Les Français veulent juger Macron sur ses actes

 |   |  701  mots
(Crédits : Reuters)
Le président dispose d'une majorité absolue à l'Assemblée nationale, qui lui permet de mener sa politique sans obstacle majeur. Mais une majorité d'électeurs se sont abstenus, ne choisissant pas entre adhésion et opposition au programme à venir. Un scepticisme attentiste qui relève davantage d'un choix assumé que d'un désaffection pour la politique.

Le second tour des législatives dimanche a achevé une longue séquence électorale de plus d'un an qui a considérablement modifié le paysage politique sous l'impulsion d'Emmanuel Macron.

L'une des particularités du scrutin de dimanche est son taux record d'abstention : presque 57%. Nombre de commentateurs voient dans cette désaffection un danger pour notre démocratie. Un tel danger est à relativiser car cette abstention doit être analysée à l'aune de cette séquence exceptionnelle qui a conduit à un changement profond de la vie politique française

Au delà des habituels abonnés absents qui ne votent pas par principe ou par simple désintérêt, ces électeurs absents manifestent un attentisme intéressé à l'égard d'Emmanuel Macron, perçu comme ayant réalisé une performance inouïe mais qui inquiète. Nombre de Françaises et de Français n'adhèrent pas au projet et à ses inconnues mais veulent toutefois essayer en jugeant sur pièces.

Le nombre de sièges de LREM inférieur aux évaluations des sondages

Aussi ceux qui s'empressent d'enrôler ces abstentionnistes sous la bannière d'un rejet du projet présidentiel vont un peu vite en besogne. Si c'était le cas, ces électeurs seraient revenus en nombre pour soutenir les autres candidats.

Une frange a d'ailleurs suivi cette voie comme en témoigne le nombre de sièges de LREM inférieur aux 400 à 450 sièges que lui prédisaient les sondages. Ce qui a profité à la droite. En obtenant 126 sièges, LR, et son alliée UDI avec les DVD, devient la première force d'opposition. Seul problème qui devra se régler sous peine de créer des divisions : la coexistence de deux lignes politiques, l'une pragmatique, prête à voter les projets de loi qui vont dans leur sens, l'autre plus idéologique, qui entend s'opposer à la majorité présidentielle.

Avec 46 sièges, le PS et ses alliés le PRG et DVG ont le même problème que LR, partagés entre ceux qui se veulent ouverts et ceux qui se situent dans l'opposition. Mais leur poids ne leur permet plus d'influer réellement sur la politique qui sera menée.

Des tribuns comme Jean-Luc Mélenchon et François Ruffin

Tout comme d'ailleurs, FI, 16 sièges, qui pourra compter sur des tribuns comme Jean-Luc Mélenchon et François Ruffin pour se faire entendre, ce qui devrait au moins considérablement augmenter l'audience télévisée des séances de questions au gouvernement. Quant au PCF (10 sièges) et au FN (8 sièges), ils n'auront en l'état pas de possibilité de composer un groupe indépendant avec les avantages inhérents, notamment en terme de temps de paroles.

Bruxelles se rappelle au souvenir du président

Le président Emmanuel Macron dispose donc d'une majorité absolue pour pouvoir mener à bien son programme, avec 319 sièges sur 577 sièges. Il n'a même plus besoin de son allié, le Modem, qui en obtient 42.

Pour autant, si le président a peu d'obstacles pour développer sa politique, il n'est pas devenu roi de droit divin. Ainsi, Bruxelles lui a rappelé dès ce matin la nécessité d'avoir un déficit public inférieur à 3% du PIB à la fin de l'année, sous peine de pénalités.

De même, les corps intermédiaires n'ont pas disparu depuis dimanche, et les 319 élus LREM ne sont pas un troupeau de moutons. Leur diversité pourrait même faire naître des courants différents, au fur et à mesure des prochaines années.

L'électeur veut être maître de ses choix

Enfin, les Françaises et les Français ont montré qu'ils n'hésiteraient plus à « dégager » ceux qui ne se mettent pas au service du pays. Ils ne manqueront pas à le lui rappeler à la première occasion, en particulier s'il n'obtient pas de résultats probants sur le terrain de l'économie, en particulier en matière de création d'emplois. C'est peut-être la leçon de cette campagne, l'électeur n'entend plus se laisser dicter les mots d'ordre, il veut être maître de ses choix. Ce qui est rassurant pour la démocratie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2017 à 10:01 :
C'est facile de juger macron sur ses actes. Il n'y a déjà qu'à constater le succès éclatant (???) de ses fameux bus macron lancés à grand renfort de propagande et que personne ne veut utiliser. Ou ses formidables succès (???) en tant que, comme disait quelqu'un, "sinistre du déficit", ce que l'on traduit parfois par "ministre de l'économie". Déjà, il avait fait les preuves des ses (in)-compétences notoires. Et depuis qu'il est élu ? Il s'est tout d'abord empressé d'aller prendre ses ordres auprès d'angela qui dirige l'hexagone et l'europe. Il s'est fait humilier par trump quand celui-ci lui a accordé une entrevue. Il tente de brader des chantiers navals "bleu-blanc-rouge" à des Italiens qui, c'est vrai, ont au moins les compétences en la matière. Il prépare la plus grande casse sociale de ces deux derniers siècles. Et, en bon démocrate, il veut faire du régime d'exception la norme quotidienne afin de bien entretenir les minables petites trouilles irraisonnées des français et de soigneusement les museler et les tenir en laisse. La plus courte possible, la laisse. Enfin, cerise sur un gâteau pour le moins indigeste, après avoir manoeuvré politiquement afin de réduire toute opposition démocratique à néant, comme dans toute démocratie qui se respecte bien entendu,démocratie genre ex-Urss, Corée du Nord et Chine maoïste, il veut "diriger" par "ordonnances". témoignant une fois de plus de son sens de la démocratie mais surtout de sa soif immodérée de pouvoir et de sa mégalomanie pathologique. Facile de juger macron sur ses actes. On peut le faire dès maintenant !
a écrit le 20/06/2017 à 9:13 :
Les actes de Mr Macron ne seront que ceux que la zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles lui imposera, il n'a pas a y réfléchir, simplement a suivre le mode d'emploi!
a écrit le 20/06/2017 à 8:17 :
"Nombre de Françaises et de Français n'adhèrent pas au projet et à ses inconnues mais veulent toutefois essayer en jugeant sur pièces"

Ben tiens ! Comme je disais il y a peu c'est ça, si les français n'ont pas voté pour macron c'est parce qu'ils voulaient qu'il soit élu, logique voyons ! Si quand je vais à la boucherie je ne prends pas de tête de veau c'est parce que j'en ai envie en fait, normal...

Les médias essayent de désamorcer la question de la légitimité électorale de macron qui est un énorme problème démocratique, vous avez tort cette pression populaire tacite il en a besoin parce que c'est ça en réalité qui est exprimé leurs puissants doutes hérités de décennies de déceptions électorales.

Oui il va être marqué à la culotte, je comprends que ce soit gênant mais avec aussi peu d'électeurs qui ont voté pour lui avouez que c'est logique et au lieu de mépriser cette réalité vous devriez la souligner sans arrêt.

La fabrique à opinion.
a écrit le 20/06/2017 à 7:55 :
avec les 57% d'abstention vous oubliez les votes blancs ou nuls , environ 15 % ; je partage votre analyse sur l'attentisme des électeurs de plus la future loi travail et l'augmentation de 1.7% de la CSG ne sont sans doute pas étrangers à cette posture
a écrit le 20/06/2017 à 7:05 :
Bonjour,
Votre article pourrait être parfait mais il comporte à mon sens une erreur regrettable et essentielle. Un tel taux d'abstention n'est pas un attentisme mais le rejet massif de la majorité présidentielle et des soi-disant alternatives qui nous sont proposées. Ce taux d'abstention, c'est le refus du choix entre le choléra et la peste. Une très grande part des français ont basculé et ne croient absolument pas à ces élections, à leurs résultats et ne donnent aucune chance aux vainqueurs, contrairement au matraquage médiatique éhonté dont vous vous rendez coupables dans la longue suite de l'intoxication de la pensée unique qui musèle le peuple depuis trop longtemps. Vive l'Union Populaire Républicaine ! Vive la France !
a écrit le 20/06/2017 à 4:23 :
Des députés non professionnel qui votent pour des idées et pour la France ca c'est une révolution
Finit toutes ces postures et le cinéma

Vive les réformes de fond
Réponse de le 20/06/2017 à 10:04 :
"réformes de fond" ! C'est surtout vers le fond que macron et ses sbires vont entraîner les français. certes, ses petits copains de la finance et de l'industrie seront bien protégés et continueront à engranger dividendes plantureux et bénéfices outranciers, mais le reste de la populace va crever. C'est ça, le programme de macron. Vers le fond du trou, tout le monde; mais oui, on parle bien de fond. Pas des réformes, mais de fond.
Réponse de le 20/06/2017 à 10:46 :
"Vive les réformes de fond "

Généralement ceux qui écrivent cela ne sont pas concerné.
Réponse de le 20/06/2017 à 12:40 :
Des "députés non professionnels" ? Vous rigolez ou vous êtes vraiment une victime consentante de la manipulation mediatico-politique actuelle ? A partir du moment où des membres de la soi-disant "société civile" adhèrent à un parti, même si celui-ci se camoufle sous le nom de "mouvementé", ils deviennent des politiciens purs et durs, avec tout ce que ce terme peut comporter de douteux et péjoratif. Ce n'est pas parce que certains députés sont à l'aube d'une carrière naissante qu'ils sont moins politiciens que d'autres. S'ils voulaient vraiment rester dans la "société civile", jamais ils n'auraient accepté d'être sur les listes d'un parti politique qui n'est rien d'autre que ça : un parti comme un autre, bien implanté dans le système et qui tient à en tirer un maximum de profits. Comme les politiciens qui y ont adhéré et qui se sont inscrits sur les listes électorales. Macron et ses sbires sont bel et bien des politiciens issus et installés dans le système. Comme les autres, ils vont faire un maximum pour en tirer profit, se faire une place au soleil, favoriser leurs petits copains de l'industrie et de la finance et rouler la populo dans la fange. L'essentiel, pour eux comme pour les autres, c'est d'être au-dessus de la mêlée de la populace et d'asservir celle-ci. Pour le reste, comme disait l'autre, ils pensent exactement : "cassez-vous, pauvres c...". Et les c..., on sait bien qui c'est...
a écrit le 19/06/2017 à 19:49 :
Les taux remontent , un réel frein pour une reprise économique et par conséquent une baisse du chômage. On peut espérer aussi qu'il n'y ait pas de grèves dures qui bloqueraient le pays pendant des mois. Espérer aussi que Macron n'augmente pas la CSG soit 34 milliards d'impôts en plus. On sait qu'il la compensera en parti par une baisse des cotisations chômage .Il y a toutefois 6 milliards d'écart d’impôts en plus. Sans compter cette réforme de la taxe d'habitation qui va représenter 10 milliards d'euros de manque à gagner pour les collectivités locales, il faudra bien trouver l'argent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :