Airbnb : la taxe de séjour a rapporté 1,2 million d'euros à la Mairie de Paris... en trois mois

 |   |  347  mots
Cette somme ne représente que trois mois de location, du 1er octobre au 31 décembre, mais correspond à 1,4 million de nuitées.
Cette somme ne représente que trois mois de location, du 1er octobre au 31 décembre, mais correspond à 1,4 million de nuitées. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le site de location d'appartements, qui collecte directement la taxe de séjour pour le compte de ses hôtes dans la capitale, a reversé 1,2 million d'euros à la Mairie de Paris pour la période du 1er octobre et le 31 décembre 2015.

Le site de location d'appartements entre particuliers Airbnb, qui s'est engagé à collecter la taxe de séjour dans la capitale française depuis le 1er octobre, a reversé 1,2 million d'euros depuis cette date à la Ville de Paris.

Au titre de la taxe de séjour pour la catégorie "meublés touristiques non classés, qui s'élève à 0,83 euros par personne et par nuit, Airbnb a reversé 1,169 million d'euros à la Mairie de Paris, pour la période allant du 1er octobre au 31 décembre 2015", explique à l'AFP la Mairie de Paris, confirmant une information de L'Express.

Ce chiffre correspond à "1,4 million de nuitées sur cette période" à Paris, pour le site de location d'appartements, qui se refusait jusqu'ici à communiquer sur le nombre de nuitées. En comparaison, sur cette même période, les nuitées dans l'ensemble du secteur de l'hôtellerie parisienne s'élève à 8,5 millions.

En 2015, la taxe de séjour a rapporté 80 millions d'euros

A titre indicatif, la Mairie de Paris a perçu 80 millions d'euros au titre de la taxe de séjour pour l'ensemble de l'année 2015 et table sur 90 millions d'euros pour l'année 2016.

Les particuliers avaient déjà l'obligation de s'acquitter de la taxe de séjour pour les locations de courte durée mais c'est un décret publié au début du mois d'août qui a ouvert la possibilité aux sites comme Airbnb de récupérer auprès d'eux cette taxe, afin d'amélioration le taux de collecte.

Accusé de concurrencer les hôtels et de favoriser les locations de courte durée non déclarées, le site américain avait fait part en février 2015 de sa volonté de collaborer avec la ville de Paris, notamment pour améliorer la collecte de la taxe.

Le 21 janvier dernier, les députés ont voté, contre l'avis du gouvernement, un amendement au projet de loi numérique qui vise à obliger les propriétaires ou locataires qui louent leur logement de façon ponctuelle via des sites comme Airbnb, à prouver qu'ils en ont l'autorisation.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2016 à 9:57 :
Le génie français: inventer toujours plus de prélèvements obligatoires.
a écrit le 05/02/2016 à 16:43 :
cette taxe comprend également les chambres d'hotes et pas seulement les locations d'appartement.
a écrit le 05/02/2016 à 8:28 :
Donc 1.2M de nuits
A environ 80€ la nuit, 80M€ de revenu
Taux d imposition (charge sociale + impôt sur revenu) = 50%
Donc 40M€ a récupérer par trimestre

+
Impot sur bénéfice airbnb
16M€ revenu et donc bénéfice (pas ou peu de coût en France)
Soit 6M€ d impôt

Bref 46M€ par trimestre, 180M€ par an

Un arriéré de 5 ans, environ 500M€ (grande croissance chiffres plus faibles les premières années)


Avec 40% de malus car fraude fiscale, l êta doit récupérer 700M€ auprès d airbnb
Réponse de le 05/02/2016 à 14:49 :
Je veux bien qu'il y ait un impôt sur le revenu, mais je ne vois pas où vous trouvez des charges sociales sur une location, ça me semble absurde, louer n'est pas une activité salariée. En prenant la tranche marginale de l'impôt sur le revenu, je pense qu'en moyenne vous divisez vos 50% par 3. Il y a donc sans doute un manque à gagner, mais bien moins important que vous ne le dites.
Par ailleurs, concernant l'impôt sur les bénéfices de Airbnb en France, il est sûrement déjà perçu puisqu'il s'agit d'une société, elle ne peut pas y échapper, donc aucun manque à gagner.
Arrêtons d'imaginer des fraudes fiscales partout, c'est du délire!
Réponse de le 05/02/2016 à 16:31 :
beaucoup plus car ces trois mois octobre novembre décembre ne sont pas les mois touristiques.... mai juin juillet août beaucoup plus rentables !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :