Polémique sur Qwant, le nouveau moteur de recherche français «révolutionnaire»

 |   |  933  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La start-up française se justifie sur l'utilisation des données d'autres moteurs, dont Bing, celui de Microsoft, pour muscler ses résultats de recherche, le temps de monter en puissance. En quatre jours, Qwant a traité 15 millions de requêtes.

«Révolutionnaire»: la start-up française Qwant n'a pas lésiné sur les superlatifs en lançant mercredi dernier, dans 15 langues et 35 pays, son moteur de recherche «comme il n'en a jamais existé» et qui «innove radicalement». Les médias, généralistes et spécialisés, ont réservé un excellent accueil à ce que certains présentent comme un «Google killer», saluant la qualité et l'originalité de l'interface du site, toute en verticalité (cinq rubriques en colonnes, Web, Live, Qnowledge graph, Social et Shopping). Plusieurs personnalités s'emballent comme Gilles Babinet, ex-président du Conseil national du numérique, qui se déclare sur Twitter «très impressionné par la qualité de l'interface et des résultats». L'un des cofondateurs, l'investisseur Jean-Manuel Rozan, est invité de l'émission Le Buzz Media du Figaro. Trois jours plus tard, patatras: un blogueur, sous pseudonyme, dénonce dans un billet le recours par Qwant à des technologies qu'il n'a pas développées lui-même, en particulier les résultats de recherche provenant de Bing, mais aussi à des renvois vers Amazon pour le shopping ou Wikipedia.

Moteur ou simple agrégateur ?

La charge est assez violente: «Qwant est une vraie déception, ce n'est pas un nouveau moteur de recherche et encore moins un moteur de recherche «made in France». C'est juste une interface, pas forcément réussie, qui utilise les technologies d'autres moteurs de recherche et qui les présente à sa sauce», écrit ce blogueur qui se fait appeler Lucien Théodore. D'autres spécialistes de la recherche sur Internet s'interrogent: Qwant est-il vraiment un moteur ou un simple agrégateur? La société a réagi rapidement, au cours du week-end, sur son propre site, répondant point par point. Qwant explique qu'elle a développé son propre système d'indexation, à partir de la technologie de Pertimm, une des entreprises à l'origine de Qwant, qui édite des moteurs de recherche professionnels pour des clients tels que Auchan, Meetic et PagesJaunes, mais qu'elle «complète ses propres données avec des données obtenues auprès d'autres moteurs de recherches durant la phase de montée en puissance de son infrastructure.» En clair, oui, il y a bien du Bing dans les résultats de Qwant, mais aussi d'autres moteurs dans d'autres langues (Yandex en russe, etc) pour muscler son indexation.

«Notre objectif est de nous affranchir progressivement de ces moteurs avec notre base d'indexes propre. On est peut-être sorti un peu trop tôt, on n'a pas complètement fini cette partie-là», concède Eric Liandri, le directeur général et responsable technique, qui tente de déminer la situation. Assurément, la société aurait gagné à plus de transparence, voire de modestie. Le site, actuellement en version bêta, pourrait sortir en version plus aboutie dans trois mois. La société défend son lancement dans 15 langues en même temps : «pour bien indexer le Web, il faut une dimension mondiale. Plus nous serons utilisés par des internautes de toute la planète, meilleure sera notre indexation», selon Eric Liandri, un des trois principaux actionnaires de Qwant (aux côtés de Jean-Manuel Rozan et de Pertimm, ils contrôlent à eux trois 80% du capital).

Pas de conservation des données, pas de discrimination des sites

Qwant reconnaît aussi utiliser les bases de données Wikipedia, comme Google pour son Knowledge Graph (la boîte d'informations figurant en encadré en haut à droite de la page de résultats). Mais il dément d'autres assertions du blogueur. «Il ne faut pas éclipser nos innovations et tout le travail effectué derrière, chez Pertimm pendant 10 ans et chez Qwant depuis deux ans, sur la partie sociale notamment», insiste Eric Liandri. «Nous n'avons jamais été en contact avec [la start-up de recherche en temps réel sur les réseaux sociaux] Kurrently, c'est complètement faux.» Qwant met en avant qu'il indexe tous les réseaux sociaux, sans discrimination (comprendre: et pas seulement Google+), et la création des « tendances du jour » (hottrends) qui laissent apparaître les sujets les plus discutés, qui reprennent entre autres les hashtags tendances de Twitter. La société française, enregistrée auprès de la CNIL, souligne aussi son engagement de respecter toutes les recommandations de la Commission Informatique et Libertés en matière de données personnelles (pas de cookie, pas de conservation de données, mécanisme d'acceptation préalable («opt-in»), droit à l'oubli, etc), à l'heure où Google se fait tancer par les autorités européennes.

«Notre philosophie est complètement différente [de celle de Google NDLR]. Nous voulons offrir un moteur de découverte, non biaisé. Dans la publicité aussi, notre approche est différente, nous ne vendons pas de mots-clés mais nous renseignons les marques, les annonceurs, sur ce que les internautes disent d'elles, pour améliorer leur CRM (gestion de la relation client), dans une optique BtoB», plaide Eric Liandri. Un positionnement assez proche de celui du site américain DuckDuckGo. «On veut nous faire passer pour des hamburgers alors qu'on est bien français, nos bureaux sont à Paris dans le 8e, nos serveurs sont hébergés non loin d'ici, chez Telecity», s'emporte le directeur général de Qwant, qui emploie une vingtaine de personnes, des informaticiens pour l'essentiel. La société se réserve le droit de poursuivre le blogueur anonyme pour concurrence déloyale ou dénigrement. Le bruit médiatique, amplifié par le bad buzz, aura en tout cas produit ses effets: Qwant a traité 15 millions de requêtes en quatre jours.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2013 à 23:30 :
Google ne pratique pas la "discrimination" entre les sites, il respecte seulement les instructions pour les robots.

Cet article est pathétique et navrant. C'est à la limite de la pub.
a écrit le 20/02/2013 à 0:15 :
Si on tape le même mot sur qwant et kurently ...on a exactement les mêmes résultats dans la partie sociale!la seule différence est que qwant ôte tous les commentaires qui ne correspondent pas à la langue dans laquelle on s'est déclaré ...faut vraiment un gros algo pour faire ça ;-)
a écrit le 19/02/2013 à 20:06 :
Après un com un peu "légère" et précipitée, après le podcast (video technique de Laurent B), l'horizon est plus clair.

Souhaitons tout le succès a cette initiative, qui aura tout latitude de s'adapter aux besoins des internautes si elle est bien guidée, attentive et réactive.
a écrit le 19/02/2013 à 19:26 :
Ce n'est pas un agrégateur, il y a eu un podcast du dirigeant il ça va être bel et bien un moteur de recherche. Seulement, le façon de récupérer la data est différente des autres.
plus d'info sur le podcast de Laurent Bourelly : http://www.laurentbourrelly.com/blog/1354.php
a écrit le 19/02/2013 à 18:17 :
On dirait la révolution mobile à la sauce Free. La valeur ajoutée sur fond propre tend irrémédiablement vers zéro. Pour réellement concurrencer Google en France il faudrait un VRAI moteur de recherche français indexant le web français de manière pertinente. Pour conquérir le monde, il faudra d'abord faire ses preuves.
a écrit le 19/02/2013 à 17:15 :
C'est un agrégateur sympa
a écrit le 19/02/2013 à 15:19 :
Encore une fois c'est l'internaute qui tranchera
Si Qwant n'est pas efficaceil sombrera aux oubliettes
Si Qwant est plus utile à l'internaute que Google, et quelque soit sa salade de recherche interne, alors il survivra
J'ai été parmi les premiers utilisateurs de Google qui était réservé au "Geeks" et son atout a été immédiat par rapports aux autres moteurs où la recherche était complexe et les résultats pas toujours probants... je m'en vais de ce pas essayer Qwant.
a écrit le 19/02/2013 à 11:16 :
Comme tout outil nouveau, c'est l'utilisateur qui le fait évoluer. Donc il faut l'utiliser.
a écrit le 19/02/2013 à 10:06 :
Pour se faire une idée, il faut tester.

Par exemple tapez "La tribune" sur Google, et la même chose sur Qwant.

Sur ce genre de recherche, pas forcément sur toutes, il n'y a pas photo pour moi, Qwant est meilleur que Google. La recherche me donne envie de savoir ce qu'est le format "Berlinois", j?apprends qui est propriétaire de la Tribune ...

Pour d'autres recherches, Google sera plus pertinent.

Nous avons donc à notre disposition, un nouvel outil. Réjouissons nous. Qui plus est Français. I

Au démarrage il utilise Bing, comme Free mobile utilise le réseau Orange. Je souhaite à l'équipe de Qwant la même réussite :)





Réponse de le 19/02/2013 à 14:22 :
oui sauf que pas mal d'éléments sont éronnés...
Réponse de le 27/02/2013 à 23:46 :
" Au démarrage il utilise Bing, comme Free mobile utilise le réseau Orange. "

Comparaison parfaitement ridicule. Free n'a pas annoncé qu'une hypothétique nouvelle technologie française made in Free allait révolutionner le mobile, mais qu'il allait casser les prix - ce qu'il a fait.

Si ce moteur de recherche n'a pas encore d'index pour faire ses recherches, c'est quoi au juste?
a écrit le 19/02/2013 à 9:50 :
Les résultats de recherches sont pas mal. J'aime bien le classement proposé. par contre, c'est trop petit la partie "web" on n'arrive pas à comprendre tout de suite ou ça va aller.
a écrit le 19/02/2013 à 9:33 :
Ce qui est sûr en revanche, c'est que Qwant et ses dirigeants ont du palper un paquet de subventions, cad plein d'argent gratuit payé par les autres français...
a écrit le 19/02/2013 à 7:59 :
Qu'apporte Qwant de plus que google ou bing ?
Et il utilise twitter ou facebook ?
Réponse de le 27/02/2013 à 23:42 :
Rien. Mais Montebourg vous dit d'acheter FRANÇAIS!
a écrit le 19/02/2013 à 7:57 :
Il est un peu dommage que tous les médias, y compris les pros de l'IT, soient tombés dans le panneau de Qwant à cause de la tentation de faire de Qwant le "Google français".
Car il est vrai que, même quand on ne leur parle pas de Google, les médias y reviennent dès qu'il s'agit de technologies de moteurs de recherche, comme Antidot en a encore fait l?expérience récemment : http://www.leprogres.fr/economie/2012/04/10/fabrice-lacroix-a-bien-failli-creer-le-google-lyonnais

J'en profite pour vous inviter à essayer Pickanews ? http://www.pickanews.com ? un méta-moteur / agrégateur de recherches qui utilise des technologies avancées de « speech to text » pour trouver des mots-clés prononcés dans des journaux d?info TV ou des émissions de radio. Avec en parallèle la recherche des ces mots-clés sur le web et les réseaux sociaux ainsi que dans toute la presse écrite, grand public et professionnelle, puisque c'est le métier de base de Press Index qui a créé Pickanews.
Le « speech to text » n?est évidemment pas parfait mais cela rend un vrai service.

Pickanews utilise les logiciels développés par l'éditeur français Antidot, explications techniques ici : http://antidot.net/fr/References/Medias-et-Presse/Pickanews
Et, juste pour préciser en relativisant les chiffres, le moteur de recherche Antidot Finder Suite, via les nombreux clients qu'il équipe, traite bien plus de "15 millions de requêtes en 4 jours"...
Réponse de le 19/02/2013 à 12:00 :
C'est noté dans ma liste !
a écrit le 19/02/2013 à 6:49 :
Une interface multicolore, des résultats assumés comme provenant des concurrents, un soit disant blogueur a qui on répond en faisant un article complet..... On sent bien du pipo à la france, RIP Qwant.
a écrit le 19/02/2013 à 4:21 :
Certe Qwant utilise bing si j'ai bien compris. Mais le fait d'avoir un moteur de recherche français qui utilise bing ou pas sa fait pas une petite fierté ?? A croire que google est un enfants de coeur ! Dès qu'il a du changement faut toujours que les critiques pleuvent, et le pire c'est que sa ne vient pas des ricains, mais des Français eux mêmes !!! Vous aimez tant la domination américaines.
Réponse de le 19/02/2013 à 9:31 :
Ben justement, s'il utilise Bing, ça n'est pas français mais américain ! C'est comme les plats cuisinés "Made in France" dont on découvre qu'ils sont constitués de "viande" roumaine : il y a tromperie ! Et quand il y a tromperie, il n'y a pas lieu de faire des cocoricos sur de la technologie française ! Capito ?
a écrit le 18/02/2013 à 23:59 :
Google a commencé de façon très confidentielle et modeste. Rien de révolutionnaire n'était annoncé. Une interface utilisateur constituée d'une ligne. Le numero 1 bien établi était alors Yahoo avec AltaVista. Il y avait aussi des moteurs avec interfaces attrayantes comme eXcite. Le moteur google a montré sa supériorité pour la recherche documentaire sur le Web en deux-trois ans. Alors cette phrase de l'article paraît bien obscure : «pour bien indexer le Web, il faut une dimension mondiale. Plus nous serons utilisés par des internautes de toute la planète, meilleure sera notre indexation».
Réponse de le 19/02/2013 à 9:32 :
Ils s'emmêlent les pinceaux dans leur communication déplorable, tout simplement
Réponse de le 19/02/2013 à 11:05 :
C'est vrai que cette phrase laisse songeur...
a écrit le 18/02/2013 à 23:49 :
Qwant se targue de préserver les données personnelles.
Pourtant la page d'accueil contient les codes Javascript de:
- Google Analytics
- Google +1
- Facebook Connect
permettant ainsi à Google et Facebook de tracer les utilisateurs de Qwant
a écrit le 18/02/2013 à 23:47 :
Bon j'ai compris , il faut faire la manipe de cliquer sur l'onglet " social " . Comme tout il faut un peu de temps pour découvrir les choses. Je verrais à l'usage c e que cela donne. Sinon, c'est une très bonne initiative que je vais soutenir en l'utilisant . Vive la France qui bouge.
a écrit le 18/02/2013 à 23:42 :
J'ai essayé, et je le trouve très bien, sauf que... si je veux aller sur ma boite mail et que je tape , Hot , hot sign , hotmail, ect et bien je n'arrive jamais à atteindre celle ci . Franchement comment un moteur de recherche comme celui peut autant m'interdire d'atteindre ma boite mail . J'ai du relancer ma recherche par google .
Réponse de le 19/02/2013 à 6:47 :
Pour atteindre hotmail.com (ou plutôt live.com), il y a un truc très efficace, mais encore assez peu répandu : le concept d'URL (http://fr.wikipedia.org/wiki/Uniform_Resource_Locator). Tapez https://login.live.com/ dans votre barre d'adresse, vous verrez, c'est magique.
Réponse de le 19/02/2013 à 11:07 :
Euh... Jamais vous mettez vos liens de messagerie dans vos favoris ?
Réponse de le 19/02/2013 à 12:02 :
tellement 2000 d'utiliser les favoris :)
J'utilise mon moteur qui est plus rapide que le clic sur le favori
Réponse de le 19/02/2013 à 12:02 :
tellement 2000 d'utiliser les favoris :)
J'utilise mon moteur qui est plus rapide que le clic sur le favori
Réponse de le 19/02/2013 à 13:42 :
J'utilise les favoris, évidemment. Dans mon commentaire, qui se voulait ironique, je cherchais à souligner cette tendance fâcheuse chez l'utilisateur mal éduqué à utiliser le moteur de recherche plutôt que saisir une url ou utiliser les favoris. C'est ce que relève aussi vigo.
Réponse de le 27/02/2013 à 23:33 :
" cette tendance fâcheuse "

En quoi fâcheuse?
a écrit le 18/02/2013 à 23:36 :
Un nouveau moteur de recherche et voilà qu'enfle la polémique !!! La nouveauté de ces jours-ci m'aura permis de lister les 14 principaux moteurs sur eaz.fr, et on verra qu'il n'y en a pas qu'un !
Certains sites, et non des moindres (par ex. Le Figaro) disent depuis ces dernières heures que Qwant se sert de Bing. Le problème, c'est que je ne trouve pas mes requètes test sur Bing alors que je les trouve sur Qwant ! (et sur la plupart des autres en fait).
Bing n'étant donc pas le meilleur (enfin pour moi donc) quel intérêt de s'appuyer sur ce moteur Microsoft pour lancer une innovation ? Attention à la désinformation puisque l'enjeu paraît de taille. Chacun doit faire ses tests, et d'ailleurs sur les sites d'info généralistes les commentaires ne sont pas aussi négatifs que sur les sites spécialisés.
a écrit le 18/02/2013 à 22:42 :
Déjà le logo de Qwant ... a qui fait-il penser?

a écrit le 18/02/2013 à 22:32 :
La société se réserve le droit de poursuivre le blogueur anonyme pour concurrence déloyale ou dénigrement.

--->> ils sont sérieux ?? je rêve c'est quoi ces méthodes d'intimidation ? grace a ce blogueur qui a osé dire la vérité sur ce soit disant moteur de recherche alors qu'étrangement les médias journaliste ( qui sont soit disant des experts n'ont donc pas pris la peine de vérifier si ce moteur utilisait bing ou pas? pourtant ce n'est pas sorcier a découvrir d'abord les résultats de recherches ca se voit de suite que cest bing ! ensuite plus pousser les dns la encore cest bing ..

en tous je suis carrément surpris par le fait que cette societé a l'intention de poursuivre ce bloggueur ..allez les y les gars et la cest un tollé du web qui vous attends car le web n'aime pas les menteurs, et pire ceux qui veulent interdite la liberté d'expression !!

surtout que je ne vois pas comment ils veulent obtenir gain de cause puisque ce que dis ce bloggueur est justifié la preuve ici dans l'article !!

heureusement le web a découvert la supercherie et surtout le web des bloggueur ont recu des menaces apparemment de la part de qwant !! ils se prennent pour qui ? la mafi* ?
Réponse de le 19/02/2013 à 0:32 :
Ne t'inquiètes pas pour moi, les menaces par médias interposés ne me font pas peur. ;)
a écrit le 18/02/2013 à 22:31 :
Laissons le temps au temps.
a écrit le 18/02/2013 à 22:25 :
c'est déjà bien qu'il existe, le problème, c'est le rachat par des entreprises étrangères et c'est fini.
a écrit le 18/02/2013 à 22:09 :
jamais existé !! pas en terme de publicité de lancement .. je découvre ce nom !
a écrit le 18/02/2013 à 22:00 :
Ce site n'a rien d'innovant ! il utilise l'api gratuite de Bing, basta ! que les journalistes arretent de tout gober. C'est un société de seo, qui n'apportra rien à personne. Testez 1 fois, vous verrez.
Réponse de le 19/02/2013 à 0:20 :
exact , j'ai testé ... pour moi ce site n'a aucun avenir .... rideau !!!!
a écrit le 18/02/2013 à 20:27 :
Espérons que ce ne sera pas un pétard mouillé comme souvent pour les trouvailles françaises exploitées ensuite par les Anglo Saxons.
a écrit le 18/02/2013 à 20:00 :
Très bonne initiative.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :