L'étude qui fait espérer à Roche des milliards d'euros de revenus supplémentaires

 |   |  392  mots
Roche mise également sur de nouvelles molécules qui pourraient recevoir le feu vert des autorités américaine et européenne, dont l'ocrelizumab, un traitement contre la sclérose en plaques qui pourrait générer plusieurs milliards d'euros par an.
Roche mise également sur de nouvelles molécules qui pourraient recevoir le feu vert des autorités américaine et européenne, dont l'ocrelizumab, un traitement contre la sclérose en plaques qui pourrait générer plusieurs milliards d'euros par an. (Crédits : ALY SONG)
L'association du Herceptin et du Perjeta de Roche réduit le risque d'une récidive d'un cancer du sein agressif ou d'un décès, conclut une étude. Dès 2018, le laboratoire suisse pourrait engranger près de deux milliards d'euros supplémentaires par an grâce à ces résultats. Il affronterait plus sereinement l'arrivée des biosimilaires qui concurrenceront ses molécules phares.

Roche grimpait franchement jeudi 2 mars à la Bourse de Zurich, jeudi après la publication de résultats positifs d'une étude portant sur une association de traitements d'un cancer du sein. La combinaison de ses deux médicaments, Herceptin et Perjeta, associée à une chimiothérapie, pour le traitement du cancer du sein réduit le risque d'une récidive d'un cancer du sein agressif ou d'un décès, a déclaré le laboratoire suisse dans un communiqué. Le titre gagnait de 6,95% à vers 17h12, heure française à 247,29 euros (263,10 francs suisses).

roche bourse

Des revenus supplémentaires attendus

"Ces résultats positifs de l'étude Aphinity représentent un apport très important à l'ensemble des données pour le Perjeta dans le traitement du cancer du sein HER2-positif pris à un stade précoce", a déclaré Sandra Horning, responsable médicale chez Roche.

L'enthousiasme des investisseurs s'explique par les revenus qu'une telle étude peut impliquer pour ce traitement. Les analystes de Deutsche Bank ont estimé à quelque deux milliards de dollars (1,9 milliard d'euros) le chiffre d'affaires que pourraient générer en 2018 les résultats de cette étude.

Objectif: pallier les pertes de revenus liées à la concurrence des biosimilaires

Cela permet à Roche de défendre les revenus du Herceptin. En effet, le brevet de cette molécule arrive à expiration et le Herceptin sera concurrencé par une version biosimilaire (sorte de version générique pour les médicaments d'origine biologique) que Mylan et son partenaire Biocon pourraient proposer en Europe dans le courant de l'année. Pour rappel, le Herceptin a permis à Roche d'engranger 6,75 milliards de dollars (6,42 milliards d'euros) de chiffre d'affaires en 2016.

Plus largement, cela devrait aider Roche de tenir son objectif de pallier sans difficulté l'essoufflement des ventes de ses blockbusters avec l'arrivée de biosimilaires développés par ses concurrents.

Roche mise également sur de nouvelles molécules qui pourraient recevoir le feu vert des autorités américaine et européenne, dont l'Ocrelizumab, un traitement contre la sclérose en plaques qui pourrait générer plusieurs milliards d'euros par an. Roche espère pouvoir le lancer cette année. Pour le moment, la FDA (l'Agence américaine des médicaments) a réclamé plus de données concernant cette molécule, son processus de fabrication et de commercialisation, avant de donner son feu vert.

(J-Y.P avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :