Il arrive ! L'avion commercial chinois a le vent en poupe... en Chine

 |   |  709  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Chine va devenir le marché numéro un de l'aviation mondiale. Avec 30 commandes nouvelles au Salon international de Zhuhai, le moyen-courrier C919 de l'avionneur public chinois, encore en développement, se prépare pour concurrencer Airbus et Boeing, avec déjà 430 appareils commandés, en Chine ! Premier vol attendu... fin 2015 pour une livraison escomptée en 2018.

L'avionneur public chinois Comac a annoncé mardi 30 nouvelles commandes pour son moyen-courrier C919, appareil encore en développement et emblème des ambitions aéronautiques de Pékin, lesquelles s'affichaient cette semaine au salon international de Zhuhai.

La Comac (Commercial aircraft corporation of China), groupe contrôlé par l'Etat, a indiqué dans un communiqué avoir conclu un accord avec CMB Financial Leasing, loueur d'avions filiale de la China Merchants Bank.

Ce contrat porte le carnet de commandes pour le C919 à 430 unités, a précisé le groupe, sans livrer de détails financiers. L'accord a été conclu en marge du salon aéronautique de Zhuhai (sud de la Chine), principal évènement du secteur dans le pays, qui s'est ouvert mardi.

Avec une capacité comprise entre 158 et 174 sièges, le C919 entend rivaliser sur les vols régionaux avec deux "stars" internationales du moyen-courrier, le B737 de l'américain Boeing et l'A320 de l'européen Airbus.

Mais sur les 430 commandes enregistrées à ce jour, toutes proviennent de compagnies et firmes chinoises, à l'exception d'un unique appareil commandé par une filiale de l'américain General Electric... lui-même engagé en coentreprise en Chine pour fabriquer les moteurs du C919.

"Nous sommes sur les rails pour tenir notre calendrier", a assuré à l'AFP un porte-parole de la Comac. Monocouloir capable de parcourir 5.500 km, le C919 doit effectuer son premier vol fin 2015, avec des premières livraisons prévues en 2018. Des ouvriers ont récemment commencé à assembler à Shanghai le fuselage du premier appareil de la gamme.

Mais experts et professionnels, sceptiques, mettent en avant les défis technologiques à relever et s'attendent à des reports. "La production a commencé, mais il va y avoir des retards, si vous voulez mon avis", a confié à l'AFP, sous couvert d'anonymat, un équipementier fournissant des pièces du C919.

Le ciel est assez vaste

La Comac a également fait état mardi de 20 nouvelles commandes pour l'ARJ-21 -son avion régional en cours de certification-, de la part de Comsys Leasing Co., société de Tianjin. Cela porte à 278 le total des commandes pour l'ARJ-21, a précisé l'avionneur dans un communiqué.

Les premières livraisons de l'ARJ-21, initialement prévues en 2009, ont fait l'objet de retards à répétition, et l'appareil doit encore obtenir une certification du régulateur américain (FAA) -indispensable pour voler à l'étranger-, ce qui pourrait prendre du temps.

En revanche, "l'ARJ-21 obtiendra sa certification de la CAAC (Autorité chinoise de l'aviation civile) le mois prochain", affirme la Comac.

Cette concurrence chinoise potentielle ne paraissait pas inquiéter outre-mesure ses rivaux occidentaux présents au salon de Zhuhai. "Seule la concurrence peut pousser une entreprise (...) à devenir plus efficace", a assuré Eric Chen, président d'Airbus Chine. "Le ciel mondial est très vaste, et suffisamment pour abriter peut-être plus de deux avionneurs", a-t-il ajouté, lors d'un point-presse.

Zhuhai est le terrain privilégié pour présenter les avancées de la Comac, mais aussi pour des vols de démonstration des fleurons de groupes de défense chinois et de l'Armée populaire de libération --dont le nouvel avion de chasse furtif J-31.

Mais l'aviation civile y est également amplement représentée, avec des firmes étrangères convoitant un marché en plein essor. Le trafic aérien chinois a ainsi gonflé de 11% l'an dernier, à 350 millions de passagers, et, selon Boeing, le pays aura besoin de 6.020 avions de ligne sur les vingt années à venir, soit un triplement de sa flotte actuelle.

"C'est extraordinaire! Imaginez seulement: l'impact de 500 millions de personnes supplémentaires prenant l'avion", se félicitait Briand Greer, président chargé de l'aérospatiale en Asie-Pacifique pour l'américain Honeywell.

Quelques jours avant Zhuhai, Airbus --dont la Chine absorbe déjà 25% de la production mondiale-- a signé un protocole d'accord avec le loueur d'avions China Aircraft Leasing Company pour la vente de 100 appareils A320.

"La Chine va devenir le marché numéro un de l'aviation mondiale", a commenté mardi Eric Chen. L'optimisme général était cependant tempéré par quelques nuages sombres, pointés par certains industriels: vif ralentissement de l'économie ; lutte anticorruption lancée par Pékin -susceptible de peser sur le trafic-... et surtout les contrôles et restrictions draconiennes sur l'espace aérien chinois, source de perturbations chroniques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2014 à 7:55 :
après avoir copié le B737, Airbus a continué le B787, au nom de A350
a écrit le 12/11/2014 à 15:29 :
A320 est une copie de B737, q jours après le 1er décollage, tombé à Habsheim
Réponse de le 12/11/2014 à 17:59 :
Vous êtes pilote ? L'A320 se vend mieux que son concurrent américain est n'a rien à lui envier. L'A320 est bien supérieur du point de vue technique au Boeing 737 grâce à ces ordinateurs de bord, commande de vol électrique puis le contrôle du centre de gravité par déplacement du kérosène. Des innovations qui ont permis à l'A320 de consommer 50 % de kérosène en moins que le Boeing 737. C'est Boeing qui a raté le coche à ce moment là est qui a du se résoudre à reprendre les innovations du constructeur européen pour ses autres avions
a écrit le 12/11/2014 à 12:16 :
Lorsque les voitures chinoises sont arrivés. Tout le monde ici disait ici que l'industrie automobile européenne allait s'écrouler. Maintenant que les Chinois sorte un avions civile vous croyez déjà qu'il surpasse sur les points technique, fiabilité, qualité, tout le savoir faire d'Airbus et de Boeing ?! Grace à qui ? Aux Russes peut-être. C'est vrais que la sûreté et la fiabilité technique des avions civile russe n'est plus à démontrer et que la Russie ne reve que d'une chose : se faire bouffer par la Chine. Réveillez-vous un peu, la conception d'un avion n'est pas aussi simple que ça re Airbus puis Boeing a plusieurs années d'expérience technique devant elle encore. Quelle compagnie aérienne prendrait le risque aujourd'hui de délaisser Airbus et Boeing au profit de cette avion. Les compagnies aérienne regardent surtout la fiabilité, le service de maintenance et les performances de leur appareil avant le prix
a écrit le 12/11/2014 à 11:05 :
Pour le décollage d'un avion, il vaudrait mieux qu'il n'ait pas le vent en poupe. C'est assez dangereux, ou alors il lui faudrait une piste très longue. C'est ce qui semble être le cas.
a écrit le 12/11/2014 à 10:28 :
les russes et les chinois ont signe un accord en vue de creer un avion qui concurrencera boeing et par conséquent airbus les russes vont aider les chinois dans le domaine des fusees et ce n'est pas fini les russes ont decide de faire payer tres cher les etats qui leur ont impose des sanctions
Réponse de le 12/11/2014 à 11:55 :
La sûreté et la fiabilité technique des avions civile russe n'est plus un secret pour personne. On ne compte plus les Tupolev, Iliouchine qui se sont écrasés peu de temps après être sorti de l'usine. Les machines russes pâtisse aujourd'hui d'une image entachée par des catastrophes aériennes répétées. Croyez vous que les Chinois ont besoins de ça pour être plus compétent que Airbus et Boeing. Pour les fusées, c'est vrais que les Chinois, comme les Russes sont capables d'envoyer un homme dans l'espace, mais sur le plan économique elles sont HS sur le marchès des lanceurs de satellites où Ariane est leader. Quels intérêt aurait les russes aujourd'hui à tout offrir aux chinois ? Pour se faire balayer de la scène internationale par les chinois. Votre commentaire fait rigoler
a écrit le 12/11/2014 à 6:27 :
La rentabilité d'un avion de ligne se trouve dans sa durée de vie commerciale et sa consommation en carburant.
C'est aux chinois de prouver qu'ils peuvent construire un avion de ligne capable d'être robuste et peu gourmand en carburant.
Réponse de le 12/11/2014 à 9:55 :
Nos politiciens et grands patrons, Tyrion, font un métier difficile et il faut les respecter. Toutefois, beaucoup de gens font des métiers aussi difficiles, comme les journalistes de rédaction ou les livreurs de pizza dans une grande ville.

Nous, les Gaulois, nous avons un pouvoir d'achat supérieur au reste du monde, une retraite à l'abri de la faim, un toit confortable et une table abondante avec la meilleure cuisine du monde, selon les meilleurs guides-forfait mexicains.

Nos grands-parents se levaient tôt chaque matin pour inspectionner leurs domaines et châteaux, et ils le faisaient pour avoir de quoi laisser en grand héritage à la famille que sommes nous aujourd'hui. Revenons donc au bon sens et au travail, 96.7% de l'humanité nous envie mais on s'en fiche du reste de l'humanité. Royalement. Notamment des avions chinois.
a écrit le 12/11/2014 à 6:11 :
Je vais en Chine chez mes fournisseurs plusieurs fois dans l''année. Ils connaissent très bien l'image de leurs produits à l'international. Leur vexation est profonde, attention à l'effet boomerang, ils mettent les bouchées double à tous les niveaux. Depuis un an la qualité de leur produits dépassent les Européens (ds mon domaine), leur chaine de contrôle qualité est draconienne, et leur prix 50% moins chers.
Ils copient certes, comme les Japonais ont copiés, mais ils améliorent et investissent, sont soucieux du design, très flexibles, bref l'usine du monde n'est pas prête à céder sa place.
La dernière fois que j'ai voulu importer de France du materiel Français, les douaniers et leurs paperasseries m'ont bloqué mon conteneur une semaine, depuis j'ai laissé tomber mes fournisseurs français...
a écrit le 12/11/2014 à 1:09 :
Il faut arrêter de fantasmer sur la Chine et de gober la moindre de leur annonce.
Les futurs concurrents les plus sérieux pour le duopole seront plutôt le canadien Bombardier et le brésilien Embraer qui ont déjà tout le savoir-faire pour construire des moyens et longs courriers.
Et il ne faut pas oublier les Japonais qui pourraient percer plus surement que les Chinois.
Les Russes arriveront peut-être à sortir de leur marasme (le Sukoï superjet 100 étant un premier jalon).
Et pour finir la concurrence pourrait même venir d'Europe avec le franco-italien ATR si ce dernier n'était pas bridé dans son développement !!
Réponse de le 12/11/2014 à 10:49 :
bin les chinois de la comac ont une joint venture avec les russes d' amc pour un conccurent du A350 tout composite etc.. il arrive bientôt.
a écrit le 11/11/2014 à 21:16 :
Au Salon International de Zhuhai de cette année les principaux exposants étaient la Chine (266 sociétés), les Etats-Unis (77), la Russie (47) et la France (33). On peut faire un estimation pour les années à venir : le nombre de sociétés chinoises et russes va augmenter et le nombre des sociétés américaine et française va diminuer. Dans 8 ou 10 ans il n'y aura qu'Airbus et Boeing seulement et un tas de sociétés orientales, russes et du Brésil. On peut parier ?
a écrit le 11/11/2014 à 20:40 :
Combien de similitudes va-t-on trouver entre cet avion et la famille A320 de Airbus ? Parce que avec la Chine quand on leur vend 5 rames de TGV, 2 ans après ils vendent 50 TGV chinois, et depuis le transfert de technologie Airbus ils sont allés très vite - je trouve - à développer leur propre avion ... Tant qu'on sera naïfs au point d'accepter ce genre de transferts de technologies, on se fera avoir !
Réponse de le 11/11/2014 à 21:01 :
Ne dites pas des sottises, Baboul55, il existe aussi des usines Boeing et Embraer en Chine, ce n'était pas Airbus qui a inventé l'avion, mais voyons !
Réponse de le 11/11/2014 à 21:47 :
@King Cobra ou plutot petit crotale: il n'y a AUCUNE usine Boeing en Chine ou alors dans vos reves.
a écrit le 11/11/2014 à 20:36 :
"Avec le temps et la patience,
le papier de verre devient satin."
a écrit le 11/11/2014 à 20:20 :
"lutte anticorruption lancée par Pékin -susceptible de peser sur le trafic-..."

Joli ;p
Réponse de le 11/11/2014 à 20:58 :
Cher Kwel (Charcoal ? rsrs), vos remarques sont une pure découverte, une vraie et ô combien agréable boite de Pandore… ! :) ah... je me délecte d'une telle verve tel un papillon frétillant ses ailes bling-bling-bling au soleil d'avril...
Toujours intéressant pour une apprenti journaliste de lire ce qu’un autre vit ou a vécu au fil de ses rencontres tantôt avec les forces du Mal, tantôt avec les forces du Bien. Je n’ai pas votre expérience… je dirais plutôt que je trace mon petit chemin… et je vous remercie du fond le plus rose de mon coeur. Bonne soirée.
a écrit le 11/11/2014 à 19:31 :
...Et dès que le pétrole va commencer à manquer, ce qui est inéluctable dans les prochaines décennies, les tarmacs seront encombrés de tas de ferrailles d'aluminium...
Pétrole trop cher ou/et trop rare. On le remplace par quoi le kérozène pour faire décoller des masses de 50/70/100 tonnes? Par des élastiques? Les Chinois emploieraient bien mieux leur argent dans des projets moins "glorieux", mais plus utiles à la collectivité.
Réponse de le 11/11/2014 à 20:18 :
Mon Dieu, quel dépit !!! vous parlez des Chinois mais le jour où il n'aura plus de kérosene les Boeings, et les Airbus vont continuer à voler…. à l'élastique ! parbleu, la jalousie est comme une maladie, elle ronge l'esprit jusqu'à la moëlle….
Réponse de le 12/11/2014 à 11:43 :
EXAT?J B 38 VOTRE ANALYSSE ET PERTINENTE ? MAIS LES ECONOMISTES AUJOUDHUI NE PENSSE PAS PROGES DAVENIR??? SUR L ECONOMIE DE L ENERGIES???
a écrit le 11/11/2014 à 19:30 :
ça rigole pas dans ce domaine .... pourquoi tant de haine ?
a écrit le 11/11/2014 à 19:16 :
Une entreprise sous traitante d' Airbus vas concevoir des rivets en bambou pour assembler les ailes .Pour une plus grande souplesse de celles-ci .Le problème , il faut les arroser régulièrement ....la magouille Chinoise ! attention , ils sont champions
Réponse de le 11/11/2014 à 20:23 :
Les Chinois ont inventé la plupart de choses dont les Français bénéficient jusqu'à aujourd'hui ( la boussole, l'imprimerie, le papier, la poudre à canon, la porcelaine, a fusée, du lance-flammes, des feux d'artifice, des mines terrestres et marines, des premières armes à feu, du canon ou encore du mortier.) Si les Chinois en avaient -ils demandé des "royalties" on travaillerait la moitié de l'année pour les payer. Quelle jalousie, nom de Dieu...
a écrit le 11/11/2014 à 17:53 :
On va lui attacher une banderole noire avec "Hollande démission" écrit en blanc.
a écrit le 11/11/2014 à 17:11 :
Mon cousin est ingénieur aéronautique chez un grand consortium aéronautique européen et il m'avait dit que cet avion manque certainement de mise au point. Il faudrait refaire des essais, son homologation n'est pas pour demain....
Réponse de le 11/11/2014 à 17:44 :
c'est pas le professeur tournesol ton cousin ?
Réponse de le 11/11/2014 à 17:54 :
Ton conmentaire m'a fait penser à ce mot immortel de Coluche : "De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent."
Réponse de le 12/11/2014 à 9:03 :
Tiens? un pseudo identique...
a écrit le 11/11/2014 à 13:44 :
Airbus va prendre une grosse carotte, et cela plus tôt que prévu. Merci aux transferts de technologie des dirigeants et politiciens naifs et béats.
Réponse de le 11/11/2014 à 14:16 :
Airbus n'a jamais fait vraiment de transfert de technologie en chine. Les AIRBUS chinois sont assemblés en chine, aucune des pièces de haute technologie n'est construite en chine. Par contre là ou vous avez raison, ce sont les moteur auquel la nouvelle génération sont construits en partenariat avec les chinois. De toute façon, les chinois allaient construire des avions de ligne tôt ou tard. Mais après est ce que les compagnies étrangères vont les acheter? là ce sera une autre paire de manche! Il suffit juste de voir le "succès" des voitures chinoises en france : le néant.
Réponse de le 11/11/2014 à 15:06 :
Je me rappelle des milliers de microfiches techniques qu'il fallait joindre aux demandes des acheteurs étrangers potentiels concernant le militaire , celles-ci étaient suivies de demandes techniques précises , et une fois les réponses obtenues , elles n'étaient plus intéressées : ah , l'espionnage industriel !
Réponse de le 11/11/2014 à 15:17 :
La Chine peut faire tout ce qu'elle veut, mais voyons ! ce ne sera pas la France qui va l'empêcher. Le pays a des ressources pour fabriquer, vendre et même exporter n'importe quel produit. Le grand problème des Européens, les Français en tête, c'est de toujours vouloir le beurre et l'argent du beurre. Le grand marché de demain sera en Asie, pas seulement avec la Chine, mais avec les produits des pays du sud-Est asiatique, de l'Inde et de la Russie. Non sans oublier les pays du BRICs.

L'Occident vient de donner au monde "un bel exemple de crédibilité" avec la Russie : on monte un coup d'État de pacotille dans un pays en visant les intérêts d'un autre dans ce pays pour ensuite commencer une série grotesque de sanctions commerciales et pour rien ! la France veut négocier avec l'OTAN les BPC Mistral commandés et en partie déjà payés par La Russie ! l'Europe signe avec les USA un traité commercial en total secret au grand détriment du débat démocratique à ce sujet. Que croyons-nous , que sommes encore à l'époque des Indes Occidentales ??

Bon vent à l'avion chinois et à d'autres, désolé, mais Boeing et Airbus vont perdre leur monopole de marché encore plus vite que l'on imagine. La fable du renard et les raisins est ici plus que jamais d'actualité.
Réponse de le 11/11/2014 à 15:52 :
Les sous traitant leur propose des technologie utilisé sur les ancienne version des production d airbus et/ou boeing.
Réponse de le 11/11/2014 à 16:30 :
Faut pas oublier qu'Airbus est un consortium surtout européen, faut pas croire qu'il s'agit d'une marque française. les esprits cocardiers, calmez vous.
Réponse de le 11/11/2014 à 22:00 :
Et en plus , si j'étais le chef d'un état islamique , je n'achèterai pas d'armement français : point barre !
a écrit le 11/11/2014 à 13:32 :
Après la catastrophe de leur TGV, leur porte-avion à piste de saut à ski qui tuera les roues des avions, là, j'attends de voir si leur zing fera mieux qu'un drim-layneur qui prend feu quand ça lui chante et a un durée de vie de dix ans. La "qualité" chinoise est connue...
Réponse de le 11/11/2014 à 13:48 :
Vos commentaires sont d'une gande nullté. Ce son les mêmes que l'o faisait sur les voitures Japonases dan les années 60. Je vous conseille d'aller faire un tour à Shanghai et Beijin.
Réponse de le 11/11/2014 à 13:52 :
N'y a-t-il jamais eu des catastrophes ferroviaires en France? Moi j'ai pris plus d'une fois le TGV Chinois à 330Km /h. C'et aussi bien ou ême mieux que le TGV chez nous.
Réponse de le 11/11/2014 à 14:28 :
Les commentaires précédents sont d'une grande finesse....Sans doute vous imaginez vous que ni Airbus ni Boeing n'ont vu venir les Chinois? Sont c... quand même....Jetez un coup d'oeil au carnet de commandes de ces deux avionneurs, pas vraiment de quoi désespérer....
Réponse de le 11/11/2014 à 16:06 :
Mais le tgv chinois n est pas fabrique' avec de la techno chinoise...
Réponse de le 11/11/2014 à 18:20 :
Avec de la techno française non plus.
a écrit le 11/11/2014 à 13:24 :
Que pensent les idéologues gauchistes franchouillards qui nous rebattent les oreilles avec l'exploitation du peuple chinois par les capitalistes? Qui va prendre l'avion, qui prend le TGV, qui roulent dans les voitures neuves en Chine? Le peuple !!!!! AIRBUS et BOEING ont du soucis à se faire.
Réponse de le 11/11/2014 à 13:28 :
Si les Chinois étaient de gauche, ça se saurait... Vous semblez donc être le seul à l'ignorer.
Réponse de le 11/11/2014 à 13:33 :
Eh oui, c'est le brillant résultat des transferts de technologie, des usines clefs en main, bref de la vision à court terme par le petit bout de la lorgnette.
Réponse de le 11/11/2014 à 14:25 :
Peut être que si vous attendiez de voir comment se comporte l'avion, ainsi que le réseau commercial et le service associé il y aurait matière à une discussion plus constructive. Il n'est pas du tout évident que le prix soit si intéressant que cela....et cela ne fait pas tout dans le domaine.
Réponse de le 11/11/2014 à 15:00 :
@POLE:vous croyez vraiment que le travail en Chine est facile?le pays est hyper pollué,les gens modestes se tuent au travail dans des conditions dantesques.Certes une faible marge de la population (les donneurs d'ordres )voient leur condition s'améliorer mais c'est peanuts.rien a voir avec les conditions dans lesquelles travaillent les français moyens.les français bénéficient encore grace a Hollande de deux mois de congés payés,de soins gratuits et d'une nourriture abondante et variée(vous verrez a Noel le nombre de rendez vous chez le médecin après le réveillon)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :