Les géants des télécoms veulent imposer un Web à plusieurs vitesses

 |   |  543  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Les patrons de Vivendi, Alcatel et Deutsche Telekom plaident devant la commissaire européenne Neelie Kroes pour une réglementation assouplie afin de développer le haut débit.

Moins de régulation pour accélérer le déploiement du très haut débit en Europe, quitte à froisser les défenseurs de la Net neutralité. C'est en substance ce qu'ont plaidé trois hauts dirigeants des télécoms en Europe devant la Commission mercredi. Lors d'une table ronde réunissant à Bruxelles une trentaine de patrons, à l'initiative de Neelie Kroes, la commissaire en charge de « l'agenda numérique 2020 » de l'UE, Jean-Bernard Lévy, le président du directoire de Vivendi (SFR), Ben Verwaayen, le directeur général d'Alcatel-Lucent et René Obermann celui de Deutsche Telekom, ont présenté onze propositions assez polémiques. La rencontre, qui a rassemblé « la fine fleur de l'industrie européenne du numérique », s'est « formidablement mieux passée que l'on ne pensait » confie Jean-Bernard Lévy à « La Tribune ».

Internet à la demande

Afin d'atteindre les objectifs ambitieux de Bruxelles en matière de très haut débit à l'horizon 2020, à savoir 100 % des foyers ayant accès à 30 Mégabits au moins, la moitié étant abonnés à du 100 Mb, les trois patrons des télécoms pressent notamment l'Europe « d'encourager la différenciation en matière de gestion du trafic ». En clair, il s'agit de laisser les opérateurs donner la priorité à certains services ou contenus si les consommateurs sont prêts à payer pour bénéficier d'un accès plus rapide « ou d'une moindre latence, ce qui est capital dans le jeu vidéo », souligne le patron de Vivendi (dont la filiale Activision édite le jeu « World of Warcraft »). C'est officialiser l'existence d'un Internet à plusieurs vitesses, avec un service de base sans débit garanti. Autre proposition détonante, « les modèles économiques peuvent être bifaces, basés sur des accords commerciaux qui respectent les principes d'ouverture et de non-discrimination anticoncurrentielle ». Concrètement, un acteur comme Google souhaitant que les vidéos sur son site YouTube soient visibles sans délai de chargement ni images qui se figent peut payer un opérateur pour obtenir un meilleur service, contribuant ainsi indirectement au financement du réseau. De tels accords « existent mais sont tolérés, il faut que le modèle soit reconnu », plaide le patron de Vivendi. Autre point défendu : « les effets d'échelle étant une tendance forte du marché », l'Europe devra soutenir les éventuelles « fusions transfrontalières », sa compétitivité étant en jeu.

S'il y a « des nuances et non l'unanimité sur tous les points », il relève que « les opérateurs historiques ont accepté la promotion du co-investissement et les alternatifs n'ont pas demandé le dégroupage de la fibre ». Et Jean-Bernard Lévy de se féliciter d'« un degré de consensus remarquable et inattendu entre ces acteurs de toute la chaîne de valeur, opérateurs, fabricants, agrégateurs, éditeurs de chaînes, etc », dont France Télécom, la BBC, Mediaset, Google, RIM, Akamai, etc. Une vision que ne partage pas Neelie Kroes : « cette catharsis parfois douloureuse n'a pas débouché sur un consensus sur les principes présentés par les coordinateurs », a-t-elle déclaré à l'issue de la rencontre. La Commission, qui propose d'allouer 9,2 milliards d'euros pour soutenir les investissements dans le très haut débit entre 2014 et 2020, « prendra en compte les points de vue exprimés » a-t-elle assuré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2011 à 20:26 :
Ils veulent imposer plusieurs vitesses alors , moi et beaucoup d'autres nous voulons un systeme stable sans messages ,pubs parasites un systeme simple qui n'a pas besoin de plus pour bien nous donner satisfaction !
Réponse de le 19/07/2011 à 11:01 :
quel est le prix que vous etes pret a payer pour cela?
Réponse de le 19/07/2011 à 17:55 :
yann:25 ? comme j'avais au début ...Je regarde les journaux ,écris des courriers ,stocke des photos de famille , et utilise skype pour voir mes enfants sur d'autres continents .Pas de jeu , musique ,relation par web ....
a écrit le 18/07/2011 à 10:08 :
Consensus remarquable et inattendu?
Mais de qui se moque-t-on?
Une fois de plus on impose des modèles économiques faisant fi des libertés des citoyens au nom d'un "internet gratuit". Puis petit à petit on rogne et le gratuit devient payant. Sauf qu'il est deux fois payant et que nos libertés ont disparu de même que la concurrence supposée nous protéger.
a écrit le 18/07/2011 à 8:51 :
Il y a une inexactitude dans votre titre: vous parlez d'un "Web" à plusieurs vitesses alors que vous vouliez parler d'Internet.

Des confusions comme celle-ci rendent service aux opérateurs qui veulent discriminer le trafic, en entérinant l'idée selon laquelle "Internet" serait avant tout "le Web". Alors que le Web n'est qu'un des nombreux réseaux accessibles via Internet.
a écrit le 18/07/2011 à 8:18 :
@canelle ca n'a rien d'une initiative française, ça vient des USA ou des gros lobbies militent pour le même genre de choses. Le plus inquiétant n'est pas au niveau des particuliers (France Tel faisait payer une option pour avoir un meilleur ping il y a encore quelques années, peut être est-ce encore le cas), mais au niveau des entreprises. Si une major ou une grosse production paye pour que son contenu soit lus accessible, mieux référencé etc sur internet, alors ça ferme la porte à toute concurrence.
Il faut s'opposer catégoriquement à ce genre de proposition pour les entreprises.
a écrit le 18/07/2011 à 5:55 :
C'est vrai qu'avec le cout de mon abonnement pour mon simple téléphone mobile, je subventionne une bonne partie des ibidules d'abonnés qui justement sur exploitent les infrastructures réseaux, comme si cela ne suffisait pas qu'ils nous empoisonnent la vie à peu prêt partout dans les lieux publics tellement ils sont devenus asociaux à vouloir se tenir au courant en tout instant sur leurs réseaux sociaux.
a écrit le 17/07/2011 à 18:27 :
Et qu'est ce qui garantis que la qualite sera au RDV pour celui qui paie ?

a écrit le 17/07/2011 à 16:42 :
Ben > rien qu'en lisant votre commentaire, élite = argent ?

Depuis quand les contenus pourris sont l'apanage des "pauvres" ? Vous me faites pire que honte, Ben, vous me faites pitié. Internet est plus qu'un espace de badinage pour bourgeois dégoulinants, c'est le plus gros espace de liberté du monde. Si on avait dû vous écouter, mon pauvre ami, aucune révolution n'aurait pu avoir lieu au Maghreb, et Wikileaks n'aurait jamais pu montrer à la face du monde les atrocités perpétrées par les USA ces dernières années. C'est plutôt vous qui devriez être expulsés du Web. Nous n'avons pas besoin de gens comme vous.
a écrit le 17/07/2011 à 9:40 :
Il suffira de ne pas payer pour leur Internet à plusieurs vitesses. Si une vidéo tarde à se charger, mettez là en pause et allez voir ailleurs en attendant. Le pouvoir est dans notre porte-monnaie...
a écrit le 17/07/2011 à 9:23 :
Internet doit redevenir un outil d'élites comme en 1995-2000. Aujourd'hui n'importe quel "abruti" en profite gratuitement et le polue avec du contenus inutiles. Tout le monde peut en profiter, mais doit le payer. La qualité a un Prix!!!
Réponse de le 17/07/2011 à 16:39 :
navrant...
Réponse de le 17/07/2011 à 23:14 :
Vu tes commentaires, il serait en effet souhaitable que tu n'ai pas accès à internet afin de ne pas le polluer avec tes commentaires à 2 balles mais bon le monde est fait d'un tout et il faut le supporter, toi y compris ;o).
a écrit le 16/07/2011 à 23:21 :
Encore les gros qui veulent s'en mettre pleins les poches au détriment du consommateur
Y a plus qu'eux qui font la loi
Pauvre france
Réponse de le 17/07/2011 à 16:40 :
entièrement d'accord, cela ne fera qu'augmenter la difference de qualite entre ceux qui "peuvent" payer et les autres...
a écrit le 16/07/2011 à 16:54 :
Au niveau de l'internet mobile aussi un web à plusieurs vitesses est prévu... http://www.nikopik.com/2011/07/mon-coup-de-gueule-contre-linternet.html :-(

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :