French Tech : Pixium lance son œil bionique en Espagne et en Allemagne

 |   |  435  mots
Dans le détail, ce système oculaire, doté de 150 électrodes, stimule artificiellement la rétine déficiente et lui redonne une vision des formes et des mouvements pour aider des personnes à recouvrer la vue.
Dans le détail, ce système oculaire, doté de 150 électrodes, stimule artificiellement la rétine déficiente et lui redonne une vision des formes et des mouvements pour aider des personnes à recouvrer la vue. (Crédits : Pixium Vision)
La startup française, en concurrence avec l'américain Second Sight, pourra faire rembourser son appareil censé aider le patient à recouvrer la vue en Allemagne. Et il a implanté son premier œil bionique en Espagne.

Les bonnes nouvelles s'enchaînent pour une des sociétés prometteuses de la medtech française. Après avoir obtenu le marquage CE en juillet, dernière étape qui permet d'obtenir une mise sur le marché de son dispositif médical en Europe, Pixium Vision se lance progressivement dans les principaux marchés européens.

La startup française s'est entendue avec les autorités allemandes pour pouvoir obtenir un remboursement pour l'appareil, a-t-elle annoncé le 14 février. Grâce à l'obtention du statut du NUB (Neue Untersuchungs- und Behandlungsmethoden), "les hôpitaux ophtalmologiques peuvent négocier le montant des remboursements d'après le système légal d'assurance maladie allemand", détaille Pixium. Une étape primordiale permettant à la société de commercialiser plus facilement son appareil dans le pays. Pour le moment, cinq centres cliniques allemands proposent le système de Pixium.

Autre bonne nouvelle, Pixium a annoncé jeudi 16 février avoir réalisé sa première implantation en Espagne, un autre marché européen important, au sein de l'Institut de microchirurgie oculaire de Barcelone. Le bénéficiaire est un patient de 75 ans. La startup française avait déjà réalisé une première implantation "réussie", assure-t-elle, au Royaume-Uni, début novembre. La toute première opération de ce type avait été effectuée à Nantes, début 2016, chez un patient de 58 ans.

Un appareil "explantable" pour dépasser son concurrent américain

Avec le système Iris développé par Pixum, des patients ayant perdu la vue suite à une rétinite pigmentaire (une maladie génétique et dégénérative qui touche environ 40.000 personnes en France), peuvent la recouvrer en partie. Dans le détail, ce système oculaire, doté de 150 électrodes, stimule artificiellement la rétine déficiente et lui redonne une vision des formes et des mouvements.

Néanmoins, il ne faut pas encore s'attendre à un miracle. Comme l'explique la société française, "cette forme artificielle de vision bionique est très différente de la forme naturelle de vision et reste encore à évaluer". En clair, un patient implanté avec un Iris II perçoit des signaux lumineux qu'il va devoir apprendre à interpréter.

Pixium n'est toutefois pas seul sur ce marché. Déjà en mars 2015, le CHU de Strasbourg a implanté un œil bionique Argus II développé par l'américain Second Sight sur un patient. L'Iris II mise sur un avantage conséquent sur son concurrent pour convaincre les professionnels de santé : son œil bionique peut être "explantable". Ainsi, le patient pourrait potentiellement bénéficier d'améliorations arrivant prochainement sur le marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :