Franceinfo, BFMTV, iTélé, LCI : y a-t-il la place pour 4 chaînes d’info ?

 |   |  1570  mots
Si Franceinfo réussit son pari, ce qui n'est pas gagné en raison de la complexité technique et éditoriale de cette nouvelle organisation, la concurrence pourrait souffrir, estiment les experts du secteur.
Si Franceinfo réussit son pari, ce qui n'est pas gagné en raison de la complexité technique et éditoriale de cette nouvelle organisation, la concurrence pourrait souffrir, estiment les experts du secteur. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
L’arrivée de Franceinfo, la nouvelle chaîne d’info en continu du service public, bouscule un écosystème fragile et force les BFMTV, iTélé et autres LCI à se repositionner. Mais toutes pourront-elles survivre dans un paysage médiatique saturé ?

Le vœu de Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions, a été exaucé. Un an à peine après avoir relancé l'idée d'une chaîne publique d'information en continu, et neuf mois après la présentation du projet devant les salariés, Franceinfo commencera à émettre sur le Canal 27 de la TNT dès le jeudi 1er septembre à 20h.

Mais y a-t-il assez de place en France pour quatre chaînes d'info en continu? Jusqu'à récemment, BFMTV et iTélé se partageaient seuls le marché, accompagnés, dans une moindre mesure, par France 24 et Euronews, plus internationales. Puis, en avril dernier, LCI a enfin été autorisé à revenir dans le jeu, en obtenant un canal gratuit sur la TNT, mais à condition de limiter ses plages dédiées à l'info en continu.

Une audience cumulée faible: entre 3% et 4,5% de parts de marché

Désormais, le trio BFMTV, iTélé et LCI, tous détenus par des groupes privés (TF1/Martin Bouygues pour LCI, Canal+/Vincent Bolloré pour iTele, Altice/Patrick Drahi pour BFMTV), doivent faire de la place à un nouvel entrant. Or, selon une étude du CSA, les audiences cumulées des chaînes d'info en Europe peinent à atteindre le seuil des 3% de parts de marché, peu importe le nombre d'acteurs. En France, la situation est légèrement meilleure. En 2015, BFMTV (2,2%) et iTélé (1%) cumulaient 3,2% de parts de marché. Mais l'audience des chaînes d'info reste confidentielle, même en cas d'actualité forte. En juillet 2016 par exemple, les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray ont certes gonflé leur audimat, mais pas de manière exponentielle (2,8% pour BFMTV, 1,2% pour iTélé, 0,3% pour LCI).

"Tout l'enjeu est de savoir si le gâteau peut encore grossir avec l'arrivée d'un quatrième acteur, ou si les parts de chacun vont se réduire", résume un journaliste de BFMTV.

Se différencier pour survivre

Pour survivre, il faudra donc se différencier, estiment de nombreux analystes: "Quatre chaînes qui font du breaking news, ça ne marchera pas, il y aura des morts", pronostique l'un d'entre eux sous couvert d'anonymat.

"Si les contenus sont diversifiés et de qualité, l'offre peut créer la demande, confirme Nicolas Teisseyre, analyste sénior et responsable mondial Télécoms et Médias chez Roland Berger.

Particulièrement en France, où la population est très friande de télévision, "plus qu'aux Etats-Unis, en Asie et dans certains pays d'Europe". "Avec des offres matures et structurées autour de grands groupes, le marché peut grossir", poursuit-il.

Franceinfo, le pari de la complémentarité web-radio-TV

La nouvelle chaîne d'info du service public a compris cet impératif.

"Sur l'info brute suivie en direct, difficile de battre BFMTV, alors il faut qu'on impose une nouvelle voix, celle du service public", explique un journaliste de Franceinfo, recruté en amont du lancement.

Ainsi, derrière cette nouvelle chaîne d'info en continu se dessine une nouvelle manière d'apporter de l'information à l'ère numérique. Fruit d'un partenariat entre France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l'Institut national de l'audiovisuel (INA), Franceinfo fédère sous une même marque plusieurs supports : la radio (France Info), le web (le site FranceTVinfo.fr et celui de la radio, Franceinfo.fr, ont fusionné le 24 août), une chaîne d'info en continu (la nouvelle Franceinfo), ainsi que leurs applications mobiles et leurs pages sur les réseaux sociaux. Le tout pour un budget de 50 millions d'euros, quasiment autant que celui de BFMTV, mais qui ne coûterait "que" 15 millions d'euros au groupe public, en raison des redéploiements et fusions.

Cette réorganisation profonde vise à créer, selon Delphine Ernotte, "une offre numérique d'information de référence". Pour faire taire ceux qui remettent en cause son utilité, comme Nicolas Sarkozy par exemple, Franceinfo parie sur la complémentarité entre les supports.

Les JT seront diffusés chaque demi-heure et entrecoupés de rappels de titres tous les quarts d'heure. Des modules de décryptage, ainsi que des duplex réunissant l'expertise des rédactions partenaires, reviendront sur l'actualité en tentant de l'approfondir. Pour se différencier des concurrents, les journalistes du service public pourront en outre s'appuyer sur leur propre fil de dépêches, alimenté par leur immense réseau en France et à l'étranger. Depuis le site, il sera possible d'accéder au flux de la chaîne d'info, à ceux de la radio et à certains contenus de France 2 et de France 3, dont les JT. La nouvelle équipe ambitionne aussi de mieux utiliser les réseaux sociaux, notamment en créant des contenus spécifiques pour Facebook, Twitter, Snapchat (l'appli préférée des jeunes), YouTube et Instagram. De quoi, en retour, alimenter les directs de la chaîne d'info et de la radio avec des questions et des réactions des internautes...

BFMTV adopte la politique du "sniper"

Si Franceinfo réussit son pari, ce qui n'est pas gagné en raison de la complexité technique et éditoriale de cette nouvelle organisation, la concurrence pourrait souffrir, estiment les experts du secteur.

Quitte à détrôner BFMTV, l'actuel leader ? Pour l'heure, la chaîne du groupe NextRadioTV, détenu à 95% par une co-entreprise entre Alain Weill et le groupe de Patrick Drahi, Altice, aborde l'arrivée de Franceinfo dans la meilleure position. Son mode de fonctionnement est efficace et optimisé, ce qui lui permet non seulement de laminer la concurrence, mais aussi d'être la seule chaîne d'info en continu rentable (10 millions d'euros), malgré un budget de fonctionnement de 60 millions d'euros.

Pour l'heure, BFMTV s'accroche à sa ligne. Selon Hervé Beroud, le directeur de la rédaction, la chaîne du canal 15 de la TNT veut incarner "la stabilité dans le PAF", "la constance et la force". Seuls changements pour la saison 2016-2017: la mise en place de dispositifs spéciaux pour l'élection présidentielle, et davantage de contenus sportifs. "BFM a tout intérêt à prendre l'attitude du sniper, d'attendre de voir comment Franceinfo s'en sort, et réagir en conséquence", explique un analyste. Mais nul doute que l'évolution de l'audience sera scrutée à la loupe. Selon la direction de la chaîne, si BFMTV passait en-dessous de 1,5% de parts de marché, elle ne serait plus rentable.

Lifting en profondeur pour LCI

Sur le papier, l'arrivée d'un potentiel rouleau-compresseur tel que Franceinfo est une très mauvaise nouvelle pour le petit dernier, LCI, qui a essuyé des pertes au premier semestre et qui vivote entre 0,2% et 0,4% de parts de marché (PDM) depuis son retour en gratuit sur la TNT, en avril dernier. Sauf que LCI a déjà pris les devants. Depuis son retour, il met en place une stratégie similaire à celle de Franceinfo : s'appuyer sur la force d'un groupe puissant (TF1) et ses médias partenaires, pour attirer l'audience dans une logique de "marque globale multimédia".

Depuis le 29 août, LCI se conçoit comme la vitrine de l'info du groupe TF1 sur tous les écrans, du mobile à la télévision, en passant par l'ordinateur et la tablette. L'ancien site de TF1, MyTF1News, et celui de sa filiale Metronews ont fusionné et adopté la marque LCI. De fait, la rédaction de LCI (chaîne d'info + web) compte désormais près de 200 journalistes (autant que iTele, plus de 300 pour BFM), amenés à effectuer des passerelles d'un média à un autre. Pour la rentrée, la chaîne a remanié sa grille, recruté de nouveaux animateurs (dont Yves Calvi) et rafraîchi ses décors. Au total, le groupe TF1 compte investir plus de 20 millions d'euros dans la "nouvelle LCI" d'ici à la fin de l'année. Grâce à cette nouvelle formule, la chaîne espère atteindre 0,4% de PDM fin 2016, et 1% en 2019, ce qui lui permettrait d'être rentable.

iTélé, futur CNews, dans le flou

Comme LCI, iTélé va mal. La chaîne du groupe Canal+, récemment remaniée avec la délicatesse habituelle de Vincent Bolloré (c'est-à-dire avec pertes et fracas), devrait perdre 25 millions d'euros en 2016. Le climat social en interne est désastreux. Depuis le limogeage, fin août, du très controversé directeur de la rédaction Guillaume Zeller (imposé en premier lieu par Bolloré), iTélé aborde la rentrée sans patron. La chaîne a dû en outre faire face à une grève des salariés, fin juin, pour protester contre la volonté de Vincent Bolloré de se séparer des journalistes en CDD, dont beaucoup sont depuis passés à la pige.

"L'arrivée de Franceinfo nous inquiète moins que le flou sur notre avenir et sur notre propre ligne éditoriale", indique un journaliste.

C'est dans ce contexte tendu qu'iTélé va changer de nom, le 5 septembre. Dans une logique de cohérence de groupe, Canal + a obtenu du CSA de rebaptiser ses chaînes de la TNT. D8 deviendra C8, D17 se transformera en CStar (pour Canal Star) et iTélé en CNews (pour Canal News). Mais en dehors de ce rhabillage, quelle stratégie ? Le groupe Canal + avait indiqué que CNews devrait se focaliser davantage sur le décryptage et l'analyse. Comme franceinfo et LCI. Mais la feuille de route se fait toujours attendre, ce qui ne rassure pas les troupes et fait d'iTélé la chaîne d'info la plus vulnérable à l'heure actuelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2016 à 21:34 :
Mais bien entendu qu'il y a de la place. Encore faut-il qu'il s'agisse bien d'info.
Quant aux rigolos qui s'étranglent devant le libéralisme de certains des acteurs, c'est au delà de l'aveuglement. Quel libéralisme dans un système de connivence dont tous les tenants ne jurent que par la concentration des pouvoirs et la rente induite. Faut-il rappeler le taux de prélèvement dans notre beau pays?
a écrit le 01/09/2016 à 17:31 :
L'Elysée voulait au plus vite sa chaîne d'information pour disposer d'un média qui permettra d'accompagner la campagne de Hollande. L'affaire a été rondement menée, les autorisations d'émettre du CSA si difficiles à obtenir pour les opérateurs privés l'ont été en quelques jours. Qui nous parlera encore d'indépendance de ce soviet de l'audiovisuel?
a écrit le 01/09/2016 à 14:20 :
Les 4 chaines cité ne sont pas des chaînes d'information, mais de noyade de poisson.
Du non-stop sur des faits divers ou de la vie des politiciens (dont on se fout complètement, on veux juste savoir pour qui ils roulent, et d'avoir des rétrospectives sur leurs promesses passé, histoire de juger sur pièce) permet en effet de ne surtout pas parler des vrai problèmes qui concernent tout les Français.
Avec ces fausses chaines d'info, un attentat peux facilement vous faire deux semaines sans parler d'autre chose (le record fut quand même l'avion MH disparu, 4 semaines à faire du vent avec ça) ou quand il n'y a rien, une Léonarda peut faire l'affaire...
a écrit le 01/09/2016 à 11:34 :
Mais que va devenir Nicolas doze ?, lui qui nous distille jour après après jour sa pensée libérale en économie sans avoir de contradicteur bien sur.
a écrit le 01/09/2016 à 10:26 :
avant les presidentielles, il faut intoxiquer a mort.... heureusement l'antidote
est sur le net.
Réponse de le 01/09/2016 à 11:29 :
En parlant d'intoxiquer :

Selon le CSA, « le traitement de l’actualité électorale au niveau national est caractérisé par le faible accès à l’antenne des représentants de l’UMP et du parti socialiste ainsi que par la persistance de la surreprésentation du Front national. »
Les chiffres fournis par le régulateur montrent qu’entre le 10 février et le 14 mars, BFMTV a alloué au Front national 43,23% (soit 33 minutes) du temps consacré à la couverture de la campagne « nationale » des élections municipales. Une part nettement supérieure à celles mesurées sur iTélé (21,3%) et LCI (14,87%).Mars 2014
a écrit le 01/09/2016 à 9:36 :
Il y a overdose de politiciens qui n'ont rien à dire et qui, pour un oui, pour un non, envahissent les plateaux de TV. Ce microcosme politiciens lasse par sa médiocrité.
Ils vivent en circuit fermé, et ne pensent qu'à leur réélection. Une nouvelle tribune de plus
pourquoi faire? En revanche, ces rédactions pourraient traiter des problèmes de fonds
de notre société, de manière exhaustive, en invitant de vraies personnalités compétentes qui hélas , n'apparaissent jamais dans cette univers clos de ce monde cathodique.
a écrit le 01/09/2016 à 9:09 :
BFM TV et ITELE sont elles des chaines d'infos ? Elle répetent sans cesse le m^me fait divers, en général dans un but d'intox politique. Elles sont destinées à saturer les cerveaux de petite taille, à faible nombre de neurones. Ces chaines ne sont supportables qu'en bruit de fond dans un bistro. Alors une nouvelle radio d'information qui fera de la véritable information est bienvenue.
a écrit le 01/09/2016 à 8:50 :
BFM appartient à Patrick Drahi, iTélé à Vincent Bolloré et LCI à Martin Bouygues, tous des très grands patrons du CAC 40. Cette tendance se retrouve dans tous les pays occidentaux et explique en partie la prédominance des pensées libérale ou conservatrice. Car si les grandes fortunes investissent autant dans les médias ce n'est pas pour gagner de l'argent mais pour gagner en influence. L'arrivée de Franceinfo qui aura une ligne éditoriale plus sociale arrive à point nommé pour accompagnée la gauche lors de l’élection de 2017.
Car si les audiences cumulée ne dépassent 4 %, le pourcentage de personnes qui regardent au moins une fois dans journée d'heure une chaine d'informations doit être beaucoup plus important.
Et pour ceux qui s’intéressent au monde il y a encore mieux avec France 24 pour l'Afrique, Euronews pour l'Europe et I24 pour le Moyen-Orient.
Réponse de le 01/09/2016 à 11:19 :
Tout à fait d'accord ! Mais on peu aussi regarder LCP ou Public Senat qui donne une info "normale", présente des débats politiques équilibrés et montre en direct ce qui se dit à Assemblée Nationale ou au Sénat. Il n'y a pas d'intox possible !
a écrit le 01/09/2016 à 7:38 :
si c'est pour entendre " en raison d'un mouvement de grève, nous sommes dans l'incapacité de diffuser nos programmes" .... le tout financé par nos impôts ! Stop les dépenses qui ne servent à rien !
a écrit le 01/09/2016 à 7:36 :
Peu importe s'il manque de place en fait. Franceinfo se monte avec l'argent du public (ie : nos impôts)... L'objectif de rentabilité ne peut pas faire parti du cahier des charges, sinon ce serait une entreprise privée avec des capitaux strictement privés...
a écrit le 01/09/2016 à 6:44 :
Zut, je croyais que c'était juste des chaînes de pub....
a écrit le 31/08/2016 à 23:30 :
Vous avez oublié BFM business.
Il y aura 6 chaines d'information sur Paris : BFM TV, BFM business, France 24, i-télé, LCI et France Info.

La preuve que quantité ne rime pas avec pluralité.
a écrit le 31/08/2016 à 21:44 :
Une chaîne d'information de plus ? Si à son tour elle censure elle aussi ZEMMOUR, cela ne sert à rien et ne garantit pas davantage le pluralisme de l'information...
Réponse de le 01/09/2016 à 10:37 :
Zemmour sur France PS Info, vous avez un certain sens de l'humour.
a écrit le 31/08/2016 à 21:42 :
biensur qu'il y a une place pour une chaine d'info en plus.
actuellement,nous ne sommes informes qu'a environ 1%................
voire moins.
a écrit le 31/08/2016 à 21:28 :
Financée par La taxe redevance actuelle déjà si chère : il faudra donc bien l'augmenter. Que les chaines publiques, deviennent facultatives, sous décodeur et abonnement. Que SEULEMENT ceux qui ne peuvent s'en passer, s'abonnent et paient. SUPPRESSION DE LA TAXE REDEVANCE.
a écrit le 31/08/2016 à 21:23 :
Au moins une devrait disparaitre avant fin 2017; cela va se jouer entre Itélé et LCI, à moins que ce ne soit les deux, Bouygues et Bolloré décidant d'arrêter les frais.
a écrit le 31/08/2016 à 21:23 :
Au moins une devrait disparaitre avant fin 2017; cela va se jouer entre Itélé et LCI, à moins que ce ne soit les deux, Bouygues et Bolloré décidant d'arrêter les frais.
a écrit le 31/08/2016 à 21:11 :
Franceinfo, BFMTV, iTélé, LCI : y a-t-il la place pour 4 chaînes d’info ?

les piètres journalleux rabacheurs de BFMTV et iTélé, ont réussit à nous inspirer le rejet de leurs désastreux commentaires miséreux verbiageux tant sur les plans économiques que politiques,

piètres journalleux incultes au cerveau de la taille de petits pois secs trop chers payés pour leurs blasblas insipides, stupides et ridicules à la hauteur de stagiaires au coin des bistroquets parisiens.

bref vivement que France Info remontent un peu le niveau
a écrit le 31/08/2016 à 20:17 :
Pour que ça soit des chaînes d info il faudrait déjà qu ils arrêtent de faire la course a l audience en relayant que les petites phrases inutiles sans traiter le fond...
a écrit le 31/08/2016 à 19:41 :
Un média de masse de plus ou de moins, au point où on en est...
a écrit le 31/08/2016 à 19:35 :
@ONSOIR : quatre chaines d'informations ... Pour quoi les information des chaines publiques suffisent largement pour diffuser des informations toutes plus bidon les unes que les autre alors .......
a écrit le 31/08/2016 à 19:28 :
Vous faites erreur il n'y aura que 3 chaînes d info
iTélé à recruter morandini pour une quotidienne le soir et se retrouve donc dans les chaînes de spectacles
a écrit le 31/08/2016 à 19:24 :
Dans une république bananière, il n'y a qu'une chaîne qui diffuse la propagande du gouvernement. En France, il y a 4 chaînes qui diffusent la propagande du PS :-)
Réponse de le 31/08/2016 à 22:42 :
Vous dites propagande du PS, car le PS est au pouvoir.
Vous direz LR si LR prendra le pouvoir en 2017.
La réalité est que ces chaines diffusent surtout de la propagande Européiste, malheureusement de piètre qualité vu la cote de l'UE !
Réponse de le 01/09/2016 à 11:03 :
je pense au contraire qu'il faut une chaine d'info SOCIALISTE.toutes les autres sont aux mains des patrons du cac40,c.a.d. Hollande bashing toute la journée!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :