La France est-elle au gaz de schiste «ce que le Qatar est au pétrole» ?

 |   |  1135  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Michel Rocard a-t-il raison lorsqu'il lance cette comparaison entre la France et le Qatar? Voici 6 données pour se faire un avis sur la question.

François Hollande a relancé le débat sur le gaz de schiste mardi en rappelant la loi de juillet 2011 qui n?interdit «que» la technique de la fracturation hydraulique mais pas l?exploration et l?exploitation de gaz de schiste en tant que tel. Ce qui laisse ouverte la porte de cette exploitation en France, si un jour d?autres techniques sont mises au point. Reste à savoir si le jeu en vaut la chandelle. Michel Rocard, lui, en est certain. «La France est bénie des dieux. Pour l?Europe, elle serait au gaz de schiste ce que le Qatar est au pétrole. Peut-on s?en priver? je ne le crois pas», a déclaré l?ancien premier ministre dans une interview au Monde parue le week-end dernier. Sur quoi se fonde-t-il pour lancer cette comparaison? En fait, les données actuelles sont très incertaines par construction, puisque, comme le martèlent les professionnels, seuls des puits d?exploration permettraient d?en avoir le c?ur net. Voici six données pour se faire une opinion :

 GAZ DE SCHISTE 

? Les réserves de gaz de schiste dans le Sud Ouest sont évaluées à 5.100 milliards de mètres cubes

Deux cas de figure distincts en France. D?abord, les gaz de schiste qui sont présents dans le Sud-Est. Le seul chiffre avancé provient d?un institut américain, l?US Energy Information Administration (USEIA), qui estime les réserves françaises à 5.100 milliards de mètres cubes. Un chiffre très impressionnant quand on sait qu?on a produit (et consommé) 3.300 milliards de mètres cubes de gaz dans toute la planète en 2011. C?est encore l?équivalent de 100 ans de consommation française de gaz, se sont empressés de souligner les partisans du gaz de schiste.

? Seule une partie des réserves représente une production potentielle

«Ces mises en équivalence sont fausses ! », affirme Roland Vially, géologue à l?IFP-EN. « Ce serait vrai si on pouvait produire chaque molécule de gaz. Ce qui est loin d?être probable». Impossible en effet de quantifier la part de ces réserves qui pourrait être produite sans avoir foré de puits d?exploration au préalable. Certains experts estiment que 10% seulement de ces réserves seraient récupérables.Le cas de la Pologne illustre ces incertitudes. Ses réserves de gaz de schiste avaient été estimées par le même USEIA à 5.000 milliards de mètres cubes début 2011. Après quelques forages, l?institut polonais de géologie a indiqué début 2012 que la quantité techniquement récupérable se situait en fait entre 350 et 770 milliards de mètres cubes, soit 6 fois moins au mieux.

? Les estimations sont issues de forages ... des années 50 et 60

Mais d?où sort ce chiffre de 5.100 milliards de mètres cubes? comment a-t-il été calculé? L?institut américain s?est en fait servi des données issues des campagnes d?exploration qui ont eu lieu en France à partir de la fin des années 50. «A ce moment là, un travail systématique d?inventaire a été fait qui a abouti à la découverte du gaz de Lacq dans le bassin du sud ouest, au pétrole dans le Bassin parisien mais à rien dans le Bassin du Sud Est», explique Louis Vially. Trois puits ont été notamment forés dans l?Ariège. «Tous ces puits donnaient des indices de gaz dans les couches d?argiles. Des «venues de gaz», c?est-à-dire du gaz s?échappaient mais pendant quelques heures, quelques jours. A l?époque on ne savait pas aller plus loin» , ajoute le géologue.

? Saint-Augustin observait déjà des "fontaines ardentes" attestant de la présence de ce gaz... au Ve siècle!

On sait aujourd?hui que ce gaz est contenu dans des réservoirs non poreux et non perméables. Donc un peu de gaz s?échappait lorsque ces réservoirs étaient percés, mais c?est tout. Aujourd?hui pour récupérer ce gaz de schiste, on fracture ces roches avec un fluide à très haute pression comprenant de la boue ou des microparticules. Les « fontaines ardentes » dans l?Isère, notamment au Gua où un flamme d?un mètre de haut témoigne du gaz qui s?échappe, illustre la présence de ces gaz dans des roches mères. «Saint Augustin en parlait au Ve siècle. Ce qui montre la pérennité de la venue de gaz», souligne Louis Vially.
Puis l?USEIA a fait un calcul en évaluant la surface et l?épaisseur de ces couches d?argile qui datent de 180 millions d?années. Il a ensuite évalué les quantités de gaz présentes par mètres cubes. « Là on approche du pifomètre », souligne l?expert. Et il a enfin multiplié ces volumes par le taux de récupération (20%) en usage en moyenne aux Etats-Unis. Résultat : 5.100 milliards de mètres cubes.

PETROLE DE SCHISTE

? Plusieurs milliards de barils de pétrole de schiste : une estimation des réserves jugée fiable

Deuxième cas de figure : le pétrole de schiste, présent en France dans le sous-sol du Bassin Parisien, à une profondeur moindre (2.500 mètres) que le gaz dans le Sud Ouest (4000 à 6000 mètres). Sous des couches de sédiments plus minces, la température est moins forte, donc on trouve du pétrole, moins « fossilisés » que le gaz. « Ici, les données sont plus nombreuses et plus sûres », explique Louis Vally . Elles proviennent des quelque 2.000 puits qui ont bel et bien été forés depuis les années 50 pour explorer et produire du pétrole. On extrait d?ailleurs encore du pétrole dans le Bassin Parisien (20.000 barils /jour, soit 1% de la consommation française, contre six fois plus en France en 1990, année record).

? La France aurait 2,5 fois plus de réserves de pétrole de schiste que le Qatar n'en possède de brut

Ces données (dont les résultats des campagnes sismiques retravaillées avec les moyens de traitement actuels) ont permis à l?opérateur Toreador Energy d?affirmer que le Bassin Parisien recélerait 65 milliards de barils, mais dont seule une infime fraction serait récupérable. Selon la compagnie, il s?agirait néanmoins de plusieurs milliards de barils, au minimum. La France a consommé 615 millions de barils en 2010. Si tous ces calculs ne sont pas trop erronés, "plusieurs milliards de barils" représenteraient donc plusieurs années de consommation française.
A titre de comparaison, le Qatar (enfin !), plus petit pays producteur de l?OPEP car il produit surtout du gaz, posséderait quelque 25 milliards de barils de réserve de brut. En un an, la planète consomme 35 milliards de barils de pétrole.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2013 à 14:57 :
les compagnies Us se désengagent progressivement de ce fameux gaz,les résultats sont très loin d'être conformes aux attentes et pratiquement non rentables avec un résultat catastrophique pour l'environnement,mais le père Ubu se raccroche a n'importe quoi pour faire croire à un avenir radieux comme ce fameux dictateur teuton qui cherchait ses armées déjà détruites avant que d'être formées
a écrit le 15/10/2013 à 14:22 :
A mon avis il faut utiliser ce gaz pour faire des millions d euro. Une fois que l etat francais a assez d argent il pourra facilement developper les energies renouvellable ( hydrolique eolienne .... ). Une foi que les energies renouvellables permettent l auto suffisance energetique francaise on pourra alors oublier pour une foi les energie fossil
a écrit le 06/06/2013 à 17:49 :
Il n'y pratiquement pas de pétrole au Qatar, n'importe quel supporter du PSG est au courant qu'ils n'ont que du gaz.
a écrit le 04/05/2013 à 5:42 :
Ne pas exploiter ces ressources maintenant me parait etre une bonne idee. Ayant deja passe le pic petrolier pour ce qui est des sources conventionelles, dans quelques annees pour le petrole tous types confondus et le gaz naturel d'ici une generation, on peut s'attendre a voir le prix de l'energie s'envoler. Ces gaz et petroles de schiste de vendront bien plus cher dans 20 ans.
D'autre part, les techniques d'exploitation seront beaucoup plus fiables dans le futur, tant sur le plan de la production que sur le plan ecologique. Laissons les Americains et les Chinois commetre les erreurs en premier et recuperons les meilleures pratiques plus tard.
Alors, pourquoi ne pas attendre une dizaine d'annees avant de reouvrir le dossier?
a écrit le 25/02/2013 à 23:06 :
et le prix du gaz naturel va t il baisser???
a écrit le 08/12/2012 à 23:37 :
Si comme moi vous n'avez pas compris les posts de M. Dugendre, achetez plutôt mon petit livre "Le gaz de chistr". J'ai essayé d'y expliquer le processus de la fracturation hydraulique de manière simple, et, je l'espère amusante. La préface est de Jules Vernes et nous recommande de laisser tranquilles les populations du centre de la Terre. Merci de votre attention.
Gilles de Janzé
a écrit le 17/11/2012 à 17:21 :
on veut faire rêver la populace harrasée par la crise... bien joué!
a écrit le 16/11/2012 à 4:05 :
65 milliards de barils a 100 dollars le baril c est 6500 milliards (3 fois notre dette). Il nous faudrait autour de 20 milliards de baril pour rembourser notre dette. Mais voila la triste realite: si on efface notre dette mais que l on continue cette vicieuse habitude a depenser l argent sans moderation on se retrouverait endette jusqu'au cou d'ici 20 ans. Je sais que le baril n est pas a 100 dollars.
a écrit le 16/11/2012 à 3:40 :
Sacre vieux ROCARD,il nous fera toujours bien rire!
a écrit le 15/11/2012 à 22:09 :
En tant de crise pourquoi ne pas essayer? À non nous sommes français donc nous sommes contre les idées qui font gagner des milliards d euros....mieux vaut être dans la crise profonde
Réponse de le 29/01/2013 à 12:07 :
http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/09/14/faut-il-avoir-peur-du-gaz-de-schiste_1759902_3244.html un article interessant qui explique aussi "pourquoi ne pas essayer"
Réponse de le 02/04/2013 à 6:10 :
reportage très instructif:
http://www.dailymotion.com/video/xpkhbi_gasland_tech#.UVpRGleTLKs
on y apprend que l'eau brule à la sortie du robinet par exemple
a écrit le 15/11/2012 à 21:27 :
5100 milliards de mètres cube pour une consommation mondiale de 3300. Autant dire pas grand chose si les coûts d'exploitation sont élevé. Au final, plus cher pour le consommateur.
Donc, quand les réserves de pétrole tomberont en-dessous de 10 ans, pourquoi pas ? En attendant, beaucoup de controverse pour rien.
Réponse de le 16/11/2012 à 3:57 :
5100 milliards de metres cubes cela represente pres de 2000 milliards d euros au cours actuel du gaz.
a écrit le 15/11/2012 à 18:59 :
C est comme le gisement de petrole au large de la Guyane . L etat ne taxerait qu a 12% quandla Norvege en recupere 75 en mer du nord..le reste on va le laisser à la la Schell..
a écrit le 15/11/2012 à 18:49 :
Grosse intoxication des US, ils sont à la rue avec une dette de 16 000 Milliards de dollars et pour rassurer leurs bailleurs de fonds, il faut qu'ils aient du "pétrole et du gaz à moudre".Bienvenue à la grosse bulle de gaz et de pétrole de schistes.
a écrit le 15/11/2012 à 18:26 :
Les réserves soi-disant importantes de gaz et de pétrole de schistes ne servent qu'à une chose, faire baisser le prix de ces produits que nous importons. Personne ne doute que lorsqu'un produit se trouve en grande quantité, son prix chute. Il faut par ailleurs récupérer ces produits, et on ne nous dit rien sur le coût d'extraction et de transformation. Par contre on a une idée précise de l'impact écologique: cf les paysages de l'Alberta.
a écrit le 15/11/2012 à 17:53 :
5100 milliards de barils, ça fait combien de degrés en plus sur la planète ? En tous cas on pourra faire tourner les climatiseurs quand on aura des canicules à 50°....
a écrit le 15/11/2012 à 14:29 :
on aura pas le choix de choisir cette voie ! (gauche ou droite)
Réponse de le 20/07/2013 à 13:18 :
on a toujours le choix
a écrit le 15/11/2012 à 13:47 :
Exploitons notre sous-sol pendant que le qatar essaie de nous envoyer sa racaille salafiste. Banissons la présence de ce micro-état sur notre sol et concentrons nous sur notre avenir au lieu de leur servir de supermarché !
a écrit le 15/11/2012 à 13:34 :
la question que personne se pose est de savoir s il est vraiment une bonne chose de devenir un etat vivant de ses matieres premieres.

La plupart du temps, c est une catastrophe pour le pays car ca n encourage que les comportement de rente et de corruption. Regardez l arabie seoudite, le quatar ou le nigeria. Pays assis sur des champs de petrole et qui en font quoi ?
Aucun pays petrolier n a une universite de pointe, n est connu pour avoir une entreprise hors petrole... Par contre c est vrai que leurs dirigeants depensent des fortunes en putes, chateaux et autre bien luxueux

Et c est ce que vous voulez pour la France ???
Réponse de le 15/11/2012 à 14:01 :
C'est la fameuse malédiction des matières premières, il n'y a que la Norvège qui y a échappé pour le gaz/pétrole et le Chili pour le cuivre.
Réponse de le 15/11/2012 à 15:09 :
Effectivement, très peu de pays savent profiter intelligemment de leur matières premières.
Réponse de le 12/01/2013 à 19:08 :
Mais les pays dans ce cas tragique ce sont développés avec le pétrole. La France est déjà développée économiquement, socialement, politiquement (j'entends par là la démocratie), donc comparer avec des pays tels que le Qatar est a mon avis inapproprié.
a écrit le 15/11/2012 à 13:30 :
Il est strictement impossible de savoir si il y a du gaz ou pas, avant d'avoir foré. Ceux qui parlent de quantité faramineuse, cherchent à influencer l'opinion.. Le gaz de schiste en France doit se trouver, si il existe a -2000 m, très loin des nappe phréatiques qui se trouvent au maximum à ? 600m. La personne qui a filmé la remontée de gaz par le robinet a été condamné par les tribunaux américains. Son forage était prévu pour trouver un nappe phréatique à -20 m, il a traversé une petite quantité de gaz, rien de plus normal.
a écrit le 15/11/2012 à 11:58 :
En temps de crise il serai bon de continuer la prospection et l'exploration....Au moins on eviterai de fantasmer sur de potentiel reserve.

Apres il faut absolument une autre technologie que celle utilisés aux USA. On a quand meme des ingénieurs, une filiere de formation en petrole, des entreprises reconnu dans le monde dans ce secteur. Ajouté aux leader du retraitement de l'eau cela fait deja pas mal!

Quand nos politiques sans courage et demagogue decideront (au lieu de palabrer sterilement) on pourra souffler et envisager l'avenir de la France plus sereinement.

Car n'oublions pas que la balance des paiements et negative cad que l'on depense plus que l'on gagne dans les echanges commerciaux....
a écrit le 15/11/2012 à 11:44 :
Pendant des annés on a exploité LACQ avec de la fracturation hydraulique et personne ne s"en est plaint-.
Nous soimmes assis sur une mine d'or; Il faut y croire.
Réponse de le 15/11/2012 à 16:05 :
Contrairement à ce qu'a avancé Rocard, il ne s'agissait pas de fracturation hydraulique.
a écrit le 15/11/2012 à 10:06 :
Enfin un article faisant le point sur ces fameuses réserves.
Il faudrait quand même continuer les explorations lorsque l on sait l'importance économique que revêt le pétrole.
Mais les décisions simples sont souvent difficiles à mettre en oeuvre.
a écrit le 15/11/2012 à 9:44 :
des panneaux solaires, des lampes économique que nous n'arrivons pas à recycler, ou du moins entièrement et proprement. Comment va t'on résoudre les problèmes que pourrait engendrer la méthode "très dangereuse" de frictions du gaz de schiste laissant derrière un no mans land ? Vous me direz le nucléaire aussi on a des soucis de recyclage, mais dans le cas du gaz de schiste ça concerne directement notre environnent écologique, notre lieu de vie, puisqu'on parle d'extraction non je me trompe ?
a écrit le 15/11/2012 à 9:01 :
Si tout le monde se met a produire du gaz de schiste, l'énergie aura une tendance baissière qui ne permettra pas d'être rentable surtout si il y a dépollution par la suite...!
Réponse de le 15/11/2012 à 9:54 :
il semblerait que les compagnies exploitantes aux USA aient de gros problème de rentabilité.
il y a un gros buzz sur le gaz et l'huile de schiste mais ça ressemble de plus en plus à de l'esbrouffe :-))
Réponse de le 15/11/2012 à 10:10 :
@letroll: non c'est juste le serpent qui se mord la queue... plus on produit moins c'est cher, sauf que ce type d'extraction est couteux et n'est avantageux qu'avec un cours du petrole haut... donc ya comme un probleme! le potentiel est la mais une exploitation commerciale peut poser probleme!
Réponse de le 15/11/2012 à 10:48 :
@letroll : si il y a un gros problème de rentabilité aux USA, c'est que le gouvernement américain a interdit d'exporter du gaz et du pétrole, et ils en produisent tellement que le prix de marché s'établit actuellement en dessous du prix de revient. Pour info, le prix du gaz aux USA est 2.5 fois moins élevé qu'en France... Mais la demande augmente par relocalisation des industries lourdes fortes consommatrices d'énergie.
Réponse de le 15/11/2012 à 11:24 :
oui, ça c'est le discours officiel, ça ressemble à du bourrage de mou :-))
les américains veulent nous faire croire qu'ils vont rester les maitres du monde. il est urgent d'attendre.
Réponse de le 15/11/2012 à 13:08 :
@letroll et les extraterreste sont dans le gouvernement américain. Ils volent le gaz !!
Réponse de le 15/11/2012 à 16:05 :
ça me fait penser à la bulle internet, à l'immobilier et à la bulle financière tout ça :-) , le gaz de schiste est-il la nouvelle arnaque ? pour que les gogos investissent à fond dans les compagnies qui exploitent le gaz de schiste ? ou pour que ces mêmes compagnies soient valorisées selon les ressources potentielles qu'elles vont exploiter ?
Réponse de le 15/11/2012 à 18:32 :
Le gaz de schistes c'est la bulle internet, les subprimes, Madoff, l'IDS en un mot une couillonade politico-financière dont feront une fois de plus les frais les gogos et les contribuables.
"L'énergie la moins chère est celle qu'on ne consomme pas"
Réponse de le 15/11/2012 à 18:32 :
Le gaz de schistes c'est la bulle internet, les subprimes, Madoff, l'IDS en un mot une couillonade politico-financière dont feront une fois de plus les frais les gogos et les contribuables.
"L'énergie la moins chère est celle qu'on ne consomme pas"
Réponse de le 15/11/2012 à 18:32 :
Le gaz de schistes c'est la bulle internet, les subprimes, Madoff, l'IDS en un mot une couillonade politico-financière dont feront une fois de plus les frais les gogos et les contribuables.
"L'énergie la moins chère est celle qu'on ne consomme pas"
Réponse de le 15/11/2012 à 18:32 :
Le gaz de schistes c'est la bulle internet, les subprimes, Madoff, l'IDS en un mot une couillonade politico-financière dont feront une fois de plus les frais les gogos et les contribuables.
"L'énergie la moins chère est celle qu'on ne consomme pas"
Réponse de le 15/11/2012 à 18:32 :
Le gaz de schistes c'est la bulle internet, les subprimes, Madoff, l'IDS en un mot une couillonade politico-financière dont feront une fois de plus les frais les gogos et les contribuables.
"L'énergie la moins chère est celle qu'on ne consomme pas"
a écrit le 15/11/2012 à 8:42 :
on est béni des dieux,pas de soucis à se faire(god for all,the devil take...)
Réponse de le 15/11/2012 à 9:20 :
Surtout quand c'est Saint Augustin qui a fait les estimations...
a écrit le 15/11/2012 à 8:31 :
L'indépendance énergétique de la France ? Parlons-en !
Grâce à Duflot, Peillon et bien d'autres, l'exploitation du "gaz de shit" sera bientôt une réalité !
a écrit le 15/11/2012 à 7:34 :
GAZ DE SCHISTE

Novembre 2012



Marc DUGENDRE MIRABEL 07170ARDECHE




P.S : Francois HOLLANDE dans son discours télévisé d'hier a informé que si une autre technique que la fracturation Hydraulique était trouvé, Il envisagerai un exPLOration

Voir tout ce qui est expliqué ci dessus.



Mes conclusions :



1 : Il faut reprendre les textes de la convention Aarhus qui n'ont pas été respectés



Cette convention concerne le droit de savoir, le droit de participer, le droit d?accès à la justice, les droits environnementaux pour le 21° siècle. Tous ces textes ont été votés en juin 2006.



Ce vote a de plus été confirmé en 1992 lors du « Sommet de la Terre » ou les gouvernements ont adopté la « DECLARATION DE RIO » et dont le principe N° 10 stipule :

« La meilleure façon de traiter les questions d?environnement est d?assurer la participation de tous les citoyens concernes ».



Cette convention est entrée en vigueur et établie sous les auspices de la CEE-ONU.

La convention Aarhus crée donc un cadre juridique unifié qui garantie un ensemble solide de droits aux citoyens d?Europe et d?Asie centrale.



2 : Il faut revoir le code minier



Il faut modifier l'article 68.9 du code minier. (Modification de la loi n°2010-788 du 12 juillet 2010 art 240) en obligeant une information du public : enquêtes publiques, sauf les cas prévus par l?article 68-10).



On est en train de se faire piéger :




TRES IMPORTANT DANS LE CODE MINIER :



Une autorisation d'expérimentation est valable 5 ans avec possibilité de proroger deux fois (soit 15 ans).



Le code minier permet également de vendre les produits de l'expérimentation...



Donc nous sommes dans le cadre d?une exPLOration qui devient une exPLOItation déguisée...



3 : Il faut consulter l'argumentaire B.A.P.E. (Bureau Audiences Publiques sur l?Environnement)



Des experts du ministère de l'écologie du Québec ont examiné avec soin le dossier du gaz de schiste, et ont créé de nombreux textes que nous nous devons d?étudier avec précision, afin de ne pas faire les mêmes erreurs qu'au Québec.



4 : Il faut revoir les permis accordés



Je me suis également aperçu que ces divers permis accordés l?an passé et signés par Mr BORLOO (et son chef de cabinet qui est maintenant Préfet Rhône Alpes) ont été accordés sans appel d'offres, et sont donc irréguliers.

Cette faille permettrait sans doute de les annuler simplement et sans dédommagement...



Les Sénateurs et les députés ont-ils vu tout cela ?????



J?ai donné un rapport de plus de mille pages à un sénateur de ma région et au Président du Conseil General pour qu'ils interviennent? et ils l?ont fait.



IMPORTANT



Ce qui a été en cours au sénat le 01.06.2011 :

Le sénat avait l?intention le 30.06.2011 de saisir le conseil Constitutionnel :

Si le conseil avait donné son aval? la loi en cours sera bien sûr annulée et, on reviendra à la précédente loi, soit :

Ä Autorisation de l?exploration et exploitation du Gaz de Schiste par quelque méthode d?extraction que ce soit.



Si cette saisine avait été acceptée par le Conseil Constitutionnel, nous en reviendrions au point de départ, car la loi existante serait de ce fait annulée.

Cette marche arrière aurait pu s?avérer très dangereuse dans cette affaire si une nouvelle loi plus restrictive et plus catégorique ne se vote pas en remplacement de la précédente.

Le fait d?avoir abandonné le 30.06.2011 cette saisine s?avère, je crois, un bon choix.



TRES IMPORTANT : Veuillez noter :



Il y aura toujours un moyen de contourner la loi :
La fracturation hydraulique pour trouver du Gaz de Schiste devient interdite ????



Les chercheurs sont maintenant au centre du débat :

Sachez qu?ils ont déposé deux brevets en mars 2011 sur les méthodes alternatives à la fracturation hydraulique, la FRACTURATION par ARC ELECTRIQUE.



Une autre, brevetée et commercialisée de manière très limitée pour le moment par une entreprise canadienne, consiste à REMPLACER L?EAU par du PROPANE



TOTAL informe également qu?il pourrait ainsi procéder à un simple CARROTAGE VERTICAL opération de recherche qui reste autorisée par la loi.



Car en fait c?est la fracturation tout court qui pose problème car elle met en contact toutes les couches géologiques qui des plus profondes jusqu?au supérieures contenant les nappes phréatiques deviennent ainsi altérées et polluées.



Et puis, pourquoi, après tout ne pas envisager d?extraire d?autre énergie dans notre sol ?



Les Huiles lourdes, sables bitumineux : Cette roche sableuse qui est imprégnée d'un pétrole très lourd et visqueux, incapable de s'écouler dans un puits. Ces sables non accessibles pour les récupérer nécessitent une injection (vapeur d?eau) pour les faire s?écouler dans un puits.

Et cela, n?est il pas intéressants pour nos pétroliers ?????



Pour mémoire :



Pour tout ce qui est mentionné ci-dessus, j'ai fait en sorte d?avertir de tout cela, ainsi que d?autres observations importantes dans des réunions de Gaz de Schiste depuis Décembre 2010... :

Ä Aucune réaction ne s?est produite ????????

J'ai encore beaucoup d'autres remarques qui sont trop longues à développer dans la présente....





Car, n?oublions pas : La terre ne nous appartient pas, ce sont nos enfants qui nous la prêtent.



Marc DUGENDRE ??.ARDECHE 07

Réponse de le 15/11/2012 à 9:18 :
@ dugendre: Votre post est trop long, je n'ai pas eu le temps de le lire !
Réponse de le 15/11/2012 à 10:07 :
Et surtout il n'a ni queue ni tete. Aucune structure ni logique!
Réponse de le 15/11/2012 à 10:51 :
Bref, c'est un post d'écolo !
Réponse de le 15/11/2012 à 12:49 :
Merci a toi L'ardechois, je vais m'epargner de le lire ;)
Réponse de le 15/11/2012 à 13:42 :
Enfin quelqu'un qui a compris que la fracturation hydraulique est un faux problème et que c'est la fracturation tout court qui est le sujet... Mais j'imagine que le gouvernement interdira les autres techniques de fracturation quand elles seront proposées par les opérateurs pétroliers...
Juste pour l'annecdote, la fracturation hydraulique est une technique couramment employée dans l'industrie pétrolière (si, si...) et pas que les gazs de schiste; alors je trouve plutôt drôle que l'on se focalise sur ce point qui dénote une parfaite ignorance de nos dirigeants et le lavage de cerveau médiatique sur le sujet.
Pour ce qui concerne les gazs de schiste, pas d'exploitation possible sans fracturation simplement parce que le gaz reste piégé dans la roche trop peu perméable. Alors il faut fracturer, c'est comme ça... Donc tant qu'on sera dans la posture politique, on achetera notre énergie ailleurs...
Et dernier point sur votre conclusion, vous êtes soucieux de l'état de la terre que nous transmettrons à nos enfants, moi aussi. Je déplore simplement l'insouciance que vous et vos "collègues" ont eu quand il s'agissait d'endétter la France depuis 30 ans...
Sortez de vos postures politiques, arretez d'agiter des chiffons rouges et soyez les entrepreneurs dont nous avons besoin, pas les politicards qui nous ruinent.
a écrit le 15/11/2012 à 5:30 :
Si les r eserves de gaz de schiste sont vraiment de 500 000 milliards de metre cube cela voudrait dire une manne de 1800 milliards sous nos pieds.
Réponse de le 15/11/2012 à 9:16 :
a 1 euro , ca paie la dette !
a écrit le 15/11/2012 à 4:02 :
Le thorium est l energie du futur et les algues (Bernard stroiazzo mou gins) seront l aliment de base de nos volailles et b e tail. Vous penserez à moi quand tous les merdias en parleront.
Réponse de le 15/11/2012 à 8:25 :
Excusez moi, j'ai un peu trop forcé sur les algues, les merdias auront corrigés d'eux même...
a écrit le 15/11/2012 à 3:01 :
Toujours et encore on agite la promesse d'une source d'énergie miraculeuse...MAIS fossile alors que l'effort des pays développés doit se concentrer pour des raisons évidentes de longévité vers les économies d'énergie et les énergies renouvelables cad permanentes mais diversifiées et à l'échelon du particulier(pas d'usines solaires ou éoliennes mais du petit éolien par ex)
Réponse de le 15/11/2012 à 14:48 :
CAD que vous touchez là un point très sensible, surtout en France; il ne s'agit plus seulement de changer de type d'énergie, mais aussi au modèle économique de gestion de ces énergies. Actuellement, tout est géré par de grands groupes, voir des multinationales. Le modèle que vous suggérez (et je suis d'accord) est de la gestion "individuelle" (ou à petite échelle). Sera-t-il capable de s'imposer face aux puissants lobbys de ces multinationales ? J'en doute, hélas pour nous ...
a écrit le 15/11/2012 à 2:49 :
Ce n'est pas dur de se tromper dans les calculs de ressources et de réserves(la ressource économiquement exploitable) pour n'importe quelle ressource minérale . Ce ne sont que des estimations à la très grosse louche. (cf la Pologne)
De toute façon, si on n'essaie pas on n'en saura rien. Donc faisons un plot d'essai sous contrôle de l'état sur un site a priori favorable pour voir la corrélation entre ce genre d'estimation et ce qu'il y a réellement. Ca permettra d'améliorer la technique; ce n'est pas la fracturation hydraulique qui est risquée (elle est utilisée couramment par toutes les entreprises de travaux spéciaux), mais les produits chimiques qu'on injecte avec et qu'il faudrait changer. Entre les inepties du précédent gouvernement et celles de l'actuel qui ont pris des décisions sans savoir de quoi ils parlaient, on est bien servi en France, et il est temps que les politiques la ferment et laissent les gens compétents travailler sur le sujet (mais sous contrôle de l'état pour éviter la dérive US)
a écrit le 15/11/2012 à 1:28 :
quand je lis l'article, un coup les reserves sont dans le sud est un coup elles sont dans le sud ouest. Je crois qu'elles sont dans le sud est (montelimar, Gard et Montpellier) si je ne m'abuse. Vous confirmez?
a écrit le 15/11/2012 à 0:06 :
"ce que le Qatar est au pétrole" : mauvaise comparaison, le Qatar a connu un boom phénoménal depuis 15 ans grâce au gaz du champ géant North Field (South Pars du côté Iran). Par contre, le Qatar est un très petit producteur de pétrole.
Réponse de le 15/11/2012 à 10:28 :
L'erreur est de Rocard.
Réponse de le 15/11/2012 à 16:08 :
Oui, il me semblait aussi. Rocard fait donc deux erreurs : 1/ le Qatar n'est qu'un petit producteur de pétrole. 2/ la fracturation hydraulique n'a jamais été utilisée à Lacq. Pas mal.
a écrit le 14/11/2012 à 23:54 :
dire n importe quoi .
a écrit le 14/11/2012 à 22:51 :
C'est le feu roulant, cette agit-prop lourdingue des lobbies du genre, depuis une semaine!
Si les journalistes peuvent se rendre utile, c'est en construisant des articles avec un peu de mat!ère !
Je ne suis pas un fan du Monde, mais il y a malgré tout de bons exemples:
http://petrole.blog.lemonde.fr/2012/11/13/les-etats-unis-1er-producteur-mondial-de-petrole-en-2017/#more-6019
a écrit le 14/11/2012 à 21:55 :
Que dit le BRGM ? C'est le premier concerné quand même...
a écrit le 14/11/2012 à 21:49 :
Le côté lamentable de l'article, qui semble prometteur d'une aube d'abondance, est que l'on y parle d?années, de dizaines d?années, quand les énergies fossiles ont attendu des centaines de millions d?années avant d?être dilapidées en quelques décades...
Réponse de le 14/11/2012 à 23:14 :
En quelques décades ? Pourquoi pas en quelques jours ? Vous vouliez parler de décennies, ou vos certitudes vous aveuglent-elles à ce point ?
a écrit le 14/11/2012 à 19:49 :
Mauvaise maîtrise du sujet...
La consommation annuelle de gaz naturel en France est de 45 milliards de mètres cubes environ chaque année... donc soit les 5 milliards évoqués dans cet article pour les réserves de gaz schiste sont ridicules faibles, soit l'auteur de l'article ne maîtrise pas le sujet et se plante sur les unités...
Réponse de le 14/11/2012 à 21:24 :
45 milliards de Conso annuelle ... Surveillez vos factures GDF , z avez du vous faire bananer ...enfin merci pour ce moment de franche rigolade
Réponse de le 14/11/2012 à 21:45 :
Pour ceux qui en doutent : http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/gaz-naturel
ou encore
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/13__Consommation_de_produits_petroliers_et_gaziers.pdf (attention, il faut convertir les TWh en m3 !!!).
Réponse de le 14/11/2012 à 21:48 :
Selon les infos que l'on trouve sur internet, Pierre-Jean a raison. http://www.planetoscope.com/Source-d-energie/1022-consommation-de-gaz-naturel-en-france-en-m3.html
Réponse de le 14/11/2012 à 21:53 :
Surveiller vos sources,c'est bien 45 milliard de m3 par an pour la France.Rigoler moins et renseignez vous...
Réponse de le 14/11/2012 à 22:02 :
Il devait être détendu... le gaz. J'ai un pote, Avogadro, qui m'avait dit un truc un jour sur un mec... Boltzmann je crois qu'il s'appelait...
Réponse de le 14/11/2012 à 22:54 :
les réserves telles qu'estimées par l'USEIA = 5.100 milliards de m3, soit cinq MILLE cent milliards, c'est bien environ 100 années de consommation française (45 milliards de m3 par an, effectivement).
Réponse de le 14/11/2012 à 22:55 :
Ne parle t'on pas de 5 mille milliard dans l'article et non de 5 milliards?
Réponse de le 14/11/2012 à 23:01 :
5100 milliards / 100 = 51 pas 5 ?
a écrit le 14/11/2012 à 19:37 :
Bien le pifometre!!!Un peu comme les politiciens qui vont réparer l?économie avec de l'argent virtuelle, qui peut créer, comme le gaz de schiste, des héritages que nous allons laisser à nos enfants, après nous, le déluge??!!
Réponse de le 02/01/2013 à 11:09 :
bien bien alors on retourne a l'age de pierre comme ca les generations futures auront un heritage d'un super monde en train de crevées de faim autour d'un feu de bois qu'ils auront mis trois heures pour le faire
a écrit le 14/11/2012 à 19:29 :
Halte aux lobbies qui aprÚs nous avoir vendu l'idée que la banque peut nous aider à gérer nos États veulent nous faire croire que les gaz de schistes vont nous sauver !
1/ si on lançait aujourd'hui les recherches, pas de gaz avant 2020.
2/ les conditions d'exploitation en France ne sont pas celles des USA (les marges seront moindre).
3/ dans les meilleurs estimations, les gaz de schistes représenteraient 10% de notre facture énergétique.
4/ les dégâts environnementaux sont encore imprécis.
La France gagnerait bien plus à (enfin) rationnaliser ses dépenses !
Réponse de le 14/11/2012 à 21:46 :
On ne comprend surtout pas la comparaison avec le pétrole et le qatar??
Le Qatar produit surtout du gaz, alors?
Réponse de le 14/11/2012 à 23:16 :
Ce sont des énergies fossiles c KIFKIF BOURIKO (le Titre n'est pas totalement adéquat c vrai) Le QATAR INVESTI massivement en France GRACE AU GAZ pour ses futurs générations par contre la FRANCE n'investi rien au QATAR (pas la peine) On dirait un gentleman agreement
Réponse de le 14/11/2012 à 23:23 :
@ Réaliste: pourriez vous apprendre à utiliser votre Iphone ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :