La Tribune

Google poursuit ses investissements dans les énergies vertes

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Dominique Pialot  |   -  385  mots
Avec 915 millions de dollars dépensés en 2011, la firme de Moutain View ne lève pas le pied sur les GreenTechs.

Certes, ce n'est qu'une goutte d'eau en comparaison de ses 38 milliards de chiffre d'affaires, mais 915 millions de dollars reste une somme qui mérite qu'on s'y attarde. C'est ce qu'a investi le géant du Net dans des projets solaires ou éoliens pour la seule année 2011.
L'ampleur de quelques-unes des opérations réalisées ces dernières années laisse songeur : 100 millions de dollars dans une ferme éolienne de l'Oregon de 845 MW qui devrait être la plus grand au monde ; 168 millions dans une ferme solaire d'Ivanpah dans le désert californien de Mojave opérée par BrightSource Energy ; 280 millions investis avec Solar City dans l'activité solaire pour le résidentiel ; 75 millions dans un fonds d'investissements monté avec Clean Power Finance ; ou encore 94 millions dans un portefeuille de projets solaires aux côtés du fonds KKR…
Cet intérêt pour les énergies propres intrigue. Mais, comme l'explique Rick Needham, directeur des opérations « green business », il ne s'agit pas de philanthropie mais bel et bien de business. Fermes éoliennes, centrales solaires et même, panneaux photovoltaïques posés sur les toits des particuliers, constituent autant de pistes pour diversifier les placements du groupe dans des secteurs offrant de bons retours sur investissements et décorrélés de ses autres activités. C'est pourquoi Google tient à faire taire les rumeurs nées en fin d'année dernière selon lesquelles il sortirait de ces investissements.
Convaincu que toutes les technologies permettant de produire de l'énergie renouvelable auront un rôle à jouer, Google diversifie ses investissements au sein même du secteur. Mais la firme de Moutain View privilégie les projets conçus pour produire des revenus réguliers dans la durée (les tarifs d'achat de l'énergie produite sont garantis sur 20 ans en moyenne) et permettant de bénéficier de crédits d'impôt qui compensent leur taxe professionnelle.
Or ces capitaux propres « fiscaux » constituent aux Etats-Unis un mode de financement qui devient de plus en plus essentiel pour les énergies renouvelables, à mesure que d'autres ressources se tarissent. D'autres grands groupes comme Apple et ses 97 milliards de dollars de cash, ou encore General Electric (78 milliards), Toyota (48 milliards) ou Microsoft (43 milliards) auraient d'ailleurs les moyens d'imiter Google et de contribuer ainsi au développement de ce secteur…
 

Réagir

Commentaires

Objectiv  a écrit le 06/02/2012 à 17:49 :

C'est pas un peu partisant comme visuel ? Genre rien à voir avec la choucroute !!!
Vous seriez pas un peu anti-google en permanence à La Tribune ?!?

Alain  a écrit le 03/02/2012 à 23:59 :

Bravo, c'est développer avant de taxer . On nous taxent et ne nous offrent pas d'alternative. La France doit développer l'énergie renouvelable. On sait faire de l'hydrogène, alors pourquoi ne pas utiliser cette énergie ou c'est possible par
exemple.

Silly  a écrit le 03/02/2012 à 23:15 :

Les américains encore à la traine sur les greentech il y a 10 ans vont devenir parmis les premiers investisseurs privés ds ce secteur et peut être en avance sur les technologies et pourquoi ? pas pour sauver la planète mais bien parce qu'ils ont enfin trouvé qu'on peut se faire de l'argent et là tout va bcp plus vite au USA. Tandis qu'en France comme d'habitude sa fait des années qu'on parle d'énergie verte, de création d'emploi ds le développement durable etc, mais rien n'est fait à grande échelle pour soutenir et développer ces secteurs, et sa continue de parler pour ne rien dire comme savent le faire nos politiciens c'est tellement plus facile de dire on va faire si ou on doit faire. ça.. . il est là le problème ! Le temps qu'on aura pris pour décider de commencer à peut être voir si on peut discuter de mettre en place un programme de promotion des technologie vertes et bah les américains seront déjà leader et les chinois viendront nous vendre leurs produits à prix cassés !!

Libre  a répondu le 04/02/2012 à 11:31:

Vous venez d'expliquer sans le savoir les résultats de deux économie différente. Aux USA le libéralisme économique est plus prononcé qu'en France, qui avec sa politique collectiviste, fait croire aux citoyens que le tout état c'est mieux. Le résultats des multiples intervention dans l'économie de l'état français amène toujours à ce résultat. Ce qui est étonnant c'est que les français pensent détenir le meilleur système social au monde parce qu'il soutient une multitude d'individus.

Le meilleur système social au monde est celui qui permet aux citoyens de s'enrichir et de créer de la richesse à travers les créations et les succès des entreprises. Et non la performance d'un assistanat, qui ne devrait presque pas exister, et d'abord soutenu par des fondations et initiatives privées.

Pas vraiment sûr de préférer les US...  a répondu le 04/02/2012 à 13:42:

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20120204trib000681910/les-50-chiffres-les-plus-etonnants-de-l-economie-americaine.html

Energie  a répondu le 04/02/2012 à 23:45:

Libre vous exagérez !!! Les énergies renouvelables ne se seraient jamais développées aussi vite aux Etats-Unis sans aides et notamment les appuis d'Etats comme la Californie. De même en Allemagne etc. Les libéraux sont assez extrêmistes car si on les écoute aux Etats-Unis par exemple il ne choisiraient que les énergies les moins chères à un instant donné alors que c'est un investissement bien plus profitable à moyen et long terme terme et ils se fichent de la pollution. Voyez les multiples débats qui ont eu et ont lieu à ce sujet et ne sont pas sérieux. Les libéraux opposent toujours le collectivisme, c'est un débat dépassé. Il faut de la liberté mais plus de règles que la propagande trop libérale n'en veut. Cette dernière cherche à casser certaines politiques comme pour le climat qu'elles associe à du collectivisme et il n'en est rien. Derrière vos libéraux il y a le lobbying de grandes multinationales et Etats qui veulent pouvoir polluer sans contraintes. C'est inacceptable. Quant à la France vous déformez l'histoire de l'énergie. Le nucléaire a été un investissement notamment d'Etat et exagéré mais il a répondu aux crises pétrolières des années 70. Il est clair que si l'on avait choisi l'exemple de la Suède on aurait continué à développer comme nous l'avions fait d'autres énergies alors que leurs budgets ont été réduits voire supprimés dès les années 80. Actuellement il ne faut pas être trop excessif, beaucoup est fait mais à l'évidence beaucoup serait à faire encore à l'échelon européen. Mais vos amis libéraux vont bondir eux qui critiquent les programmes européens et l'Europe ! Pourtant ces derniers avancent efficacement dans les 28 pays concernés en matière d'efficacité énergétique et d'énergie. Le libéralisme aurait fait moins bien car il ne vise que le paramètre prix sur le moment et ne fait pas d'investissements moyen et long terme. Et il ne se soucie guère d'environnement et de pollution comme on le voit en permanence. Voyez les propos et articles de Madelin sur le nucléaire, il ne comprend pas les aspects techniques de l'énergie et ne connaît rien aux technologies d'avenir mais à des idées libérales bien arrêtées et bien stupides sur ce sujet. Ce genre de libéralisme n'a aucun intérêt et même si vous vous répandez régulièrement au travers de blogs et divers articles dans le monde, on sait qui vous représentez et vous n'allez pas dans l'intérêt, ni des pays ni des particuliers, ni de l'économie mais seulement de firmes telles qu'Exxon, Chevron, Aramco etc et en France Lafarge etc ou d'Etats producteurs de pétrole (Arabie Saoudite, Russie etc) qui financent vos divers "instituts" de propagande et lobbying (Cato Institute, Molinari etc) Rejoignez les évangélistes qui datent le début du monde à 6000 ans contre toutes évidences et brouillent les esprits de certains enfants, ils sont tout aussi négatifs que vos "libéraux" qui en sont encore en train de parler de collectivisme. C'est une vision binaire de guerre froide entre le pire et le pire alors qu'une voie intermédiaire est préférable : moins d'Etat et d'excès d'Etats mais pas non plus la gabegie par des multinationales débridées alliées de groupements de banques aux activités spéculatives et excessives qui nous mènent régulièrement aux gabegies et crises. Trop de pouvoir aux Etats comme trop de pouvoirs aux multinationales (sous couvert du "libéralisme" de vos amis) n'est en effet pas la solution qui se situe entre les 2 et avec certaines règles.

Energie  a répondu le 05/02/2012 à 0:02:

@Libre : j'oubliais : vous citez les fondations, c'est bien un modèle américain que vous préconisez alors qu'il n'est pas le seul ni le mieux et il a des défauts. Prenons la fondation Bill Gates qui finance le développement des OGM et a une participation dans Monsanto. Analysez les problèmes et dégâts que cela fait notamment en Afrique. Sous couvert trés médiatisé d'apporter le bonheur aux gens il favorise l'essor d'un certain modèle qui ne convient pas la plupart du temps à l'agriculture africaine et autres et a des effets néfastes (monocultures, perte de diversité, ogm inadaptées, dépendance, résistance des insectes et plantes, nécessité d'utiliser des engrais et pesticides en plus grandes quantités au final et sans contrôles, abus, maladies, etc etc) Bill Gates veut aussi développer des réacteurs nucléaires de petites tailles et les faire produire en très grandes quantités (100.000 selon le chiffre potentiel annoncé sur son site) en prétextant qu'ils ne sont pas dangereux. Pas de chance le nucléaire est toujours dangereux quelle que soit la technique et nécessite une expertise poussée même quand on simplifie au maximum. Voila donc où mène votre libéralisme et "fondations" incontrôlées et incontrôlables ( = le pouvoir aux multinationales ou gens issus des multinationales) pour faire souvent n'importe quoi. Heureusement qu'Obama a fait voter Medicare car avec la crise beaucoup d'américains seraient encore plus en mauvaise santé et si ils avaient attendu vos "initiatives privées" ils pourraient attendre indéfiniement !