Télécoms : les dossiers chauds du président Macron

 |   |  1164  mots
Véritable serpent de mer, la privatisation totale d'Orange - dont l'État est toujours le premier actionnaire, avec 23 % du capital - va forcément faire l'objet de débats.
Véritable serpent de mer, la privatisation totale d'Orange - dont l'État est toujours le premier actionnaire, avec 23 % du capital - va forcément faire l'objet de débats. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Outre la poursuite du plan Très haut débit et la consolidation du secteur, l'État pourrait vendre sa participation de 23 % dans l'opérateur historique, alors que l'argent manque dans les caisses publiques.

Dans les télécoms françaises, l'État joue aujourd'hui un rôle majeur. Et beaucoup s'interrogent désormais sur la ligne du nouveau président. Emmanuel Macron va en effet devoir se prononcer sur plusieurs dossiers structurants pour l'avenir du secteur.

1 - Faut-il privatiser Orange ?

Véritable serpent de mer, la privatisation totale d'Orange - dont l'État est toujours le premier actionnaire, avec 23 % du capital - va forcément faire l'objet de débats, surtout dans un contexte où l'argent manque dans les caisses publiques. À ce sujet, Emmanuel Macron a, le mois dernier, expliqué au site Electron Libre que la participation de l'État au capital d'Orange pourrait « évoluer ». « Orange n'est ni une entreprise du secteur nucléaire ou de la défense ni une entreprise assurant un service public en monopole », a-t-il justifié.

Avec deux bémols toutefois. Le premier concerne le « rôle de stabilisation de l'actionnariat [de l'État] dans un contexte où le secteur connaît des évolutions importantes », a expliqué le leader d'En Marche ! Il faut dire que si l'État devait se désengager d'Orange, cela aiguiserait l'appétit d'autres acteurs, qui pourraient profiter de l'occasion pour en prendre le contrôle. Parmi les grands groupes intéressés, deux noms reviennent régulièrement. Il y a d'abord Bouygues, qui pourrait ainsi organiser un mariage avec Bouygues Telecom. Ce faisant, le groupe de Martin Bouygues se relancerait dans le secteur, alors que sa filiale télécoms a notamment pris du retard dans le créneau, stratégique, de l'Internet fixe à très haut débit. Mais il y a aussi Vincent Bolloré avec Vivendi. Depuis longtemps, l'homme d'affaires breton est perçu comme un acheteur potentiel d'Orange. D'autant que plusieurs possibilités de synergies et de convergences avec ses filiales médias pourraient être mises en place. En France, Vivendi est la maison mère de Canal +. Tandis qu'en Italie, Vivendi contrôle l'opérateur historique Telecom Italia, et est le deuxième actionnaire du groupe de télévision Mediaset.

Le second bémol, lui, est lié au plan France Très haut débit, qui vise à déployer la fibre dans tout l'Hexagone à lhorizon 2 022. De fait, l'État, en tant que premier actionnaire de l'opérateur historique, pèse largement sur ce grand chantier, crucial pour le développement économique du pays. Ce qui serait bien moins vrai s'il laissait les rênes d'Orange au privé.

2 - Assurer la pérennité du plan France Trés haut débit

C'est le gigantesque chantier du moment, celui qui vise à apporter l'Internet fixe à très haut débit à tous les Français d'ici à cinq ans. Lancé en 2011, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, il a été repris sans grand chambardement par François Hollande. D'un coût avoisinant les 20 milliards d'euros, ce plan France Très haut débit est jugé prioritaire dans un monde où disposer d'un bon accès au Net n'est plus un luxe, mais une nécessité. Désormais, c'est Emmanuel Macron qui devra en assurer la pérennité. Or, certains volets du plan sont aujourd'hui critiqués. Il y a notamment le cas des zones moins denses, situées en périphérie des grandes agglomérations. Ici, certaines collectivités affirment que les grands opérateurs privés ne tiendront pas leurs engagements de déploiement de la fibre, ce qui pourrait accoucher d'une nouvelle fracture numérique. Sur ce point, il appartiendra à l'exécutif de se prononcer. Et ce, en prenant toutefois garde de ne pas tout remettre à plat. Car, ici, les investissements sont si lourds que tous les acteurs, publics et privés, souhaitent plus que tout que le cadre réglementaire demeure stable.

3 - Favoriser, ou pas, une consolidation du secteur

C'était le feuilleton de l'année dernière. Et il y a fort à parier qu'il reprendra après les législatives. Aux yeux de la plupart des grands opérateurs, un retour à trois acteurs, synonyme d'une plus grande part du gâteau des télécoms pour les groupes restants, leur permettrait d'un coup de doper leurs résultats économiques et financiers. Récemment, lors de la présentation de leurs résultats 2016, Orange et Bouygues Telecom, qui ont échoué à se marier au printemps dernier, ont affirmé de manière plus ou moins ambiguë qu'ils n'avaient pas balayé cette perspective. Stéphane Richard, le PDG de l'opérateur historique, a indiqué que le sujet « pourrait revenir ».

Pourquoi ? « Parce que les raisons qui ont poussé les opérateurs à discuter ensemble d'une consolidation existent encore », a souligné le leader du numéro un des télécoms. Parmi elles, il a cité « le besoin crucial d'investir dans les réseaux du futur, c'est-à-dire la fibre, la 4G et la 5G ». Interrogé à ce sujet, Martin Bouygues, le président de la maison mère de Bouygues Telecom, a répondu de manière plus floue. Il a ainsi assuré que « [ses] perspectives, c'est [ses] clients, [ses] collaborateurs et [ses] actionnaires ; et ce, dans ce sens-là. »

Si le scénario d'un mariage entre Orange et Bouygues Telecom refait surface, l'État aura à nouveau son mot à dire. Pour rappel, lors de la précédente tentative, Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, a largement participé à faire capoter l'opération en fixant des conditions jugées inacceptables par Martin Bouygues. Outre ses préoccupations patrimoniales, l'exécutif devra aussi veiller à ce qu'un éventuel rapprochement ne plombe pas le plan Très haut débit. Un point qui inquiète déjà l'Arcep, le régulateur du secteur. En mars dernier, Sébastien Soriano, son président, a estimé qu'une fusion pourrait nuire aux investissements, « alors que c'est le moment d'investir dans la fibre », a-t-il souligné. Le patron de l'Arcep n'a pas oublié les conséquences du rachat de SFR par Numericable en 2014. Il faut dire qu'à l'époque, après l'opération, le nouvel ensemble avait un temps suspendu ses investissements.

Ces grands dossiers industriels, Emmanuel Macron en connaît déjà les enjeux, depuis son passage à Bercy. En outre, il s'est entouré, pendant sa campagne, d'anciens hauts dirigeants du secteur, lesquels pourraient bien orienter ses choix. Parmi eux, il y a Didier Casas. Ancien directeur général adjoint de Bouygues Telecom, celui-ci a pris un congé sabbatique pour rejoindre le leader d'En Marche ! au début de l'année, et le conseiller sur les sujets régaliens (défense, sécurité, immigration et laïcité). Alors que certains l'imaginaient au gouvernement, il a finalement repris ses fonctions chez l'opérateur cette semaine. Mais il y a aussi Bernard Mourad. En octobre dernier, cet ancien directeur général adjoint de SFR a quitté son poste pour « se lancer en politique ». S'il ne figure pas dans l'organigramme du mouvement d'Emmanuel Macron, il l'a aidé « de façon bénévole, via ses connaissances et son réseau », précise à La Tribune une source proche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2017 à 15:08 :
Cet article est plus qu'incomplet... la vraie problématique est : que faire des dizaines de milliers de fonctionnaires présents chez Orange ? Alors que son programme prévoit la suppression de 120000 fonctionnaires, il n'a pas les moyens de reprendre ceux qui sont chez Orange.
a écrit le 18/05/2017 à 13:26 :
Bouygues voulait vendre a un prix que Orange ne voulait pas payer. Rien n a change et il me semble que les italiens sont prets a le faire avec Bollore. Ensuite il faut considerer qu un etat ne peut aller diriger un operateur etranger alors qu une entreprise oui. C est pourquoi il lui faut vendre ces actifs. Un fonds national non souverain c est a dire prive deviendra rapidement necessaire.
a écrit le 18/05/2017 à 10:38 :
Je doutes être le seul, mais je trouves étrange de voir les gouvernements successifs vendre toutes les entreprises de l'état qui rapporte de l'argent dans les caisses de l'état et de garder que celle qui coûtent. La police, les armées ne sont pas en vente en revanche EDF, GDF, France télécoms et probablement un jour les hôpitaux[qui commence déjà à coûter aux cotisant, mieux vaut actuellement ce faire soigner sans assurance maladie qu'avec une...] le sont (ou le seront)...
Je trouve cela honteux et ça devrait être pénalement réprimander, les membres qui ont autorisé ces ventes et ceux qui n'ont rien fait contre devraient payer de très forte amendes annuelles pour compenser le manque d'argent publique que NOUS sommes tous obligé de compenser par NOS impôts et également de devoir NOUS encore payer les hausses de tarif de ces entreprises privatisée dont on ne contrôle plus rien et qui NOUS sont malgré tous indispensable et impossible à remplacer...
a écrit le 18/05/2017 à 7:56 :
En tant que chauffeur de taxi , j'espère que le président va rétablir une concurrence juste et saine dans mon secteur d'activité .
Plusieurs secteurs sont en souffrance, seul des réformes justes seront acceptées par les salariés.
Bonne chance à lui pour redresse le pays
Réponse de le 18/05/2017 à 14:43 :
Pardonnez moi de vous décevoir, mais l'état ne fait rien pour les taxis car c'est une profession qui fait partie du catalogue des métiers qui aurons disparus en 2030.
Plusieurs rapports internationaux ont pointés que l'automatisation galopantes des automobiles seraient totalement entérinée d'ici 2020-2022 ce qui profitera aux constructeurs qui ouvrirons leurs propres services de taxi et bien entendu aux régies de taxi qui n'aurons plus besoin de masse salariale. Normalement seuls les services premiums de VTC et chauffeurs privés haut de gamme (voitures de luxe, limousines etc ...) devraient survivre à cela et se verrons ajouter des services comme de la conciergerie, de la promenade d'agrément etc ... . Mais le tarif ne sera bien entendu pas à la portée de toutes les bourses.

C'est triste je le conçois mais je vous invite à penser à votre avenir dés maintenant. Les chauffeurs poids lourd et les conducteurs de train aurons les mêmes problématiques d'ici 2030 également.

Et vous voyez que dans les usines les ouvriers ont déja le problème. Ils sont obligés de monter en compétence pour programmer les ordinateurs et les machines outils au lieu de construire eux-même à l'ancienne les objets sur les lignes de production. Du coup les emplois les moins qualifiés disparaissent au profit d'emplois bien plus qualifiés.

Pour les voitures autonomes par exemple il y aura besoin de beaucoup plus de contrôleurs, concepteurs, intégrateurs et réparateurs électroniques, radio, mécaniques, électrique et informatique pour ces voitures bien plus numérique que les modèles actuels. De plus elles seront toutes pilotées par des datacenters et des calculateurs derniers cris. Cela assurera du travail pour nos enfants mais pour nous ? Rien n'est moins sur ... .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :