Immobilier : si, si, il y a des moyens de faire baisser les prix

 |   |  1048  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Albert Caen pour La Tribune)
Le gouvernement veut faire baisser les prix de l'immobilier qui pèsent sur l'économie française. Le Conseil d'analyse économique estime qu'il s'y prend mal avec le nouveau dispositif Duflot et propose au contraire de mettre fin aux mécanismes d'incitation fiscale à l'acquisition. Et de réformer en profondeur la fiscalité locale sur le foncier bâti.

Si l'on traitait sous l'angle de la stricte efficacité économique le marché de l'immobilier français, plusieurs mesures d'envergures seraient à étudier. Le Conseil d'analyse économique (CAE), think tank d'économistes rattaché à Matignon, s'est chargé de formaliser dans ce cadre onze propositions pour modérer le niveau trop élevé des prix de l'immobilier. Si certaines font déjà parties de la feuille de route du ministère du Logement dirigé par Cécile Duflot, d'autres vont en revanche à l'encontre des réformes déjà menées par le gouvernement.

Ne plus soutenir la demande de manière inconsidérée

C'est le cas de la proposition n°7 du CAE, qui pointe du doigt la succession en France de plans de défiscalisations et d'incitations à l'acquisition, et propose de programmer leur extinction.
Cette idée va complètement à contre-courant de l'action gouvernementale, puisque le ministère du Logement mise d'ores et déjà beaucoup sur le nouveau dispositif d'aide à l'investissement locatif "Duflot", dont l'objectif - ambitieux - est de permettre la création de 40.000 logements dès 2013.

Pour étayer son analyse, le CAE s'appuie en fait sur une comparaison avec le voisin allemand, souvent pris comme exemple pour son modèle économique résilient. En effet, depuis 1996, les prix de l'immobilier ont plus que doublé en France alors qu'ils sont restés stables en Allemagne jusqu'à très récemment. Or, au cours de la période 1996-2012, "le gouvernement fédéral allemand a, au contraire, fortement réduit les aides à la pierre", indique le CAE. Une divergence qui pourrait expliquer en partie la hausse artificielle des prix en France. Les acquéreurs n'étant pas toujours regardant sur les prix de vente des programmes, compte tenu des avantages fiscaux accordés par ces dispositifs d'aide. Leur suppression pourrait permettre de redonner aux prix leur véritable étiage.

Favoriser la "location-accession"

Dans le même genre, l'instauration du prêt à taux zéro (PTZ) peut produire des effets pervers, notamment en période de chômage élevé et de risque d'éclatement d'une bulle immobilière. En effet, inciter des ménages modestes à investir dans un actif qui présente un risque de moins-value dans les années à venir peut s'avérer inapproprié.

En outre, l'efficacité de ce dispositif est incertaine. Le CAE indique qu'entre 1996 et 1999, 86% des bénéficiaires du PTZ auraient de toute façon acheté sans cette aide, profitant d'un effet d'aubaine. Ce qui implique des pertes budgétaires pour l'Etat. Ainsi, au total, les dispositifs agrégés d'aide à la pierre depuis 1996 (Périssol, Robien, Borloo, Tepa, Scellier, PTZ) pèsent toujours pour plus de 4 milliards d'euros sur le budget 2013.

"Compte tenu de la conjoncture, il serait sans doute plus judicieux de remettre au goût du jour la "location-accession"", propose en réaction le CAE. Un dispositif qui permettrait aux ménages "d'acheter après dix ans de location, et où les loyers acquittés seraient décomptés du reste à payer à terme". Le bailleur porterait alors le risque en cas de déperdition de valeur du bien immobilier. Il serait en effet inefficace de faire "supporter ce risque à des ménages modestes, eux qui font déjà face à un risque non assurable en matière d'emploi", indique le CAE.

Réformer en profondeur la fiscalité immobilière

En parallèle, il prône la fluidification du marché des transactions, aujourd'hui atone, en modifiant la fiscalité locale sur l'immobilier. Ce, par une réforme profonde de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) et par la suppression progressive des droits de mutation à titre onéreux (DMTO). Pour l'économiste Etienne Wasmer, ces impôts locaux sont comme "une énorme taxe Tobin sur les transactions immobilières qui freine les échanges et freine la mobilité". Les DMTO représentent aujourd'hui 5,09 % du montant d'une transaction immobilière et ont fait rentrer 9 milliards d'euros dans les caisses des pouvoirs publics en 2011.

Pour compenser ces pertes, le CAE propose une réforme en profondeur de la TFPB. Une taxe qui rapporte pour l'instant 18 milliards d'euros par an aux pouvoirs publics.
Sur la base des données notariales capables aujourd'hui d'estimer la valeur marchande de plus de 75% des biens immobiliers, le think tank de Matignon milite pour asseoir la TFPB sur la valeur vénale des biens immobiliers, et non plus sur la valeur cadastrale. Il met ainsi en avant "l'aspect inéquitable du système actuel qui taxe l'actif immobilier brut, sans soustraire la valeur des dettes immobilières contractées pour financer les acquisitions". Ce sont donc les ménages primo-accédants - contraints d'acquitter la taxe foncière dès qu'ils entrent en possession de leur bien - qui sont les plus pénalisés.

Un jeu à somme nul pour les finances publiques

Pour remédier à cet état de fait, le CAE propose d'asseoir l'impôt foncier sur la valeur nette du patrimoine immobilier, c'est-à-dire sans les dettes. Ce qui transférerait in fine la charge de l'impôt des primo-accédants qui n'ont pas fini de rembourser leurs emprunts vers les patrimoines importants qui appartiennent aux déciles les plus élevés et qui sont plus âgés.

In fine, l'acquéreur d'un bien ne paiera plus les 5,09% de DMTO à l'achat, mais s'acquittera d'une taxe de 0,5% de la valeur nette marchande de son bien chaque année. Ce qui équivaut à 30 milliards d'euros de nouvelles recettes pour les pouvoirs publics et ferait mieux que compenser la perte de 27 milliards d'euros liée à la suppression des DMTO et à la fin de l'ancienne TFPB. Le CAE propose même d'utiliser la marge de 3 milliards d'euros subsistant pour compenser une baisse de la TVA sur la construction neuve.

Un jeu à somme nulle donc pour les finances publiques. L'Etat serait même gagnant de plus de 4 milliards d'euros par an si toutes les propositions du CAE étaient adoptées. Ce, grâce à l'extinction des aides à l'acquisition de logements neufs.

 

Référence : Note N°2 du Conseil d'Analyse Economique. « Comment modérer les prix de l'immobilier ? ». Alain Trannoy (Université Aix Marseille) et Etienne Wasmer (Sciences Po).

 >> Pour aller plus loin :

- Estimez votre bien immobilier

- Consultez nos annonces immobilières

- Découvrez les prix au mètre carré dans votre rue

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2013 à 18:48 :
Si l'on déduit les emprunts de la taxation immobilière, tout le monde va acheter à crédit. Ce Think Tank est douteux. Combien touche-t-il ?
a écrit le 09/03/2013 à 16:50 :
Tout à fait d'accord sur l'inutilité des aides qui ne font qu'augmenter les prix de vente. C'est d'ailleurs la même chose pour les crédits d'impôts écologique. En revanche, les retraités vont bientôt devoir s'exiler: on veut réduire le niveau de leur retraite déjà bien emputé par rapport à ce qui était prévu lorsqu'ils cotisaient, on envisage de leur enlever la déduction de 10% pour frais, ne plus revaloriser leur retraite de l'inflation et maintenant on veut leur faire payer un double impôt foncier! Les penseurs du gouvernement auraient-ils trouvé un nouveau bouc émissaire après les riches, les retraités?
a écrit le 02/03/2013 à 19:11 :
Je suis d'accord pour dire que toutes les réductions d'impôts pour investissement ou achat sont inadaptées, inflationnistes et couteuses, je serais plus pour un démembrement de propriété, l'état achetant la nue propriété que au bout de 10 ans, l'usufruitier serait obligé d'acheter ou de vendre.(coût nul pour l'état). Quand à la location-accession cela montre que les membres du CES n'ont aucune notion du rendement réel d'une location d'appartement et cela risque de produire l'effet inverse avec en prime un effondrement du marché locatif. Quand au gadget des impôts locaux qui ces dernières années augmentent plus que les loyers, je trouve cela tellement nul qu'il vaut mieux l'ignorer(quand vous aurez fini de payer votre appartement, il vous faudra payer des taxes pour les primo-accidents.)
Réponse de le 07/03/2013 à 8:57 :
A noter que les primo accédants payeront aussi ces taxes quand ils auront payé leur bien afin d'aider les futurs primo accédants... Cessez d'être égoïste !!
a écrit le 01/03/2013 à 20:29 :
il est urgent de supprimer les frais demandés par les agences immobilières (de simples ouvreurs de portes, la plupart du temps) aux vendeurs et aux acquéreurs inflationnistes, à un niveau record en France comparativement à la plupart des autres pays européens et du monde entier !!!
ceux-ci additionnés aux frais de mutation notariés : l'on arrive à 14 % environ
Réponse de le 09/03/2013 à 14:35 :
Que je sache, personne n'oblige les gens à passer par des agences immobilières ...
Réponse de le 11/03/2013 à 12:24 :
La question n'est pas d'entrer ou pas dans une boutique mais de savoir si la captation d'un agent immobilier est à un juste prix d'un marché concurrentiel et sans entente.
Si la rente est elle sur un marché qu'il y a beaucoup d'entrants ( le nombre d'agences), celle si s'alimente d'elle-même, Un nombre réduit de transactions permett aux entrant de vivre du fait du maintien des taux de commission et de la hausse de l'assiette ( la valeur des biens).baisser les coûts de transactions tout en reconnaissant la valeur de la prestation relève du bon sens. Les comparaisons internationales sont éclairantes sur le sujet. la part des transaction entre particuliers aussi..
a écrit le 01/03/2013 à 10:56 :
Excellent! Réformer la taxe foncière puis la taxe d'habitation non plus ne serait pas un luxe!
a écrit le 01/03/2013 à 9:13 :
Pour ne parler que de la taxe foncière dont les bases sont obsolètes comment déterminer la valeur d'un actif net qui n'a pas changé de "main" depuis 1990 ? A partir de sa dernière valeur de cession, réévalué par des déclaration de travaux ? Le faire par rapport à une cession voisine pour une maison similaire ? et quand sera-t-il si le bien est vendu en dessous de la dernière cession connue, y aurait-il alors une restitution ou s'il y avait une hausse lors de la cession d'un immeuble similaire dans la zone une réévaluation systématique pour toute la zone ?...Ce nouveau mode de calcul ne parait pas plus juste, sous prétexte de favoriser les primos accédants on trouve un autre mode de calcul qui n'est pas plus juste mais permet d'augmenter un impot local....Et ce n'est pas les 5 % de droit d'enregistrement qui bloque les transactions mais bien le niveau des prix de vente des propriétaires ou promoteurs immobiliers trop gourmand qui confondent placement immobilier avec placements financiers.
La vrai réforme pour l'état serait dans un premier temps de supprimer l'imputation des déficits fonciers (et des autres bic/ba/bnc..) sur le revenu global en ne limitant plus le report des déficits sur 10 ans mais jusqu'à imputation total sur la même catégorie de revenu (principe appliqué pour les loueurs en meublé non professionnel exception faite de la durée de l'imputation du déficit) et d'instaurer une"taxe d'équipement" (financement de réseaux médias-infrastructure route-ecole-equipement de loisir...) forfaitaire par logement qui remplacerait la redevance tv et les impots locaux existant et serait réparti entre le propriétaire et le locataire et ce même si le logement est vacant (afin d'inciter la cession des biens ou sa location), l'avantage de cette mesure est qu'un logement vacant contribuerait à l'équipement local qui valorise les biens...Bref revoir de manière fondamentale l'approche de la fiscalité locale et sa répartition (un même bien n'étant pas taxé au même niveau d'une commune à une autre, de quoi fâcher bien du monde !!!
a écrit le 01/03/2013 à 8:16 :
Les propositions du C.A.E., présentées de la sorte, semblent plus à même de rééquilibrer le marché du logement pour le dynamiser. Ainsi, favoriser la location-acquisition semble une bonne mesure pour les primo-accédants. En ce qui concerne la refonte de la fiscalité immobilière basée sur la valeur vénale des biens. Elle focalise une notion d'équité qui peut s'avérer trompeuse, et avantager ceux qui disposeraient d'un apport personnel. Après calcul, il pourrait s'avérer gagnant de prendre un plus grand crédit afin de bénéficier de la restructuration de l'impôt, tout en conservant son apport, de façon à en faire un placement.Une étude plus approfondie sur le financement doit être conduite.Sinon la proposition du C.A.E., de conserver la valeur nette immobilière paraît plus efficace. Néanmoins, l'excédant de 3 milliards serait plus efficace dans une relance directe à la construction; notamment location-accession.
a écrit le 01/03/2013 à 7:27 :
Si les socialistes persistent dans l'erreur, non seulement ils perdront toutes leurs mairies aux élections mais moi et mes amis sommes prêts à venir du Maroc pour faire la révolution des rentiers défiscalisés !
Réponse de le 01/03/2013 à 9:58 :
Chic : j'ai hâte de voir ça ! Jets de dentiers et courses en déambulateurs devant les CRS
a écrit le 01/03/2013 à 4:34 :
Ne vous inquiéter pas Duflot toujours plus de pauvres verra bien l'affaire, les prix vont diminuer forcement puisqu'il n'y aura plus d'acheteurs potentielles.
a écrit le 01/03/2013 à 1:37 :
Pour une fois, je pense que ces mesure vont effectivement dans le bon sens. Pour avoir étudié le problème de près, il y a tellement d'effets de bord sur les différentes actions gouvernementales que ce type de mesure pourrait permettre d'améliorer la situation;
a écrit le 01/03/2013 à 1:33 :
Acheter pour louer? Il faut etre fou.
Il vaut mieux louer actuellement.
a écrit le 01/03/2013 à 1:30 :
en quelque sorte certaines mesures ne seront autre que de la confiscation pure et simple.
a écrit le 28/02/2013 à 23:56 :
Tout n'est pas à jeter (incroyable !), car effectivement les droits de mutation aux niveaux actuels sont probablement le plus gros problème de l'immobilier.
Réponse de le 01/03/2013 à 7:22 :
et les diminuer c'est augmenter le prix du mètre carré en resolvabilisant les gens comme tous les dispositifs mis en place depuis 10 ans sur un marché tendu : NON
a écrit le 28/02/2013 à 21:59 :
1) En effet stoppons toutes ces aides contreproductives et horriblement couteuses. 2) Autre proposition : interdire réellement aux banques de lier les prêts immobiliers et la domiciliation des comptes dans la même banque. C'est de la vente liée, ce qui est illégal, et cela incite les banques à pousser au maximum la population à s'endetter le plus possible, ce qui est horriblement mauvais.
Réponse de le 13/03/2013 à 17:22 :
Et ben, ce qu'il faut pas entendre ...
a écrit le 28/02/2013 à 20:48 :
un investisseur en immo, c est rien d 'autre qu'un rentier qui suce les revenus des actifs et les impots du contribuable...ils se gavent et sur la défisc et sur les revenus ultérieurs et sur les APL qui vont dans leur poche....l'economie se porterait mieux sans eux...des actifs qui peuvent se loger à un prix correct, ce sont des actifs qui peuvent consommer et investir dans les VRAIS boites....le pouvoir d'achat des français se porterait mieux sans ces pseudo-investisseurs contre lesquels ceux qui veulent juste se loger ne peuvent lutter (car pas de défisc pour eux)...qu'ils mettent leur argent dans nos entreprises au lieu de tirer les prix de l'immo et de saigner les actifs....on a pas besoin d'eux pour construire ! d'ailleurs le Medef et le gouvernement l'ont bien compris..la fiscalité immo ne fait que monter et on a de nouveaux impots en préparation tandis qu'on essaie de tuer la rente et de la rendre beaucoup moins juteuse...du balaie, les fossoyeurs de l'économie Française....
Réponse de le 01/03/2013 à 1:26 :
Ca c'est provablement un comentaire de coco.
a écrit le 28/02/2013 à 19:56 :
Les arbres ne montent pas aux ciels. La poule aux oeufs d'Or de l'immobilier n'existe plus qu'à Paris et quelques grandes métropoles, là où l'on concentre les sièges sociaux et surtout administratifs. Ailleurs, en France, c'est la baisse des loyers et du prix de l'immobilier qui prévaut. Levez les yeux et regardez le nombre de pancarte à louer ou à vendre. La rentabilité de l'immobilier aujourd'hui est nul en France. Il vaut mieux placer son argent dans des pays où on vous propose du 5 % net, sans les ennuis. Alors, DUFLOP ne prend aucun risque à dire que c'est possible de faire baisser l'immobilier. En revanche, pourquoi ne regarde -t-elle pas du côté des HLM où près de 30 % des locataires ne payent pas leur loyer, l'électricité, l'eau et le chauffage ? Ces dépenses sont pris en charge par l'assistance sociale générale : mairie, caf, conseil général ... Dossier politiquement explosif !
a écrit le 28/02/2013 à 19:53 :
Pour les actifs, pour les jeunes, pour les entreprises, pour la France..;tiens bon et fais baisser les prix de la pierre...ne donne pas un sou à ces lobbys et rentiers...pas de défisc, pas de tva réduite, pas d'APL qui vont dans leur poche infine...taxe à mort la rente, taxe à mort les revenus locatifs, taxe à mort les plus-value immo...l immo doit retrouver sa valeur d'usage et ne plus etre un suppport d investissement...elle est là , la vrai loi duflot.on compte sur toi. tiens bon.
Réponse de le 28/02/2013 à 20:56 :
monsieur le socialo, c'est pas bon pour le coeur!
Réponse de le 28/02/2013 à 21:12 :
Un locataire qui demande toujours plus de taxes pour les propriétaires ça me fait hurler de rire .Répétons que les taxes et impôts sur loyer sont entre 40 et 60 % ( taxe foncière , CSG , IR et isf pour certains).
Réponse de le 28/02/2013 à 22:36 :
C'est pourtant la droite qui insiste pour diminuer les dépenses et réduire le déficit, non ? @Je ne... Vous ne devez pas être doué en défiscalisation mon pauvre; faudrait vous renseigner un minimum, vous êtes visiblement le seul à payer autant...
a écrit le 28/02/2013 à 19:45 :
Russie : 13 % d'impôts sur le revenu et 13 % pour les finances locales. Rien de plus, quelles que soient les sommes que l'on gagne. Et cela fonctionne parfaitement bien !
Réponse de le 28/02/2013 à 20:18 :
Et 15 % en plus pour la corruption.
Réponse de le 28/02/2013 à 22:38 :
C'est bien connu qu'en Russie tout le monde est riche et prospère; d'ailleurs tous les RUsses que j'ai rencontrés là bas cherchaient à partir par tous les moyens... Et il n'y a qu'à voir tous ces sites avec des jeunes filles russes qui se cherchent un mari en Europe ou aux USA..
Réponse de le 01/03/2013 à 11:08 :
comme en grece...combien les paient les impots??? un petit tour dans les campagnes russes...
a écrit le 28/02/2013 à 19:25 :
Non non décidément je préfère les hommes c'est comme ça, c'est comment dire peut être plus féminin même en pantalons un homme, enfin ceux qui m'intéressent pas tous loin s'en faut. Enfin les questions de goûts et de couleurs comme on dit, chacun voit midi à sa porte, tiens au fait c'est pas tout ça j'oubliais que je dois me reloger ...il faut je trouve un petit appart à Paris pas trop cher 1500 Eur les 32,50 m2 MAXI MAXI.
Réponse de le 28/02/2013 à 20:19 :
on est 3, bien serrés serrés c'est très suffisant comme surface, tu ne crois pas mon chou.
a écrit le 28/02/2013 à 18:48 :
Il est fort probable que l'instauration d'une surtaxe annuelle de 0,5% sur la valeur des biens immobiliers va décourager définitivement tout les investisseurs immobiliers privés . Résultat des courses : effondrement du secteur de la construction et de la rénovation et des centaines de chômeurs supplémentaires dans ce secteur qui va déjà être touché par l'augmentation de la TVA en 2014.
Ne soyez pas naïfs : l'état cherche avant tout des recettes supplémentaires, notamment pour compenser la chute des droits de mutation sur immeubles . Les experts du Conseil d'analyse économique ont bien compris qu'il était beaucoup plus juteux de taxer le "stock" immobilier, stable par nature, que les " flux" immobiliers, aléatoires comme en ce moment.
Réponse de le 28/02/2013 à 19:36 :
on va bien arriver a 5 millions de chomeurs et combien de sdf
Réponse de le 11/03/2013 à 18:45 :
0,5% annuel sur la valeur de son logement ? Un gigantesque délire. Pour beaucoup, ce serait plus que ce qui est épargné en fin de mois ! Fréquemment plus cher qu'une location dans le même quartier (sans parler des charges supplémentaires). Et quasiment immédiatement, cela ôterait toute valeur aux biens immobiliers. Or 0,5% d'immobilier sans valeur ramènerait cet impôt à 0 (sans parler des conséquences désastreuses sur la construction). Imaginer qu'un think tank de professionnels rémunérés par le contribuable puisse proposer des solutions aussi destructrice est hallucinant. D'où sortent-ils ? Je crois qu'une majorité de la population est en train de devenir complètement désorientée et désespérée d'entendre des discours aussi dangereux de prétendus spécialistes.
a écrit le 28/02/2013 à 18:43 :
Enfin, ça fera baisser la facture d'ISF
Réponse de le 19/08/2015 à 11:19 :
Merci pour cet article qui fait un point utile sur le sujet mais oublie la plus grande faiblesse des théories de la croissance potentielle: elles oublient le lien entre l'offre et la demande à savoir le marché
a écrit le 28/02/2013 à 18:32 :
Du grand n'importe quoi ce dossier !!! Ce ne sont pas les incitations fiscales qui ont conduit à la montée des prix, n'importe quel neuneu économiste de base sait que le manque d'offre en est la cause principale. Pour preuve, la plus forte hausse de l'immobilier est sur paris, or le construction de neuf avec incitation fiscale de type Scellier et Duflot ne se font par à Paris car le prix du foncier est trop important au regard de l'avantage fiscal !!! De plus l'incitation est plafonné a 300K et 5000? du m2, or dans le neuf sur paris nous avons quoi pour 300K. Alors Messieurs Trannoy et Wasmer, avant de raconter des inepties venez sur le terrain avec des professionnels du métier, plutôt que d'écouter le "Think Tank parisiens et son microcosme Bobo" lors de diner mondain
Réponse de le 28/02/2013 à 23:43 :
n'importe quel économiste sait que pour un produit il existe un prix de rupture au delà duquel il n' y a plus d'acheteurs pour des raisons simples d'insolvabilité même si le bien est indispensable. Les subventions et éxonerations diverses majorent d'autant ce prix de rupture. Si vous ignorez cela , je ne donne pas cher de l'avenir de votre PME.
Réponse de le 01/03/2013 à 0:44 :
Le patron de PME en question est visiblement un patron de PME de l'immobilier; il baratine des affirmations fausses, mensongères et trompeuses uniquement pour essayer d'influencer dans le sens qui est favorable à son activité : c'est du lobbying; ne vous étonnez donc pas de la stupidité de ses arguments : il mendie des aides comme tout lobbyiste, et essaie de plumer ses clients potentiels.
Réponse de le 01/03/2013 à 1:35 :
@patron de PME. Le manque d'offre ? Alors comment explique t-on que Paris perd des habitants chaque année depuis 8 ans, que l'on ne détruit pas d'habitations à Paris (on en construit) et que les prix ont doublés sur la même période. L'offre libre et la demande auraient induits le contraire.
Réponse de le 01/03/2013 à 15:59 :
@règles Vous racontez vraiment n'importe quoi avec votre prix de rupture (vous ne tenez même pas compte dans votre raisonnement débile d'insolvabilité, du fait que les taux d?intérêts sont historiquement au plus bas). Et ma PME va bien, je créer des emplois (plus de 300 en 4ans !!!) et fait vivre des gens MOI. Et mes 200 clients sont très satisfait de mes services et m'en remercie en me recommandant, MONSIEUR. Alors quand on ne sait pas, on la ferme
a écrit le 28/02/2013 à 18:18 :
Encore une belle brochette d'incapables !!! La loi Duflot est vitale pour l'économie Française. Apparu avait déjà essayé de supprimer Scellier, on a vu les conséquences économiques. Une Duflot = 1,5 emploi crée permanent et encore 1 emploi sur 3 an. Pour l'état, les recettes (TVA, Charges sociales, Charges patronales, IS, IRPP.... sont largement supérieurs à l'incitation).
Réponse de le 28/02/2013 à 19:18 :
+1 exact . Un dispositif duflot rapporte beaucoup plus a l état qu il ne coute . J attends toujours qu on me prouve le contraire .
Réponse de le 28/02/2013 à 20:17 :
Si ça rapporte à l'Etat, c'est que c'est le particulier/client qui trinque. Si ça coûte plus cher au particulier, ça veut dire que son pouvoir d'achat s'en trouvera réduit pour ses autres postes de dépenses. Et si la construction du maison est facturée du simple au double (hors cout du terrain) dans des communes distantes de moins de 50km, c'est que certains promoteurs ne doivent pas se gêner sur leurs marges. Et quand on voit comment certains bâtiments sont construits : non respect du code de l'urbanisme avec la complaisance de l'administration, ouvriers bulgares, dommages sur les bâtiments voisins, etc les-dits promoteurs feraient bien de pas trop ouvrir leur g*****.
Réponse de le 28/02/2013 à 20:25 :
A coté de chez moi (pas a Paris) les logements "scelliers" étaient 15% plus cher que les non scelliers ... Au lieu de payer des impôts les acheteurs surpayaient leur biens. Il faut supprimer les aides, temporairement le marché va se retourner car le foncier ne baisse pas et les clients ne viennent plus. Une fois que le foncier aura baissé au bon niveau la demande repartira.
Réponse de le 28/02/2013 à 20:58 :
Et oui le bon sens, rien que le bon sens, c'est toujours à cause de l'intervention de l'état, et de fonctionnaires et politiques qui fausse le marché et créent les distorsions de marché, sans tous les machins et usines à gaz ruineux qui ne servent qu'à entretenir des fonctionnaires inutiles des administrations fiscales, le marché serait resté équilibré, comme en Allemagne puisque l'état ne s'est pas mêlé de ce marché, et les citoyens et acheteurs s'en portent mieux. Le libéralisme c'est ça, le bon sens, tout en sachant que chaque fonctionnaire en plus c'est 3 vrais emplois supprimés dans la vraie économie de marché. L'état, son embonpoint, le fait qu'il ne s'occupe pas uniquement des fonctions régaliennes, ses manipulations politiques, l'entretien de ses mafias (syndicat ultra collectiviste et mafieux, monopole d'état divers, etc..) sont des ennemis de la prospérité du peuple de France.
Réponse de le 01/03/2013 à 0:45 :
Visiblement, vous faites partie de la brochette... Vos insultes prouvent votre incapacité à argumenter !
a écrit le 28/02/2013 à 18:09 :
Bonjour,
les idées sont interessantes mais les socialistes oublis toujours LA chose fondamentale : la loi de l'offre et la demande est universelle. S'il y a plus d'acheteurs solvable que de vendeurs les prix montent et inversement ... tout le reste est littérature. Les français veulent être propriétaires, on manque de logements, c'est ainsi. la seule façon de stopper la hausse est d'atteindre le seuil de solvabilité (et je pense qu'on l'a atteind). Les changements de fiscalités ne créent que des inégalités en changeant les règles du jeu en cours de route, mais ne peuvent inverser la courbe des prix. (ainsi, si on applique cette règle, quid des gens qui ont achetés il y a 2/3 ans un bien sans ou avec peu de crédit : ils ont payé la taxe à 5.9% et paieront la taxe à 0.5% ?).
Réponse de le 28/02/2013 à 22:41 :
Si vous croyez tant à la loi de l'offre et dela demande, pourquoi perturber ce système avec toutes ces aides fiscales, PTZ etc ? POurquoi ne pas laisser les prix évoluer sans aide gouvernementale ?
a écrit le 28/02/2013 à 18:03 :
Duflot l'incompétente notoire au placard. Les Scellier on va les remplacer par des Duflot encore plus favorables aux investisseurs, ton contrôle et baisse des loyers on voit ce que ça donne, ça continue de monter ETC...
Réponse de le 11/03/2013 à 12:55 :
a propos de l'encadrement de la hausse des loyers à la re-location, rien ne permet au nouveau de locataire de savoir s'il en bénéficie.il suffirait d'obliger un déclaratif du bailleur en annexe du bail ou avec le signature. Pourquoi ne le fait-on pas ?
a écrit le 28/02/2013 à 17:55 :
Le PS veut inventer l'ISF pour tous , même taux de base 0,5 % ( pour le début parce qu'après ... ) applicable sur votre capital immobilier que vous soyez riches ou pauvres. Y sont pas doués ces socialistes ...trop forts!
a écrit le 28/02/2013 à 17:24 :
parce que leur nouvel impot a 0.5%, c'est bien gentil, il faudra creer des achats ' ou on ne rembourse pas le capital', ce qui va encore donner des usines a gaz... qui plus est avec l'assurance facultative obligatoire et modique de 2% ( pour commencer, cf alea moral) contre le non-paiement des loyers, ca va amener les rentabilites nominales a etre negatives.... j'attend le krach avec jubilation...
a écrit le 28/02/2013 à 17:24 :
pas mal de bonnes idees. Par contre le fait de pouvoir deduire les emprunts de la valeur va inciter les gens a ne pas rembourser tous leurs emprunts comme en Suisse (une hypotheque n est jamais remboursee car ca n a aucun interet, le montant des interets etant inferieur au montant de l impot a acquitter)
Mais je doute que toutes ces recommandations soient mise en oeuvre. Ca va heurter de front les interets des retraites, clientele electorale la plus importante de france
a écrit le 28/02/2013 à 17:22 :
Nous allons vers un appauvrissement général et une perte importante de pouvoir d'achat!
je crains que cela na se passe pas tout seul, et une guerre civile en France est tout à fait envisageable! Nos politiques ne comprennent rien, sont incompétents et surtout intéressés par leur propre situation, et franchement pas du tout honnêtes!
Réponse de le 28/02/2013 à 22:43 :
Une révolte de propriétaires... He eh eh très drôle ! Vous en avez d'autres du même genre ?
a écrit le 28/02/2013 à 17:21 :
avec la baisse qui s'annonce, pas besoin de mesures, ca va taper tt seul....... pour la fin des droits de mutation, faudra expliquer comment vont faire les collectivites locales pour se financer... merci d'avance ( cf article la tribune il y a une semaine)
Réponse de le 28/02/2013 à 18:06 :
Le financement se ferait par un autre impôt, payé par tous dont les locataires, ou une hausse de 100% de la taxe foncière.
a écrit le 28/02/2013 à 17:07 :
Normal que y a pas assez de logements, car les couples divorcent, chacun vit seul, maintenant un appart = une personne...Mais avant, un appart c'était 2, 3, 4 personnes. Alors vous vous rendez compte faut doubler, tripler le nombre de logements car les gens se séparent et vivent seuls.
Réponse de le 28/02/2013 à 23:34 :
Le chômage, l'augmentation des prix de l'immobilier ... C'est encore la faute à l'émancipation féminine. Il aurait fallu interdire le divorce, la seule mesure qui aurait pu arrêter l'augmentation des prix. Et puis tant qu'on y est obliger les mariés à vivre sous le même toit que les parents comme au siècle dernier dans les campagnes.
a écrit le 28/02/2013 à 17:05 :
J'ai trouvé cette analyse particulièrement pertinente et j'ajouterais que les droits de mutation à titre onéreux (DMTO) de 5,09 % constituent eux aussi une incitation à la hausse des prix, le vendeur incluant naturellement le montant correspondant dans le coût global de son achat.
Les propositions ci-dessus constitueraient une vraie réforme vers plus de justice fiscale et sans la contrainte d'une bénédiction européenne donc moins difficile à mettre en oeuvre.
Réponse de le 28/02/2013 à 17:30 :
Justice fiscal ?!! louer votre bien auprès de l'état ( 125 euro par mois rien que pour cet impôt pour un bien classique de 300 00 euro ) car c est bien de cela qu il s'agit au fonds. faut se pincer !Tant que nous n'aurons pas pris l'option d'un état qui ne dépense qu'AUTANT que les autres états dans le monde , on va partir sur des trucs insensés.
a écrit le 28/02/2013 à 17:01 :
Ils veulent faire partir tout le monde ou quoi, jusqu'à présent il n' y avait que les riches mais à ce rythme on va tous sa faire naturaliser russe.
a écrit le 28/02/2013 à 16:29 :
Arrétez de trop construire, il n'y a plus beaucoup d'acquéreurs , nous risquons de connaitre une bulle immobilière comme l'Espagne.Encouragez les propriétaires de logements vacants à les louer.
a écrit le 28/02/2013 à 15:47 :
Duflot ou comment a l'heure d'une crise sans precedent s'attaquer au principal element du patrimoine des francais? Les exces de l'immobiliers bien reels dont la crise des subprimes a permis de faire comprendre meme aux neo liberaux sont effectivement une menace pour l'economie. Maintenant appauvrir les francais n'est certainement pas la bonne solution. D'ailleurs j'aimerais que notre brillante ministre explique comment les francais vont investir, ne serait-ce que pour des raisons environnementales, dans un actif dans la valeur baisse? Ah oui j'oubliais les milliers de milliards d'emplois verts qui vont deferler sur l'hexagone, attendus deuis 15 ans vont apporter croissance et plein emploi? Dans cette France ideale tout le monde pourra s'offrir un hotel particulier a 2 pas de la Tour eiffel en location accession a 250 eur par mois, nos deficits auront disparus et l'Etat francais sera via un fond souverain le premier investisseur du Quatar...
Réponse de le 01/03/2013 à 0:47 :
Baisser les prix de l'immobilier n'est pas apauvrir les français : au contraire, c'est leur donner les moyens de se loger pour moins cher, donc cela augmente leur pouvoir d'achat. Baisser les prix de l'immobilier, c'est enrichir les français.
a écrit le 28/02/2013 à 15:47 :
Vous êtes locataire auprès de l'état de votre bien ad vitam eternam au taux de 0,5 % de sa valeur. Les communistes en ont rêvé, le PS veut le faire ! Beurk
Réponse de le 28/02/2013 à 16:40 :
Ma taxe foncière+habitation me coute déjà 1% tous les ans de la valeur de mon logement. C'est pareil non ??? Par contre, si cette loi se profile, il y a des zones en france ou il va falloir sérieusement se poser la question de savoir si il ne vaut pas etre mieux locataire que propriétaire...
a écrit le 28/02/2013 à 15:35 :
Ah! ouais! et c'est pour quand? La St GLINGLIN ? pauvres de nous ! mais , qu'est ce que nous avons à la tête du pays, un si beau pays qui se délite au fur et à mesure ainsi que ses habitants ! tous les gouvernements successifs sont tous des inadaptés, des incapables, ô misère ! ! ! !
a écrit le 28/02/2013 à 14:04 :
On voit le résultat actuel de ce gouvernement socialiste : effondrement du marché immobilier dans toutes ses composantes après 10 mois. Mais ou sont donc passés les fainéants de rentiers tant décriés par Mme Duflot ? Ils ne veulent plus investir dans la pierre ? Et pourquoi donc ? Pas de constructions ? Pas d'opérations dans l'ancien ? Mais c'est la faute de Sarkozy Ben voyons. N'oubliez pas que l'Etat n'investit plus dans le social tel que les 'HLM depuis 40 ans en essayant de déléguer le social aux privés. Après, il ne faut pas reprocher à ces privés d'avoir 'investir dans la pierre et maintenant il faudrait y revenir ??: que nenni !! Profitons de la vie plutôt que de placer notre argent dans la pierre !!
Réponse de le 28/02/2013 à 15:46 :
que d'attribuer " l'effondrement " du marché immobilier aux socialistes....

Avec un minimum d'honnêteté intellectuelle, vous pourriez au moins reconnaitre que si le niveau des prix en est la principale cause. Et la baisse est plus à attribuer à des vendeurs trop gourmands et des acheteurs qui soit n'ont pas les moyens d'acheter soit sont attentistes persuadés que les prix vont baisser
Réponse de le 28/02/2013 à 18:46 :
Les prix résultent de la loi de l'offre et de la demande : il n'y a pas d'un côté les "méchants" vendeurs rentiers et de l'autre les "gentils" acheteurs. Les prix des matériaux ont augmenté en 10 ans de 50 %, le nombre des nouvelles normes explosent (voir RT 2012), la fiscalité immobilière atteint des sommets (voir le retoquage par le Conseil Constitutionnel. Qui veut investir dans la pierre à l'heure actuelle ? Beaucoup de gens qui viennent de construire en province (il n'y a pas que Paris) dès qu'ils ont fini de construire et s'ils veulent vendre (mutation, perte d'emploi etc...) enregistrent une moins value
Réponse de le 28/02/2013 à 22:45 :
Loi de l'offre et de la demande ? Mais alors pourquoi vouloir tout fausser avec toutes ces aides gouvernementales ? Pourquoi ne pas laisser la loi de l'offre et de la demande tout réguler sans aucune aide ?
a écrit le 28/02/2013 à 13:40 :
On votera massivement pour le candidat UMP en 2017 soit Nicolas SARKOZY (pbsl) ou JF COPE afin de relancer le secteur et soutenir les prix grâce aux niches fiscales .Il faut protéger le patrimoine des Français !
Réponse de le 28/02/2013 à 16:10 :
Et avec quel argent ? arretez de réver il n'y a plus de sous dans les caisses.
Réponse de le 28/02/2013 à 16:29 :
J'espère bien qu'en 2017, il y aura d'autres candidats que Sarkozy et Coppé. La France vaut mieux que de tels personnages, incompétents et tellement intéressés avant tout, par leurs intérêts.

Et tant qu'à faire, j'espère qu'avant 2017, un nouveau parti de droite, plus crédible, plus "sain" et plus constructif aura vu le jour.
Réponse de le 28/02/2013 à 22:46 :
On aura peut-être aussi notre nouveau Coluche avec 25% des voix comme en Italie...
a écrit le 28/02/2013 à 12:28 :
Le gouvernement précédent a prouvé que toutes les aides à l'immobilier dopent le marché et font grimper les prix. Diminuer les DMTO va solvabiliser et renforcer la demande au même titre qu'un PTZ. Cela ne faira pas baisser l'immobilier, au contraire...
Réponse de le 28/02/2013 à 16:24 :
et donc en fait ce sont ceux qui ont payé pendant 30 ans leurs prélèvements fonciers et s'acquittant de leurs emprunts en même temps qui vont devoir voir leurs prélèvements fonciers doubler voire tripler pour que les nouveaux proprios puissent acheter au plus cher. Ouais pas, mal, tiens encore les vilains rentiers qui vont trinquer.
a écrit le 28/02/2013 à 11:53 :
Un conseil restait locataire. Avec les socialistes, il ne va pas avoir une chute des prix mais un kcrash!
Sans parler de l'augmentation de la taxe fonciere. Preparez vos valises pour partir.
Réponse de le 28/02/2013 à 12:35 :
En quoi les socialistes sont-ils responsables de la montée stratosphériques et spéculatives des prix de ces 10 dernières années?
Est ce une mauvaise chose de voir une baisse des prix pour le bien de notre économie?
Sont ce des socialistes qui font baisser les prix en Espagne, au RU ou aux États Unis?
Réponse de le 28/02/2013 à 12:44 :
Tant mieux si les prix baissent fortement ! Vivait-on plus mal il y a 10 ans quand les prix de l'immobilier étaient de 4000E/m2 à Paris ? Non, bien au contraire, on pouvait se loger raisonnablement et la vie était moins chère car les loyers des commerces étaient également moins élevés ! Franchement, c'est une très bonne nouvelle si ça baisse fortement.
Réponse de le 28/02/2013 à 12:45 :
Et accessoirement, ça redonnera du pouvoir d'achats aux actifs et ça enlèvera aux rentiers : doit-on s'en plaindre ???
Réponse de le 28/02/2013 à 15:36 :
Continuez de rêver! c'est bon pour le moral! un temps....seulement !
Réponse de le 28/02/2013 à 15:59 :
Les propriétaires qui se sont saignés et endettés pour acheter recemment pourraient s'en plaindre. De toute façon la baisse des aides ne changera rien à Paris et région parisienne car nous sommes dans un marché de pénurie. C'est cette dernière qui a poussé les prix à la hausse. Regardez en province, les prix ont beaucoup baissé malgré les dispositifs évoqués.
Réponse de le 01/03/2013 à 14:38 :
A tolomel/ Mais quel argument en bois le marché de pénurie, il n'y a pas de pénurie. il n'y a pas plus de pénurie qu'en 2000 d'apres l'INSEE et pourtant les prix ont doublé alors la vrai raison c'est le crédit 'à foison, les taux bas, les aides publiques style ptw et desfiscalisation. Tout ca c'est fini et la fin de bulle INEVITABLE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :