Flambée des prix de l'immobilier : pourquoi les Français peuvent - encore - acheter

 |   |  409  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La fin du prêt à taux zéro et la remontée des taux freinent le marché. Mais il reste soutenu par le PTZ+ et la hausse du taux d'apport personnel.

Après une année 2010 très dynamique qui s'est traduite par un bond de 25,2 % du nombre d'accédants à la propriété par rapport à 2009, l'accalmie est aujourd'hui de mise. Le nombre de crédits immobiliers distribués, pourtant en progrès de 26,9 % au premier trimestre 2011, ne devrait croître que de 10 % au deuxième trimestre par rapport à la même période de l'année précédente, selon l'Observatoire du financement des marchés résidentiels (OFM) de l'Institut CSA et du Crédit logement.

Toutefois, ce bilan est plutôt positif si l'on tient compte de la remontée des taux de crédit, de la modification du dispositif Scellier et de la suppression du crédit d'impôt, qui avaient précipité la demande fin 2010.

Et la première explication réside dans la montée en flèche de la part de l'apport personnel qui retrouve son niveau de 2006, avec un gain de 13,1 points de base depuis 2009, ce grâce à la bonne santé du marché de la revente. Parallèlement, le coût des transactions par rapport aux revenus des ménages reste très élevé : en moyenne, les acquéreurs achètent un bien d'une valeur de 3,9 fois leurs revenus annuels.

Quant aux taux d'intérêt, qui avaient atteint le niveau le plus bas de la décennie, à 3,27 % sur l'ensemble du marché au quatrième trimestre 2010, ils ont continué de se redresser, atteignant 3,85 % en moyenne au second semestre 2011. Une remontée des taux « présente » mais qui « ne semble pas avoir pesé sur la demande », commente Michel Mouillard, maître de conférences à l'université de Nanterre, pour qui les taux « devraient se maintenir au niveau actuel ».

Autre élément de réponse : le prêt à taux zéro plus (PTZ+) dont « la mise en place a été plus longue que prévu », explique Michel Mouillard. Il faudra attendre le mois d'octobre au moins, selon lui, pour pouvoir tirer un bilan définitif de ce dispositif qui, s'il n'atteint pas l'objectif fixé de 380.000 prêts, devrait tout de même réaliser un « gros chiffre ». Ainsi, grâce à la progression de l'apport personnel, les ménages ont un niveau de solvabilité élevé dans le neuf. Et la remontée des taux ne devrait pas provoquer de « décrochage » de ce marché. En revanche, la solvabilité de la demande dans l'ancien se dégrade, le secteur n'ayant pas bénéficié d'une revalorisation du PTZ+.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2011 à 20:11 :
Si un bien est trop cher par rapport à ce qu'il propose, aujourd'hui, il reste sur le marché, il n'y a pas de bulle !!
Pour preuve : tout le monde ne court pas après la propriété, certains attendent que les prix s'effondrent (si cela va se passer un jour), ont-ils raison ou pas je ne sais pas, je ne lit pas l'avenir.

Ce qu'il ne faut pas oublier c'est qu'il y a 90% de "chances" que dans les prochaines années on ait des taux d'inflation très forts, à cause de la dette des pays dits riches, donc emprunter aujourd'hui à 4% à taux fixe c'est de l'argent prêté gratuitement quand on voit que la France a connu une inflation allant jusqu'à 12% au début des années 80.

Ce qu'il faut, c'est acheter pour soi, avec raison, et ne pas tomber sur le premier bien en pensant à la plus-value.

C'est que comme ça qu'on réussit son investissement immobilier et qu'on évite les déconvenus 5, 10, 15ans plus tard au moment de la revente...
a écrit le 23/07/2011 à 8:47 :
La meilleure facon de relancer l'économie française est que les prix de l'immobilier s'effondre. Les prix actuels poussent les gens à investir une partie trop importante de leur revenu disponible, les obligeant à réduire très sensiblement leur consommation...
a écrit le 22/07/2011 à 8:52 :
La peur de l'inflation pousse les épargnants à investire dans l'immobilier, l'or étant entre temps déjà arrivé à des pris qui étaient encore inimaginable il y a un ou deux ans
a écrit le 21/07/2011 à 23:25 :
Si la France est gagnée par la contagion de la crise de la dette européenne, comme le craint bloomberg ces derniers jours, les taux d'intérèt en France risque de monter de 2%, comme cela a été le cas pour l'Espagne et l'Italie. Dans ce cas, on peut craindre ou espérer (selon le point de vue du vendeur ou de l'acheteur) une forte correction des prix immobiliers (-26% en Espagne, -33% aux USA, et -50% en Irlande en quelques années, pays dont la situation est, bien-sûr, différente).
a écrit le 21/07/2011 à 22:25 :
apres toute flambee des prix, il y a la decrue, j`attends tranquillement en louant
Réponse de le 23/07/2011 à 8:47 :
idem... ca va faire très mal... :)
Réponse de le 23/07/2011 à 8:48 :
idem, ca va faire très mal...
Réponse de le 23/07/2011 à 9:01 :
oui vous avez raison, ca fait maintenant 7 ans qu'on dit que les prix vont baisser, mais en 7 ans ils ont pris +60%, donc avec ce raisonnement disons que vous aurez forcément raison un jour ca va baisser de -10%, vous aurez juste acheté votre bien +50% que si vous vous etiez décidé auparavant...
Réponse de le 24/07/2011 à 9:44 :
Messieurs bubulle et bsineau,
J'ai acheté mon dernier bien en 2007, j'ai déjà fait au bas mot 30% de plus-value, la seule chose qui fasse mal, c'est l'argent jeté par la fenetre dans tous vos loyers depuis ce temps, mais continuez ainsi, nous propriétaires avons besoin de gens comme vous pour continuer d'assurer nos trains de vie et nos retraites.
Réponse de le 25/07/2011 à 19:54 :
Vu le nbr d`impayés sur les loyers je me ferai plus de soucis à votre place!!!!!
a écrit le 21/07/2011 à 16:26 :
L'immobilier en France est en panne, du moins en ce qui concerne les particuliers.
La valeur des biens est surestimée de 50 à 250% d'une part, le pouvoir d'achat des éventuels acheteurs qui a fondu comme neige au soleil en 10 ans, et la frilosité des banques qui ne prêtent qu'aux riches d'autre part, font que ce marché est atone.
Nous sommes en présence ni plus ni moins que d'une bulle qui tôt ou tard va éclater.
Réponse de le 25/07/2011 à 9:41 :
En panne? J'ai un ami banquier, il fait des crédits immo à tour de bras et les prêts accordés ne cessent de grimper! Le pouvoir d'achat baisse mais les gens sont prêts à s'endetter sur 25 ou 30 ans pour acheter leur logement.
En France il y aura pas d'explosion de bulle mais surement une correction des prix à la baisse (max 10% et encore!) car il y a un manque de biens sur le marché à la diffèrence de l'Espagne et des USA qui ont trop fabriqué et prêté de l'argent au premier venu!
Aujourd'hui un BON produit immo au prix du marché et vendu dans les 10 jours!
Réponse de le 25/07/2011 à 15:59 :
Tout à fait d'accord avec vous Nanard. Je travaille dans l'immobilier depuis 26 ans
a écrit le 21/07/2011 à 16:11 :
Ma constatation est que les Français se disent capitalistes et critiquent facilement, tandis que sans les aides gouvernementales en tout genre (et pas seulement dans l'immobilier), ils ne savent rien faire :-)
a écrit le 21/07/2011 à 11:29 :
http://www.notaires.fr/notaires/media/document/1206/136

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :