Italie : le sauvetage de Monte dei Paschi coûtera 6,6 milliards d'euros à l'Etat

 |   |  355  mots
La mise en place d'une recapitalisation préventive, décidée par le gouvernement dans la nuit du 22 au 23 décembre, modifie le mode de calcul en se basant sur les résultats des tests de résistance bancaire publiés en juillet.
La mise en place d'une recapitalisation préventive, décidée par le gouvernement dans la nuit du 22 au 23 décembre, modifie le mode de calcul en se basant sur les résultats des tests de résistance bancaire publiés en juillet. (Crédits : © Max Rossi / Reuters)
L'augmentation du besoin en capital de la banque à 8,8 milliards d'euros et la recapitalisation préventive décidée par le gouvernement italien contraignent l'Etat à débloquer une somme considérable pour Monte dei Paschi di Siena.

La banque d'Italie a publié jeudi un communiqué expliquant que le recours à un plan de sauvetage public de la Banca Monte Paschi di Siena (BMPS) avait fait passer le besoin en capital de 5 à 8,8 milliards d'euros et que ce plan coûterait 6,6 milliards à l'Etat. L'augmentation du chiffre, annoncé par la Banque centrale européenne (BCE) pendant le week-end de Noël, est dû à la modification du mode de calcul du besoin en capital, a expliqué la banque centrale italienne.

Lire aussi : L'Italie prête à aider Monte dei Paschi à combler son manque de fonds propres ?

Si elle était passée par le marché, comme elle a essayé de le faire, la BMPS aurait bien eu besoin de 5 milliards d'euros, trois pour couvrir les pertes liées à la cession de créances douteuses - qui ne seront probablement jamais remboursées - et deux pour augmenter le taux de couverture de créances risquant de ne pas l'être.

L'Etat fournira directement 4,6 milliards d'euros

La mise en place d'une recapitalisation préventive, décidée par le gouvernement dans la nuit du 22 au 23 décembre, modifie le mode de calcul en se basant sur les résultats des tests de résistance bancaire publiés en juillet, a expliqué la banque d'Italie. Désormais, la banque a besoin de 6,3 milliards d'euros pour faire remonter son ratio de fonds propres durs (dit "CET1 fully-loaded"), un indice qui mesure la capacité d'une banque à faire face à une crise, au-delà du seuil de 8%, et de 2,5 milliards pour faire remonter son ratio de fonds propres au-dessus du seuil de 11,5%, a ajouté la banque d'Italie.

Lire aussi : Italie : la BCE critiquée pour son attitude dans l'affaire Monte dei Paschi di Siena

En l'état actuel des calculs de la banque centrale, l'Etat devra fournir directement 4,6 milliards d'euros auxquels s'ajouteront environ 2 milliards d'euros pour compenser les pertes des investisseurs individuels, dans la mesure où le gouvernement a souhaité garantir l'épargne des quelque 42.000 particuliers détenant des obligations de la BMPS. Les 2,2 milliards restant seront essentiellement à la charge des investisseurs institutionnels, qui verront leurs obligations converties en actions à 75% de leur valeur nominale.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2017 à 19:59 :
Coucou Ma Tribune : vous avez juste oublié "tous les 6 mois" dans le titre de l'article.
a écrit le 31/12/2016 à 10:43 :
Il s'agit du deuxième sauvetage, car le premier a déjà coûté plusieurs milliards d'euro.
Entretemps l'UE a décidé de ne plus aider les banques avec l'argent publique, mais de les liquider. Visiblement personne n'applique les règles qu'ils ont mis en place eux-même.
a écrit le 30/12/2016 à 12:01 :
Austérité pour les peuples, rivière de fric pour les milliardaires.

Merci l'UE !
Réponse de le 01/01/2017 à 19:46 :
Malaise : c'est pas l'UE, c'est mondial. Vous avez juste une trop courte vue et un nombrilisme qui fait de vous ce que les milliardaires adorent : c'est de la faute de l' "autre"... Pendant qu'on se tapent dessus, EUX ont la paix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :