« Le capital-investissement français dépassera le britannique bien avant 2020 » (AFIC)

 |   |  723  mots
Les montants levés au premier semestre par les fonds de private equity français ont augmenté de 30% pour atteindre 8,1 milliards d'euros. On devrait battre un nouveau record sur l'ensemble de l'année.
Les montants levés au premier semestre par les fonds de private equity français ont augmenté de 30% pour atteindre 8,1 milliards d'euros. On devrait battre un nouveau record sur l'ensemble de l'année. (Crédits : AFIC Grant Thornton)
Le capital-risque pour les startups n’est pas le seul à enchaîner les records : tout le secteur du private equity, qui investit dans les PME et ETI non cotées en Bourse, enregistre une forte accélération des montants levés et du nombre d’entreprises soutenues. « C’est porteur pour l’économie française » insiste le président de l’Association française des investisseurs pour la croissance (AFIC), Olivier Millet.

Si le métier de « VC » (venture capitalist) est devenu aussi « cool » que celui de startupper ces dernières années, pour autant le capital-risque n'est qu'une des facettes du capital-investissement (le financement des entreprises non cotées en Bourse de toutes tailles), qui, lui aussi, se porte très bien. « Le capital-risque enregistre des chiffres remarquables, mais ce n'est pas la seule réalité du marché : l'ensemble du capital-investissement français est en train d'accélérer », a fait valoir  Olivier Millet, le président de l'Association française des investisseurs pour la croissance (AFIC), en présentant le baromètre du secteur réalisé avec le cabinet d'audit Grant Thornton ce lundi.

Au premier semestre, les acteurs du capital-investissement hexagonaux (innovation, développement, transmission/LBO et retournement) ont levé 8,1 milliards d'euros d'épargne mondiale, en hausse de 30% sur un an, dont les deux tiers venant d'investisseurs français (secteur public, assureurs, fonds de fonds, industriels, family offices, etc). Ceci augure d'un nouveau record sur l'année, après les 14,7 milliards de 2017.

« Nous battons des records en levées de fonds et en nombre d'entreprises soutenues, avec près de 1.200 startups, PME et ETI accompagnées dans leur croissance », a relevé Olivier Millet, qui est également président du directoire d'Eurazeo PME. « Cette levée de fonds va irriguer majoritairement l'économie française au cours des 4 à 5 prochaines années, puisque 84% des entreprises soutenues ont leur siège en France. C'est porteur pour l'économie française », a-t-il insisté.

En capitaux investis dans les entreprises, le montant est en croissance de 16% à 6,39 milliards d'euros sans dépasser le record de 2007.

AFIC montants investis

[Montants investis par les acteurs du capital-investissement. Crédit AFIC]

Accélération post-Macron en vue

Ardent soutien des réformes du président Macron et du Premier ministre Edouard Philippe, Olivier Millet estime que « le contexte est plus favorable qu'il y a un an, ce qui nous permet d'être raisonnablement optimistes », en faisant référence aux mesures fiscales telles que la suppression de l'ISF sur les valeurs mobilières et la flat-tax à 30%. « Avant Macron, il y avait déjà une dynamique, post-Macron, on peut imaginer qu'il y aura une accélération de la confiance et une envie de croissance » espère-t-il, parlant de « réconcilier l'épargne française et les entreprises. »

L'afflux de capitaux n'a pas concerné qu'un seul gros acteur, tel que le géant Ardian, l'ex-Axa Private Equity, Astorg ou PAI, mais 127 fonds, un record là aussi. La France compte 300 sociétés d'investissement, dont certaines très petites.

« La trajectoire de croissance du capital-investissement français ces dernières années le rapproche non seulement de l'objectif de doubler la taille des levées annuelles à 20 milliards d'euros d'ici 2020, mais aussi le positionne pour devenir le premier marché d'Europe. Bien avant 2020, le capital-investissement français sera devant le marché britannique en fonds levés et en montants investis », a assuré Olivier Millet.

D'ores et déjà, les professionnels français ont levé au cours du semestre plus que les fonds d'investissement britanniques sur l'ensemble de l'année 2016 (6,1 milliards de livres soit environ 6,83 milliards d'euros), lesquels subissent la dévaluation de la livre sterling et les premiers effets du Brexit.

« La France possède un tissu d'entreprises non cotées, startups, PME, ETI, remarquable et des opérateurs de capital-investissement dynamiques, ambitieux et crédibles à l'international. Les ingrédients sont là pour aller plus vite que prévu », a argumenté Olivier Millet.

S'il a appelé « tout le monde à garder la tête froide : lever des fonds c'est bien, l'usage qu'on en fait est encore plus important », le président de l'AFIC a évacué l'idée d'une bulle.

« La valeur des actifs dans le monde a augmenté, du fait du QE [le quantitative easing, la politique monétaire accommodante des banques centrales, ndlr]. Ce n'est pas spécifique au non-coté, on entend que tout est cher, en particulier sur les marchés boursiers américains.

La force du private equity est de ne pas présenter de risque systémique. On l'a vu lors de la dernière crise financière : si un fonds commet une erreur, les autres ne sont pas impactés. La thèse selon laquelle il y aurait trop d'argent dans le capital-investissement est une erreur d'analyse », a plaidé le président de l'AFIC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2017 à 13:30 :
ce pays mérite de s'imposer. il s'efforce d'investir largement (investissement public/infrastructures, R&D/connaissance, logement, entreprises, famille/fécondité, Patrimoine, Santé, Défense, etc...).
comme dit Olivier, il faut s'efforcer de garder la tête froide.
a écrit le 10/10/2017 à 12:31 :
CAPITAL- INVESTISSEMENT
(AFIC)
2012 : 6072 M€.
2013 : 6482
2014 : 8727 (+35%).
2015 : 10749 (+23%) plus haut depuis 2008.
2016 : 12400
1983 entreprises concernées en 2016 contre 1645 en 2015.
85% sont françaises
78% sont de TPE-PME
La durée moyenne d’accompagnement est de 5 ans
Les levées de capitaux en ont atteint 14,7 milliards (+51%
45% des capitaux proviennent de l’étranger.
L’industrie est le 1er secteur visé.

S1-2017
Capitaux levés : 8,095 contre 6,2 Mrd€ au S1-2016, soit + 30%.
Provenance :
France 5,405 (67%)
Europe 1,791 (22%)
Monde 0,899 (11%)
Investissements : 6,395 contre 5,5 Mrd au S1-2016, soit +16%.
Soit 1179 entreprises soutenues

Pour plus de compréhension :
Les S2 sont généralement bien plus élevés que les S1.

INVESTISSEMENTS CAPITAL-INNOVATION
S1-2014 : 325 M€
S1-2015 : 500
S1-2016 : 527
S1-2017 : 1788 (x3,4 par rapport au S1-2016)
Certainement l’info la plus importante !

INVESTISSEMENTS CAPITAL-DEVELOPPEMENT
S1-2014 : 1536 M€
S1-2015 : 1831
S1-2016 : 1361
S1-2017 : 3012 (x2,2 par rapport au S1-2016)

Heureusement qu’il y en a au moins un qui suit et se décarcasse ici !
a écrit le 10/10/2017 à 10:44 :
Bravo, une très bonne nouvelle, nos entreprises ont besoin de fonds propres.
a écrit le 10/10/2017 à 10:32 :
J'ai l'impression que ce sont surtout les effets secondaires du Brexit. Malheureusement les Anglais n’ont pas fini de payer un lourd tribut économique à ce soubresaut isolationniste. Qui à l’origine s’est principalement appuyé sur l’aversion aux étrangers des électeurs les plus populistes, sans aucune considération pour l’avenir économique du pays.

En France, même si l’on sent un changement d’état d’esprit vis-à-vis de la disruption, il a tout de même fallu quelques longues années pour en comprendre la portée. La stratégie des GAFA commence sacrément à dater et même si nos politiques ne parlent pas bien anglais, on a eu des études et analyses du phénomène: pour exemple l’Age de la Multitude de Colin et Verdier, je conseille de regarder leur audition du 18/03/2014 (Public Senat) sur une autre thématique, mais tout y est déjà.

Heureusement, il y a la volonté des entrepreneurs et des promoteurs : les Web2Day, The Family, Station F et autres incubateurs. Aussi des élus et des chercheurs et universitaires, à travers les technopoles, les pôles de compétitivité, clusters, etc… (https://rei.revues.org/6204)
Au milieu du gué : on a les idées, les technologies, les compétences, les financements, reste à protéger ces entreprises fragiles d’un colbertisme prépondérant.
Réponse de le 10/10/2017 à 14:14 :
On voit sur le graphique qu'il y a une montée en puissance depuis quelques années, donc non lié au Brexit. Par contre que le Brexit et le ralentissement de l'activité au UK aident dans le futur c'est possible...
Je pense que c'est un mode de financement qui convient bien à un pays comme le notre. On est peu enclin à aller sur les actions donc les entreprises doivent plutôt s'endetter auprès des banques, mais ça ne vaut pas un investissement en capital. Il y a donc la place pour faire mieux.
Réponse de le 10/10/2017 à 18:18 :
@nico,
Vous avez raison et probablement que les effets du Brexit ne sont pas encore ressentis.
Je n’avais pas pris connaissance de l’autre article aux graphiques plus parlants : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/capital-risque-les-fonds-francais-en-tete-en-europe-751378.html
et j'en étais resté à des stéréotypes, car pendant longtemps les levées de fonds et les investissements étaient plus faciles en GB qu'en France.
C'est bien un changement de tendance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :