« Le printemps s'accompagnera d'une forte reprise des marchés »

 |   |  1111  mots
(Crédits : Reuters)
Comment protéger ses actions ? Quels scénarios sont à envisager après la crise ? Qui va refinancer les États ? Les réponses de Karl Toussaint du Wast, co-fondateur de Netinvestissement.

LA TRIBUNE - Avec les marchés financiers quotidiennement déstabilisés par le coronavirus, quel est le bon comportement à adopter lorsque l'on est un petit porteur, ou sur des placements plus importants ?

Karl Toussaint du Wast. Tout d'abord la priorité quel que soit d'ailleurs votre profil d'investisseur est de rester pragmatique et cohérent et de ne surtout pas sur-réagir. La baisse a déjà été constatée. Il serait donc irresponsable de sortir maintenant et, se faisant, d'accepter ainsi d'encaisser la totalité de la chute. Voyons à présent quel comportement adopter selon chaque type d'investisseur.

Pour les petits porteurs : les petits porteurs sont généralement moins exposés aux marchés financiers. Ils privilégient souvent des solutions garantis type fonds euro. Cela étant dit, pour celles et ceux qui avaient des positions exposées aux marchés, surtout ne paniquez pas en sortant, en vendant ou en arbitrant vos positions! La baisse est déjà là. Maintenant il faut attendre que les marchés remontent irrémédiablement dans les prochains mois. Si toutefois vous avez besoin de liquidités, privilégiez dans l'ordre :

  • Rachat de votre épargne de précaution (qui joue donc pleinement son rôle dans ces situations) à savoir livrets, LDD, PEL et CEL.
  • Si cela ne suffisait pas, alors demandez à votre conseiller financier de ne racheter que la poche fonds euro. Et oui, la poche fonds euro, mais pas les unités de compte.

Pour les gros porteurs : pour les détenteurs de portefeuille plus importants et qui donc seraient davantage susceptibles de disposer de liquidités disponibles, le meilleur conseil que je puisse vous donner est de vous repositionner dès à présent sur les marchés. Le niveau actuel des marchés est historiquement bas et offre donc mécaniquement des opportunités de hausse et de reprise très significatives à court/moyen terme. Il est tout à fait cohérent d'envisager 30 à 50% de gain sur les 3 à 4 prochaines années (voire potentiellement beaucoup plus). Reprendre des positions aujourd'hui, c'est quasiment s'assurer de bénéficier pleinement de la hausse et de la reprise.

Peut-on être plus précis sur l'échéance de la reprise que vous évoquez ?

Cette crise du virus va durer 6 semaines et ensuite, avec l'arrivée du printemps, la reprise sera forte. En priorité donc utilisez votre épargne de trésorerie pour vos besoins de liquidités puis, si nécessaire, éventuellement un rachat sur les fonds euro mais surtout ne pas vendre ses positions et unités de compte.

Quelles seront les meilleurs placements à opérer après la crise ?

Les meilleures positions sont celles qui vont être prises sur les marchés entre maintenant et dans les semaines qui viennent. Le scénario rationnellement le plus probable est le suivant : nous savons à présent (avec les Chinois, les Coréens et les Italiens) que la courbe de propagation du virus est en U inversé. La montée est rapide, mais la descente également. Nous savons aussi (pour suivre l'évolution de la courbe chez nos voisins italiens) que d'ici quelques semaines, la contagion sera quasiment terminée et annoncera donc la sortie de ce phénomène de confinement. Dans l'intervalle, le gouvernement a annoncé sans la moindre équivoque un soutien massif de l'économie, des emplois à hauteur de 300 milliards d'euros, de quoi tenir sans trop de difficultés cette période. Il y a donc fort à parier que l'arrivée du printemps s'accompagnera d'une reprise de la consommation, de l'économie et donc... d'une forte reprise des marchés.

Donc côté placements, une fois n'est pas coutume, c'est simple : tous ! Toutes les classes d'actifs, toutes les zones, tous les marchés sont tombés à des niveaux bas et tous vont reprendre. CAC 40, SBF 120, Dow Jones, Nasdaq. Il y a des opportunités à saisir partout et à court terme.

L'or qui a perdu 5% en séance lundi 17 mars, dans le sillage des Bourses mondiales, est-il encore une valeur refuge ?

Nous l'avons vu, l'or n'a pas résisté. Mais dès que la reprise sera là d'ici quelques semaines vraisemblablement, l'or n'aura plus aucun intérêt.

Achetez Air France et LVMH, positionnez vous sur le pétrole et les distributeurs. A surveiller en revanche : les bancaires et assurance qui pourraient potentiellement mettre un peu plus de temps à remonter. Il y aura de la volatilité forte sur ces valeurs. Pour les investisseurs français, ils peuvent se limiter au marché français voire européen. Il y a déjà largement de quoi faire. Nous recommandons des fonds (paniers d'actions) de grandes et moyennes capitalisations qui vont aller chercher de la performance partout dans les semaines qui viennent.

Les plans de soutien à l'économique annoncés par les gouvernements sont en effet massifs... Dans un scénario extrême où les banques devront refinancer les Etats, comme en 2008, les comptes en banque des Français sont-il protégés ?

La situation n'a justement aucun rapport avec 2008. Cette année-là, nous avons découvert que les foyers américains étaient dans l'incapacité de rembourser des prêts immobiliers construits sur des taux variables non capés. Leur incapacité à rembourser ont effectivement mis en danger la solvabilité même des banques. Dans le cas présent, le phénomène est identifié et connu temporellement. L'Etat a annoncé un soutien massif de 300 milliards d'euros le temps de passer cet évènement. Les banques serviront donc de relais entre la banque centrale et les entreprises. Il n'y a donc pas de raison de s'inquiéter de l'état des banques.

Lire aussi : Coronavirus: Donald Trump propose un plan de relance de 850 milliards de dollars

Plus largement, toutes les banques mondiales et les institutions financières du monde sont imbriquées les unes dans les autres. Il est donc dans l'intérêt de tous (Etats, banques, banques centrales...) que la machine reparte.

Le seul risque effectif auquel les banques pourraient être confrontées est celui lié aux retraits massifs des épargnants qui voudraient retirer leur argent de leurs contrats en même temps. Or, sur ce risque, nous avons appris du passé : le gouvernement a mis en place il y a quelques années la loi Sapin 2 qui, si elle était mise en application, ferait geler les avoirs des Français, le temps de laisser passer la tempête, justement pour éviter un effondrement du système bancaire. Cette loi n'a pas pour le moment été initiée ni même évoquée mais elle existe et remplirait alors sa mission en cas de mise en application.

Lire aussi : Coronavirus : l'Etat prévoit un plan massif de 45 milliards d'euros d'aides

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2020 à 17:35 :
Forte reprise des marchés au printemps. It must be a 1st April Joke!
a écrit le 24/03/2020 à 10:40 :
Ils ont besoin de vos fonds en euros les gars ! Allez ayez l'amabilité de transférer ces fonds vers la bourse pour que ce monsieur n'ait pas à vendre sa porsche, merci !
a écrit le 21/03/2020 à 15:45 :
Ces réponses montrent l'inculture économique et le manque d'éducation financière des Français...
a écrit le 19/03/2020 à 11:11 :
Ce mec et son associé commencent à paniquer donc ils veulent rassurer les gens et en particulier ceux qui ont investi chez eux, dans l'immobilier. Je viens de recevoir un email de leur par aujourd'hui (je leur avais juste posé des quelques questions il y a 2 ans environ et ont visiblement gardé mon adresse email), alors que jusqu'à présent visiblement je ne les intéressait pas vraiment. Donc il essaient de démarcher en cette période critique voire très critique pour leur business dans les mois qui vont suivre.

Ces gens-là vivent sur une autre planète pour pouvoir débiter des âneries pareilles, normal ils ont profité de tout ce fric déversé depuis plus de 10 ans. Je rejoins donc les deux commentaires précédent. Qu'ils aillent au diable et que La Tribune et autres média financiers et économiques arrêtent de leur donner voix au chapitre et leur cirer les pompes.
Réponse de le 19/03/2020 à 19:38 :
Monsieur Ness merci pour la constructivité et la bienveillance de votre message. ça fait toujours plaisir en ces temps troubles que le monde connait de voir tant d'amour.
Nous avons eu beau chercher dans notre base, nous ne retrouvons pas d'Elliot Ness donc impossible d'apporter éclaircissement ou précision sur votre propos ni votre demande initiale d'il y a deux ans. netinvestissement existe justement car nous rendons accessible et disponible les placements et les investissements à tous. Vous avez raison. Nous avons bien profité de ces dix dernières années ce qui nous a notamment permis de créer 40 emplois, d'ouvrir de nouvelles agences et de rendre satisfaits des milliers de clients déçus ou insatisfaits jusque là. D'ailleurs et comme je l'ai indiqué dans l'article que vous avez semble t'il lu avec soin, nous avons arbitré nos positions en début d'année pour sécuriser les positions de nos clients et leur éviter le pire.

Enfin je vous remercie de nous souhaiter d'aller au Diable, c'est en effet une façon de voir les choses. De notre côté, nous vous souhaitons le meilleur, de ne pas tomber malade vous et vos proches et de réussir à passer cette épreuve inédite pour tout le Monde.
Si vous en avez, dites à vos enfants que vous les aimez M. Ness et rassurez leur sur la probité de leur père. Il y a du bon en vous, laissez le s'exprimer. Vous verrez, ça délivre
a écrit le 19/03/2020 à 9:25 :
Le déni financier, les mecs qui n'ont jamais bossé ne voient pas de problème à ce que les gens ne bossent plus durant des semaines durant.

Il faudrait interdire à la cupide finance d'exprimer son indécence.
a écrit le 18/03/2020 à 20:27 :
"Cette crise du virus va durer 6 semaines et ensuite, avec l'arrivée du printemps, la reprise sera forte. "

Que c'est beau ! Assertion typique de quelqu'un qui n'a rien mais rien compris à la situation. Il est impressionnant de voir comment certains sont encore dans le déni.
L'argent imprimé à partir de rien ne crée aucune richesse juste des bulles de plus en plus grosses et des comportements irresponsables : un exemple ? BLOOMBERG titrait récemment que les plus grosses compagnies aériennes ont dépensé 96% de leur cash flow à racheter leurs propres actions pendant une décennie. C'est du grand n'importe quoi, cela fait monter artificiellement les cours au profit des actionnaires et des dirigeants qui se gavent de stock option.
On sait très bien que la croissance était historiquement faible quand on retire tous les artifices financiers, les épargnants vont être ruinés grâce aux banques centrales et à l'irresponsabilité de la finance.
Réponse de le 19/03/2020 à 19:44 :
Monsieur Septic, c'est amusant votre pseudo... septic.
outre l'erreur d’orthographe, le scepticisme a une définition tout à fait à propos dans votre commentaire bienveillant et constructif:
Scepticisme: doctrine selon laquelle l'esprit humain ne peut atteindre aucune vérité générale (s'oppose à dogmatisme).
variante: refus d'admettre une chose sans examen critique.

Cela étant dit il faut des sceptiques car c'est dans l'échange et les différences de point de vue (la carte n'est pas le territoire) que l'on construit des débats et que l'on nourrit son jugement, son point de vue et dans l'idéal, sa hauteur d'esprit.
le monde vit un évènement historique inédit qui nécessite la force, l'amour, le courage et la résilience des Hommes pour en sortir par le haut. C'est en effet ce que nous croyons et vous êtes parfaitement libre de penser et d'exprimer le contraire.
Nous aurions été ravis de pouvoir échanger et débattre avec vous autour d'un verre sur nos divergences et nous nourrir l'un de l'autre mais malheureusement les règles de confinement ne nous le permettent pas.
En attendant, nous vous souhaitons un sain et salvateur confinement. Puisse t'il vous aider à trouver l'amour et la bienveillance à l'égard des autres. Priez, méditez, dites à votre femme et vos enfants que vous les aimez, et dites vous que l'Homme est toujours sorti des crises.
Au delà de l'espoir individuel, c'est la volonté collective qui nous sauvera.

Portez vous bien M. Septic
Réponse de le 30/03/2020 à 22:54 :
Exactement et là on assiste seulement au dégonflement de la bulle financière (-30%). On a corrigé en 4 semaines, au moins 5 années de hausse (artificielle comme tu l'expliques)
Or l'économie réelle subit un ralentissement énorme. Une crise profonde (de l'offre et de la demande) d'au moins un an est à prévoir (réduction drastique des flux de voyageurs, de marchandises, annulation des salons, concerts, JO etc.).
La correction va donc se poursuivre à la baisse, notamment quand les résultats des entreprises seront publiés.
Et le pire c'est que les BC continuent à injecter des liquidités en masse ce qui fragilise encore plus à long terme ce système déjà sous perfusion...
Inciter les gens à investir maintenant c'est leur faire courir un très grand risque!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :