Montebourg : « dans les télécoms, l’Etat c’est moi ! »

 |   |  827  mots
« Ce ne sont pas aux autorités indépendantes de dire ce qui est bon dans le secteur des télécoms » a déclaré Arnaud Montebourg en annonçant un réduction des pouvoirs de l'Arcep.
« Ce ne sont pas aux autorités indépendantes de dire ce qui est bon dans le secteur des télécoms » a déclaré Arnaud Montebourg en annonçant un réduction des pouvoirs de l'Arcep. (Crédits : DR)
Le ministre du Redressement productif a prévenu qu’il allait réduire les pouvoirs du régulateur des télécoms, l’Arcep. Arnaud Montebourg s’est aussi déclaré favorable aux ententes, contre les excès de la concurrence. Florilège d’un discours choc.

Coutumier des « coups de gueule », comme il le dit lui-même, Arnaud Montebourg a encore effectué une sortie très remarquée vendredi soir lors de la cérémonie des vœux de la Fédération française des télécoms (FFT). Il ne s'en est pas pris directement à Free, son habituelle bête noire, dont les dirigeants étaient absents (Free n'est pas membre de la FFT), même s'il les a enjoint de négocier au plus vite la fin du contrat d'itinérance avec Orange. Le ministre du Redressement productif a concentré ses attaques, violentes, sur les excès de la concurrence et les régulateurs concernés, le gendarme des télécoms, l'Arcep, et l'Autorité de la concurrence.

« Remettre à sa place » le gendarme des télécoms

Evoquant la nécessite de procéder au bon « ordonnancement du secteur », récusant le terme de « régulation que je goûte peu », Arnaud Montebourg a déclaré que « ce ne sont pas aux autorités indépendantes de dire ce qui est bon dans le secteur des télécoms », mais à l'Etat, du fait de sa « légitimité démocratique. » Le ministre a prévenu que « pour cette raison, le gouvernement entend réformer l'Arcep, réduire ses pouvoirs, la remettre à sa place. » Absent, le président de l'Arcep, Jean-Ludovic Silicani, dont le mandat expire dans un an, a dû apprécier.

Quelques jours plus tôt, la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin, avait déclaré au contraire lors des vœux de l'Arcep qu'une loi allait prochainement renforcer le pouvoir de sanction du gendarme, notamment la possibilité de mettre en demeure et de sanctionner par anticipation le non-respect des obligations de couverture des opérateurs. Fleur Pellerin avait toutefois évoqué aussi le retour de « l'Etat stratège » qui interviendrait dans la préparation des appels d'offres sur les fréquences, qui comporteront à l'avenir des obligations en matière d'emploi et d'investissement. L'ex-ministre Eric Besson du gouvernement Fillon avait également voulu « remettre au pas » l'Arcep en 2011 et lui imposer un commissaire du gouvernement mais avait essuyé une levée de boucliers, jusqu'à la Commission européenne qui avait soutenu la nécessité de son indépendance, conformément au cadre réglementaire.

« Les ententes sont nécessaires, moi je les organise ! »

Autre autorité dans le viseur d'Arnaud Montebourg : celle de la concurrence. S'indignant que la politique industrielle ait été longtemps considérée comme « un gros mot » en Europe, le ministre du Redressement productif a fait valoir que « ce n'est pas une politique, la concurrence, c'est même l'absence de politique. Nous avons décidé de mettre fin aux excès dangereux de cette politique. Nous pensons qu'il est nécessaire qu'il y ait un certain nombre d'ententes, pas dans le sens condamnable du terme mais dans le sens utile » a-t-il expliqué.

Et le ministre de raconter « quand je reçois l'Autorité de la Concurrence, je lui dis : vous êtes contre les ententes. Moi, je les organise ! Qui a raison ? Vous êtes nommé, je suis élu, donc c'est forcément moi ! » Hilarité générale dans la salle, où l'Autorité de la concurrence, qui avait condamné Orange, SFR et Bouygues Telecom à une amende record de plusieurs centaines de millions d'euros pour entente en 2005, n'a pas très bonne presse. Depuis peu, le gouvernement ne semble plus farouchement opposé aux rapprochements dans le secteur, tels que l'accord de mutualisation des réseaux mobiles officialisé par SFR et Bouygues Telecom vendredi, salué par le ministre. « J'ai apprécié que l'Allemagne décide de passer à une configuration à trois de son réseau » a-t-il ajouté, alors que les rumeurs de rachat se multiplient.

« Nous sommes tous des Gandhi de l'Internet »

Arnaud Montebourg s'et également plu à reprendre le discours des opérateurs qui se plaignent de la toute-puissance des Google, Apple, Facebook, Amazon, les « GAFA » quasi monopolistiques dans leur activité et champions de l'optimisation fiscale. Il a fustigé « ces géants de l'Internet qui ne contribuent nullement à l'investissement » dans les réseaux. « Pendant que les Gulliver de l'Internet s'installent dans nos chambres à coucher, nos Lilliputiens se disputent sur la place publique » a-t-il lancé, en référence aux amabilités échangées par voie de presse entre les patrons d'Orange, de Bouygues et de Free. Faisant un parallèle avec la révolte des Indiens contre les colons britanniques, le ministre du Redressement productif s'est écrié : « nous sommes tous des Gandhi de l'Internet ! » Affirmant que la France devait garder et exploiter ses données, son « or numérique », il a plaidé que « nous n'avons pas vocation à devenir une colonie numérique des géants de l'Internet. » Un discours anti-GAFA très apprécié par l'assistance. Il reste à voir si François Hollande adoptera le même ton offensif lors de son déplacement dans la Silicon Valley le 12 février prochain.

>> Voir la vidéo du discours d'Arnaud Montebourg

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2014 à 9:17 :
Le retour du ministère du PLAN. et la présidence du PLAN-PLAN
a écrit le 04/02/2014 à 13:49 :
« quand je reçois l'Autorité de la Concurrence, je lui dis : vous êtes contre les ententes. Moi, je les organise ! Qui a raison ? Vous êtes nommé, je suis élu, donc c'est forcément moi ! » : Faudrait lui rappeler qu'un ministre n'est pas élu mais nommé par le premier ministre.

C'est un amas affligeant de nullité ce type.
a écrit le 04/02/2014 à 0:02 :
Et si on fusionnait Orange, Free, SFR, BT et la Poste ?... On pourrait même "élire" un ministre des PTT pour gérer tout ça !
a écrit le 03/02/2014 à 23:39 :
Comment approuver l'accord de mutualisation SFR-Bouygues d'un côté au nom de la rationalité économique qui consiste à diminuer la redondance des réseaux, et souhaiter que cette même rationalité ne s'applique pas à la location du réseau d'Orange par Free ?

Montebourg ne souhaite en fait que de recréer une situation d'entente sur le marché qui permettrait l'augmentation des revenus des opérateurs. Il en espère qu'ils engrangeront la capacité d'être plus fort sur leur marché et auront davantage la capacité d'innover.

C'est revenir au vieux démons français quand les "usagers" de la Lyonnaise des Eaux et de la Générale des Eaux ont surpayé leurs factures d'eau pour constituer des entreprises qui ne leur ont jamais rien rendu...

M. Montebourg, vous tombez -toujours de façon "bravache"- dans ce qui n'est qu'un piège qui ne vous grandira pas.
a écrit le 03/02/2014 à 21:16 :
donc l'Etat est un Clown, CQFD!
a écrit le 03/02/2014 à 19:31 :
Toujours pas compris quel était son job à celui-là.
a écrit le 03/02/2014 à 18:22 :
organiser les ententes ca veut dire toucher un pot de vin il n'y a pas d'autres explications possible a un tel abus de pouvoir et free va devoir se soumettre a la regle générale en vigueur dans toutes les dictatures socialo communistes
a moins qu'un sursaut démocratique ne pousse les francais a virer manu militari un homme qui se prend pour gandhi et qui croit que l'état c'est lui alors qu'il n'a justement été élu par personne puisque c'est hollande qui a été élu par les francais et qu'en deuxième choix des partisans socialistes figurait une certaine martine
montebourg n'est rien, il a le ministere du ridicule qui ne tue plus et dont
meme le nom grotesque fut écorché sur les sites officiels en ministere du redressement progressif car il est prévu long et douloureux
je me rappelle par ailleurs du scandale quand sarko avait voulu prendre le controle de la nomination des dirigeants de la tv chez ces memes staliniens
a écrit le 03/02/2014 à 15:21 :
Si il y a bien une chose que le Montebourg sait faire c’est de caresser son public dans le sens du poil. Il leur dit ce qu’ils veulent bien entendre et ca marche. La preuve ils n’ont même pas compris qu’il se foutait de leurs gueules. Osez dire que lui n’a pas été nommé. Enfin bref il est bien dans son rôle dans ce ministère qui ne sert a rien. Hollande ne savait certainement pas quoi faire de ce type alors il lui a crée un ministère juste pour lui dans l’espoir qu’il n’y fasse pas trop de conneries.
a écrit le 03/02/2014 à 7:45 :
Un fou! Il est fou!
a écrit le 03/02/2014 à 1:07 :
Comment avons nous fait pour avoir une telle casserole ministre?!...
a écrit le 02/02/2014 à 21:22 :
"Vous êtes nommé, je suis élu, donc c'est forcément moi ! » Hilarité générale dans la salle.
Ce qui est surtout hilarant, c'est de voir l'aplomb avec lequel monsieur Montebourg lance des contre-vérités car monsieur Montebourg n'a pas été élu à son poste mais nommé. Mais bon, si son auditoire rit, alors tout va bien. La France est sur le bon chemin...
a écrit le 02/02/2014 à 20:29 :
Mr Montebourg est un dangereux dictateur. C est toujours la meme chose avec les gauchistes, ils pensent diriger tout le monde et entrainent leur peuple a la faillite. Français, n achetez pas Français, faites le contraire de ce que voudrait ce petit despote de Montebourg. Mieux vaut perdre la bataille de la mondialisation libre que de se soumettre.
a écrit le 02/02/2014 à 18:25 :
Il est ministre et un ministre aussi un une personne nomée. Pas un élu.
Il devrait savoir ca.
a écrit le 02/02/2014 à 18:23 :
Ah ce bon vieux temps de l'URSS!!...Ce qui est bien avec les socialistes, c'est qu'on n'est jamais surpris: avec eux, tout doit fonctionner à la baguette et selon leurs normes! Tout autre parti qui ferait le 1/10ème de ce qu'ils nous font serait traiter de fasciste!...Et dire qu'ils trouvent encore des soutiens!!...Pauvre France!
a écrit le 02/02/2014 à 17:29 :
Montebourg essaie de faire pour le made in france. arrêtons de lui tapez dessus
Réponse de le 02/02/2014 à 19:49 :
essayer de faire du made in france ( fait en france serait preferable) n est pas une raison suffisante pour raconteur n importe quoi, sinon le FN est encore mieux.
Réponse de le 03/02/2014 à 9:08 :
La naïveté n'a pu de limite quand on lit votre commentaire.
a écrit le 02/02/2014 à 17:16 :
J'ai commencé un cours de Buisness strategy à l'université de Virginia. Voici le premier fondement: "dans un monde parfaitement concurrentielle, aucune firme ne peut réaliser des profits" Ce fut un choc. Mr Montebourg n'est peu être pas si idiot que cela, comment voulez vous qu'il y ai des creations d'emplois s'il y a concurrence exacerbé. On voit les ravages de cette politique Européenne et l'ouverture à la concurrence, il y a 20 ans dans la téléphonie, il y avait en Europe le Alcatel, Nokia, Sagem, Telit, Siemens le CNET la norme GSM écrite par les Européens. Aujourd'hui plus rien. Meme au US, il n'y a que 2 opérateurs d'envergures (AT&T et Vierzon). On ne peut pas tout avoir la concurrence (prix bas) et les emplois, faut chosir.
a écrit le 02/02/2014 à 16:56 :
Qu'est-ce qu'il va encore faire pour plaire à son copain Bouygues afin d'obtenir un traitement favorable sur TF1 qui lui servira dans ses ambitions présidentielles.
a écrit le 02/02/2014 à 14:12 :
Le discours de Montebourg est plutôt bien construit, sur un ton à la fois ferme, volontariste et amical. Il est heureux qu’il y ait un lien hypertexte vers la vidéo de ce discours car le traitement qui en est fait dans l’article de LaTribune est absolument ridicule !
Réponse de le 02/02/2014 à 16:29 :
A la dette abyssale de l'état et aussi penser aux générations futures au lieu de nous divertir en créant des nouveaux problèmes qui ne vont pas améliorer la situation économique de la France
Réponse de le 03/02/2014 à 9:11 :
Au lieu de critiquer la teneur de l'article de la TRIBUNE vous feriez mieux de chercher quel est le but non avoué de montegourde. Si par ailleurs vous aviez inventé l'eau chaude ça se saurait.
a écrit le 02/02/2014 à 13:10 :
et nafissatou Diallo c' est le Panthéon !
a écrit le 02/02/2014 à 11:44 :
pauvre ministre Montebourg contre le pouvoir d/achat a la protection des riches
a écrit le 02/02/2014 à 10:51 :
"Discours anti-GAFA", "Les télécom c'est moi". Bref, retour au minitel, seul moyen électronique de communication autorisé par l'Etat qui a fait la fortune de FT dans les années 80/90... Voir l'excellente conf "Minitel 2.0" de Benjamin Bayard....
Réponse de le 02/02/2014 à 11:31 :
Et c'est À CAUSE du Minitel que la Feance a complètement raté le passage à Internet avec des visions de fonctionnaires très court terme : le bulletin de vote mais pas le développement de la France
a écrit le 02/02/2014 à 10:48 :
Mais oui c'est ça comme vous dite l'état c'est lui... Si les télécoms ne sont pas d'accord ils ont juste à "couper" on verra combien de temps il mettra pour rétablir le réseaux... Il peux décider mais c'est et ça restera les opérateurs qui décideront quoi qu'il en pense... Il aurait pu garder la mains si le gouvernement précédant n'avais pas vendu ces entreprises.
a écrit le 02/02/2014 à 10:20 :
je ne suis pas un fan de free mais il faut admettre que s'il n'était pas là ....imaginez ce que nous couterait les forfaits internet , les appels vers les fixes et les portables et nos forfaits mobiles .rappelez vous avant !!! et qu'un ministre "socialiste" ne comprenne pas cela prouve bien sa déconnexion du monde réel
a écrit le 02/02/2014 à 9:06 :
Ces petites gens qui n'ont pas l'habitude du pouvoir deviennent fous!
a écrit le 02/02/2014 à 8:51 :
Et ne faisant rien pour nous donner confiance.. Notre économie va encore s'enfoncer plus dans l'immobilisme avec des gens comme celui ci qui fait dans la palabre pour être dans les médias. Et toujours pas de pilotage de l'état, chacun fait ce qu'il veut
a écrit le 02/02/2014 à 8:02 :
Après l'invention bluffante du ministère du redressement productif...voilà que Montebourg l'improductif aux abois , sans bilan positif depuis 19 mois...confirme sa vocation d' imposer la dictature socialiste d'un autre âge ...il va bientôt imposé au marché des télécom de mettre en œuvre les combinats...! C'est grave l'économie française est dans une phase de sabotage....
Réponse de le 02/02/2014 à 8:44 :
Les fusions vont s'opérer de toute manière mais pas au niveau de la France. Les Telecoms sont devenues globales, l'intelligence du réseau sera cloudisée
a écrit le 02/02/2014 à 5:55 :
En voila un qui veut être calife a la place du calife, mais comme le disent nos amis anglais ;" ce n'est pas bon".
a écrit le 02/02/2014 à 4:10 :
Montebourg n'a aucune légitimité dans le secteur à part celui d'avoir quelques conseillers hauts fonctionnaires qui le manipulent comme un pantin ...(Il faut dire que depuis l'arrivée de free, le corps des telecoms a été sensiblement réduit)
Cela dit le fond du problème est ailleurs , c'est une question de financement , il faut lâcher les chevaux , cela signifie avoir du financement privé de grand ampleur pour amorcer fort dès le début de manière à démarrer avec une vision dès le départ européenne et non nationale... Ce n'est pas avec les fantoches d'oseo et autres que le pays créera des champions mondiaux ..., l'époque des 30 glorieuses est terminée
Réponse de le 02/02/2014 à 8:48 :
La collectivité publique a au contraire une forte légitimité dans le domaine du transport et de la connectivité, qu'il s'agisse des capacités radio par site ou qu'il s'agisse de la boucle locale. C'est comme RFF ou ERDF. Le reste (y compris mobile) c'est du nuage logiciel en concurrence sur une assiette mondiale
Réponse de le 03/02/2014 à 9:13 :
Encontre un Bobo De gauche qui doit être un bon fonctionnaire bien au chaud.
a écrit le 01/02/2014 à 23:25 :
Un gouvernement élu par le peuple qui travaille contre ce même peuple, ça a un nom ça... des pourris ! et Montebourg en est un bon.
Réponse de le 02/02/2014 à 0:52 :
Non, cela s'appelle une dictature !!
Réponse de le 02/02/2014 à 8:49 :
La, c'est la dictature des pourris ! Au secours !
a écrit le 01/02/2014 à 23:22 :
Le pauvre, il ne sait pas que l'Europe est supranationale, et qu'au dessus c'est les USA qui tirent les ficelles.
a écrit le 01/02/2014 à 23:13 :
Il prend de plus en plus la grosse tête, ça commence à faire peur...
a écrit le 01/02/2014 à 23:13 :
Dans les telecom comme dans tout l'Etat c'est le peuple souverain. Et si le peuple souverain veut des forfait à 2E, il prend des forfaits à 2E. Les entreprises doivent répondrent à la demande du peuple et l'Etat n'est là que pour servir le peuple dans la formulation de sa demande, certainement pas la contraire ou l'orienter. L'étatisation de l'économie c'était il y a 60 ans !
Réponse de le 02/02/2014 à 8:51 :
Sauf que pour que les forfaits fonctionnent, il faut une connectivité radio qui emprunte des ressources rares (fréquences, points hauts...) que la collectivité publique doit nécessairement gérer
Réponse de le 02/02/2014 à 21:19 :
@Théophile: "(...) que la collectivité publique doit nécessairement gérer". Et c'est là où vous vous trompez, le "nécessairement" n'est qu'un point de vue. Les opérateurs privés pourraient tout à fait le faire (vraisemblablement mieux, plus rapidement et à moindre coût, comme souvent quand on compare Etat vs Privé. Mais bon, continuez à nous donner des leçons (manifestement partisanes, laissez moi deviner... cadre chez EDF ?). A bon entendeur...
a écrit le 01/02/2014 à 23:02 :
Tout ça pour exister car depuis an et demi son bilan est honteux.
a écrit le 01/02/2014 à 22:53 :
C'est Fleur qui va être contente.
a écrit le 01/02/2014 à 22:50 :
Depuis quand les ministres sont "élus" !! il faudrait peut-être effectivement...
Espérons que M. Montebourg sera bientôt "Free" de tout engagement ministériel après les prochaines élections et un petit remaniement...
Renvoyons le dans sa campagne...
a écrit le 01/02/2014 à 22:29 :
Comme chaque semaine, c'est la barre de pub Arnaud. Ce n'est pas parce qu'on sert à rien qu'on ne peut pas être nommé ministre.
A le semaine prochaine pour le prochain billet d'Arnaud.
a écrit le 01/02/2014 à 22:24 :
Toute la question est : comment un homme parfaitement inapte à saisir les règles de base de l'économie peut-il se retrouver à la tête d'un ministère de l'économie?
a écrit le 01/02/2014 à 22:07 :
Je ne savais pas qu'on élisait nos ministres....
a écrit le 01/02/2014 à 21:15 :
Sa légitimité démocratique c'est quoi dans cette histoire de télécom ?
Il peut invoquer cette légitimité dans tous les cas...comme les dictateurs
a écrit le 01/02/2014 à 21:12 :
Le pouvoir socialiste dans toute sa splendeur! La France n'est plus une démocratie avec les socialistes au pouvoir. Merci qui?
Réponse de le 02/02/2014 à 8:55 :
Montebourg n'incarne pas le socialisme. Il incarne plutôt le colbertisme. Il fait ce que faisaient les ministres de l'industrie de de Gaulle et Pompidou. Par la suite, hormis l'épisode Chevènement, les ministres de l'industrie ont été plus effacés car le libéralisme et la finance l'ont emporté dans les idéologies de droite comme de gauche...
a écrit le 01/02/2014 à 21:08 :
Il est clair qu'il faut supprimer nos valeurs qui datent de très et, à priori, trop longtemps. Sauf que l'Humain est Humain... Soit, pas disposé à lâcher sa pseudo-liberté.
a écrit le 01/02/2014 à 21:05 :
... qu'on ajoute un critère de non crétinerie pour l'accession à la fonction de ministre.
a écrit le 01/02/2014 à 20:45 :
Rien ne me désole plus qu'un ministre qui se croit encore à l'ère communiste ... .
Dans tous les pays il y a des autorités de régulation pour les télécoms, je ne vois pas pourquoi un ministre irait y mettre son grain de sable partisan et parti pris ... .
M.Montebourg a prouvé à maint reprises ces derniers mois que ses oreilles étaient acquises aux malheurs de Bouygues quitte à répandre des contre vérité concernant la libre concurrence et la libre entente. L’État n'a justement pas du tout à s'immiscer dans toutes les strates de l’économie. Il y est incompétent et partit pris cela créé des corporatismes et des distorsions concurrentielles qui sont une hérésie pour le pouvoir d'achat et l'innovation. Il fait les lois et les fait respecter c'est déjà plus que suffisant.
Réponse de le 01/02/2014 à 21:17 :
@ Marousan ;
Tu doit avoir d' énormes responsabilités pour avoir un esprit d' analyse aussi
conscrit...
Réponse de le 02/02/2014 à 8:58 :
La régulation doit être définie par le politique. En cela Montebourg a parfaitement raison...
Réponse de le 02/02/2014 à 13:41 :
@Théophile : Oui la régulation doit-être définie par le législteur au travers de la loi , c'est même une lapalissade. Néanmoins le fait de revenir sur le role de l'arcep est une erreur. L'arcep a prouvé son indépendance à de nombreuses reprises, le gouvernement quand à lui a prouvé à plusieurs reprises qu'il était acquis à la cause de Bouygues ce qui ne devrait jamais être le cas en démocratie. Les corporatismes et les lobbies sapent les fondements de notre république au travers d'un clientélisme néfaste qui fige notre nation dans un immobilisme navrant. Cela empêche la libre concurrence et donc l'innovation car les entreprises ainsi assurées de revenus stables n'investissent plus. La preuve en est avant que FREE arrive la 4G était prévue pour 2016 et l'investissement en 3G était pratiquement nul. Depuis son arrivé l'investissement est reparti à la hausse et cela créé du business pour les sous-traitant et les constructeurs télécoms tout le monde en profite donc. Certes les marges de Bouygues et SFR en ont pris un coup mais les marges c'est le bénéfice charges exclues. Et les charges c'est précisément les salaires entre autre donc il n'y avait nul besoin de faire de plan social si ce n'est pour contenter les actionnaires de ces entreprises.
a écrit le 01/02/2014 à 20:06 :
Sera que Montenbourg, ou un(s) ses relatives/amigos, sont tres interessees dans ces dossiers?
a écrit le 01/02/2014 à 20:04 :
Si les agences ne servent à rien... qu'on les supprime purement et simplement : ca fera autant d'économisé pour nos impots !! j'oubliais : ministre seul décideur = ministre seul responsable !! plus de fusible !
a écrit le 01/02/2014 à 20:04 :
Si les agences ne servent à rien... qu'on les supprime purement et simplement : ca fera autant d'économisé pour nos impots !! j'oubliais : ministre seul décideur = ministre seul responsable !! plus de fusible !
a écrit le 01/02/2014 à 19:41 :
C'est surtout la moindre rentrée de TVA qui les emmerde ! CQFD... pour Nicolas c’était idem !
a écrit le 01/02/2014 à 19:37 :
« Nous sommes tous des Gandhi de l'Internet »... bref qu'il aille en inde ... manger à 4 pattes à la main .... la bouffe mi froide mi chaude !
a écrit le 01/02/2014 à 19:33 :
Plus bête tu meurs si je travaillais comme lui mon patron m'aurait foutu dehors sans hésiter une seconde.
Réponse de le 01/02/2014 à 20:48 :
Comment j'ai pu voter pour un gouvernement composé d'autant d'imbéciles et qui ne servent pas les intérêts des Français. Rappelons que ceux qu'il desssert se sont gavés sur le dos des français! Je payais autrefois 20€ pour 1h de communication!!
ALORS MERCI FREE!
Réponse de le 01/02/2014 à 20:48 :
Comment j'ai pu voter pour un gouvernement composé d'autant d'imbéciles et qui ne servent pas les intérêts des Français. Rappelons que ceux qu'il desssert se sont gavés sur le dos des français! Je payais autrefois 20€ pour 1h de communication!!
ALORS MERCI FREE!
a écrit le 01/02/2014 à 19:31 :
Il y connaît quoi ?
a écrit le 01/02/2014 à 19:19 :
il balance d'un exces a l'autre! apres avoir ft du 'tt consommateur', il comprend comment ca marche, alors il fait du ' tt producteur'..... les ' elites' ne comprennent pas qu'il y a un juste m milieu...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :