Fukushima : la science ne sera plus jamais comme avant

 |   |  667  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Par Jacques Barraux, journaliste.

Selon un proverbe portugais, "quand le vent souffle, certains construisent des murs, d'autres construisent des moulins à vent." Un peu plus de deux siècles et demi après le tremblement de terre de Lisbonne, la controverse entre Voltaire et Rousseau prend une nouvelle tournure. Voltaire s'indigne en bloc contre les cruautés de la nature et l'horreur de la condition humaine. Rousseau lui répond que "l'origine des grands malheurs est plus à rechercher dans l'abus que l'homme a fait de ses facultés que dans la nature elle-même".

Les moulins à vent, c'est bien. Bhopal, le Titanic, la thalidomide ou Fukushima, c'est mal. C'est même doublement mal puisque, en voulant faire le bien, on aboutit à faire le mal. Mais comment savoir où finit le bien et où commence le mal ?

Une rencontre dans les couloirs tortueux de l'Ecole des mines à Paris, l'une des matrices de technologie française. En tant que responsable de la formation des ingénieurs au corps des Mines, Claude Riveline est un peu le tuteur de la génération aux commandes de la grande industrie, d'Anne Lauvergeon à Patrick Kron en passant par Carlos Ghosn. Or ce pur scientifique, proche de Maurice Allais, a une double vie. Il est rabbin, ce qui explique son point de vue non conformiste sur l'après-Fukushima.

Tchernobyl au Japon. Qui aurait imaginé que l'on puisse comparer la déglingue d'une centrale, dans un régime à bout de souffle, avec la déroute de Fukushima, dans un pays en ordre de marche, une vitrine de la technologie mondiale ? La technoscience est frappée au coeur. Son procès prend une dimension universelle. La défaillance du souverain protecteur. L'angoisse des peuples est accrue par la perte de confiance à l'égard des puissances protectrices. Plus personne ne croit au souverain paternel et rassurant, au père de la patrie qui protège contre les agressions de toutes sortes, qu'elles soient le fait des hommes ou de la nature.

Les rites, les mythes et les tribus. Le mal-être du siècle prend sa source dans la confusion des genres entre ce qui procède de la science et ce qui procède de la morale et de la culture. Deux ordres s'opposent. D'un côté, celui du monde rationnel de la science et de la technique. De l'autre, celui du monde subjectif des rites, des mythes et des tribus. Les rationalistes ont voulu relier les deux sous l'égide de la raison. Ils ont appliqué aux sciences humaines les méthodes des sciences dures. La psychologie allait supprimer l'angoisse individuelle. La sociologie allait arrêter les conflits. La science économique allait éliminer la misère. On connaît la suite.

Le local et l'universel. Le citoyen d'aujourd'hui ne dispose que de deux repères vraiment sûrs. D'un côté, l'universel anonyme du système monde de la technologie : les outils familiers du numérique, des transports, de la santé ou de la consommation courante. De l'autre, l'authenticité charnelle du système local, là où l'on vit au quotidien. Le sentiment d'insécurité naît entre les deux extrêmes, dans l'espace flou et hybride de la bureaucratie.

Le nomade et le sédentaire. L'équilibre de la société dépend de la bonne entente entre le nomade - le commerçant, l'artiste, l'étranger, l'innovateur - et le sédentaire - celui qui produit, qui construit sur le dur, qui gère et qui garde la maison. Le nomade est souvent celui qui inquiète. Il aime explorer les territoires inconnus. Comme par exemple celui de la science qu'aucune loi ne pourra jamais entourer de murs. Dans la Bible, le sédentaire Caïn a tué le nomade Abel qui le dédaignait et n'avait pas su lui parler. Le monde n'est vivable qu'au prix de la conciliation des contraires. La science - enfin modeste - et la société ont tout à apprendre de leurs différences. Elles ne devraient plus jamais cesser de se parler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2011 à 10:09 :
Si le nucléaire est indispensable en attendant l'émergence des énergies vertes plus matures, alors au moins se poseer la question de la présence de l'eau comme modérateur neutronique et comme fluide caloporteur.

Il y avait eu les filiéres graphite gaz en France, et le réacteurs à boulet en Allemagne, beaucoup plus sur par principe, qui avaient du être abandonnés sous la pression des lobbies, mais qui semblent resurgir en Afrique du Sud avec des capitaux américains et Chinois.
a écrit le 27/03/2011 à 21:31 :
Je trouve l'article de M. BARREAUX fort subtile, et trés réaliste. Néanmoins, le"sédentaire" selon son expression, est à même de voir et de comprendre qu'il existe des technologies qui ne font pas courir de risques pour l'humanité. Car, même si les Alors la réflexion s'impose dés maintenant.
a écrit le 27/03/2011 à 11:13 :
Les acteurs du monde scientifique savent bien que la "science" est une création humaine. On ne sait rien de façon certaine, il y a juste un consensus. Et même là ce n'est pas si simple, il n'y a pas un "intérieur" et un extérieur du consensus. Il y a des gens à qui on fait confiance et d'autres qui n'ont pas les talents sociaux pour communiquer leurs idées. Il peut parfaitement y avoir des fous chez les responsables et des gens talentueux chez les minoritaires. Et ce qui est censé aujourd'hui et ici est tout à fait rationellement folie demain et là bas.
Réponse de le 27/03/2011 à 19:56 :
Attention aux mots: vous confondez "science" et "technologie". La science n'est qu'une méthodologie pour connaître la nature, l'extérieur à l'homme. Et elle est certaine puisque reproductible et vérifiable. Elle est fondée sur la reproductibilité des faits et la quantification mathématique de cette reproductibilité. Ce n'est pas la "science" qui est une création humaine, mais la technologie et l'éthique qu'on voudra bien y mettre.

La science a toujours dit qu'il était peu probable d'avoir un séisme et un tsunami d'une telle ampleur. Mais improbable n'est pas impossible. Et là c'est bien le problème des hommes qui décident.
a écrit le 27/03/2011 à 11:09 :
On a dit pareill aprés Chernobyl, aprés Three Mille Island, aprés...
a écrit le 27/03/2011 à 9:01 :
Mais tout cela montre simplement que la vie "urbaine" est artificielle et que l'être humain est d'abord une" composante finie" dans la nature infinie bien que tout soit fait pour que cette être humain en question ne prenne pas conscience de sa fragilité dans son quotidien, dans sa "normalité". Et cela Spinoza l'avait déjà expliqué au 17é siècle. Alors ramené cela à l'image d'un scientifique d'aujourd'hui. C'est d'abord affiché son ignorance et c'est encore vouloir rassurer le commun des mortels qui doit avant tout prendre conscience de ce qu'est l'idée de la nature et de son rôle. Cet article est donc ,pour moi, de la pure démagogie avec tout le respect que je vous dois monsieur le journaliste.
a écrit le 27/03/2011 à 6:37 :
La fin du propos de Jacques BARRAUX met en lumière ce que des chercheurs en humanité tel Clair MICHALON ont conclu pour une mise en pratique immédiate d'un possible sur une échelle qui va de la précarité (nomade) à la sécurité (sédentaire), afin de tenter de faire tendre des contraires vers une entente humaine à petite et grande échelle .
a écrit le 27/03/2011 à 5:55 :
OUI et alors?
a écrit le 26/03/2011 à 0:48 :
L'être humain n'a pas compris que son humanisme allait être la cause de sa perte. Non, la Terre n'est pas faite que pour lui. Oui, elle est dangereuse et il convient de tenir compte des humeurs de la nature et aussi de la biodiversité à qui l'homme a enlever le droit d'exister pour se multiplier d'une façon insensée en construisant n'importe quoi, n'importe où. Les Japonais savent depuis des siècles que leur ilôt est un brûlot et qu'il n'aurait jamais dû y construire des centrales nucléaires. L'homme dans son orgueil aligne 7 milliards d'humains face à une planète qui va les vomir !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :