Immobilier : l'année 2014 ressemblera à 2013

 |   |  428  mots
En 2013, la baisse des prix moyens dans l'immobilier l'ancien a été modeste (-1,5% à Paris et -1,3% en Province)
En 2013, la baisse des prix moyens dans l'immobilier l'ancien a été modeste (-1,5% à Paris et -1,3% en Province) (Crédits : Décideurs en région)
Sur le marché de l’immobilier, les grandes tendances en matière de prix en 2013 devraient se confirmer en 2014. C'est à dire une faible baisse dans l’ancien, un niveau élevé maintenu dans le neuf et des disparités qui s’accroissent entre les territoires, juge le Crédit Foncier.

En 2014 le marché immobilier devrait suivre les mêmes évolutions que l'an dernier, les prix demeurant élevés dans le neuf et affichant une tendance baissière dans l'ancien, avec toutefois de fortes disparités géographiques, estime le Crédit Foncier qui a dévoilé mercredi en dévoilant son étude annuelle. Son directeur général Bruno Deletré a estimé que l'année en cours "devrait confirmer des tendances significatives mises en exergue en 2013".

"Ainsi, la baisse des prix dans le résidentiel ancien et les fortes disparités entre territoires devraient se poursuivre. Le maintien de coûts significatifs de construction et du foncier alimente des prix dans le neuf à des niveaux élevés, alors que le volume de construction est au plus bas", estime-t-il.

Baisse modérée des prix dans l'ancien

Le marché résidentiel ancien affiche une hausse inattendue (+2,7%) en 2013 avec 723.000 transactions. Il demeure toutefois "très en deçà des niveaux d'avant-crise", de l'ordre de 820.000 transactions. Et la baisse modeste des prix moyens (-1,5% à Paris, -1,3% en Province) est liée au fait que "seuls les biens présentant un bon rapport qualité/prix dans les zones tendues se vendent et aliment donc les statistiques immobilières", dit le Crédit Foncier.

La correction des prix des logements anciens devrait se poursuivre cette année, "tout comme l'accroissement des disparités selon l'emplacement et la qualité des biens", tandis que le marché du crédit resterait stable, soutenu par des taux historiquement bas.
L'an dernier déjà , "les fortes disparités de prix sur l'ensemble du territoire français se sont accrues", et cette "hétérogénéité du marché immobilier devrait s'accentuer en 2014".

Le neuf toujours en crise...

En ce qui concerne l'immobilier neuf "pour la troisième année consécutive, le niveau de construction de logements devrait rester très bas, de l'ordre de 330.000 logements", très en deçà de l'objectif gouvernemental de 500.000 logements, "avec des prix toujours élevés", estime le Crédit Foncier.

En 2013, une accélération de la baisse des permis de construire (-12,6%) a conduit à un niveau historiquement faible de construction de logements neufs résidentiels. Avec 332.000 logements, la baisse atteint près de 30% en six ans (2007/2013) et dépasse 40% hors locatif social. De leur côté les ventes de maisons individuelles ont chuté de 19% sur la seule année 2013. Toutefois les prix dans le neuf résistent (+0,9% pour les appartements ; +4,7% pour les maisons) car les prix du foncier et des coûts de construction restent élevés, observe le Crédit Foncier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2014 à 13:02 :
Intéressant article! C'est quand même rassurant de savoir que les prix ont tendance à diminuer, reste à espérer que la baisse des prix dans le neuf se fasse maintenant. Mais au moins, on peut déjà profiter de la baisse des taux des crédits immobiliers et donc réaliser de réelles économies en cas d'achat d'un bien neuf!
Dans le cadre de mes recherches, j'ai découvert que quelques promoteurs de renommée proposaient des réductions assez intéressantes (par période bien sûr), et c'est le cas notamment de Vinci immobilier.
a écrit le 11/03/2014 à 0:58 :
Jamais, nous les riches du futur, ne paierons les prix décorrélés de leur valeur intrinsèque de l'immo. Un bien immo doit coûter son prix de jouissance = un bien banal, servant juste à protéger de l'extérieur, devrait coûter 3 ans de travail banal. Si la maison offre un confort de vie autre, va pour 10 ans. Le reste c'est de la thésaurisation néfaste pour la vraie économie de consommation durable.
a écrit le 07/03/2014 à 11:07 :
oubliez l'ancien, les travaux interminables, et extremement couteux, l'amiante, les moisissures, ..l'electricté pas aux normes

optez pour le flambant neuf.

Et pensez au parrainage quand vous achetez dans le neuf!
Réponse de le 07/03/2014 à 11:28 :
Tiens un nouveau prénom pour Virginie, Jean, Isabelle, Olivier, Sébastien, Gérard, Viviane... :D
Réponse de le 07/03/2014 à 21:35 :
Ne vous moquez pas des gens possédés, ce n'est pas une situation facile à vivre...
Réponse de le 09/03/2014 à 9:30 :
n'importe quoi Ben. Quant à l'autre gugus, vous vous êtes possédé par votre bailleur car vous lui donner tout votre argent! Vous devez vraiment l'adorer votre bailleur pour lui filer tout ce fric depuis de années!

Dans la vie, il y a les malins et il y a ceux qui se font plumer et qui en plus en sont fiers!
Réponse de le 09/03/2014 à 11:40 :
"Quant à l'autre gugus, vous vous êtes possédé par votre bailleur car vous lui donner tout votre argent!" : Je préfère lâcher 10 000 euros pendant X années et pouvoir me barrer à l'idée de donner 150 000 euros de PV en une signature, plus des intérêts à une banque, plus des TF, etc... "Vous devez vraiment l'adorer votre bailleur pour lui filer tout ce fric depuis de années! " Les jeunes sont perdant dans les deux cas, autant maîtriser les pertes. "Dans la vie, il y a les malins et il y a ceux qui se font plumer et qui en plus en sont fiers!" : Ne vous inquiétez pas, on en reparlera dans quelques temps car il n'y a pas que l'immobilier dans la vie.
Réponse de le 09/03/2014 à 13:51 :
Sincèrement, y'a des gens qui tombent dans le panneau d'Isabelle-Virginie-Gérard-Virginie-Sébastien-Olivier-Jean-Jéjé-RandomName ? :D
Réponse de le 10/03/2014 à 9:55 :
"Je préfère lâcher 10 000 euros pendant X années "

Merci de nous avoir confirmé votre QI. et bien.... 10 ans à 10 000 euros / an, car fait 100 000, soit vos économies pendant toute une vie... et 10 ans de perdu surtout , car aujourdhui il faut faire un crédit sur 20 ans au minimum! Et avec 10 ans en plus, l'assurance explose!

Cela dit, continuez vous faites de votre bailleur le plus heureux des rentiers!
Réponse de le 10/03/2014 à 10:29 :
pas moi déjà
Réponse de le 10/03/2014 à 22:52 :
1) " 10 ans à 10 000 euros / an, car fait 100 000, soit vos économies pendant toute une vie..." : Refaites le calcul avec 600 à 1000 euros d'économie par mois (pas propriétaire dans une zone déserte => pas de voiture => 300 euros par mois, crédit - loyer = 300 euros par mois, pas d'enfant, pas de voyage, peu de sortie, etc.).
2) "car aujourdhui il faut faire un crédit sur 20 ans au minimum!" : Quand on est débile, on signe pour 20 ans au profit de personnes qui gagnaient 2 à 3 fois moins que vous par le travail.
3) "continuez vous faites de votre bailleur le plus heureux des rentiers! " : Entre leur payer le camping car sur 10 ans et la villa dans le sud, chacun son choix. Comme je vous l'ai dis, nous sommes en mauvaise posture sur l'immobilier et sommes perdant dans tous les cas.
4) Que ça baisse ou que ça monte, on pourra changer de stratégie. Qu'en est-il pour ceux qui ont payé l'équivalent de 15 ans à 20 ans de loyer sous forme de PV immobilières?
5) S'il était si intéressant d'acheter que ça, vous ne seriez pas payer pour raconter vos salades et envoyer des veaux à l'abattoir (merci du reste, la concurrence sera moins féroce demain)
Réponse de le 11/03/2014 à 8:49 :
Jéjé, votre métier de commercial vous aveugle. Posez donc le calcul entre 10 ans de location et 10 ans en tant que proprio du même bien. Si vous êtes honnête et rigoureux vous verrez que le bilan n'est pas toujours favorable au propriétaire. Évidemment le rapport s'inverse par la suite.
a écrit le 06/03/2014 à 16:12 :
Toujours intéressant de savoir que les prix sont stables. Et comme on ne construit pas, que la population active augmente ... ce n'est pas prêt de s'effondrer.
Réponse de le 06/03/2014 à 17:03 :
ca reste a voir, de plus en plus de jeunes quittent la france et ceux qui restent n ont pas les moyen d acheter (soit chomeurs soit sous paye). donc quand pepe aura besoin d argent pour payer la maison medicalise (le alzeihmer boom, c est dans 10 ans) , il va bien valoir vendre, meme moins cher
Réponse de le 06/03/2014 à 17:52 :
10 ans ! Une éternité à l'heure actuelle des crises. Aucune analyse sérieuse ne peut être faite sur le niveau de la pierre dans 10 ans. Si crises elle redeviendra une valeur refuge. Si rebond économique... aussi.
Réponse de le 06/03/2014 à 17:55 :
La règle c'est l'offre et la demande solvable, ce dernier mot a toute son importance.
Et quand on ne déverse plus de subventions ou bien moins comme l'UMP l'a fait en son temps, style ptz pour l'ancien sans conditions, scellier, crédit trop facile sur trop longtemps, les prix ne peuvent que baisser.
Réponse de le 06/03/2014 à 18:06 :
@ToitPourmoi, oui, les prix sont stables à la baisse. Attendons de voir si cela continue sur le même rythme.
Réponse de le 06/03/2014 à 18:49 :
je rappellerai que la pierre comme vous dites est un actif au même titre que les actions, obligations, or, platine, cuivre, etc...mais moins "liquide" et que tout actif peut très bien s'effondrer, voir l'effondrement du marché immo. en Espagne, Irlande, USA, et en France en 1992 donc pas d'affirmation, seule madame Soleil pouvait se le permettre. Les conditions éco. en France aujourd'hui sont catastrophiques et même avec des taux bas on peut se poser la question qui a encore les moyens d'acheter de l'immo. Vous remarquerez que je reste neutre et non affirmatif, wait and see.
Réponse de le 07/03/2014 à 7:50 :
Le marché immobilier s'est effondré au début des années 90 car tous les investisseurs ont retiré leurs billes de ce secteur pour placer leurs liquidités en bourse qui crevait le plafond. Aujourd'hui les secteurs d'investissements sont plus volatiles et n'offrent plus les mêmes rendements. L'augmentation des transactions dans l'ancien en 2013 (720 000) par rapport à 2012 malgré la fin des aides d'état prouve que ce secteur à encore de beaux jours devant lui...
Réponse de le 07/03/2014 à 8:02 :
Oui, c'est ce qu'on disait pour les téléviseurs à tubes cathodiques il n'y a pas si longtemps : ils ont encore de beaux jours devant eux...
Réponse de le 07/03/2014 à 9:52 :
@Tron : quel est le rapport ? On n a jamais vendu autant de TV !! cela ne sert à rien de construire aujourd hui des maison en boue et en paille.
Il y a 200 000 foyers de plus par an en France. Donc même si certains jeunes partent le solde est toujours largement positif et on ne construit pas assez.
Et enfin, comme le dit @cdg : quelles sont les alternatives? il y a auourd hui beaucoup de liquidité et une part de la population qui a les moyens d 'acheter.
Les autres ont le logement social, qui est en déficit (dans les régions tendues, pas partout).et doivent se loger dans le privé en crise : voir les articles sur les problèmes meme en location.
Non, il faudrait construire massivement : 600 000 à 700 000 logement par an sur 5 à 6 ans, et dans les zones tendues. Le foncier existe, mais les lois sur la plus value font que les propriétaires attendent ... attendent... attendent...
Réponse de le 07/03/2014 à 10:11 :
Vous avez trouvé une autre façon de loger les gens ,des maisons plates en carton ?
Réponse de le 07/03/2014 à 10:23 :
Petite précision. Il n'y a pas 200 000 foyers de plus par an, mais 200 à 250 000 personnes en plus par an en France. D'après le CGEDD, le besoin de nouveaux logements par an en France n'est pas de 500 000 ou plus comme il est d'usage de le claironner, mais de 300 à 360 000.
Réponse de le 07/03/2014 à 15:05 :
@toitpourmoi

relis
a écrit le 06/03/2014 à 16:10 :
Ils sont où les "bullistes" qui en 2008, puis 2009, puis 2010, puis 2011 en encore en 2012 (mais moins en 2013, tiens !!).... nous prévoyaient -40 % sur les prix ! Ceux qui les croyaient et sont en location depuis ont perdu toutes ces années en payant un loyer à fonds perdus !! Moi j'ai acheté en 2008 et je m'en porte très bien : a condition de rester un minimum de temps dans sa maison et de ne pas prendre d'emprunt top long (20 ans maxi), on est toujours gagnant.
Réponse de le 06/03/2014 à 16:25 :
Ils sont où les "croissants perpétuels" qui nous disaient que non, jamais de la vie, les prix ne peuvent que monter ? Ceux qui ont acheté dans les dernières années attendront des années qu'une hausse viennent un jour peut-être compenser les frais de notaire, d'agent immobilier etc. qu'ils ont dû payer en plus de la valeur de leur bien - et pendant ce temps, impossible de déménager pour trouver un meilleur emploi ou trouver plus grand sauf à prendre une perte.
Réponse de le 06/03/2014 à 16:49 :
J ai acheté en 2009 egalement. Aujourd'hui, mon bien vaut 70 000 e de plus que son prix initial. Heureusement que je n'ai pas écouter les gens qui conseillent d'attendre car les prix vont dégringoler...
Réponse de le 06/03/2014 à 17:06 :
un locataire paie un loyer, un proprieratir epaie un loyer a sa banque (en general plus eleve). Apres il reste a savoir si au bout de 20 ans (duree du credit) la maison faut plus que ce qu elle a coute en plus d un loyer (interet, impot foncier ...). et je parle meme pas si vous etes scotche a un endroit caril faut rembourser le credit. Moi entre 2008 et maintenat, j ai change de pays (et double mon salaire ...). rien que pour ca ca vaut le coup de pas etre proprio
Réponse de le 06/03/2014 à 18:13 :
Sans compter les frais de notaire qui représentent plusieurs années de location, les frais d'agence le cas échéant, la taxe foncière, les charges supplémentaires... Ca c'est simplement pour le bilan financier. Après, il faut aussi considérer le fait que l'achat est un véritable frein à la mobilité, et qu'actuellement il est très rare de pouvoir acheter un bien de qualité au moins équivalente à ce que l'on peut louer (sauf cas particuliers de biens difficilement trouvables en location). Bref, ne pas foncer les yeux fermés, surtout en haut de bulle ou presque comme aujourd'hui (point d'inflexion en 2012-2013)
Réponse de le 06/03/2014 à 19:29 :
"Ils sont où les "bullistes" qui en 2008, puis 2009, puis 2010, puis 2011 en encore en 2012 (mais moins en 2013, tiens !!)...." : Certains observent le prix des 4 pièces se rapprocher lentement mais sûrement de celui des 2 pièces en continuant à gonfler leurs apports. Ils préféreront se barrer à l'idée d'en prendre pour 15 ans pour des 2 pièces ou d'habiter à une heure de leur lieu de travail.
Réponse de le 06/03/2014 à 19:32 :
"J ai acheté en 2009 egalement. Aujourd'hui, mon bien vaut 70 000 e de plus que son prix initial." : Ne vous inquiétez pas, les subventions sont coupées, ça va s'arranger.
Réponse de le 06/03/2014 à 19:54 :
Jalousie, quand tu nous tiens...
Réponse de le 06/03/2014 à 21:07 :
Cela n'aurait pas de sens d'être jaloux. D'une part cette plus-value est virtuelle, oserais-je dire rêvée pour le moment, et brute, car il faudra bien se loger derrière en payant la plus-value du vendeur... sauf si on opte pour la location, ce qui pourrait s'avérer le meilleur scénario actuellement.
Réponse de le 07/03/2014 à 9:56 :
Et la plus value sur les loyers ? Tout perdu !
Mais ... continuez : j'ai aussi un studio à Paris qui sera payé dans 3 ans (emprunt sur 12 ans) ...
Certes, si on calcule " a froid" l achat n est pas toujours le plus rentable. Mais c'est une épargne forcée que l'on ne fait pas sinon.
Et arrivé à la retraite : avec ce qui m attends je préfère avoir un chez moi, même si je ne suis pas parti en voyage aussi souvent que je l'aurai aimé.
Réponse de le 07/03/2014 à 10:38 :
Et les frais de notaire, les frais d'agence, les taxes foncières, les charges, l'entretien : tout perdu ? Bien sûr que non ce n'est pas perdu : on paie pour se loger, et à la location comme à l'achat, ce n'est JAMAIS gratuit au final. Aujourd'hui, en zone tendue, par rapport à la location, il faut 20 ans pour rentabiliser un achat à Paris, 15 ans en petite couronne, 10 ans ou plus en zone tendue. Or la durée de possession moyenne d'un bien est de 7 ans... Quant au toit à soi qui protège de tout à la retraite, ce n'est pas systématique. La maison de 100m² avec un étage et du terrain achetée il y a 20 ou 30 ans sera-t-elle adaptée et suffisamment peu coûteuse à l'entretien à la retraite ?
Réponse de le 07/03/2014 à 21:37 :
"Mais ... continuez : j'ai aussi un studio à Paris qui sera payé dans 3 ans (emprunt sur 12 ans) ... " : Acheté au creux de la vague, normal... Attendez pour vos suiveurs à plus de 180 000 euros...
Réponse de le 08/03/2014 à 8:13 :
Ah oui, je l'avais loupé celle-là, studio acheté en 2005, autrement dit à moitié prix d'ajourd'hui. Et j'ai oublié de parler des intérêts versés à la banque dans le cas de l'achat, plusieurs dizaines voire centaines de milliers d'euros, irrécupérables à la revente...
Réponse de le 11/03/2014 à 9:44 :
Ben vous avez oublié que ce n'est pas moi qui paie mais un gentil locataire qui me fait du capital (en plus il est vraiment sympa !). Et pour le message du dessus : non, ce n est pas 180 000 € mais 250 000 € que cela vaut aujourd hui.
mais continuez à payer des loyer : avec des gens comme vous les propriétaires ont encore des décennies devant eux !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :