Qualcomm écope d’une nouvelle énorme amende

 |   |  388  mots
Le fabricant de semi-conducteurs, qui est l'objet de plaintes de son client Apple aux Etats-Unis et en Chine, a annoncé jeudi qu'il ferait appel de cette nouvelle amende.
Le fabricant de semi-conducteurs, qui est l'objet de plaintes de son client Apple aux Etats-Unis et en Chine, a annoncé jeudi qu'il ferait appel de cette nouvelle amende. (Crédits : Eric Gaillard)
Le spécialiste américain des semi-conducteurs a une énième fois été épinglé pour abus de position dominante. Cette fois-ci, les autorités taïwanaises lui ont infligé une amende de 774 millions de dollars.

Rebelote. Qualcomm, le mastodonte américain et spécialiste des puces pour smartphones, vient, une nouvelle fois, d'écoper d'une énorme amende. Mercredi, la Commission taïwanaise pour le commerce juste (TFTC) a annoncé, dans un communiqué, qu'elle épinglé le groupe pour abus de position dominante. Plus précisément, l'institution accuse le groupe d'atteinte à la concurrence et de manipulation de prix, dans le cadre d'une enquête initiée en 2015. Dans son communiqué, la TFTC affirme que « les actions illégales de Qualcomm ont gravement affecté la situation de la concurrence [...] afin de maintenir et d'asseoir sa position dominante sur le marché ».

Aux yeux de la TFTC, le groupe américain a enfreint, pendant au moins sept ans, les règles de la concurrence en refusant de fournir des licences cruciales à certains rivaux et en imposant des contrats inéquitables à certains fabricants de smartphones, précise l'AFP. Le fabricant de semi-conducteurs, qui est l'objet de plaintes de son client Apple aux Etats-Unis et en Chine, a annoncé jeudi qu'il ferait appel de la décision de la Commission. « Qualcomm n'est pas d'accord avec la décision résumée dans le communiqué de presse de la TFTC et [...] compte faire appel auprès des tribunaux taïwanais », a annoncé le groupe dans un communiqué.

Des contrats jugés « injustes »

Depuis deux ans, Qualcomm n'en finit plus de collectionner les grosses amendes. La dernière date du mois d'avril : le géant américain des semi-conducteurs a perdu son arbitrage, aux Etats-Unis, avec BlackBerry. Concrètement, il va devoir lui reverser quelque 815 millions de dollars, correspondant à un trop perçu de redevances liées à un contrat de licences.

L'an dernier, le géant américain a écopé d'une amende de 853 millions de dollars pour abus de position dominante. C'est la Fair Trade Commission (FTC) qui lui a infligé cette sanction. L'institution a estimé que Qualcomm a refusé de fournir des licences essentielles à la fabrication de puces à certains fabricants, tout en leur imposant des contrats « injustes ». La FTC a alors précisé qu'il s'agissait de la plus grosse amende jamais infligée par ses services. Parmi les autres grosses amendes : en 2015, en Chine, Qualcomm a été condamné à verser 975 millions de dollars après à une enquête de la Commission nationale de réforme du développement (NCRC).

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2017 à 21:28 :
Dans cette histoire, Taiwan n'est qu'un pion qui s'est plié aux exigences de la Chine continentale d'autant plus que ce n'est pas dans l’intérêt direct de Taiwan de taper sur une entreprise solidement implantée sur son sol..
La Chine continentale considère la technologie des semi-conducteurs comme étant une priorité stratégique absolue.
Dans un contexte où les constructeurs chinois de smartphone xiaomi et huawei viennent de commencer à construire leurs propres puces, la Chine continentale se montre capable de concurrencer qualcomm et de le mettre gravement en difficulté.
Ce qui se passe sous nos yeux c'est toute une partie de la tech américaine qui est menacée par les récents coups de boutoir de la Chine.
C'est également toute une partie de l'Asie du sud-est qui est en train de passer de la zone d'influence économique des USA à la zone d'influence économique chinoise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :