La Tribune

L'imprimante 3D est déjà dépassée... place à la 4D

Cet objet imprimé en "4D" se forme tout seul au contact de l'eau.
Cet objet imprimé en "4D" se forme tout seul au contact de l'eau.
Marina Torre  |   -  697  mots
Imprimer des objets, ce serait LA révolution technologique des années 2010. Et si ces objets évoluaient tous seuls pour s'adapter à leur environnement? Bienvenue dans la quatrième dimension.

L'impression 3D, c'est tellement 2013! Désormais, c'est sur la 4D qu'il faudrait miser. Tandis que la première de ces technologies révolutionnaires se démocratise à peine - La Poste par exemple teste en France un service d'impression d'objets - la seconde se développe.

  •  Un objet intelligent

Mais au fait, des objets en quatre dimensions, qu'est ce que c'est? En premier lieu, oui, il y a bien un rapport avec l'abstraction géométrique ou le concept d'astrophysique faisant intervenir la notion du temps... Même s'il est un peu tiré par les cheveux. 

Il s'agit en effet de matériaux qui évoluent dans le temps ou s'adaptent à leur environnement. Ils sont programmés pour se déplacer, onduler, se contracter, rétrécir ou s'élargir etc... en fonction de circonstances extérieures comme la chaleur, la lumière, l'humidité ou les sons. Autrement dit, ce sont des objets intelligents. Comme ils sont conçus pour être fabriqués couche par couche, sur une bonne vieille imprimante 3D ad hoc, le terme "4D" semblait à propos...

  • Qui intègre la nano-technologie

Concrètement, pour passer de la troisième à la quatrième dimension, il faut ajouter un élément: les nano-technologies. Le nouveau pape de l'impression 4D, le designer, architecte et informaticien Skylar Tibbits, qui dirige une équipe au MIT a présenté cette technologie en public ors d'une session de conférence TED en février 2013.

 

Lors d'une expérience présentée en vidéo, il montre le fonctionnement de ses premiers prototypes. Plongée dans l'eau, une sorte de paille en plusieurs modules forme "toute seule" l'acronyme du Massachusetts Institute of Technology. Elle est conçue grâce à des machines fabriquées par Stratasys, le leader mondial du secteur, et intègre des nano-matériaux rendant la matière capable de "s'auto-assembler".

L'intérêt de ces nouveaux matériaux? Ils sont d'abord une nouvelle source d'économies en temps et en main d'oeuvre lors des processus de fabrication. Ensuite, ils permettent créer des objets ou bâtiments capables de réagir au monde extérieur. Ce qui permettrait par exemple de construire des immeubles sensibles à la météo, et donc d'économiser de l'énergie.

Le chercheur explique ainsi:

"J'aimerais proposer (...) qu'on combine le monde des matériaux adaptifs programmables de l'échelle nanotechnologique et l'environnement du bâtiment. Je ne parle pas simplement d'automates, de machines intelligentes qui remplacent les humains. Je parle de matériaux programmables qui se construisent eux-mêmes."

Vidéo

Une autre université américaine, Boulder dans le Colorado, planche sur un autre prototype. Une équipe de chercheurs y a fabriquer un cube à "mémoire de forme" qui s'assemble seul. 

  • L'Armée américaine intéressée

Outre-Atlantique, même le Pentagone prend ces objets auto-animés au sérieux. L'armée américaine a accordé fin septembre une bourse de 855.000 dollars à une équipe de chercheurs travaillant dans les universités de Pittsburgh, de l'Illinois et Harvard afin qu'ils développent l'impression en "4D".

Ils sont invités par exemple à imaginer des camouflages d'uniformes nouvelles génération ou bien des matériaux protecteurs contre les gaz ou les éclats d'obus. 

  • Des bijoux en 4D

Cette technologie commence déjà à trouver des applications commerciales. Une entreprise américaine baptisée Nervous a ainsi lancé fin novembre une collection de bijoux utilisant ce principe de l'auto-assemblage. Colliers, bracelets ou boucles d'oreilles vendus entre 35 et 350 dollars (entre 26 et 257 euros) s'adaptent au corps de la personne qui les porte. Apparemment, c'est un succès. Un porte-parole de la société a ainsi indiqué à la Tribune:

"Nous avons rapidement vendu notre premier lot et nous avons immédiatement dû nous atteler à la fabrication de nouvelles pièces". 

L'atelier étudie en outre la fabrication d'une robe dont les éléments seraient imprimées en 3D et dont la structure serait évolutive.  

Signe que du labo à la boutique, il n'y a parfois que quelques pas... Le siège de cet atelier est en effet situé à Somerville, une banlieue de Boston toute proche du MIT. Les fondateurs Jesse Louis-Rosenberg et Jessica Rosenkrantz sont eux-mêmes d'anciens élèves de la prestigieuse université. 

Collier 4D

 

Réagir

Commentaires

chercheur  a écrit le 02/01/2014 à 13:42 :

sa a l'air bien mais se qui me derange c'est pour les bijoux si le collier avez envie de se serrer on le poursuivrr pour meurtre .meme que un objet 3D est nécessairement 4D du fait même de sa présence dans l'espace-temps. Quid de la résistance mécanique de ces structures hydro-adaptatives?.Si vous voulez allez plus loin, il faudrait définir ce qu'est une dimension à l'heure actuelle.Le mot dimension fait rêver mais je ne vois pas le rapport avec ces objet.Et l'rmée veut sen procurercarse si n'ai pas que 4d ou 3d ou tous les D que vous voulez mais bon "sa serez donner la vie" je dis sa mais c parceque sa mais venu comme sa bon merci.3

Piotr  a écrit le 16/12/2013 à 10:00 :

"Une bonne vieille imprimante 3D"
Trouvez-vous que les imprimantes (dites) "3D" sont banalisées à ce point ?
Je crains que vous ne manquiez de recul.

Foxy  a écrit le 03/12/2013 à 19:25 :

Je voudrais imprimer un TARDIS ...

CRC32  a écrit le 03/12/2013 à 17:16 :

Encore du vent pour faire parler de son labo et capter des pigeons (dit "investisseurs"). Un objet 3D est nécessairement 4D du fait même de sa présence dans l'espace-temps. Quid de la résistance mécanique de ces structures hydro-adaptatives?

LS4  a répondu le 04/12/2013 à 9:42:

si cela peut vous faire plaisir il est 5 D avec comme cinquième dimension, un pouvoir autonome d'adaptabilité face à des contraintes extérieurs....

Hugo  a répondu le 04/12/2013 à 12:43:

Si vous voulez allez plus loin, il faudrait définir ce qu'est une dimension à l'heure actuelle.

Antjac  a répondu le 08/12/2013 à 11:22:

az

Antjac  a répondu le 08/12/2013 à 11:23:

Le mot dimension fait rêver mais je ne vois pas le rapport avec cet objet ci....

Ce sont des mots "bankable"...

Strange 6D  a répondu le 12/12/2013 à 15:08:

il est meme 6D , comme cette parure s'il lui prenait l'idée de se resserrer autour de ce joli cou. serait il poursuivit pour meutre ou son concepteur