La franchise, pourquoi, pour qui ?

 |   |  741  mots
Le réseau Cavavin compte 145 points de vente en France et  à l'international.
Le réseau Cavavin compte 145 points de vente en France et à l'international. (Crédits : Observatoire de la franchise - Cavavin)
Chaque année, de nouveaux franchisés se lancent dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Pour réussir mieux et plus vite, ils choisissent de s’appuyer sur l’expertise et le savoir-faire d’un franchiseur. Mais comment doit-on sélectionner son enseigne ? Comment savoir si un concept fonctionne ? Quels sont les secteurs à privilégier et ceux à éviter ? Les réponses avec des experts de la franchise.

Pourquoi choisir la franchise ?

Pour Olivier  Deschamps, avocat associé au sein du cabinet Linkea, « la franchise, c'est une recette de cuisine avec quatre ingrédients qui vont permettre au franchisé d'aller plus vite dans sa création. » Ces quatre ingrédients étant : une marque, un savoir-faire, une assistance et une collection de produits et de services. Pour Olga Romulus, expert-comptable chez Fiducial, la franchise a l'avantage de permettre à des chefs d'entreprise indépendants de ne pas être isolés. Et les franchiseurs, pourquoi choisissent-ils ce mode de développement ? « Pour aller plus vite en s'appuyant sur le dynamisme et l'implication de chefs d'entreprise motivés par leur réussite », confie Etienne Boivin, Responsable développement du réseau Cavavin, qui compte 145 points de vente en France et  à l'international.

>> En savoir plus sur Cavavin

Qui peut réussir en franchise ?

« La première qualité d'un franchisé reste l'autonomie », précise Christine Molin, fondatrice de CM Conseil. Afin de faire face à tous les devoirs du chef d'entreprise, le franchisé doit posséder des compétences managériales et de gestion. Il doit également avoir un bon sens relationnel. Et, ajoute Christine Molin, « il doit également avoir envie de partager avec son franchiseur, tout en étant sincère et loyal. » L'enseigne Cavavin ne recherche pas de profil particulier. Les franchisés du réseau proviennent de tous horizons et ne sont pas forcément issus du milieu du vin. « Nous recherchons surtout des personnes ayant le sens du contact et du relationnel, forcément un peu épicuriennes. Des personnes qui ont envie de créer un business sur un secteur qu'ils apprécient. »

Comment choisir son réseau ?

Pour sélectionner son réseau de franchise, il faut procéder par étapes. La première consiste à se demander quelle vie veut-on vivre demain. « Avant toute chose, il est fondamental de se projeter dans ses désirs. Cette première étape va permettre de s'orienter vers certains secteurs et en éliminer d'autres. Ainsi, par exemple, quelqu'un n'aimant pas se lever tôt ne choisira pas la boulangerie », indique Christine Molin. Une fois son secteur choisi, il est conseillé de rencontrer un maximum de franchiseurs et idéalement de participer aux journées découvertes qu'ils organisent. Le futur franchisé doit ensuite s'assurer que le franchiseur détient un nombre de pilotes suffisant et qu'il exploite son concept avec réussite. Pour cela, il doit rencontrer les franchisés du réseau et se faire accompagner par un expert-comptable pour étudier tous les chiffres du franchiseur. Dans le cas d'un jeune réseau, le futur franchisé doit s'assurer que le concept est porteur de valeurs d'innovation et de points de différenciation. « Il faut aussi s'assurer que le réseau respecte certains fondamentaux comme la protection de sa marque. Le futur franchisé doit également se renseigner sur le temps de formation », insiste Olivier Deschamps. Autre élément à regarder de près : le parcours du franchiseur et de ses équipes. « Le relationnel entre le franchiseur et le franchisé est capital. Un candidat à la franchise doit donc être attentif à la personnalité du franchiseur mais aussi  à celle de l'animateur par exemple », rappelle Christine Molin. « Notre DIP contient, entre autres, le CV des dirigeants, l'histoire de l'enseigne, la liste des magasins et les deux derniers bilans du réseau. Autant de renseignements que le candidat à la franchise doit étudier de près », explique Etienne Boivin. Enfin, souligne Olivier Deschamps, « le taux de renouvellement des contrats constitue un excellent indicateur de la satisfaction des franchisés. » L'expert précise qu'un contrat de franchise doit être clair, lisible et équilibré entre les devoirs du franchiseur et ceux du franchisé.

Les secteurs à privilégier et à éviter

« Il n'existe aucun réseau qui garantisse la réussite », lance d'emblée Olga Romulus. Pourtant, certains secteurs seraient, selon l'experte, à privilégier et d'autres à éviter. Ainsi, même si l'on y observe quelques échecs cuisants, la restauration demeure un secteur qui se porte bien, tout comme l'alimentation et la boulangerie. Autres domaines à privilégier : les services aux entreprises et tout ce qui concerne l'enfance. A l'inverse, alerte rouge du côté des réseaux liés à un environnement indépendant de leur contrôle et des secteurs touchés par une forte saisonnalité.

Propos recueillis lors d'une conférence animée par nos confrères de Franchise Magazine lors du Salon des Entrepreneurs de Paris

>> Pour en savoir plus sur les franchises

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :