.
Réponse de le 01/03/2013 à 11:47 :
big +1
Attendons aussi de voir l'impact de la crise du mur budgétaire sur la solvabitité des Etats Unis et sur les taux d'intérêt de la BCE, avec l'état actuel et les perspectives de croissance à 2 ans ... une hausse des taux et un durcissement des conditions d'obtention des crédits sont inévitables et ce à partir de fin Mars. Que faudrait-il attendre quand le dernier soutien au pouvoir d'achat immobilier devient une contrainte suplémentaire à l'achat.
Réponse de le 01/03/2013 à 12:24 :
Un marché immobilier ne peut pas exclure les primos et continuer à tourner. Le blocage du marché est AUSSI lié à l'exclusion des primos.
On voit BEAUCOUP d'annonces apparaitre avec des biens déja loué, cela prouve que les bailleurs ont peur et qu'ils mettent en vente, Les socialos vous ont pour cible les papys rentiers !
Réponse de le 01/03/2013 à 13:49 :
ils sont pas près de les lâcher les rentiers
Réponse de le 16/03/2013 à 22:09 :
"Les logements sont chers parce que la demande est supérieure à l'offre de manière structurelle"

Bien sûr, c'est d'ailleurs pour cette raison que le volume des transactions revient vers son niveau des années 90, soit 500 000/an contre 800 000/an en période "haute" (1999-2007, selon "Notaires de Paris/IdF")
Les gens qui ont cru très fort à un fantasme sont incapables, "structurellement", d'y renoncer.
En attendant, rourou ferait bien d'aller faire un petit tour sur le site de l'INED ou de l'INSEE. Cela lui permettrait de mettre à jour ses présupposé sur les questions démographiques. Il ne sait manifestement pas, par exemple, que TOUTES les générations suivant le baby-boom (1943-1957) sont moins nombreuses, classes d'âge après classe d'âge. Le ralentissement du desserrement des ménages, celui de l'augmentation des ménages, de l'augmentation de l'espérance de vie, de l'augmentation des décès sont des questions qu'il n'a manifestement pas étudié non plus. Beaucoup d'ignorance malgré beaucoup d'assurance.
a écrit le 01/03/2013 à 10:14 :
un peu trop d'agressivité sur ce sujet, alors qu'il n'est question que d'economie et donc de prospective, le moderateur devrait ejecter tous les cretins en mal d'argument...
Réponse de le 01/03/2013 à 11:01 :
arguments que l'on vous donne le problème est que vous ne voulez pas les entendre donc vous les ignorez, ce me fait d'ailleurs penser au dicton : il n'existe pas de pire l'aveugle que celui qui ne veut pas voir
Réponse de le 01/03/2013 à 11:14 :
Il est vrai qu'il y a beaucoup d'agressivité et de bêtise dans nombre de propos. Certains intervenants sont d'ailleurs des obsessionnels qui passent leur vie à "spamer" sans relâche les forum de La Tribune avec des arguments ultra répétitifs, mal rédigés et/ou mal pensés, souvent absurdes, revanchards et/ou haineux. Bien sûr ils changent de pseudo, empruntent ceux d'autres intervenants pour augmenter la confusion, mais on reconnait aisément leur style et fautes d'expression. Conclusion : un peu de sélection serait parfois bien venue !
a écrit le 01/03/2013 à 9:55 :
quelles sont les marges de negotiation ? les AI ne nous le diront jamais et les notaires,
en bout de chaine, l'ignorent, avez vous des infos ?
Réponse de le 01/03/2013 à 11:06 :
In fine, cela dépendra du propriétaire actuel du bien et du négociateur (acheteur). Soit vous êtes content du prix auquel vous achetez soit vous n'achetez pas. Avec cette philosophie, vous êtes sûr d'être gagnant.
Réponse de le 01/03/2013 à 11:32 :
j'esperais des experiences "in vivo" recentes et pas des lieues communs.
a écrit le 01/03/2013 à 8:39 :
Paris est magiqueee!! haha ca me fait bien rire tous ces parisiens qui prétendent cela alors que la plupart n'ont pas les moyens d'y vivre. J'ai bien l'intention de me casser de cette ville après quelques années d'expérience, ville que je déteste par dessus tout.
Réponse de le 01/03/2013 à 9:47 :
baa pars et surtout reviens pas
Réponse de le 01/03/2013 à 11:17 :
Je "plussoie" bavaten : N'attends surtout pas : pars tout de suite !
a écrit le 01/03/2013 à 7:44 :
Ne t'inquiètes pas pour papy, s'il ne peut pas vendre, il louera son ou ses biens. Le marché de la location est et restera tendu du fait de la faiblesse des mises en chantier. La famille qui louera le fera grâce à des APL que tu financeras via tes impôts et "papy" ira de toute façon se la couler douce. En attendant n'investit surtout pas dans ta résidence principale, comment veux-tu que l'on s'enrichisse si tous les français accédaient à la propriété. On a besoin de bons locataires pour qui ce n'est jamais le bon moment pour acheter. Les cycles immobiliers tournent sur des périodes assez régulières de 8/10 ans. On louera en période de vache maigre et on réinvestira au début de la remontée grâce à des biens acquis auparavant. Entre temps les taux d'intérêts suivront l'évolution des prix et tu seras toujours locataire, et moi riche un peu plus...
Réponse de le 01/03/2013 à 8:14 :
+1
Réponse de le 01/03/2013 à 8:25 :
Je suis militant pour la baisse, mais là c'est vrai que votre logique est imparable!! De toute façon, mon papa c'est un papy donc j'ai aussi intérêt à ce qu'il reste riche :)
Réponse de le 01/03/2013 à 9:14 :
Excellent +1
Réponse de le 01/03/2013 à 9:16 :
C'est pas grave, les socialistes vont taxer Papy. Comptons aussi sur les impôts locaux, l'ISF les charges, les travaux de remise aux normes, la baisse des loyers, (à moins que Papy préfère ne pas louer mais garder les impôts et les charges) et les locataires indélicats vont finir de lui bouffer son rendement. A la fin, vous n'oublierez pas de régler les frais de succession quand Papy ira manger les pissenlits par la racine (mais très tard car Papy vivra vieux et vous devrez prendre son patrimoine pour lui payer sa maison de retraite pour personnes dépendantes...)
Réponse de le 01/03/2013 à 10:36 :
Excellente analyse, les juniors se sont faits " baiser". Nous avons gagné.
Réponse de le 01/03/2013 à 10:55 :
@IL CAVALIERE. Un "junior" qui se considère seulement comme tel est un "senior" qui (s')ignore.
Réponse de le 01/03/2013 à 12:29 :
La roue tourne, quand les juniors deviendront senior, les seniors actuels ne seront que des souvenirs.
a écrit le 01/03/2013 à 7:21 :
Papy croyait avoir gagné au loto parcequ'il est proprio d'un appart pourri ou d'une bicoque mal isolée : adieu les plus values de 10% par an, adieu les pigeons qui se pressent pour faire des offres en s'endettant sur 30 ans, adieu le temps béni de la fiscalité douce, adieu la Thaïlande ou Marrakech pour toucher la pension net d'impôts !
Réponse de le 01/03/2013 à 9:49 :
heuuu moi mes emprunts cest 15 ans max.... et oui je m enrichis et oui je suis a paris
hihi
au revoir les pauvres
Réponse de le 01/03/2013 à 12:21 :
@Papy, investissez dans une CLIM ça peut être utile en période de canicule...
a écrit le 01/03/2013 à 1:27 :
Les notaires l'ont expliqué, c'est un effet statistique qui faire croire que les prix restent élevés. En réalité, depuis fin 2011, les prix baissent pour un bien de même qualité. (Cf. chambre des notaires de paris). Bon, après, il faut lire l'explication de texte en dessous du titre de leur étude.. ce que peu de gens ont pensé à faire.
a écrit le 28/02/2013 à 22:00 :
He ben quoi qu'il en soit réellement (et peu importe), pourvu que cette annonce de "baisse" évite que les décisions catastrophiques pour tous et qui se profilaient soient prises : cession gratuite du foncier de l'Etat à des spéculateurs privés, abandon des règles de l'urbanisme suivi d'un bétonnage à tout va des espaces verts, qualité encore plus dégradée de l'immobilier neuf, subventionnement et aide au bétonnage à partir de nos impôts, etc. etc. Là, c'est pas la peine : ça "baisse" tout seul : nos politiciens pourront s'en prévaloir sans se sentir forcés de faire des compromissions générant taxes, nuisances, pollutions, entassement, catastrophique pour tous les citoyens qu'ils soient proprio, locataires et contribuables.
a écrit le 28/02/2013 à 21:53 :
Mais ma plus-value alors ? On m'avait pourtant dit et répété que l'immobilier ne peut que monter, qu'une baisse de l'immobilier est aussi impossible que de voir des poules avec des dents !!! Tous ces gentils agents immobiliers, promoteurs et banquiers m'auraient-il donc menti ? Vont-ils m'aider à faire face à ma moins value et à mon crédit sur 30 ans pour mon studio ou s'en lavent-ils les mains ?
Réponse de le 01/03/2013 à 8:13 :
Compensé par la baisse des taux et apres avoir renegocier mon credit immo, j'y gagne 57000? et j'ai baissé la durée de 4 ans!
Continuez de payer votre loyer....
Réponse de le 01/03/2013 à 12:28 :
pas vendu pas perdu, à vous d'ajuster le moment de la vente de votre bien avec la situation la plus à même de vous convenir. Ce qui est sur c'est qu'il faut éviter d'acheter en haut de la bulle pour être obligé de vendre pour partir en loc. La pour le coup c'est la double peine.
a écrit le 28/02/2013 à 20:50 :
Vous n'avez toujours pas compris que pour acheter, il faut un apport conséquent et un dossier "béton" pour espérer un crédit ! Mais vous êtes peut-être prêt à subventionner les acheteurs potentiels sur vos deniers personnels ?
a écrit le 28/02/2013 à 19:30 :
Le bon AI maintenant, c'est le premier qui fait baisser le prix de vente et fait des ventes pour fluidifier le marché.
Les autres sont juste des rigolos.
a écrit le 28/02/2013 à 19:15 :
Je vais vous dire la vérité, pendant que vous continuez de rêver à un effondrement du marché immobilier (je ne nie pas qu'une baisse est probable), les propriétaires, qui ont un prêt, ont renégociés leur emprunt. Aujourd'hui, le propriétaire vient de gagner en pouvoir d'achat, (et je ne parle de quelques dizaines d'euros/mois mais ca se comptent en centaine/mois) là ou vous continuez de payer votre loyer au même montant, le propriétaire paie moins que l'année passée. Votre épargne ne vous rapporte rien, des clopinettes et ca ne va pas s'arranger.
Pourquoi voulez-vous que les propriétaires vendent en masse?
Vous pouvez gesticuler, ca ne changera pas grand chose. Je comprends que vous êtes aigris mais ca ne changera pas grand chose l'offre étant toujours inférieur à la demande.
Réponse de le 28/02/2013 à 21:08 :
@#coldrevenge: c'est pas qu'ils beulent vendre en masse, mais que la démographie nous dit que les boomers sont plus nombreux que les jeunes. Il y aura donc à un moment donné (quand les boomers commenceront à décéder) plus de logements sur le marché que d'acheteurs. Bon, mon raisonnement ne tient pas s'ils emportent leur bien avec eux au paradis :-)
Réponse de le 28/02/2013 à 21:48 :
Très drôle... Le nombre de biens en vente sur s loger à Paris a été multiplié par 2 en 2 ans... Les acheteurs se font rares... Arrétez de réver et confrontez vous à la réalité !!!
Réponse de le 01/03/2013 à 8:25 :
Oui mais les papybooomers, dont vous esperer la mort, vivent bien souvent en couple. Un foyer = 2 personnes adultes.
La tendance aujourd hui est la mono parentalité. 1 logement 1 adulte.
Il faut donc le double de foyer.
a écrit le 28/02/2013 à 17:04 :
Lançons la contre-attaque, que chacun visite 4 - 5 logements et fait une offre à 50% moins cher pour chacun de ces logements... ça accélèrera les choses! Puis quel est le risque, devoir acheter à moitié prix?
Je vais commencer par taquiner les proprios de studettes de moins de 10 m² à 80,000 euros et plus ce weekend!
a écrit le 28/02/2013 à 16:45 :
La fête est terminée.
Réponse de le 28/02/2013 à 17:14 :
@Mesdames...: la fête n'a pas encore commencé parce que quand les boomers vont commencer à décéder en masse, il y aura plus d'offre que de demande en raison de la démographie :-)
Réponse de le 28/02/2013 à 17:23 :
Prier pour une nouvelle canicule?
Réponse de le 28/02/2013 à 19:36 :
Continuez d'attendre pour être propriétaire, Cold Revenge. Vous êtes immortel, vous.
Réponse de le 01/03/2013 à 9:56 :
Pourquoi, c'est un aboutissement d'être propriétaire d'un taudis surpayé et de bouffer des patates tous les jours ?
Réponse de le 01/03/2013 à 11:44 :
Les patates sont bonnes pour la santé : http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/les-bienfaits-de-la-pomme-de-terre-04-05-2010-450876_57.php
a écrit le 28/02/2013 à 16:40 :
Nous avons un souci avec la délocalisation. L?entreprise part, les salariés sont sur le carreau, la société paye leurs allocations et leur reconversion, elle doit les employer et elle perçoit moins de revenus. Ce qui est une charge vu le déficit pour la société. Pour l?aigrefin, c?est tout bénef. Qu?il y ait une question de survie de l?entreprise, c?est possible. Seulement aujourd?hui les factures tombent. Ensuite, l?histoire de l?immobilier, au Japon donc des années 90, c?est un phénomène connu qui a coûté 24% du PIB à la société. Celle de l?argentine en 80-82 c?est 55 points de PIB. C?est un phénomène connu. Facture pour la population française de la crise américaine qui nécessairement est de grande ampleur, 500 milliards. C?est tout bénef pour Paulson et pour les français, c?est que la crise a mangé les retraites? est-ce un bon système ? Il laisse nos diplômés sur le carreau alors que ce sont des gens qui créent l?emploi. C?est l?investissement.
a écrit le 28/02/2013 à 16:35 :
Si la baisse se poursuit, ceux qui mettent leurs biens immobiliers à la vente vont se dépêcher de vendre et donc vont baisser leurs exigences et accentuer la baisse.
La bulle risque d'éclater...
Réponse de le 28/02/2013 à 17:39 :
Tu as un paquet d'investisseurs qui vont vouloir prendre les jambes à leur coup sentant le vent tourner et ils vont se mettre à vendre , augmentant l'offre, les vendeurs de confort aussi se rendront compte que le vent tourne et ainsi de suite.
Réponse de le 28/02/2013 à 19:03 :
Vient de vendre son bien (T3) avec une + value de 25000 sur un peu moins de 3 ans.
Ca baisse vous dites???
C est bien d y croire....
Réponse de le 28/02/2013 à 19:37 :
Il est malin votre voisin, c est ce que j aura is fait si j avail un bien. Vendre maintenant quand le prix est encore (tres) élevé, avant la chute!
Réponse de le 28/02/2013 à 20:39 :
Puisque vous tenez à avoir la genése de l'histoire. Il a du quitter son logement car il vient d'avoir une surprise, il s'attendait à avoir un enfant, il va avoir des jumeaux. Il a donc acheter un bien plus grand.
Rien à voir avec une quelconque manipulation de revente dans le but de faire de bonnes affaires comme vous, vous êtes finalement un spéculateur... Lui, ne pense qu'à se loger, en fait, comme tout le monde à part quelques hurluberlus.
a écrit le 28/02/2013 à 16:17 :
Baisse des prix = appauvrissement des Français, surtout ceux qui ont su économiser et investir.
Réponse de le 28/02/2013 à 16:36 :
A quoi ça sert d'être riche si on ne peut même pas se payer un logement?
Réponse de le 28/02/2013 à 17:01 :
Si vous avez économisé et investi dans une résidence principale, le prix du mètre carré ne vous intéressera qu'à l'achat mais pas immédiatement à la revente (cf. déménagement). Et si vous avez acquis ce bien il y a plus de 10 ans, votre bien aura largement pris de la valeur par l'urbanisation. Faudrait arrêtez de prendre les jeunes actifs pour des buses!
Réponse de le 28/02/2013 à 17:16 :
@il cavaliere: un logement, c'est fait avant tout pour se loger. Désolé pour ceux qui ont spéculé (pour engranger des revenus de location par exemple). Tout investissement comporte des risques, dont celui de perdre son argent :-)
Réponse de le 28/02/2013 à 17:35 :
Soit on a acheté pour se loger, et alors ce n'es pas un investissement mais un achat, comme une voiture. . La baisse des prix n'atteint pas celui qui a acheté pour se loger, sauf s'il a imprudemment acheté trop chère, participant à la folie immobilière de ces dernières années. Tant pis pour lui : mauvaise décision.

Soit on a acheté pour investir, et dans ce cas, on supporte les aléas du paris qu'est tout investissement :: le risque de perte touche tout investissement. Il n'y a pas plus de raison de s'apitoyer plus sur celui qui a investit dans l'immobilier et va perdre que sur celui qui a investit dans une action d'entreprise côtée et a perdu.

Enfin, Il Cavaliere, il y a aussi des gens qui ont économisé, beaucoup, beaucoup, mais sont restés locataires, considérant que les prix étaient ridicules. Acheter n'est pas le signe d'une supériorité en termes d'épargne. Il y a des gens qui, aujourd'hui, ont une épargne à six chiffres et donc on su comme vous économiser, mais ont attendu et attendent encore, simplement que les prix deviennent raisonnables...Ils pourraient bien profiter à la fois de prix plus bas et de taux d'intérêt plus bas ce qui serait inédit.
Réponse de le 01/03/2013 à 5:31 :
d'accord avec cavaliere:en france on protège celui qui part au ski et qui s'achète une audi tout en ^percevant une allocation logement.les petites fourmis qui ont sacrifié leur train de vie pour s'offrir juste un toit sont euthanasiées!pourquoi ne pas rendre l'argent gratuit?ainsi les français n'auraient plus d'efforts a faire!c'est déja le cas d'une partie de la population
Réponse de le 01/03/2013 à 12:32 :
Et les primos qui veulent acheter maintenant ils sont pas euthanasiés avec un crédit sur 25 ans peut etre ? Arretez de regarder votre nombril retraité ratp.
a écrit le 28/02/2013 à 16:10 :
Et si l'on interdisait la spéculation immobilière avec une bonne grosse taxe sur les plus-values, même celle sur les résidence principale ? Juste comme ça, pour revenir à la finalité originelle d'un bien immobilier : se loger, tout simplement.
Réponse de le 28/02/2013 à 17:02 :
Oui, meme si c e n'est pas de la spéculation à mon sens ; il n'y a pas de raison de taxer moins l'immobilier que les actions !
Réponse de le 28/02/2013 à 18:51 :
Si le gouvernement taxaient les abr*t*s, la France serait sauvée.
Réponse de le 28/02/2013 à 19:30 :
C'est bien ce que je dis. Les abr*t*s sont les spéculateurs et ceux qui les encouragent en s'enrichissant sur le dos des autres. Une bonne taxe sur les plus value et on sauverait la France ! L'argent immobilisé dans la pierre partira alors vers les entreprises et permettra de créer de l'emploi... c'est pourtant simple... Immobilier = argent immobile
a écrit le 28/02/2013 à 16:07 :
Ah les djeunes, vous me faîtes marrer, les papyboomers sont un électorat très puissant, à moins de supprimer la démocratie, nous serons toujours majoritaires et on fera pondre des lois pour vous tondre, l'immobilier français a permis au PIB français par habitant d'être en tête de l'OCDE, si vous êtes pas contents, demandez à bénéficier du ptz et de la hausse de l'APL à votre Hollande chéri. Moi je palpe 2800 euros de pension après 37 ans de cotisation et vous ???
Réponse de le 28/02/2013 à 16:53 :
Comptez la moitié puisque c'est pas financé, 50 milliards sur 200 de moins tous les 5 ans.
a écrit le 28/02/2013 à 15:50 :
Il y a 10% de chômeurs en France et presque 50% de locataires en France. Les prix des logements sont aussi une priorité pour les français et donc pour l?Etat.
a écrit le 28/02/2013 à 15:34 :
incroyable qu'il n'y ai pas plus d'immeubles autogerés, voila une saine occupation pour les copros a la retraite, un "certif de dans le temps" et une calculette suffisent, pour avoir ete
president de copro, je peut vous dire que l'on peut reduire de 25% les charges...qui seront
forcement en augmentation dans les années a venir.
a écrit le 28/02/2013 à 15:31 :
J ai pas mal de cash au chaud. Mais pas question d acheter avant 2015. Il faut que les prix chutent et vu l inertie de l immobilier...
Trentenaire, j ai l impression de me faire dépouiller par les papy boomers en remboursant une dette qu ils ont creusé depuis 30 ans. Sachant que j ai fait une croix sur ma retraite, pas question de subir la double peine en leur achetant un bien bullesque!!
Réponse de le 28/02/2013 à 16:24 :
tous ceux qui ont refusé d'etre des pigeons et qui ont fait grossir leur épargnent pensent pareil...de toute manière, c est ca ou on quitte la france;
Réponse de le 28/02/2013 à 16:40 :
oui, et en plus quand on est jeune on a pas de difficultés pour partir... avec notre cash!
Réponse de le 28/02/2013 à 16:55 :
@Papymougeot

Il y a une faille dans votre raisonnement, vous continuez de payer une rente (certes encadrée depuis peu) aux vieux propriétaires. C'est probablement moins juteux pour le propriétaire qu'un loyer bloqué et c'est bien pour cela que la plupart des biens en vente sont vendus louer, néanmoins les rentiers continu de spolier les plus faibles mais jusqu'à quand? Quand la dépendance aura franchie le seuil de la porte?
a écrit le 28/02/2013 à 14:54 :
Et Mouillart, il dit quoi là Mouillart ?
a écrit le 28/02/2013 à 14:51 :
quand on y pense, cette bulle immo n'est rien d'autre qu'une pyramide de ponzi où le profit de ceux qui vendent n'est possible que si le flux d'argent (de crédit) est toujours en augmentation...avec ce flux qui va dans l autre sens, il n'y a plus rien pour soutenir ces prix irrationnels au regard du revenu des actifs...cette spéculation devait exploser une jour où l'autre....
Réponse de le 28/02/2013 à 16:47 :
immoPonzi, c'est très juste ce que vous expliquez.
Réponse de le 28/02/2013 à 16:58 :
alors: on nous avait expliqué que seule la loi de l'offre et de la demande était valable:on nous a mentis?
a écrit le 28/02/2013 à 14:29 :
Dans ma ville à 12km de Paris avec des transports, l'immobilier est à l'arrêt presque total. Et maintenant on va assister au non remboursement des crédits, huissier un métier d'avenir. Cette politique de moutons de Panurge a déjà fait ses preuves en Espagne Grèce Portugal Irlande........mais on continue quand même.
a écrit le 28/02/2013 à 14:24 :
il est ou Mouillard qui pendant des annees et encore recement disait que c etait le moment d acheter ?
L explosion de la bulle immobiliere est une bonne nouvelle pour la France. Moins on depense pour se loger, plus il en reste pour le reste et faire tourner l economie
Par contre c est vrai que certains baby boomers vont devoir oublier la magnifique plus value qu ils esperaient mais s ils vendent vite ils en feront quand meme une belle
Quant aux "winners" qui ont achete recement, eh ben, il n y a qu a esperer qu ils ne doivent pas divorcer ou qu ils sont jeunes et doivent plus tard acheter plus grand (il vont dans ce cas perdre sur le logement actuel mais le suivant sera aussi moins cher. ex je vend un logement a 100 pour en acheter un a 150. Si les prix baissent de 50 %, je vend le legement a 50 (belle perte) mais je peux racheter a 75. donc au lieu de mettre +50 (150-100) je dois mettre +25 :-))
Réponse de le 28/02/2013 à 15:51 :
malheureusement lorsque le prix moyen d'acquisition en IDF baisse de 2900euros, même sur un trimestre(moins de 1% de baisse en moyenne) je ne pense pas qu'il convienne de parler "d'explosion de la bulle immobilière", même si beaucoup d'entre nous l'espèrent.
a écrit le 28/02/2013 à 14:02 :
plus la pierre est chere et plus elle mobilise une part importante des revenus des actifs et ce, sur ces décénies...Autant d'argent qui n'ira ni vers la consommation , ni vers l'investissement dans les entreprises, ni dans la formation...le Medef l'a compris, le gouvernement aussi et BErcy aussi...d'où une volonté générale de faire baisser les prix de la pierre pour relancer la compétitivité de la France...de la pierre de plus en plus chere , ce sont des salariés qui ne peuvent accepter des stagnations voir des baisses de salaire....game over;
a écrit le 28/02/2013 à 14:01 :
La Bulle immobilière a fait des ravages en jetant des travailleurs pauvres qui se lèvent tôt pour gagner la misère dans la rue ... La Bulle va maintenant être ravagée par la pauvreté qu'elle a elle même généré ... les voyous de la finance et de l'immobilier associés aux bandits des travaux publics vont donc devoir constatés qu'ils vont être des "ravagés colatéraux" et ce sera amplement MéRiTé !!! ...Les budgets de la France sont en grandes difficultés ... Les Députés socialistes et l'ensemble des Parlementaires vont se trouver obligés de taxer tous les locaux vacants sans exclusive, et aussi taxer tout l'immobilier secondaire aux lits froids et volets clos plus de 11 mois sur 12 et même 12 mois sur 12 pour 80% d'entre eux ... celà "motivera" les propriétaires de locaux vacants à louer ou vendre leurs biens à des prix raisonnables, soit 20 à 25 % plus bas que la bulle immoblière actuelle, ainsi l'Etat n'aura pas besoin de construiredes logements en s'endettant, et pour les propriétaire récalcitrants ils paienront ces lourdes taxes sur le vacant et l'Etat trouvera des recettes fiscales immédiatement mobilisables. ALLEZ LA FRANCE, ya des recettes faciles à faire et des logements immédaitement disponibles
Réponse de le 28/02/2013 à 15:05 :
Et pourquoi ne remettez-vous jamais en cause votre État? Vous savez les gouvernements qui depuis 30 ans génèrent cette bulle immobilière en essayant désespérément de contrôler le marché!
a écrit le 28/02/2013 à 13:48 :
Maintenant, il y a (reellement) feu au lac. Cash is king !!
a écrit le 28/02/2013 à 13:40 :
On votera massivement pour le candidat UMP en 2017 soit Nicolas SARKOZY (pbsl) ou JF COPE afin de relancer le secteur et soutenir les prix grâce aux niches fiscales .Il faut protéger le patrimoine des Français !
Réponse de le 28/02/2013 à 14:51 :
Proteger le patrimoine des boomers surtout.

Elu par les boomers et pour les boomers. ça pourrait etre la devise de l'ump.
Réponse de le 28/02/2013 à 14:56 :
Faut pas r^éver sous peine de connaître un cauchemard, les Français de droite d'en bas n'en veulent plus de ces UMPistes et de la Sarkologie, les Français de droite d'en bas n'en veulent plus non plus des Nouveau centre déguisésen UDI avec un faux nez rouge, les Français de droite d'en bas n'en veulent plus non plus de la Raffarinitude, de Accoyieritude, de la Fillonitude, de la Copéitude, de toute la smala qui déambulé au pouvoir entre 2002 et 2012 et trainé la France dans le déclin, la pauvreté, le délabrement moral, les friches indsutrielles, les affaires des cupides voyous de la finance, des ventes de biens publics aux amis, aus associations des conjoints conjointes des Ministres et parlementaires UMPUDI ... Les Français de droite d'en bas auront le souvenir de ces cauchemards et ils seront là pour confirmer l'éviction des UMPUDI...!
Réponse de le 28/02/2013 à 16:01 :
et vous nous recommendez quoi ? allez, vous degonflez pas...
Réponse de le 28/02/2013 à 16:47 :
continuer avec la gauche en 2017 qui a besoin de temps pour nettoyer ce merdier
Réponse de le 01/03/2013 à 5:36 :
effectivement,les niches fiscales ne sont pas la par hasard,c'est qu'elles servent grandement l'économie!tout ce que j'ai gagné(en bourse notamment)je ne suis pas pret a le voir dillapider en impots socialistes fumeux.je souhaite profondément que jf Copé soit élu démocratiquement avant 2017.Sarko est le plus capable,mais il a trop d'ennuis judiciaires
Réponse de le 01/03/2013 à 7:27 :
Cela fait 10 ans que l'ump met le foutoir en politique immobilière en ayant fait monter massivement les prix alors je dis ça suffit cette population il ne faudra peut-être pas qu'ils s'étonnent si ils se sont fait éjectés en 2012.
Ils se sont contentés de faire une France de rentiers, quand leur slogan était de remettre la France au boulot, (au boulot pour engraisser les rentiers en fin de compte )le résultat n'est vraiment pas glorieux, vouloir les défendre c'est juste du n'importe quoi.
a écrit le 28/02/2013 à 13:32 :
Faut bien voir comment ca marche pour les prix: on compare T4-2011 à T4-2012. Sachant qu'il y a eu blocage des prix de juillet 2011 à juillet 2012. Ce qui veut dire qu'il y a la moitié de la periode de comparaison qui est en stagnation et l'autre motié qui amorce la descente.

La descente de croisiere ne sera visible que dans 6 mois minimum (c'est à dire 1 an de descente continue).
Nous n'avons encore rien vu !!

De plus, faut aussi comprendre la physionomie du marché parisien :
- les biens à défaut sont éjecté du marché depuis juillet 2011.
- il ne restait plus que les bien sans défaut et bien placé : donc cher. C'est eux qui fait monter artificiellement la moyenne.
- on voit depuis plusieurs mois que les biens de luxes coincent. Alors même si eux on leur valeur propre qui baissent ou stagne, de part le désengagement des biens à défaut, la moyenne est montée pendant 1 an.
- Maintenant, le désengagement des biens à défaut est très avancé . On commence donc à voir une moyenne "pure" produit sans défaut.
- C'est maintenant que nous allons la voir redescendre au rythme de la descente de ces biens sans défaut.
- Logiquement, certains bien avec défaut vont revenir sur le marché pour être vendu mais beaucoup beaucoup plus bas que le prix lorsqu'ils se sont retirés. La moyenne devraient donc brusquement s'effondrer à ce moment là.

Les phases de la moyenne des prix parisiens devraient donc etre la suivante :
- avant blocage : montée à un rythme "parisien"
- du blocage à la resignation des vendeurs (seul le luxe part) : la montée s'accelere => on bat les records
- resignation à la capitulation (le luxe plafonne, il n'y a plus de bien à defaut) : la courbe plafonne => c'est la periode fin 2012
- debut de la capitulation (le luxe commence à descendre, les biens à defaut revienne doucement beaucoup plus bas) : la courbe amorce sa baisse => on entre dans cette phase
- coeur de la capitulation (le luxe est à la traine, les biens à defaut sont revenus en masse): la courbe est à sa pente decroissante la plus forte
- fin de la capitulation (le luxe poursuit son rattrapage, les bien à defaut sont à un niveau de prix normal): la courbe pente negative se redresse mais ca descend toujours
- retour à une situation normale (equilibre entre prix des biens à defaut et prix du luxe) : la courbe s'aplatie.

Sachant que vu la violence de la chute et l'inertie de marché, on va surement avoir du rebond à l?atterrissage

Ce phenomene ne se produit quasiment pas en province car l'immobilier de luxe y est beaucoup plus marginal (sauf quelques coin cotier de cote d'azur)
a écrit le 28/02/2013 à 13:15 :
Un conseil, rester locataire. La taxe fonciere va encore augmenter. L'état fait tout pour faire baisser l'immobilier. Sur un bien de 200 000 ?, -10% de baisse (sans compter l'inflation), cela représente 20000? (1 an de salaire ou 40 mois de loyer)
Réponse de le 28/02/2013 à 14:25 :
Et pourtant augmenter la taxe foncière ne remettra pas sur le marché des logements vacants et des résidences secondaires. Les mairies (majoritairement) socialistes veulent simplement profiter de la confusion pour se remplir les poches mais ont-elles aussi renoncé aux municipales pour 2014?
a écrit le 28/02/2013 à 13:12 :
La baisse des ventes ne s'explique pas seulement pas des prêts refusés mais surtout par des prix de vente exorbitants étant donné la vétusté des biens proposés mais ça il ne faut pas le dire aux vieux rentiers! Et la baisse annuelle de 1 % du prix au mètre carré ne stimulera en rien le marché bloqué par des propriétaires assis sur ce qu'ils estiment être une montagne d'or. Ils oublient que cette montagne d'or ne vaut rien (comme les stock options) si elle n'est pas capitalisée. D'ailleurs comment vont-ils financer leur dépendance s'ils continuent tous à s'accrocher comme des moustiques à leur patrimoine? Les enfants? Ils n'ont que faire de vieux radins!
Réponse de le 28/02/2013 à 14:03 :
bravo Michel pour votre analyse réaliste et clairvoyante. Les vieux rentiers Vendeurs loueurs De Sommeil Abuseurs des populations fragiles ...
Réponse de le 01/03/2013 à 12:36 :
Le probleme c'est que ce sont ces vieux rentiers qui detiennent aujourd'hui le pognon, il est évident que les socialos vont se pencher sur leur cas de plus pret.
a écrit le 28/02/2013 à 13:01 :
Baisse ou pas, la spéculation immobilière à Paris poursuit sa route et maintient le cap vers des prix toujours aussi inaccessible à la majorité des français.
a écrit le 28/02/2013 à 12:44 :
La baisse est enclenché depuis 2008 dans beaucoup de coins en provinces.
La baisse qui avait commencé à s'effectuer en 2008 a été neutralisé par les milliards de l'argent du contribuable déversé par la majorité précédente ( ptz ptz+ borloo scellier de robien ecteect).
La baisse actuelle va être plus franche, car cette fois ci les caisses de l'état qui étaient déjà vides en 2007, sont totalement à sec ( voir les 6 puis 8 puis ect milliards qu'il faudra trouver chaque année pour "essayer" de revenir dans les clous.
C'est une bonne nouvelle pour notre économie.
a écrit le 28/02/2013 à 12:39 :
La baisse inévitable et générale des prix, encore masquée par des statistiques faussées par les seules ventes de biens de luxe, est effective depuis 2012 et va s?amplifier en 2013 et 2014. Surtout dans les grandes villes, Paris, Marseille et Lyon. A Lyon la baisse atteint déjà 12% et, suite à la mise sur le marché de 300 000 M2 de logements vides va s'accélérer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :