Il y a une grosse incompréhension sur le revenu universel

 |   |  858  mots
(Crédits : DR)
Réponse aux détracteurs du revenu universel. Par Jean-Eric Hyafil, doctorant en économie, Centre d'Economie de la Sorbonne.

Si le sujet du revenu universel fait polémiquer les candidats aux primaires de la gauche, il semble qu'ils aient une très mauvaise maîtrise du sujet et qu'ils n'en maîtrisent pas les tenants et les aboutissants. Beaucoup trop cher et donc non finançable, pour Arnaud Montebourg. Nous ne voulons pas  d'une "société de l'assistanat ou du farniente", surenchérit Manuel Valls.

 Et pourtant, une analyse approfondie du revenu universel démontre d'une part que dire qu'il coûte trop cher n'a aucun sens économique, d'autre part que le revenu universel est paradoxalement plus favorable à l'emploi que le système actuel.

Analyser les effets redistributifs de la réforme fiscale plutôt que le coût du revenu universel

 Nous parlons ici de propositions de revenu universel comprises entre 500 € et 750 €, qui ne remplaceraient que le RSA, la prime d'activité et éventuellement les aides au logement. Le système assurantiel du chômage, de la retraite et de la santé sont bien évidemment maintenus.

Le budget brut d'un tel revenu universel est effectivement compris entre 300 et 500 milliards suivant le montant. "Impossible à financer!" direz-vous. C'est que vous n'avez pas fait le bon raisonnement.

 Toute proposition de revenu universel va forcément de pair avec une proposition de financement qui permet d'assurer l'équilibre budgétaire. Le financement repose le plus souvent sur l'impôt sur le revenu ou la CSG, même si l'on peut aussi trouver des compléments en augmentant l'impôt sur le patrimoine ou en luttant plus efficacement contre l'évasion fiscale des particuliers et contre l'optimisation fiscale des multinationales. Donc oui, le revenu universel, c'est finançable.

Effets redistributifs importants

La question importante n'est pas de savoir si l'indicateur de dépense publique ou de prélèvement obligatoire augmente. Ce qui intéresse les citoyens, c'est de savoir si la réforme fiscale introduisant le revenu universel augmente ou diminue leur revenu disponible sachant que tous paieront plus d'impôts mais tous recevront aussi un revenu universel. Ce sont donc les effets redistributifs qui sont importants, pas le coût budgétaire. Et en l'occurence, si les gagnants sont toujours les couples modestes et les travailleurs à bas salaire, les perdants ne sont pas toujours les mêmes suivant les propositions. Il existe en outre des propositions de revenu de base dont les effets redistributifs sont relativement proches de ceux opérés par le système actuel.

On peut être pour le revenu universel et vouloir le plein emploi

 Le deuxième préjugé à déconstruire, c'est l'idée suivant laquelle le revenu universel serait l'ennemi de l'emploi. Or le revenu universel ne dédouane pas l'État de tout mettre en oeuvre pour permettre que tout le monde ait accès à l'emploi. D'ailleurs, paradoxalement, on intègrerait bien plus facilement dans l'emploi avec un revenu universel qu'avec l'actuel système d'allocations pour les plus modestes. D'abord, le revenu universel accroît l'incitation monétaire à travailler : l'individu qui reprend un emploi sait qu'il conservera l'intégralité de son revenu universel. Au contraire les allocations proposées comme alternative au revenu universel, comme le revenu minimum décent, risquent d'être fortement dégressives, et donc de renforcer le risque de trappe à inactivité.

 Mais surtout, ce serait une erreur grossière que de croire que mettre des conditions pour bénéficier d'une allocation ─ comme celle de prouver que l'on fait des efforts de recherche d'emploi ─ est d'une quelconque efficacité. Surtout avec un revenu universel d'un montant aussi faible (500 € à 750 €). Ce qui permet le retour à l'emploi de la personne en recherche d'insertion, ce n'est pas le contrôle : c'est l'accompagnement, la formation, la recherche de solutions aux difficultés de transport ou de garde d'enfant, ou aux autres difficultés sociales.

 Justement, le revenu universel permet de décharger les fonctionnaires des Conseils Départementaux et des Caisses d'Allocations Familiales des tâches administratives liées au RSA et aux APL : instruction des des demandes d'aide, contrôle des papiers manquants, réponse aux doléances des allocataires... Elle permet alors de redéployer ces fonctionnaires vers de véritables missions d'accompagnement, et donc de rendre beaucoup efficace l'aide aux plus exclus.

Pas l'ennemi de l'emploi

Les défenseurs du revenu universel ne sont donc pas contre le plein emploi. En revanche, le revenu universel permet au travailleur de refuser un emploi ou des conditions de travail jugées indignes. Et d'ailleurs, même au plein emploi, il faudrait un revenu universel.

 Ainsi, contrairement à ce que pensent ses détracteurs, le revenu universel est bel et bien finançable et il n'est clairement pas l'ennemi de l'emploi. Si l'on ajoute à cela qu'il permet d'éviter à de nombreux ménages de tomber dans la pauvreté, qu'il donne à tous une autonomie accrue pour élargir ses choix de travail et de vie, qu'il rend plus clair la redistribution, qu'il simplifie le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu et qu'il permet de redéployer des fonctionnaires vers de véritables missions d'accompagnement des usagers et des citoyens, alors on ne trouve que des bonnes raisons de défendre cette idée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2017 à 16:00 :
Obligée de lire les commentires pour savoir que cet auteur a écrit un livre sur le sujet? Article flou, sans sources, ... Je ne connais pas latribune.fr, mais je ne risque pas de revenir faire un tour par ici. Merci pour cette perte de temps.
a écrit le 30/01/2017 à 21:01 :
Moi je suis pour le revenu universel à condition qu'il soit versé à tous ! En effet, je viens d'avoir 60 ans et je travaille depuis l'age de 18 ans mais avec un salaire toujour sprès du Smic car je n'ai pas eu de carrière dans une même entreprise. Aujourd'hui, je suis au chômage depuis 4 mois et à 2 ans de la retraite. Je suis indemnisée par Pôle Emploi 850€/mois. N'arrivant pas à payer toutes mes factures j'accepte un petit job de quelques heures déclarées en chèques CESU, pour aider une personne âgée malade qui s'est fait opérée quelques jours avant son déménagement (ménage, déballement des cartons, emménagement, installation etc..). J'ai gagné 450€ net ! Et bien non seulement Pôle Emploi me demande de rembourser 401.38€ mais la CAF me réclame également un trop perçu de 354€ pour l'APL que j'ai reçu suite à ma situation de chômage !!! INCROYABLE, mais pour avoir travaillé 32h je n'ai seulement RIEN gagné mais je suis de ma poche de 305€ (450-401€-354€) !!!! Qu'est ce que c'est que ce pays où lorsque l'on est HONNËTE on doit payer pour travailler ????? Et après, on entend dire que l'assistanat ruine la France, et que l'on fait la chasse au travail au noir ??? Et bien, voilà la preuve, que dans ce cher pays de FRance, il vaut rester chez soi à ne RIEN faire plutôt que d'être honnête, de cotiser et d'essayer d'être utile à la société !!! JE SUIS COMPLETEMENT DEGOUTEE et grâce à toutes les retenues de Pôle Emploi et de la CAF, je ne sais même pas comment je vais payer mon loyer dans les mois à venir car je suis pénalisée pour de nombreux mois !!!!!!!!!! Comme quoi il vaut mieux être assités dans ce cher pays ...........
a écrit le 29/01/2017 à 22:39 :
Du grand n"importe quoi. Ce doit être encore un fonctionnaire bien loti qui veut prendre à ce qui travaille toujours un peu plus et assouvir un rêve : être président.

Quand allons nous coller à la réalité quotidienne.
a écrit le 27/01/2017 à 18:56 :
Je suis désolé Mr Hyafil, mais votre raisonnement ne repose que sur des généralités qui ne sont étayés par aucun chiffre. Prenons par exemple le financement d'une telle mesure. Avec vos solutions "Y-a qu'à..." vous avez une vision naive de la situation, notamment en ce qui concerne l'évasion fiscale. Si c'était vraiment aussi simple que vous le prétendez, pensez bien que le budget de l'État ne serait pas en déficite récurrent (2015: - 77,4 Mds EUR).
De plus, à chaque réforme vous avez des gagnants et des perdants or les grands perdant seront les classes moyennes salariées que verront leur impôts augmenter au delà de leur revenu universel car le système comme vous l'avez souligné doit être équilibré, donc ce que les uns gagnent les autres le perdent. Si ceci n'est pas le cas on fincancera ce systeme par encore plus de dette.
Croire que cette mesure n'empêchera pas le pleine emploi est encore plus naif, car à quoi bon travailler si à la fin du mois on gagne moins. Résultat les entreprises auront du mal à recruter et délocaliseront, car ne pensez surtout pas que les salaires vont augmenter afin d'attirer les talents.
Le revenu universel est jolie sur le papier mais suicidaire en pratique car il créera un appel d'air pour les assistés et découragera les classes moyennes.
Réponse de le 27/01/2017 à 22:19 :
Je recommande vivement a Travailleur (moi aussi je suis travailleur mais je ne le crie pas sur tous les toits) de lire le bouquin du MFRB : "Revenu de base.Comment le financer?.Panorama des modalites de financement."
La, Hyafil et ses collegues donnent une explication detaillee de comment on peut financer le RU.
Le RU ne decouragera pas les classes moyennes car elles recevront aussi le RU et l'augmentation des impots sera moins importante que le montant du RU.
Quant a la delocalisation, je ne vois pas comment Mc Do et les entreprises de la construction pourraient se delocaliser.Soit , elles augmentent les salaires,soit elles s'automatisent,mais ce sera un long proces ,soit elles prennent des immigres clandestins.
Hamon n'a pas tort quand il dit que cette mesure peut augmenter le travail partiel,car les gens du commerce sont obliges ,de plus en plus, de travailler en horaire decale.Si l'on cree le RU ,beaucoup de personnes qui travaillent dans le commerce auront le choix de travailler que le matin ou que l'apres- midi ou que le soir , en degageant du temps libre pour d'autres activites.
Pour l'appel d'air aux immigres clandestins, on peut combattre cela avec un controle efficace des entreprises,notamment dans la restauration et la construction.Pour combattre la fraude fiscale de maniere efficace , il faut avoir la volonte politique de le faire. Si on l'a, l'evasion fiscale de 80 milliards par an diminuera de maniere spectaculaire,aidant du coup a financer le RU.
a écrit le 27/01/2017 à 18:05 :
Interdire le travail ds enfants, c'était pure utopie. Raccourcir les journées de travail, c'était pure utopie. Donner des congés payés, c'était de l'utopie. Instaurer la protection sociale, c'était donner des illusions. Les donneurs de leçons si sûrs d'eux mêmes ne connaissent pas l'histoire.
a écrit le 27/01/2017 à 11:21 :
Je pense que ce revenu ne sera pas applicable aux fonctionnaires qui ont deja la garantie de l'emploi.
a écrit le 27/01/2017 à 11:17 :
Si c'est un docteur en economie qui dit cela , c'est forcement vrai meme s'il n'a jamais mis les pieds dans une entreprise.
Car il faut penser a toutes les consequences negatives. pour les entreprises de ce systeme.
a écrit le 27/01/2017 à 9:07 :
MR Hamon est le plus grand illusionniste de France vis à vis du peuple ! Gare aux lendemains qui déchanteront. Comment croire de telle balivernes alors que la France est très endettée....
Comment expliquer par exemple qu'il y a le plein emploi en Allemagne avec plus de 20% de robots ????
Le niveau intellectuel en France est vraiment très bas et le déclin de la France est en constante progression depuis des années ( économistes).
Cela va être terrible lorsque l'état ne pourra plus payer les salaires et retraites des fonctionnaires.Ce n'arrive pas qu'aux autres !
a écrit le 26/01/2017 à 19:47 :
Doctorant à La Sorbonne vraiment impressionnant
Avec les gaucho de cet acabi on passe directement des 35 heures aux 0 heures.
a écrit le 26/01/2017 à 19:20 :
Affligeant. Hamon, ce doctorant, qui coûte uniras à la société française nous pond des âneries et se prend pour un génie !
Cela s'appelle la spirale du déclin. Plutôt que de changer l'avenir et se battre, il y a toujours des défaitistes pour théoriser le déclin et le peindre en rose pour dire qu'il sera merveilleux.
C'est comme l'orchestre qui continuait à jouer pendant que le navire sombrait. Youpie !!
a écrit le 25/01/2017 à 21:42 :
Et pourquoi un fils d'une famille fortunée aurait le droit à bien plus en rentes diverses et variées ? La france est un pays de rentiers où l'on trouve le pus de millionnaires en europe !! les loyers sur des propriétés héritées sont du vol pure et simple !!
Réponse de le 31/01/2017 à 10:12 :
Il faut imaginer ce que seront les conséquences d'une économie distributive à long terme... Il s' agit précisément de faire en sorte que la monnaie serve à satisfaire des besoins, au lieu de gonfler les patrimoines.
ps : je suis frappé de l'agressivité de ceux qui sont "contre", et surtout par leur manque de vrais arguments.
a écrit le 25/01/2017 à 21:33 :
Cet article donne de vrais arguments pour le revenu universel. Car la nature humaine est ainsi faite qu'elle n'est pas oisive. Chaque homme désire exister, créer, développer son potentiel, s'épanouir, entreprendre. Si parfois il ne le fait pas, c'est parce que la société, dans ses valeurs éducatives corrompues, le blesse, le stigmatise, le dévalorise, le formate, met une honte injustifiée et définitive sur l'échec. Le revenu universel supprime l'assistanat à sa racine, autrement dit cette aide conditionnée par la soumission à un conformisme : assister à des cours pro ad hoc de très mauvaise qualité au lieu de fréquenter l'université, suivre les orientations pro d'un conseiller sans véritable expérience pro, etc. L'homme libéré de sa contingence matérielle de base et en bonne santé va pouvoir enfin se consacrer à sa vrai mission : créer son propre travail et inventer son insertion professionnelle.
Réponse de le 27/01/2017 à 11:19 :
je demande a voir la realite.
Réponse de le 29/01/2017 à 6:08 :
merci boule ,vous avez parfaitement décrit ce qu 'un ex rsa comme moi peut ressentir dans une tel situation . sans ma famille , aujourd'hui je serais dans la rue ou peut etre plus la . les aides sociales tel qu'elles existent en france actuellement ne permettent pas de vivre décemment . au rsa vous dépensez votre énergie pour survivre a supporter les rejets des autres au lieux de l'utiliser pour vous relancer . seul les gens qui ont vécu cette précarité un jour peuvent le comprendre . si j'avais eu ce revenue universel j'aurais pu me relancer seul et bien plus vite .
a écrit le 25/01/2017 à 20:01 :
Après avoir massacré l'économie, la société, ouvert les portes de l'immigration incontrôlée, détruit les emplois par des charges de redistribution insupportables, les gens de gauche qui cherchent désespérément comment sauver leur modèle distributif avant de produire, en perdition, veulent maintenant aller au bout de leur logique, et avancer, sous forme de subvention à priori, un argent qu'il n'ont pas, pour ne rien produire, tout en taxant les revenus qui baisseront inexorablement, car tout mécanisme de subvention a pour premier effet économique de fausser la concurrence, et donc de mettre à mort ceux qui créent de la valeur ajoutée. Le revenu universel est la martingale pour faire monter le chômage, et entretenir l'immigration par l'emprunt. C'est une Baliverne Lamentable à Usage Réservé des Gogos, un BLURG.
a écrit le 25/01/2017 à 18:17 :
Dans une stratégie de réussite politique, il y a
1 - les belles idées.
2 - le contexte d'émergence et la potentialité de pourvoir mettre en oeuvre.
Je défend la nécessaire priorité de reprendre l'histoire de la réduction du tps de travail. Il est contre productif de brouiller un propos pédagogique majeur face au Tabou institué sur la RTT, en déroulant le tapis rouge d'un RdB nous assimilant à ceux qui veulent faire perdurer le productivisme.

Dans une France de chômage structurel et accepté depuis 40 ans, quels seraient, aujourd'hui les véritable bénéficiaires d'un rdb à 600€ ou 800€ par adulte

Le Rdb peut être versé dés le vote des assemblées. Son financement prendra plus de temps. Les 32h nécessitent 2 à 5 ans années pour s'appliquer concrètement. On ne veut pas refaire l'erreur des 35h, réduire le temps de travail des infirmières et de tous les métiers qualifiés... avant m^me d'avoir des professionnels formés.

- Les ayant droits du RSA, qui n'en profitent pas. Ok pour eux. Encore que ceux qui ont abandonné tout lien avec une banque et une adresse n'y toucheront pas davantage. Un renforcement des services sociaux serait bien préférable.
- Les allocataires qui perçoivent le RSA , auront ils encore droit aux APL, CMU, aux aides au chauffage... (transports gratuits dans certains territoires)... Combien d'euro auront-ils vraiment gagnés en plus avec ce RdB ? , ou perdus ?
- Les travailleurs salariés courent le risque que, le chantage au chômage n'étant pas fini, rapidement les employeurs réduisent les salaires
- Les travailleurs "indépendants", agriculteurs, artisans, autoentrepreneurs... courent le risque que, le chantage au chômage n'étant pas fini, rapidement leur donneur d'ordre rabaisse le montant du contrat
- Le système aura remplacé une recherche d'équité, par un filet social égalitaire et libéral, moins couteux à répartir

Mis en oeuvre avant la fin la résorption des 3 à 6 millions du stock de chômeurs, le RdB à 600€ ou 800€ est une aubaine pour les entreprises, et les jeunes adultes biens diplômés et de familles sus revenus médians (c'est les mêmes ! ), qui auront ainsi un peu plus d'argent de poche pour quelques années de latence avant de chercher un bon travail, quand ils voudrons acheter une voiture, un logement... Les premiers ne votent pas principalement pour nous. Les seconds votent peu.

Il est impérieux de commencer par la réduction du temps de travail
a écrit le 25/01/2017 à 9:32 :
on se dirait au bistrot du coin .
a écrit le 24/01/2017 à 21:25 :
Article intéressant, peut être un peu succinct. Néanmoins, il serait bon de repenser la société au delà de la notion de travail salarié (en nécessaire perte de vitesse). Sans rentrer dans l'histoire de l'économie, le revenu universel n'est pas là pour pallier aux lacunes et erreurs évidentes du capitalisme industriel et financier comme par exemple l'évolution technologique qui, à terme, va faire augmenter le taux de chômage inéluctablement.
Il me semble qu'il doit être la conséquence d'une nouvelle conception de l'humanité et du but que nous nous assignons. Cela dépasse le caractère purement financier.
Notons, en outre, qu'il ne doit pas s'agir d'un mécanisme d'inflation déguisé mais le résultat d'un lissage et d'une redistribution des pouvoirs de création de valeur (pourquoi 20% de la population détient 80% des richesses (Pareto)?)

En conclusion, oui pour le revenu universel dans le cadre d'une réflexion globale sur la société actuelle et en devenir.
Réponse de le 27/01/2017 à 11:54 :
Que vous êtes sur:
"va faire augmenter le taux de chômage inéluctablement"
Vraiment? Au XiXième siécle on avait des taux de chômage proches de 10% comme aujourd'hui. En 1848 le gouvernement avait crée des ateliers nationnaux pour occuper les chômeurs.
Le problème est que l'économie ajjuste ses effectifs en trois-cinq ans alors que les formations evoluent en 15-25ans et encore, je crains d'être optimiste. Tant qu'il y aura des humains il irons dans les activités ou ils ont du travail.
Le véritable problème est dans l'allocation des revennus entre bas et haut revennus qui peut réduire la demande lorsque les hauts revennus dominent. Hors aujourd'hui c'est ce qui se passe. Plus la mise en concurences frontale de marchés non corrdonnés qui moyenne le chomage mondial qui est plus proche de 20-30% que des 10% que nos sociétés occidentales trouvent acceptable.
Bref il est difficille d'affirmer que le chomage va augmenter INNELUCTABLEMENT. Sinon, si vous connaissez le futurs, merci de me donner les numéros du loto de la semaine prochaine.
a écrit le 24/01/2017 à 18:10 :
Aucune explication sur le financement réel de cette mesure.
"Le financement repose le plus souvent sur l'impôt sur le revenu ou la CSG, même si l'on peut aussi trouver des compléments en augmentant l'impôt sur le patrimoine ou en luttant plus efficacement contre l'évasion fiscale des particuliers et contre l'optimisation fiscale des multinationales. Donc oui, le revenu universel, c'est finançable"
Excusez moi j'ai ri, pourriez vous étayer de manière factuelle et précise ce passage ?

Aucun passage sur l'inflation qui découlera.

Cette mesure n'est effectivement pas l'ennemi de l'emploi puisqu'elle n'a aucune incidence sur elle ! Je préfère que notre impôt parte dans l'investissement à l'éducation, de nouveaux programmes, de nouvelles écoles du numérique, des formations adaptées à ceux qui en ont besoin et aux besoins actuelles et futurs du marché du travail.

D'un point de vue personnel, Je n'aime pas l'idée que tout le monde soit redevable à l'état de ce revenu. Les marxistes imposaient un sens du devoir, ici pas de contrepartie. Je trouve celà gênant que l'on rajoute à nos droits fondamentaux totalement égalitaires, un droit "économique", qui lui ne l'est pas grâce au travail des autres....
Non ?
a écrit le 24/01/2017 à 15:44 :
Deux objectifs de votants même s'ils ont bon cœur avec l'argent des autres :
écrêter tout le monde au SMIG mensuel
et, pour d'autres, avoir de l'argent disponible, par exemple pour du canabis...
Le système proposé est celui de l'URSS où les gens ne se fatiguaient plus car ils ne ne pouvaient rien gagner de plus. Ils se contentaient du minimum vital sans pouvoir espérer mieux par un effort quelconque. Ceci conduit à un retour au sous développement voire à une colonisation de notre pays. En effet, ce système a démontré qu'il n'est pas compatible avec l'esprit humain d'avoir la possibilité de se développer en en tirant un bénéfice. Les fainéants finiront par se faire dominer malheureusement.
Si un tel système se met en place, nous inviterons tous les cadres, ingénieurs et techniciens de France à faire une pause d'un an en se contentant de ce revenu universel afin de stopper au plus vite le retour au sous développement.
(au passage, sans impôts versés pendant un an, nous nous débarrasserons aussi de ceux qui ont moins bon cœur et piochent allégrement dans les tiroirs caisses)
a écrit le 24/01/2017 à 13:55 :
Encore un commentaire: ce revenu universel pourrait servir à résoudre le "problème" de l'immigration (si problème il y a...). Quel migrant illégal choisrait la France alors qu'il n'aurait droit à aucune aide ni à ce revenu universel?

Pour moi, tous les avantages du revenu universel en font un très beau projet.
a écrit le 24/01/2017 à 13:43 :
A 1500 Euro pour mon couple, nous nous installons à la campagne pour ouvrir un café ou une épicerie dans un coin paumé. Nous pourrons y travailler et payer nos charges juste pour le plaisir de rendre service aux vieux qui habitent là, sans même faire de bénéfice net pendant plusieurs mois ou années, et sans crainte de se retrouver sans aucun moyen de subsistance en cas d'échec (l'échec serait de ne degager que des pertes sur 2 ou 3 ans par exemple).
Réponse de le 25/01/2017 à 13:25 :
Dans un café épicerie dans un coin paume personne n'y viendra , surtout pas les petits vieux...observez mieux les coins paumes et vous verrez...il y a déjà assez de ces lieus tristes abandonnes de tous qui changent de proprio puis ferment...la vie a changé aussi dans les coins paumes , évidemment .
Réponse de le 26/01/2017 à 19:45 :
Paresseux.
Réponse de le 30/01/2017 à 11:23 :
Désolé pour phidias et Papipicsou, mais voilà deux commentaires crétins (et je pèse le mot).

Je propose de travailler et donc des payer des charges pro. sans autre revenu que l'universel pour des mois ou des années, où est la paresse?

Les ptits vieux des coins paumés auront le revenu universel en plus de leur retraite souvent minable pour venir au cafe-épicerie dudit coin. Ils viendront, c'est certain ou on leur livrera ce qu'ils auront commandé.

Ce serait bien que parfois les gens réfléchissent quelques secondes avant de commenter...
a écrit le 24/01/2017 à 10:26 :
Juste un petit paragraphe sur le financement sans aucun chiffrement....
Il est facile de dire que c'est finançable sans chiffrage précis....

Et les plus pauvres perdrons avec ce revenu universel, car souvent RSA + allocation logement sont plus élévé que 750 euros par mois
Réponse de le 24/01/2017 à 15:09 :
Sauf que RSA + allocation ne sont pas garanti à vie.
Chose qui est complétement différente avec le revenu de base, cela fait une grande différence
Réponse de le 25/01/2017 à 9:12 :
En complément à la réponse de La lampe, le RSA et APL sont calculés par ménage, et souvent le RSA est trop dégressif (je suis auto-entrepreneur, ne dégage que quelques centaines d'euros par mois, mon épouse travaille et gagne la somme mirifique de 1000€ par mois, le RSA nous aide à hauteur de...35€ par mois, quel coup de pouce!!!) , rendant les fins de mois très compliquées. Avec ce revenu universel, cela ferait x euros (500-750) par adulte, soit beaucoup plus qu'actuellement, et nous permettrait d'entretenir nos véhicules, nous nourrir plus sainement, eventuellement permettre à nos enfants d'avoir des activités culturelles que nous ne pouvons pas leur offrir actuellement...ce qui n'empêche en rien de continuer à travailler, mais permet en revanche de diminuer le levier qu'ont les employeurs pour imposer des conditions de travail ou de rémunération parfois minables.
a écrit le 24/01/2017 à 9:05 :
voila une idée neuve qu'il faut examiner avec soin avant de la balayer.
le revenu universel, étant versé à chacun sans condition, il devra être déduit des autres indemnités, RSA, etc, mais aussi des indemnités de chomage, des retraites, etc, et pourquoi pas, constituer une part du salaire non soumise aux cotisations salariales et patronales.
c'est ainsi qu'il faut faire les comptes et évaluer son cout financier, et trouver de nouveaux équilibres.
du coté des gains non financiers on va trouver une amélioration de la qualité de vie des plus petits revenus, précarité réduite, et ce n'est pas rien, y compris pour la qualité de la vie en communauté.
la sécurité sociale devrait y trouver aussi du mieux, les services sociaux des collectivités aussi.
voila une idée à considérer avec sérieux, avant de la rejeter.
a écrit le 23/01/2017 à 23:10 :
" et éventuellement les aides au logement" bon , le gars n'est pas à 15 milliards près...!!
ça commence bien , de plus , personne ne se demande si tout ce bel argent sera imposé au pas... ce qui changera pas mal les choses...
Réponse de le 25/01/2017 à 9:14 :
Bonjour,
Dans la quasi totalité des déclinaisons du revenu universel, chacun est imposé à partir du premier euro de salaire.
Réponse de le 25/01/2017 à 19:54 :
yoann : oui mais s'agit-il
d'un salaire? car en France on a la manie de créer des niches fiscales à gogo.. et la plupart des allocations sont non-imposées...
a écrit le 23/01/2017 à 22:10 :
je suis heureux de voir le grand debat sur le revenue universel, tous ensenble nous pouvons y arrive, aide les jeunes dans un premier tempt avec une aide: mais non pas un salaire? ensuite voir si on peut l etendre aux handicapes et aux meres celibataires ou seul avec enfant a charge , aux petit retraites;, mais pour cela il faut bien reflechir comment finencer pour cette grande idee social?mais il faut tous de meme reflechir comment aide les entreprises a enbauche en baissent leurs charges les artisants les petit agriculteurs , sauvez des emploies en france aussi est tres important???
a écrit le 23/01/2017 à 20:51 :
L'idée me parait bonne mais les explications sont confuses . Pour moi un RU équivalent au RSA avec la protection sociale serait un objectif en remplacement d'un grand nombre d'aides (RSA ; CMU ; aides aux entreprises ; retraite minimum ; allocations chaumage ; bourses d'éducation ; pensions d'invalidité ;et autres) . Quelqu'un de compétent peut-il proposer un calcul??
a écrit le 23/01/2017 à 17:13 :
Voilà une belle démonstration digne des syllogismes les plus éculés.
Résumons:
le revenu universel est finançable parce que les taxes et impôts existent (c'est vrai: la France est même championne du monde dans le domaine).
le revenu universel est favorable à l'emploi car les méchants fonctionnaires contrôleurs vont se transformer en gentils accompagnateurs éclairés (l'auteur ne nous dit pas comment seront créés les millions de jobs qui seront proposés aux heureux allocataires).
le revenu universel rend sa dignité au travailleur qui pourra refuser d'être exploité comme un vulgaire ouvrier asiatique ou africain (ceux-ci continueront donc à produire les jolis objets que l'allocataire libéré pourra s'offrir).

Au vingtième siècle, il existait un grand pays qui avait mis en place un système censé remplir tous les objectifs assignés aujourd'hui au miraculeux revenu universel.
On se demande bien pourquoi la dernière nation héritière de ce généreux système est en train de l'abandonner.
a écrit le 23/01/2017 à 15:08 :
Il faut d'abord que celà soit financer par les Français et que celà soit décent 850€/mois ce n'est pas assez vous vivre décemment : il faut au minimum 1200€/mois pour une personne seule. De plus il faudrait etablir un vrai contrat de travail (sorte de CDI) qui engage la personne sur le long terme et la fait travailler sur des objectifs precis . Non il ne faut pss distribuer l'argent comme si on était à la soupe populaire mais etablir un contrat de confiance avec la personne. Suivant ces compétences et ses capacités intellectuelles, oui il faut travailler pour vivre et vice cersa. Le travail ne peut que payer et toujours dans des objectifs à tenir : 850€ c'est revenu dit minimal mais il faut tenir compte des evolutions de la socièté et des coûts de la vie comme le cout de l'energie, la nourriture, l'electricité, le chauffage, etc... Non à l'assistanat oui à la responsabilité des personnes face à la vie et au reste. Je suis contre un RU distribué à tout personne s'il n'y a pas e contrt de vie associé. On devrait même payer une somme minimale d'impôt dessus ( soit pour 42€ par an).
Réponse de le 24/01/2017 à 11:58 :
Le revenu universel peut constituer un amortisseur face aux aléas de carrière du citoyen. Il peut s'ajouter à d'autres mécanismes qui rendront ce matelas plus efficace: prélèvement des impôts à la source (nécessitant une remise à plat et une simplification de la fiscalité), suspension ou réduction du remboursement du capital des emprunts en cas de perte d'emploi (l'emprunteur ne paye que les intérêts jusqu'au retour à une situation meilleure)...
Réponse de le 24/01/2017 à 13:47 :
Pas d'accord: 850 Euro/mois c'est suffisant pour vivre au fin fond du Cantal, du Morvan ou de la Bretagne. Rajouter éventuellement quelques jours de travail de-ci de-là, aucun problème pour moi.
a écrit le 23/01/2017 à 10:53 :
Ce doctorant en économie fait une grosse erreur de débutant. Bonjour le niveau en doctorat d'économie ! Il propose de redispatcher les fonctionnaires qui s'occupaient des contrôles de chômeurs et des RSA, donc ils continuent d'être financés par l'état ! Double charge pour aucun effet positif donc totalement inutile. Non le principe de base du revenu universel énoncé à la base par des libéraux c'est justement de donner à tous un minimum vital cumulable avec un salaire pour supprimer tous les fonctionnaires qui gèrent les actuels dispositifs d'aide. Vous pouvez complètement supprimer Pole Emploi et juste laisser le site, plus d'assedics, plus de caf, plus d'allocations familiales, plus de RSA, et surtout pour que ce soit finançable il faut aussi supprimer la moitié des élus et rendre le métier d'élu beaucoup moins intéressant ! Une sorte de parenthèse entre deux emplois...
Réponse de le 23/01/2017 à 13:12 :
Franchement, le nombre de fonctionnaires supprimés à la suite de cette mesure est totalement secondaire. "Grosse erreur de débutant", dites-vous ? Ce n'est pas sérieux.
Réponse de le 23/01/2017 à 23:19 :
Je maintiens : le revenu universel doit être fait pour principalement dans un soucis d'immense simplification administrative et pour être une solution à l'automatisation à venir du travail. Si vous faites ce revenu universel sans rien toucher au reste ben c'est le communisme en gros, et ça n'a déjà pas marché. Il faut donc supprimer un maximum de fonctionnaires devenus inutiles (assedics,caf,etc.) qui iront produire des biens et services dans le secteur marchand, et supprimer le SMIC et toute forme de règlementation anti licenciements pour mettre en concurrence l'homme et la machine : exemple : RU à 800 euros au plus de 18 ans vous pouvez bosser pour 600 euros ça vous fait 1400 euros.
Le résultat c'est plus de consommation, les étudiants peuvent étudier sans bosser et libèrent des postes, moins de stress donc moins de sécu, etc.
De toute façon le revenu universel version libéraux est inéluctable sinon ce sera la révolution.
a écrit le 22/01/2017 à 18:14 :
Un revenu universel a 750 ,euros est ridicule si on enlevé les aides comme l apl..cela revient au RSA net ..aucune avancée..il faut un revenu universel a 700 plus aide dégressives selon les cas..
Par ex quel intérêt pour un allocataire qui touche 500euros plus apl 230euros avec un loyer de 100euros restant ?400 euros pour boucler le mois en payant tous les frais..EDF tel bouffe essence assurance ...laisse tomber .le revenu universel ne doit pas enlever les aides apl et aller familiales aucun intérêt sinon.
Réponse de le 23/01/2017 à 12:31 :
Et donc remonter une usine à gaz en assujettissant le revenu à des "conditions" ?
Le principe de base est simple, pourtant : tout le monde, du PDG au clochard, touche 700€. Et chacun en fait ce qu'il veut : il le claque au bistrot, il s'achète un smartphone ou des bouquins, il le refile à la Croix rouge...
D'une manière ou d'une autre, cet argent revient dans le système économique (vous avez dit TVA ?).
Réponse de le 23/01/2017 à 17:09 :
Vous n'avez rien compris beaucoup de personnes regardent combien ça va coûter mais peu de personnes savent combien ça va rapporter.Tout le monde veut que ça change mais beaucoup de monde ont un pois chiche dans la tête et ne réfléchissent pas Arrêtons avec ce qui ne marche plus depuis plus de 30 ans ils nous font des promesses une fois élu ils font le contraire N'en vous pas marre de vous faire avoir à chaque élection.Alors changeons de méthode faisons confiance à la nouvelle génération la société à changée il faut réformé ,abolir ce qui ne marche pas ,il faut innové. J’ai 69 ans j'en ai plein le ..de me faire avoir par ceux qui sont dans la politique depuis des décennies posez vous la question pourquoi quand il été premier ministre il n'a pas proposé certaines réforme à part ce fameux 49.3 et maintenant il a des idées innovantes du bla bla tout simplement il vise simplement la présidentiel la place est tellement bonne C'est ça les Français beaucoup de gueule,de critiques mais pour changer de cap politique beaucoup de personnes retournent leur veste et ont peur du changement
a écrit le 22/01/2017 à 1:32 :
Il y a un peu d'espoir dans cet article mais il est loin de contrer (de fermer leur clapet) définitivement les arguments des détracteurs.
LE REVENU UNIVERSEL DOIT EXISTER ET IL EST SURTOUT VITAL à condition qu'il soit comme ceci:

Nous allons nous inspirer d’une fable, celle dite de la dame de Condé
« L’hôtel-restaurant de la gare de Condé est réputé pour sa situation au centre de la ville !
Un vendredi, une femme réserve la dernière chambre disponible avec un billet de 100 €. Puis elle s’en va visiter la ville.
Le patron part chez le maroquinier et offre un sac à sa femme. Le maroquinier va à l'épicerie faire ses courses pour la semaine. L'épicier passe chez le tailleur et se paye une veste. Le tailleur chez le dentiste, le dentiste chez le prothésiste, etc. etc. jusqu'au boulanger qui vient à l'hotel-restaurant manger en famille. Il redonne donc le billet au patron de l’hôtel.
Notre dame revient de sa promenade. Elle annonce qu’elle annule sa réservation, ce qui arrange bien l’hôtelier dont un de ses bons clients a besoin d’une chambre alors que l’hôtel est complet. L’hôtelier lui rend donc son billet, …. »
L’histoire, pour la suite du raisonnement, peut s’arrêter là. 100€ ont circulé, sont revenus en intégralité à leur propriétaire en un temps en générant des milliers d'euros de consommation de biens et de services sur leur chemin. Je vous sers la fin de la fable pour un raisonnement (absurde dirons certains) supplémentaire …
« L’hôtelier lui rend donc son billet, qu’elle déchire aussitôt. « Il était faux » dit-elle en souriant. »

Cette fable montre comment un faux billet de 100€ peut annuler des dettes, générer plusieurs fois sa valeur en consommation, créer des richesses. Et si l’on multiplie le nombre d’intermédiaire, pourquoi pas 6000€, 6 millions ou même 2000 milliards ? Liquidité la totalité de la dette souveraine de la France avec un faux billet de 100€ ? Cela prendra quelques pages pour en imaginer la fable, mais c’est tout aussi possible .... et d'une logique im-pla-ca-ble !!!!
Mais comment, pourquoi ? Et bien parce que la monnaie est fiduciaire (du latin fiducia : confiance). Basée sur la confiance entre les individus qui y sont attachés, même l’argent faux en circulant ne perd sa valeur que quand il est découvert et c’est seulement son propriétaire alors qui en couvre la valeur réelle. C'était pour l’anecdote.
Mais revenons-en à de la vraie monnaie et au revenu universel.

Cette fable est logiquement belle, tellement incroyable qu’elle est perd sa crédibilité. Logique imparable et pourtant totalement irréelle. Elle reste une fable. Et quand vous saurez pourquoi elle ne peut pas être réelle, nous verrons comment la rendre réelle, pour tous et tout le temps, depuis la naissance et pour toute la vie.
Dans la fable, remplaçons la dame par l’Etat, les commerçants par toutes les personnes physiques (peuple) et les morales (entreprises, artisans, auto-entrepreneurs) et la ville de Condé par la France. Pourquoi, dans la réalité, cette fable ne peut pas fonctionner ? Nous vivons et nous constatons chaque jour que c’est une dure réalité de précarité, de dettes, de pauvreté.
Que s’est-il passé entre la fable et la réalité ? L’Etat a émis de la monnaie qui circule mais qui ne lui revient pas, en tout cas pas en grande partie. Au passage, certains intermédiaires en gardent une partie pour l'accumuler, spéculer, la placer ou la dépenser hors du pays (voir pire faire de l’évasion fiscale). Ne les blâmons pas tout de suite, il y a en chacun autant d’insécurité, de doute ou de peur du lendemain que de convoitise, d’appât du gain, de cupidité ou d’avidité pour certains. Mais peu importe les sentiments en cause, le résultat est catastrophique pour la collectivité. Les caractéristiques des monnaies plus que leurs cours sont les causes des crises successives et des endettements nationaux.
Aparté : D’ailleurs, actuellement, l’Etat n’émet pas de monnaie, ce sont les banques commerciales qui génèrent des lignes de comptes, créent des centaines de milliards virtuels, encaissent les intérêts sur ces centaines de milliards complètement virtuels sur le dos de la population, puis quand ils sont remboursés, effacent la ligne de compte (on retrouve le faux billet de la fable). Permettez-moi de douter que des individus avides et cupides ont assez de retenu pour ne pas abuser de ce pouvoir de générer des quantités astronomiques d’argent et de garder la tête froide. L’expérience du passé nous prouve qu’ils ne connaissent rien à la retenu, la mesure, la morale, l’équité, l’anticipation, la responsabilité mais les états (même après avoir renfloué leurs turpitudes) continuent de leur permettre de créer et gérer au moins 80% (ou plus, qui sait ?) de l’argent existant !!!!!
Les solutions à ce mal apparaissent dans les causes, c’est juste du bon sens. L’accumulation, la spéculation et l’évasion doivent être impossible (pour que l’argent circule dans le village et reviennent à la dame "de passage") pour que la fable devienne réalité.
A l’origine, la monnaie est un « service différé ». Quand le troc (un maçon qui construit un mur à un éleveur de cochons alors qu’il a besoin d’une voiture) de matière ou de service est impossible, on diffère le service (l’éleveur de cochon donne au maçon la « valeur » du mur pour qu’il fasse l’acquisition de sa voiture car le vendeur n’a peut-être pas plus besoin de mur que de cochon). La monnaie est une invention fabuleuse mais qui a trouvé ses limites dès que les cupides, les spéculateurs, les spoliateurs, les accumulateurs ont mis en place des règles internationales de finance et de commerce pour s’enrichir à outrance. Pour redonner son sens et sa valeur humaine à la monnaie, elle doit simplement être autochtone (n’a de valeur que sur le territoire nationale) et dévaluante (perd de sa valeur si elle est conservée).
L’Etat émet une monnaie, disons l’UniFranc (ou UniEuro ou EuroFranc ou, en étant un peu mégalo, le Fiachetti) pour verser le revenu universel. Ce sont les caractéristiques de cette monnaie qui en font un outil universel (c’est bien aussi de dire que c’est un couteau suisse monétaire) bien plus que le volume émis, totalement secondaire comme la fable montre que la valeur est surmultipliée en circulant. Cette monnaie, bien que paritaire par rapport à une autre (l’euro pour faire simple) ne peut être changée et elle dévalue rapidement dans le temps. Et voilà, c’est fini, tous nos problèmes sont réglés. Je sens les doutes, les questions, les railleries même : développons !
En versant à chaque citoyen adulte toute sa vie un montant mensuel, on élimine toute pauvreté, toute précarité. Jusque là, pas d’objections je pense
Le montant est suffisant (je propose 1500 équivalent euros) pour se substituer à toutes indemnités ou prestations sociales. On réalise donc ainsi des centaines de milliards d’économie en prestations en euros et en heures de travail de fonctionnaire. Je pense ne pas avoir d’objections toujours.
Tous ses revenus universels dépensés en totalité localement ou nationalement, près de 1000 milliards équivalents euros, c’est la totalité des besoins pour les plus démunis, une forte hausse du pouvoir d’achat pour tous. C’est donc une qualité de vie améliorée pour tous mais surtout beaucoup plus de consommation dans toutes les productions locales ou nationales, plus de chiffres d’affaires pour les personnes morales, des créations d’emplois. Pas d’objection ?
Le revenu universel étant substitué à toutes les prestations, toutes les cotisations sont supprimées réduisant sans commune mesure le coût du travail donc favorisant l’embauche. Oui, le revenu universel, c’est une meilleure compétitivité des entreprises françaises à l’international sans baisse de salaire. Au contraire puisque, sans cotisations employeur et employé, la masse salariale baisse alors que les salaires nets augmentent. Des objections ?
Le Revenu Universel va conforter et engendrer des zonards, des flémards, des inactifs. Oui, oui, oui, trois fois oui. Et alors !! Il y a aujourd’hui 6 millions de chômeurs pour 15 à 20 fois moins d'emplois non pourvus, au mieux 350’000. Soit 5.65 millions de chômeurs qui ne pourraient pas travailler même en cherchant du travail 24h/24 et 7j/7. Tout ça en désertant les campagnes et « surpeuplant » les villes. Il n’y a pas assez de travail pour tous et c’est une denrée qui va continuer à se raréfier avec des technologies comme la robotisation. Il y aura justement de plus en plus d’inactifs qui sera un problème collectif croissant uniquement s’ils ne peuvent consommer, se soigner, vivre à part entière dans la société. Uniquement un problème s’ils ont un coût en euros pour l’Etat mais totalement gratuit avec une monnaie autochtone et dévaluante. Avec le Revenu Universel, chacun pourra être inactif selon les circonstances, forcées (le chômage, l’invalidité ou la retraite) ou choisies (un projet de vie, une reconversion, du bénévolat, etc.). J’attends les objections !
Inactif sera un terme générique pour le sans-emploi, l’étudiant, le chercheur, le poète, le retraité, le bénévole, l’indécis, le rêveur mais pas un gros mot ni une insulte, un stade de vie consécutif de notre société de consommation, de l’industrialisation, de la robotisation et de tous les bouleversements qui ne se sont pas encore produits.
D’accord pour les inactifs volontaires ou forcés ? Alors d’accord aussi pour 3.5 millions de travailleurs précaires, les agriculteurs endettés qui se suicident, 1 million de retraités pauvres, les salariés pauvres, les retraités pauvres, les fonctionnaires de police, santé, éducation démoralisés parce que dévalorisés, les chefs d’entreprises sans revenus, etc.
Le revenu universel est la négation de la reconnaissance et du mérite du travail. C’est faux, loin de là puisque c’est exactement le contraire. Actuellement, un salarié voit ceux qu’ils appellent les « assistés » gagner presque autant qu’eux en allocations et prestations, avec en plus des avantages comme l’exonération de taxe d’habitation, les titres de transports gratuits ou réduits, la facture énergétique réduite, etc. Avec ce Revenu Universel, le travailleur et l’inactif perçoivent chacun les 1500UF. Alors que le travailleur a en plus un salaire net (fortement augmenté puisque suppression des charges retraite et chômage), l’inactif a le RU et seulement le RU. Donc c’est avec ce Revenu Universel que le travail sera le mieux récompensé et valorisé. Je gage que le travail sera encore mieux rétribué car le travailleur pourra faire jouer la concurrence alors que les employeurs indélicats ne pourront plus faire de chantage au licenciement ou à la délocalisation.
Si c’est simple et bénéfique pour tous, actifs et inactifs, pourquoi cela n’existe pas ? Parce que l’on enlèverait aux banques commerciales (aparté 1) une manne financière titanesque (une ligne tapée sur un clavier d’ordinateur rapporte des milliards d’euros !!) et l’accumulation d’ultrarichesses pour une infime oligarchie qui peut optimiser fiscalement, thésauriser, exploiter les travailleurs, etc.
Voilà que sont résolus directement et immédiatement pauvreté, précarité et pouvoir d’achat. Et indirectement, chômage, désertification des campagnes et des centres villes, crise du logement en ville, compétitivité à l’international, accès aux services, aux soins, à l’éducation, évasion fiscale, abandon universitaire, crise des vocations, déficit public, etc.
Le déficit public disparait, je ne l’avais pas encore précisé. Je pensais que ça coulait de source. En supprimant les dépenses sociales en euros, en enrichissant le volume commerciale interne de près de mille milliards d’équivalent euros pour augmenter l’exportation (plus de compétitivité par suppression des charges sociales et forte augmentation des chiffres d’affaires au national) et diminuer les importations (production et consommation nationale augmentées), au augmentant l’attractivité touristique (baisse des prix à la consommation par augmentation des volumes) … et quelques autres mesures hors sujet (mais dans mon programme : des centaines de sénateurs et députés en moins, des milliers d’élus
Toutes ces bienfaits ne suffisent pas à dire que le revenu universel à vie en « monnaie nationale dévaluante » est la solution à tous les problèmes. Il demeure quelques mesures à instaurer.
La fiscalité doit être simplifiée et juste, une simplification qui libèrera des milliers de fonctionnaires au profit d’autres administrations. L’impôt sur les revenus, sans seuil ni plafond ni niche ni abattement ou exonération, 10% à la source des revenus pour les personnes physiques et 20% à la source du chiffre d’affaire pour les personnes morales (substitué à la TVA) serait inscrit dans la constitution. Il n’y a plus lieu de taxer l’habitat, le foncier, les successions, seuls demeurent les frais liés aux registres, titres de propriétés, dossiers, émoluments, etc.
Rappel : le Revenu Universel en remplacement de la totalité des prestations sociales en annule toute cotisation qui, en plus de booster la compétitivité, de dynamiser l’embauche, d’augmenter le salaire net génère des milliards d’euros (la monnaie sur laquelle il y a évasion, spéculation, thésaurisation) d’économies.
Dans le détail, durant une période de transition de 5 ans, toute prestation ou salaire versés par l’état en euros inférieure ou égale à 1300 sera couverte par un Revenu Universel de 1500UF (équivalent à 1500€). La partie des prestations supérieure à 1300€ sera toujours versées en euros. Au-delà de la période de transition de 5 ans, la totalité des prestations seront versées en UF. Les prestations (retraites, pensions, indemnités chômage, etc.) supérieures à 1500€ seront elles aussi versées en intégralités en UniFranc pour une durée égale à la période totale de cotisation ou d’ayant droit. Pour toutes prestations inférieures, le revenu universel sera de 1500UF mensuel.
Le Revenu Universel est émis sur un compte d’une banque dédiée (Uni Banque ?) avec datation électronique de la monnaie. L’UniFranc garde son entière valeur (équivalent euro) jusqu’au prochain versement le 1er du mois suivant. Tout versement provoque une dévaluation de 10% du solde restant. Sur un compte professionnel (entreprises, artisans, associations, etc.), l’UniFranc garde sa complète valeur durant 3 mois puis dévalue de 10% par mois. Les outils de paiement et mouvements bancaires privilégient automatiquement les plus anciens UniFrancs d’un compte.
Cette limite dans le temps de dévaluation est le mécanisme qui assure une forte consommation constante en denrées, arts, loisirs, services, mais aussi dons aux associations, bénévolat, générosité en tous genres, etc.
Les techniques actuelles nous dispensent de tout support papier et métal, les cartes bancaires et les smartphones devenant l’essentiel de nos portemonnaies. Cela permet d’avoir une monnaie entièrement numérique dont la date d’émission est liée. Chaque citoyen adulte a un compte ouvert au sein de l’UniBanque avec une carte bancaire personnelle. Celle-ci serait progressivement remplacée puisqu’intégrée à une nouvelle carte d’identité à puce. L’UniFranc a cours sur la totalité du territoire et uniquement sur le territoire.
Tout service et tout produit manufacturé sur le territoire ne peut refuser un paiement total en UniFrancs. Les entreprises d’importation peuvent refuser le paiement en UniFrancs mais doivent faire l’objet d’une signalétique d’information préalable. Leur intérêt, pour profiter de la manne de plus 900 milliards d’UniFrancs en Revenu Universel annuel dans l’économie nationale, sera de privilégier des fournisseurs nationaux.
Les bienfaits individuels et collectifs sont déjà considérables. Les économies de dépenses (plusieurs centaines de milliards d’euros) des prestations sociales et du coût de leur traitement sont orientées dans des administrations prioritaires : santé, éducation, justice, recherche. Il en est de même (orientés dans les services publics en demande) pour les dizaines de milliers de fonctionnaires et salariés devenus inutiles au Trésor Public, Pole Emploi, Sécurité Sociale (le RSI sera dissout aux premières heures mais ça c’est plus personnel), caisses de retraites, etc.
Oui, la sécurité sociale et son trou béant. Pas supprimée mais démontée/remontée, le trou vaporisé !! La carte bancaire (de santé et d’identité par la suite) des bénéficiaires du revenu Universel sert de clé pour une prise en charge à 100% des dépenses de santé dans le public (directement par l’Etat en UniFrancs). La totalité des prestataires du public devront accepter le règlement en UniFrancs ce qui privilégiera les prestataires locaux et nationaux. Les caractéristiques de la monnaie permettront aussi un plus juste prix des dépenses par obsolescence de la thésaurisation et des revenus outranciers (pas d’évasion fiscale pour eux non plus) des services de Santé Publique. Les dépenses de santé dans le privé ne concerneront plus du tout l’Etat, chaque bénéficiaire inactif ou non aura liberté de se payer des soins privés.
Avec de nouveaux moyens financiers mais surtout humains répondant aux besoins et aux attentes, avec la revalorisation financière du salaire brut augmenté du Revenu Universel, beaucoup des problèmes de nos policiers, nos militaires, nos enseignants, nos soignants tombent. Comme en plus les populations les plus démunies sortent de la misère et de la précarité, beaucoup d’autres problèmes y relatifs rencontrés par ces agents de l’Etat diminuent ou disparaissent.
Et nos régions qui retrouvent de l’aisance financière, la capacité d’investir, développer, promouvoir, recruter même. Rien que la disparition du RSA de leurs obligations financières les réjouira toutes.
En sécurité et justice, le Revenu Universel trouve aussi sa place. Mécaniquement, les délits de vols, arrachages, escroqueries, petits trafics ou cambriolages diminuent. La générosité n’exclut pas la fermeté. Pour inciter à la civilité, au respect des règles et des lois, tout délit ou incivilité même mineur entraine une annulation du Revenu Universel pour le mois suivant l’infraction. Toute condamnation y compris avec sursis entraine le transfert du Revenu Universel des coupables à leurs victimes (80%) et aux témoins (20% ou sinon à ses formateurs au sein l’administration pénitencière). Tout condamné bénéficiera d’une solide formation ou d’un cursus (en plus de l’instruction civique et des notions de droit) dont l’engagement personnel (pas forcément les résultats) conditionnera ses conditions de détention. La réinsertion des condamnés est un autre bienfait du Revenu Universel par l’indépendance financière qui éloigne les tentations et les rechutes.
Le Revenu Universel est d’abord conditionné à la citoyenneté. Par référendum à moyen terme, une fois l’équilibre trouvé entre emplois-non-pourvus et inactifs-demandeurs-d’emplois, sous des conditions très précises et pertinentes sociologiquement, le Revenu Universel pourrait être étendu pour des étrangers résidents de longue durée ou en attente de décision (nationalité, statut de réfugié, etc.) Conditionné par la nationalité, il est sanctionné au-delà du judiciaire précédemment cité. Par exemple, l’abstention à une élection est une « incivilité » qui entraine la perte d’un mois de Revenu Universel. Ne pas ramasser les déjections canines ou jeter un papier dans la rue aussi. Ou un excès de vitesse. Toutes les amendes ou contraventions ont en commun la perte d’un mois de Revenu Universel (et multiplié par autant de récidives par exemple 3 mois de revenu non versés au 3e délit), qui s’additionne à la sanction financière du délit.

Presque tout, pour ne pas dire tout, est question de moyens. En donnant à chacun plus de moyens, on peut lister sans fin des bienfaits comme la réalisation personnelle, la réinsertion, la reconversion professionnelle, l’accès à la culture, les réalisations artistiques, les sorties et les loisirs, la générosité et le bénévolat, le repeuplement des campagnes, le développement de modes de vie plus respectueux (de l’environnement, de la biodiversité et des espèces), la consommation de produits locaux de meilleure qualité, l’usage d’emplois et services de proximité, l’indépendance financière, l’accession à la propriété (et oui, avec un revenu garanti à vie, un crédit immobilier est accessible à tous), la recherche et les inventions, l’activité physique, l’étude et la réflexion, le tourisme intérieur, le mécénat, le financement participatif, la redynamisation des centres villes, etc. etc. etc.
Sans emploi, précaire, salarié, employeur, artisan, auto-entrepreneur, agriculteur, fonctionnaire de police, éleveur, militaire, artiste, penseur, inventeur, bénévole, étudiant, retraité, vendeur, acheteur, écrivain, producteur, consommateur, distributeur, valide, invalide, rural, citadin, élu, électeur, dirigeant, peuple, il n’y a pas un citoyen qui ne bénéficie directement ou indirectement du Revenu Universel avec les bonnes caractéristiques de la monnaie.
L’euro et les devises étrangères proviendront des exportations et du tourisme. Il n’y a pas d’enfermement ni de cloisonnement, juste optimisation fiscale et économique, préférence nationale (ce n’est pas un gros mot !!). Les entreprises d’importation et les personnes voyageant à l’étranger peuvent changer des UniFranc en Euros ou autres devises, sur présentation de facture et épuisement de leur solde en euro pour l’entreprise, sur la base d’un taux (par référendum si nécessaire) selon la destination et la durée pour les individus partant en affaires ou en touristes à l'étranger, ce qui est une pratique courante dans de nombreux pays.
Réponse de le 23/01/2017 à 14:25 :
super commentaire !
Réponse de le 23/01/2017 à 15:10 :
Un découvert dans une banque dédié remis mensuellement a zéro peut jouer le même rôle!!
Réponse de le 23/01/2017 à 23:19 :
ah , votre démonstration est fausse ! le boulanger qui dine tranquillement chez l'Hôtelier a donc payé avec un faux billet, c'est l'hôtelier qui est perdant ! le cout du repas est une perte sèche...comme quoi si on se laisse berner, on avale n'importe quoi !
Réponse de le 24/01/2017 à 16:00 :
Magnifique, tout est dit !

Nous restons figé dans un système stupide dépassé qui n'a plus aucune raison d'être, sauf de protéger et maintenir les privilèges d'une petite minorité au sommet, rien de plus..

Nous sommes dans une société schyzophrène ou règne le syndrôme de Stockolm
Réponse de le 25/01/2017 à 11:01 :
Votre commentaire se veut éclairé, mais ignore des mécanismes très basiques qui le rendent totalement faux. Par exemple l'inflation.
Dans votre fable, si l’hôtelier peut, avec 100€, offrir un sac à sa femme, c'est que ce sac vaut 100€. Mais si vous distribuez à tout le monde 1000€ par jour, le maroquinier va bientôt augmenter ses prix, d'abord parce que les gens ont de quoi payer plus cher, et également parce qu'il ne va pas travailler dur pour gagner à peine plus que si il ne faisait rien. Ce sac qui valait 100€ en vaudra bientôt 1000€.
Vous le dites vous même, la monnaie est "fiduciaire" c'est à dire basée sur la confiance. En cas de création monétaire excessive, cette confiance disparaît, et on entre dans ce qu'on appelle l'hyper-inflation. La boulangerie et l’hôtel ferment (ou se font payer en farine ou en or). Tout le monde a les poches pleines de billets qui ne leur permettent de rien acheter.
Trop de monnaie rend la monnaie inefficace.
Réponse de le 25/01/2017 à 22:07 :
Désolé Moi meme mais vous n'avez pas compris la base même. L'hotelier n'est pas perdant puisque c'est la dame qui récupère son propre billet !!! Aucune perte mais de la richesse créée pour tous ! Comme quoi si on ne lit pas correctement, on se commente n'importe comment !!!

Désolé Buzzy2000 mais il n'y a pas d'inflation puisque la monnaie est paritaire à l'euro, que l'enrichissement excessif est bridé puisque la monnaie dévalue si elle n'est pas dépensée. Si un commerçant augmente ses prix, il perdra ses clients d'une part et aura une somme excessive qu'il ne pourra pas dépenser, donc qui dévaluera de 10% chaque mois, donc il y perdra ...s'il y en a un assez stupide pour augmenter des prix, il en reviendra vite au juste prix. Sachant qu'il a lui aussi le revenu universel, la baisse d'impot sur le revenu, la suppression de toutes les autres retenues, en plus de ses revenus professionnels, la tendance sera justement à une baisse de prix puisque augmentation du chiffre d'affaire avec moins de charges, donc plus de bénéfices (jusqu'à 30% en plus) même en gelant les prix. Non Buzzy2000, il n'y aura pas d'inflation avec ce système. Quelle idée saugrenue (et fausse) qu'avec 1500 par mois, les inactifs rouleraient sur l'or et les commerçants pourraient augmenter leurs prix !!! Il n'y a pas trop de monnaie, juste 80 milliards par mois ... qui tournent. Beaucoup moins que le volume généré par les banques commerciales !!!! Je sais de quoi je parle, les chiffres ne sont pas tirés d'un chapeau, les mécanismes non plus.
Réponse de le 02/02/2017 à 8:44 :
une remarque par rapport à ce qui est écrit : celui qui est malade / invalide (raison de santé) ne devra donc pas avoir de choix et se contenter de ce minimum qui a terme lui permettra tout juste de vivre ... car si les revenus sont boostés, les prix le seront aussi, c'est une évidence ... la loi de l'offre et de la demande seront là pour y veiller ... !!
bref je trouve ça choquant !
Alors créer des exceptions ? quels critères "justes" ?

L'idée de partager le travail par contre en diminuant le temps de travail (et ça compenserait au moins l'allongement des cotisations pour la retraite puisque les gens auront moins de temps de retraite mais plus de temps libre durant la vie professionnelle) est une chose positive ... mais voila... encore faut il que cela soit obligatoire pour tous, pour les gros revenus également ... et que ceux qui ne veulent pas partager leur temps de travail soient pénalisés en reversant 100 % de la rémunération qui est attribuée au delà du nombre d'heure légale pour financer celui à qui le travail fait défaut faute de ce partage..
Réponse de le 04/02/2017 à 17:02 :
Chloé:
malade ou invalide, qual choix avant nous aujourd'hui ? Avec 1500, ce n'est pas juste pour vivre et c'est pour toute la vie. Quelle est la retraite pour une personne ayant peu travaillé ? N'empêche, vu que le système de la monnaie rend toute dépense nulle à terme, rien n'empêche d'allouer un complément pour les maladies longues, chroniques et les invalidités.
Comme répondu précédemment, les prix n'augmente pas pour plusieurs raisons: la consommation locale est bien plus concurrentielle et les abus immédiatement observables par les consommateurs, la contrainte de tout dépenser limite l'accumulation, la hausse des marges par baisse de la masse salariale donne déjà plus de profit aux entreprises et indépendants, l'augmentation du volume des ventes donc de la production réduit le prix de revient donc augmente aussi les marges sans aucune augmentation de prix ... la loi de l'offre et de la demande, dans ce système, s'appliquera au travail car plus d'offre à cause de la hausse de consommation entrainant une hausse de production donc embauche.
a écrit le 20/01/2017 à 23:39 :
Pas la peine de se prétendre économiste pour écrire un article partisan. D'ailleurs vu la faiblesse du raisonnement et le manque de rigueur du billet, il a sûrement été écrit par un élève de Terminal ES. Dommage, le sujet mérite pourtant un peu de sérieux pour avoir une réflexion approfondie.
a écrit le 20/01/2017 à 22:44 :
Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?
Si on suit sa logique, il vaut mieux donner 5000 € par mois et par personne. Et pourquoi pas 10.000 € tant qu'on y est ?
Bien évidemment, ça ne fonctionnerait pas pour 10.000 €, et vous savez pourquoi ? Parce que ça ne fonctionnerait pas non plus pour 1000 €, c'est malheureusement évident. On ne peut pas distribuer de l'argent gratuit (non gagné, non mérité) sans créer des dérives insurmontables. Sinon, ce serait magique comme l'a dit quelqu'un plus haut, ce serait le mouvement perpétuel.
Ah, ces communistes, ils ont tous comme point commun de ne pas savoir compter quand il s'agit de distribuer l'argent des autres.
Réponse de le 21/01/2017 à 13:21 :
Il ne vous a probablement pas échappé que le revenu "universel" est porté par des think-tanks libéraux et le PS. Les "communistes" que vous dénigrez si péjorativement, sont quant à eux contre le revenu universel, et en tout cas revaloriser le RSA ou le donner à tout le monde ne fait clairement pas partie du programme de la France Insoumise.
Réponse de le 24/01/2017 à 18:51 :
Quand on est bête et qu'on veut le rester c'est pour longtemps!
a écrit le 20/01/2017 à 20:53 :
Un des rares articles intelligents qu'on peut lire sur le revenu universel car en effet la plupart des gens n'ont rien compris. Bravo ! Effectivement il s'agit d'un jeu à somme nulle entre personnes physiques. Tout jeu à somme nulle peut s'exprimer comme un impôt positif (en général direct, sur le revenu primaire) moins le revenu universel. La formule la plus redistributive est linéaire ce qui veut dire que l'impôt qui permet le revenu universel le plus élevé est une grande CSG (taux à fixer au voisinage de la limite du maximum de la courbe de Laffer). Ce mécanisme est le seul qui ne soit pas désincitatif au travail (on ne perd rien en travaillant plus) à la différence du revenu décent de Manuel Valls. C'est aussi le seul qui redonne de l'argent non pas à ceux qui ne travaillent pas mais aux travailleurs pauvres (ceux qui ne travaillent pas ont déjà le RSA socle et les riches ont déjà le crédit d'impôt lié au quotient familial).
Réponse de le 20/01/2017 à 21:46 :
Je suis assez d'accord avec vous sur le modèle théorique, sauf que cela ne peut pas marcher en France du fait de l'extreme concentration de l'impot sur le revenu. En 2016, moins de 45% des foyers paient l'IR (16 millions de foyers), les 10% les plus aisés paient 70% de l'impot et les 1% les plus aisés 30%. Et l'IR ne rapporte que 70 milliards. Si l'on veut pouvoir offrir un RU aux 8 millions de francais considérés comme pauvres, il faut au minimum déplacer 70 milliards d'imposition (750 euros par mois pour ces 8 millions de personnes) sur les tranches les plus riches. En considérant que l'effet de contribution nette se concentrera sur les 10% les plus riches (les autres touchant en gros en RU ce qu'ils débourseront en plus en impot), ces 10 % devront payer 120 milliards d'impots comparés au 50 milliards qu'ils paient actuellement. Soit un impot multiplié par 2.4. Ce qui tout bonnement impossible et probablement inconstitutionnel. Même en prenant en compte les économies supposées sur le RSA (10 milliards), la prime pour l'emploi (4 milliards) et les APL (15 milliards), on est à un doublement de l'impot pour ces 10%.
Réponse de le 21/01/2017 à 13:28 :
Théophile, expliquez-moi dans ce cas en quoi votre raisonnement ne s'applique pas à la proposition de Sécurité Sociale garantie à 100% de la France Insoumise, mesure qui ne coûte, elle, "que" 16 milliards.

A choisir, je préfère une mesure accessible (pour comparer, le CICE a coûté la bagatelle de 40 milliards, 3 fois plus) et clairement civilisée - une société moderne ne devrait pas imposer de passer par des organismes privés pour se soigner, qu'une marotte à 600 milliards portés par des gens (de droite libérale, cf Villepin le premier en 2012) dont les intérêts divergent fortement de ceux du peuple. Sans compter que ledit revenu proposé ne permet pas de vivre décemment (c'est en dessous du seuil de pauvreté, rendez-vous compte).
Réponse de le 30/01/2017 à 13:56 :
@nvpo : D'abord soyons clair et disons qu'un RU à 750 euros est impossible. Je pense qu'il faut s'en tenir à la proposition de NKM (et de Marc de Basquiat) consistant à remplacer le RSA socle hors aide au logement. Dans cette hypothèse une transformation est finançable en constatant que la tranche à 30% de l'IR distribue déjà ce RU par le quotient conjugal. Il suffirait donc de prolonger cette droite de l'IR vers le bas en supprimant les AF, le RSA, la prime 'activité et en diminuant de nombreuses autres allocations. Ca coûte beaucoup moins que ce que vous dites.
@Partisan : L'essentiel n'est pas tant de supprimer les mutuelles au profit de la SS que de créer une véritable allocation universelle santé (sur le modèle du RU) pour permettre à chacun de s'acheter SS + mutuelle, ou SS seule (CMU) et en effet de se soigner vraiment. La concurrence est toujours vertueuse et c'est cette idée qui ne me fait pas adhérer aux idées communistes donc pas de monopole de la SS dans mon hypothèse...mais pas non plus de santé réservée aux nantis. Dans le domaine de l'éducation, un mécanisme équivalent est possible avec le chèque scolaire permettant d'ouvrir aux pauvres largement les portes de l'école privée sous contrat s'ils le souhaitent.
a écrit le 20/01/2017 à 16:38 :
On sent le théoricien qui échafaude de belles hypothèses mais qui n'a aucun sens des réalités du terrain.
a écrit le 20/01/2017 à 15:35 :
Il. Veut. Prendre. Exemple. Sur. La Finlande je sais. Que. Ça leur réussit. Alors arrêtez de toujours. Critique. Moi je travail. Dans. Le social. Mais. La misère. Je la cotoie
Réponse de le 24/01/2017 à 14:40 :
La finlande vient tout simplement de dire qu'il lui etait impossible de généraliser la mesure car cela lui aurai couter trop cher.
Donc maintenant, arrètons le réve et passons à autre chose
Réponse de le 25/01/2017 à 15:40 :
@nico
Ok, passons à autre chose. Je suis ingénieur en informatique chez un éditeur logiciel, et chaque jour dans mon travail je détruis des jobs administratifs. Avant ça, dans mon job précédent, je détruisais des jobs d'agents de voyage. Et on est une petite boîte, dans un secteur vaste et en croissance (un jour, nous aussi on sera remplacés par des IA, je ne me fais pas d'illusions, mais j'aurai probablement exterminé votre job avant).
Chaque jour dans la presse, on voit des articles sur les programmes et robots de plus en plus à même de remplacer ci les médecins, là les avocats, là les ouvriers, là les chauffeurs, là les cuisiniers et serveurs, ...
La Silicon Valley sonne l'alerte, le Conseil National du Numérique sonne l'alerte, tous les professionnels du secteur du high-tech sonnent l'alerte, il y a une chance que tout ce petit monde soit juste un ramassis d'idéalistes fans de Hamon, mais dans le doute, on fait quoi?
a écrit le 20/01/2017 à 15:13 :
1) Donner plus d'argent à un pauvre pour qu'il achète plus de produits chinois, c'est bon pour l'économie chinoise, pas pour l'économie française. 2) Revenu universel veut dire pour tous. On créerait donc un appel d'air gigantesque pour les immigrés. 3) Montant de 500 à 750 euros faible ? C'est ce que beaucoup de gens qui ont travaillé et cotisé toute leur vie touchent !!! Conclusion: ce type doit faire des études d'endoctrinement au parti socialiste :-)
Réponse de le 24/01/2017 à 14:38 :
Pourquoi donner ce revenu universel aux immigrés? Vous êtes le Père Noël? Je ne suis pas d'accord et cette décision sera prise au moment opportun.
Réponse de le 24/01/2017 à 16:05 :
L'heure est de revenir au protectionnisme avec Trump et la consommation et production locale, d'ailleurs de plus de plus de français et pas qu'eux se retournent vers les circuits courts..
Tout bon pour l'environnement par la même occasion, deux pierres deux coups.

Un peu protectionnisme à l'Européenne, ce revenu universelle et c'est banco.
L'âge d'or peut de nouveau recommencer..

Les seuls à qui cela ne plairait pas, ce serait les multinationales.
Réponse de le 26/01/2017 à 16:34 :
1)L'augmentation des importations est évidente avec l'augmentation du pouvoir d'achat crėée par le RU.Mais pour contrer cela il faut augmenter la TVA et la rendre progressive.Cela permettrait de financer une partie du cout du RU grâce aux importations!
2)En ce qui concerne l'appel d'air pour l'immigration,je suis d'accord , mais je le vois plus comme une conséquence que les salaires devraient augmenter dans les métiers pénibles de la construction et la restauration,sans parler des étudiants qui ne travalleraient plus au mc do du coin,avec le RU.Tout cela pousserait les patrons à engager des immigrés clandestins. Après c'est un problème de volonté politique: on veut ou on ne veut pas contrôler le travail clandestin?.
3)500 à 750 euros, est un montant faible, c'est évident.C'est moins que le seuil de pauvrété !.
4)La Think tank Jean Jaurès proche de l'aile droite du PS qui est aux manettes du PS actuellement (Macron,Valls,Hollande), propose de financer un éventuel RU, en éliminant la sécurité sociale,la retraite par répartition et l'education gratuite!.Rien à voir avec la proposition de Hamon.
a écrit le 20/01/2017 à 14:57 :
Le raisonnement de cet économiste fait carrément peur pour lui il suffit d'augmenter les prélèvements obligatoires et hop le tour est joué !
Il va falloir expliquer à tous ces soi-disant "économistes" payés par l'argent du contribuables qu'avant de distribuer de l'argent il faut le gagner c'est quand même pas compliqué à comprendre....
a écrit le 20/01/2017 à 14:07 :
Je suis attéré par ces soi-disant économistes autoproclamés qui ne sont pas capables de prendre leur calculette. 300 à 500 milliards, ce sont une à deux fois le budget actuel de l'Etat. L'impôt sur le revenu, ce sont 70 milliards. Faire croire que l'on peut taxer "les riches" à de telles proportions pour équilibrer un tel système, c'est illusoire car la matière fiscale va évidemment s'évaporer: qui acceptera de travailler pour payer 80% d'impôts. La France a déjà perdu 42 000 millionnaires partis depuis 1983 et la mise en place de l'IGF puis l'ISF, avec les résultats que l'on peut constater par rapport aux pays équivalents qui nous entourrent: plus de chômage, moins de revenus, plus de précarité: bravo les utopistes!
Réponse de le 20/01/2017 à 16:21 :
eh ben non, cf le lien suivant :
http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/l-incroyable-envolee-du-nombre-des-millionnaires-francais-en-2015-1008095.html
Je cite : "Selon le cabinet Cap Gemini, l'Hexagone compterait 523.000 millionnaires. Ce qui en fait le 6ème pays où l'on recense le plus de ménages fortunés dans le monde".

et pourtant ça ne ruisselle pas en emplois pourquoi?
Réponse de le 20/01/2017 à 16:29 :
Effectivement il reste encore des "riches" en France et heureusement, et je vous concède que le départ de quelques 8% d'entre eux, sans doute les moins pauvres, n'est pas l'unique explication de la déroute française. Il y a aussi le climat anti riches, la fiscalité, les lois sociales, qui n'incitent pas à l'investissement et à la prise de risque.
Réponse de le 20/01/2017 à 17:36 :
Ce n'est pas ce que disent Xavier Niel et Stéphane Treppoz par exemple (des entrepreneurs qui ont pris des risques et investi).
Du point de vue des grosses multinationales, ce sont notamment l’absence de stabilité législative, le refus de prendre en compte leurs externalités qui constituent des freins au développement. Pour les GAFA, payer des impôts c'est une hérésie !
Ici c'est plutôt la "veille industrie" associée à l'état qui marche (cf. le peu de renouvellement du CAC 40)
Les lois sociales en France sont vues comme des gardes-fous. Désolé, des relations équilibrées sont souhaitables mais pas possibles (Cf. les discours du MEDEF/attitudes syndicales dans certains cas/ absence de professionnalismes aux prudhommes (ça joue dans les deux sens)/mille feuille territorial... ).
Si on laissait tout le champ libre aux entreprises cela serait catastrophique (un peu comme dans les pays pauvres type Inde/Mexique/... )
La sociale démocratie a échoué en Europe (cf Blair/Schroeder /Hollande/...). Les citoyens ont vu les dégâts. Il faut des régulations.
Réponse de le 20/01/2017 à 21:03 :
Le revenu universel a peu d'impact sur les riches qui ne trichent pas avec leurs impôts car il s'agit en fait de généraliser à tous la formule de la tranche de l'IR à 30% :
(R x 0,30) - (5 650,28 x N)
La grosse erreur de raisonnement vient de ce que les gens méconnaissent le système socialo fiscal existant. Il s'agit seulement de simplifier le système en rétablissant une injustice vis à vis des travailleurs pauvres trop riches pour toucher le RSA et trop pauvres pour bénéficier des niches de l'IR. Ca ne coûte donc pas la somme d'argent que vous indiquez.
a écrit le 20/01/2017 à 14:02 :
Le revenu universel : on va en parler jusqu'à la fin du mois d'Avril puisque cela sert de cache-misère aux problèmes immédiats du Pays et puis cela va disparaître jusqu'en 2022 ! Ce qui éberlue, c'est que citoyens et médias se sont emparés de cette chimère alors que l'on a de gros problèmes dans l'Education, la régression industrielle, le chômage massif, le pouvoir d'achat, etc..., etc... Et là rien, pas la queue d'une solution pour demain matin !!
a écrit le 20/01/2017 à 13:10 :
Les propos de Jean-Eric Hyafil sur le financement de cette mesure sont très péremptoires :

" le financement repose le plus souvent sur l'impôt sur le revenu ou la CSG, même si l'on peut aussi trouver des compléments en augmentant l'impôt sur le patrimoine ou en luttant plus efficacement contre l'évasion fiscale des particuliers et contre l'optimisation fiscale des multinationales. Donc oui, le revenu universel, c'est finançable. "

Et bien non, ce n'est pas finançable. Si l'on reprend les montants proposés ci dessus : entre 300 et 500 milliards de dépenses brutes, il faudrait les financer par quoi ?

L'impot ? Mais le total de l'ensemble des recettes fiscales à ce jour (IR, IS, CSG, TVA et tout impôt confondu) est de 300 milliards aujourd'hui. L'IR, ce n'est que 70 milliards. La CSG, un peu plus de 90 milliards.

Economiser sur le RSA (10 milliards), la prime pour l'emploi (4 milliards) et les APL (15 milliards) ? Bien loin des montants en jeu.

Et même si on comptait "fiscaliser" le montant des aides reçues au taux marginal de 45%, cela laisserait un "trou" de financement d'au moins 135 milliards dans le plus rose des scenarios envisagés (soit environ 2x le déficit actuel). On peut toujours espérer faire payer les riches, les machines, Google, les allemands (et même gagner à l'Euro-millions), l'addition des chiffres ne marche juste pas.
Réponse de le 20/01/2017 à 21:19 :
Reprenons. Je vous propose de mettre en place en trois étapes le revenu de base que proposait NKM soit 470 euros par adulte (RSA hors forfait logement) et moitié moins par enfant. Je propose pour l'instant de garder à part l'aide au logement qui, comme l'aide aux handicapés ne peut être universelle. La première étape est le revenu de base par enfant. Plutôt que de déplafonner comme Fillon le propose à la fois le quotient familial (demie part) et les allocations familiales ce qui n'avantage que les familles aisées, je propose simplement à budget égal de donner la même somme d'argent à chaque enfant de France (ça fait un peu plus de 200 euros). En contrepartie, plus d'allocations familiales, plus de demie part par enfant, coût nul. La deuxième étape est une suppression de la tranche à 14% de l'impôt sur le revenu : on concentre ici la baisse de l'IR et on démarre donc avec la tranche à 30% au voisinage de 18000 euros de revenu imposable par an. La dernière étape consiste à remplacer le RSA, la prime d'activité et les réductions de charges du SMIC par une seule allocation égale à 470 euros par mois moins 30% du revenu imposable. A la fin vous avez de fait le revenu universel de 470 euros. Vous verrez que l'ensemble de ces mesures a un coût assez raisonnable (moins de 30Ge) et améliore la vie des jeunes et des gens gagnant entre 1 et 2 SMIC (demandez leur par exemple ce qu'ils pensent de la prime d'activité).
Réponse de le 23/01/2017 à 18:11 :
Mais c'est pas vrai, ça...

En quoi c'est pas finançable ?

Ceux qui travaillent --> on leur prélève le montant du RU ou un chouilla plus
Les autres -> on leur enlève le rsa
Ensuite, à tout le monde -> on DONNE le montant du RU.

Il parait plus qu'évident qu'avec un RU au niveau du RSA, ça ne change presque rien économiquement parlant, et encore :

Car maintenant on peut supprimer pole emploi, la caf => on économise la finance de ces structures (pas tant celle des employés puisqu'ils auront au moins le RU s'ils ne travaillent plus)

Mais déjà psychologiquement, tout change : Universel donc pas de stress, pas de dépendance foireuse à l'état et pas de valeur travail bassinée : La France devient libre et peut enfin respirer. On va pouvoir retourner en travail en appréciant de le faire pour de meilleures raisons. On va devenir plus productif parce que ce qu'on fera, on le fera avec joie...

Enfin ça relance la consommation, c'est pas comme si les RU allez tous finir dans un livret A... bien sûr qu'ils seront consommés. Peut-être pas en france mais ni plus ni moins que le RSA ou les allocations aujourd'hui, ni plus ni moins que les salaires ou les retraites, ni plus ni moins que les financement de l'état pour je ne sais quoi, etc. Pourquoi même on en parle ?

Et surtout, ça profile un pays qui sors un peu plus de la peur de se retrouver sans ressource (combien de gens sont en négatif tous les moins, priant qu'ils n'y ait pas un beug dans le coûteux système CAF ?), et ça c'est un trésor que même un riche se promenant la rue saura apprécier à sa juste valeur, tout autant que les touristes d'ailleurs.
Et ça, ça mérite qu'on augmente le RU au niveau d'un SMIC (ou au moins, soyons déçant, au seuil de pauvreté...) ce qui représente franchement pas grand chose si l'on considère les gouffres inutiles de l'économie actuelle.
a écrit le 20/01/2017 à 12:42 :
Je ne sais pas d'où il sort cet économiste mais il est assurément dans la fonction publique. Il semble n'avoir aucune notion de l'économie réelle et compte parmi ces théoriciens bisounours qui imaginent que lorsqu'on dépense de l'argent pour le distribuer (gratuitement), les dépenses qu'il engendrent à son tour suffisent à équilibrer le budget.
Le mouvement perpétuel en quelque sorte ;-)
Ah, ces belles théories communistes qui ont toujours échoué...
Réponse de le 20/01/2017 à 14:27 :
c'est vrai que les théories libérales mises en œuvre depuis les années 70 nous ont assurée le plein emploi et le bien être !
mais dit donc c'est quoi l'économie réelle ?
Réponse de le 20/01/2017 à 21:28 :
@Paul ITHIC : je n'avais pas l'impression qu'à 56% de dépenses publiques dans le PIB (contre moins de 40% en 1970), on était en plein libéralisme ...
Réponse de le 20/01/2017 à 22:39 :
La France est devenu un pays communiste depuis Mitterrand. Elle cultive des fonctionnaires dont bon nombre sont plus inutiles et nuisibles qu'autre chose, elle pénalise les méritants qui seraient capables de tirer le pays vers le haut et qui préfèrent fuir l'enfer fiscal et la bêtise généralisée.
Ce "soi-disant" économiste, en réalité un type qui a suivi un DESS d'économie ou un truc du genre, est le reflet et l'illustration parfaite de la bêtise idéologique.
Réponse de le 23/01/2017 à 18:17 :
Un mouvement perpétuel comme la vie sur terre par exemple ? C'est vrai que c'est tellement impossible, tellement irréel. C'est drôle mais de mon point de vue, l'homo sapiens est bien le seul à inventer des systèmes qui deviennent exponentiellement instable par nature, comme l'économie de la croissance...
a écrit le 20/01/2017 à 11:47 :
Artcile quand meme tres tres flou: il dit que le RU est financable car il suffit d augmenter les impots (ca c est sur !). Que ceci n est pas tres grave car les contribuables qui seront taxe plus vont aussi percevoir le RU. Ca reste a voir ! Car s il est sur que pour certains ca va etre positif voire neutre, il y en a un certains nombre qui vont voir leurs impots exploser. Prenons l hypothese base ici presente, 300 millards. supposons que les contributeur nets soient environ 20 millions (sur 64 millons d habitants, c est moins 1/3) et qu ils doivent financer 1/3 du RU (soit 100 millards). Ca leur fait quand meme en moyenne 5000 € d impots en plus !
Réponse de le 20/01/2017 à 14:56 :
"5000 € d impots en plus" bien votre calcul... donc en ayant palpé 5500€ de RU c'est même gagnant alors, humm
Réponse de le 20/01/2017 à 21:24 :
En fait, les 20 millions de personne vont devoir financer entre les 2/3 et la totalité du RU (car, pour simplifier, les 1/3 les moins riches ne paient pas d'impots aujourd'hui, donc si on veut augmenter leur niveau de vie et lutter contre la pauvreté, ils ne paieront pas ou peu d'impots demain sinon le RU n'a aucun interet, le 1/3 du milieu aura une contribution qui globalement équilibrera le RU et les impots et le 1/3 du haut paiera le reste). Donc dans votre exemple, ce sera entre 10,000 et 15,000 euros d'impots en plus (pour faire plus simple, environ 20,000 euros pour chacun des 16 millions de ménages imposables en 2016). Ce qui est d'ailleurs proche des thèses des défenseurs académiques du RU qui financent la mesure par un impot additionnel de 25% sur l'ensemble des revenus.
a écrit le 20/01/2017 à 11:43 :
les économies faites sur l'instruction des dossiers d'aides (APL, RSA...) ne sont des économies réelles que si elles se traduisent par la suppression de l'emploi des fonctionnaires qui l'effectuent...Est on prêt à supprimer massivement de l'emploi dans les CAF (qui logiquement devraient disparaître puisque les allocs aussi seraient appelées à disparaître) ou les conseils départementaux ?
La seule proposition réaliste de revenu universel est celle de Generation Libre (RU de 450€, moitié pour les enfants) et financée par la suppression du RSA, des allocs, du quotient familial mais maintien des APL avec remplacement de l'impôt sur le revenu par un impôt universel à taux plat de 23%.
Réponse de le 20/01/2017 à 21:29 :
OUI. Voir ma démonstration ci-dessus. C'est 470 euros exactement (car il faut pouvoir supprimer le RSA actuel du célibataire). Il faut ajouter à ces 23% l'impôt qui paye aujourd'hui les services publics gratuits (formation, assurance santé...). Si vous avez sous les yeux une fiche de paye d'un cadre assujetti à la tranche à 30%, prenez la CSG/CRDS et les cotisations non contributives c'est à dire hors retraite et chômage (sans distinguer salariales et patronales car cette distinction est artificielle) et ajoutez les 30% du revenu imposable de l'IR...Vous aurez alors une idée du taux global car l'hypothèse de génération libre (Marc de Basquiat) ne modifie pas de façon significative la situation d'un tel contribuable.
a écrit le 20/01/2017 à 11:41 :
Merci beaucoup pour ces précisions mais au sein de médias de masse ignorants il va être très difficile d'expliquer ce qu'est un revenu universel et ce à quoi il tend, à compenser la fin programmée du travail.

Je reste sur mon idée d'un revenu universel conséquent avec un minimum de 1200 euros, l'idéal étant 1500, mais en demandant une quinzaine d'heures de travail pour la communauté, cela soulagerait ainsi largement les finances publiques permettant de supprimer à terme des postes de fonctionnaires.

Le problème majeur d'un revenu universel est qu'il est indispensable de l'accompagner d'un nettoyage en profondeur de nos dépenses publiques et surtout celles conséquentes aux fils de placés un peu partout dans la fonction publique, incompétents voir nuisibles, gros pompeurs de dépenses publiques forcément, faut bien renvoyer l’ascenseur, et ça l'oligarchie ne le permettra jamais. (ça existe largement dans le privé également j'ai plein d'exemples dont j'aimerais tellement pouvoir parler)

Et comme nos politiciens appartiennent à l'oligarchie...
Réponse de le 20/01/2017 à 13:28 :
les métiers et qualifications vont évoluer, mais le travail, lui, ne va pas disparaître. Ce n'est pas parce que des emplois d'allumeurs de becs de gaz ou de conducteurs de diligence ont disparu que le travail a disparu.
A moins que notre pays se résigne à ne plus être qu'un pays de consommation de biens et services conçus et produits ailleurs (et d'ailleurs, à moins que la consommation d'un tel pays soit subventionnée par les pays producteurs -faut pas croire au père Noël-, la consommation d'un pays qui ne produit rien n'ira pas bien loin) il y aura toujours besoin d'emploi très qualifiés pour concevoir les biens et services en question. Ce qui est condamné c'est les taches d'exécution répétitives (grosso modo le travail à la chaîne et les tâches de saisie informatique), même parmi les taches d'exécution subsisteront le ménage et l'entretien des locaux, les aides-soignant(e)s, les vigiles, les aides à la personne, les chauffeurs de camions, les livreurs.... A un plus haut niveau les personnels d'exploitation et de maintenance des machines, les infirmiers, les cuisiniers,...Et au plus haut niveau les ingénieurs, les médecins,... même si l'évolution des sciences et techniques modifieront radicalement la façon d'exercer leur profession.
Réponse de le 20/01/2017 à 13:28 :
et comment vous allez faire travailler 15 h les gens ? entre ceux qui n ont pas envie, ceux qui ne sont pas capable ca fait du monde ... SI vous avez fait votre service militaire, vous avez deja une idee de ce que ca peut donner des gens qui sont la juste car ils sont forces d etre la et qu on occupe avec les choses qui coutent le moins cher possible.
Sinon 1500 de RU, c est carrement du delire. c est le double de ce que l auteur propose ici soit 1000 millards. C est pas l elimination de tous les fils de (meme si on y arrive) qui va permettre d economiser autant
Réponse de le 20/01/2017 à 13:58 :
"et comment vous allez faire travailler 15 h les gens ?"

Ben avec des contrats ! Bon sang mais vous ne savez même pas comment le salaria fonctionne ??? Misère vous êtes encore plus déconnecté des réalités que je ne le pensais.

"Sinon 1500 de RU, c est carrement du delire"

ce ne serait pas un RU vous mêmes en parlez juste au dessus, un minimum de cohérence entre ce que vous lisez et ce que vous affirmez ne serait pas du luxe.

Bref encore un commentaire sans intérêt de votre part qui ressemble fortement à du trollage. Epuisant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :