La Tribune

Moi, jeune trentenaire, en couple sans enfant, emprunteur modèle

En 2011, 75% des emprunteurs étaient âgés de 30 à 49 ans, en hausse de 8 points par rapport à 2008. Et les moins de 30 ans ne représentent plus que 19% des dossiers, contre 26% en 2008. Photo : Reuters
En 2011, 75% des emprunteurs étaient âgés de 30 à 49 ans, en hausse de 8 points par rapport à 2008. Et les moins de 30 ans ne représentent plus que 19% des dossiers, contre 26% en 2008. Photo : Reuters
Laura Fort  |   -  530  mots
Le profil de l'emprunteur a évolué, selon une étude du courtier en crédit immobilier ACE : plus âgé, majoritairement en couple, avec un apport personnel plus conséquent et un montant d'emprunt plus élevé.

La crise est passée par là. Aujourd'hui, les candidats au crédit immobilier ont vieilli et n'empruntent plus seuls. Une étude du courtier en crédit immobilier ACE révèle que l'emprunteur type attend notamment de s'être constitué un apport personnel conséquent avant de souscrire un crédit immobilier, et emprunte donc plus tard. En 2011, 75% des emprunteurs étaient âgés de 30 à 49 ans, en hausse de 8 points par rapport à 2008. Et les moins de 30 ans ne représentent plus que 19% des dossiers, contre 26% en 2008.


Un apport personnel en hausse


Un vieillissement qui n'est pas étranger à la volonté des emprunteurs d'attendre d'avoir amassé un apport personnel substantiel avant de souscrire un crédit. Selon les derniers chiffres de l'Observatoire Crédit Logement/CSA, la progression de l'apport personnel reste soutenue, en hausse de 13% sur un an depuis le début de l'année 2012, contre +6.1% en 2010. Si l'emprunteur peut trouver plus confortable de se constituer un apport personnel, c'est aussi une demande des banques, de plus en plus prudente dans l'octroi des crédits. "Certaines banques ne proposent plus de prêts au-delà de 30 ans. D'autres demandent un apport de 10 % pour couvrir au moins les divers frais, voire 20 % pour obtenir un très bon taux", constatait Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux dans La Tribune du 13 janvier.


Baisse des demandes d'emprunts inférieurs à 200.000 euros


Les montants des prêts octroyés ont également augmenté, du fait de l'inflation des prix de l'immobilier. Le nombre de crédits compris entre 250.000 et 300.000 euros, et ceux supérieurs à 400.000 euros a crû. A contrario, les demandes d'emprunts inférieures à 200.000 euros concernent 31% des dossiers en 2011, contre 40% en 2008. En 2012, les professionnels du secteur s'attendent néanmoins à une baisse des prix, liée aux réformes fiscales (suppression du PTZ + et du Scellier, réforme des plus-values immobilières), au resserrement des conditions d'octrois de crédits, au raccourcissement de la durée des emprunts, à la hausse du chômage ou encore à la stagnation du pouvoir d'achat des ménages.


Les candidats au crédit immobilier ont des revenus plus importants
 

"Depuis 2008, on s'aperçoit que les candidats à l'acquisition immobilière attendent quelques années de plus pour réaliser leur projet, afin non seulement de se constituer un apport personnel, mais également de bénéficier de revenus plus importants", explique Joël Boumendil, directeur général d'ACE, dans un communiqué. En effet, les ressources des candidats à l'emprunt immobilier ont progressé. Seuls 17% d'entre eux ont des revenus inférieurs à 25.000 euros par an, contre 28% en 2008. Par contre, les emprunteurs disposant de ressources supérieures à 49.000 euros par an représentent 28% des dossiers, contre 17% en 2008.


Les emprunteurs souscrivent à deux

 

69% des emprunteurs étaient en couple en 2011 et 60% d'entre eux n'avaient pas d'enfant. Compte tenu des prix de l'immobilier et du niveau d'apport demandé par les banques, l'acquisition d'un bien immobilier seul devient en effet difficile notamment pour les trentenaires, qui débutent dans leur vie professionnelle.
Au final, ACE dresse le profil type de l'emprunteur en 2011 : âgé de 30 à 34 ans, il est le plus souvent en couple et sans enfant, salarié du secteur privé, a des revenus compris entre 25.000 et 49.000 euros par an, et emprunte entre 150.000 et 200.000 euros.
 

Réagir

Commentaires

RasLaCasquette  a écrit le 18/02/2012 à 15:51 :

Ras-le-bol de Paris, de cette culture jacobine, des modes de travail du 20eme siècle.
Ras le bol de RER A
Ras le bol des TER qui ne marchent pas, qui sont inconfortables et qui sentent mauvais
Ras le bol de faire 20Heures de transport hebdomadaire parcque j'habite loin de mon boulot.. A 53 ans, cadre très bien payé d'une multinationale, je ne peux pas me loger à 15 mn de mon boulot avec ma famille.
D'autres modes de vie sont possible. La Defense n'est pas le centre de l'Univers. Paris n'est qu'une ville musée et qu'elle le reste.
Mais que proposent nos candidats pour DE-CEN-TRA-LI-SER.
Encore une fois nous sommes partis pour 2 mois de démagogie et 5 ans d'imbécilité supplémentaire.
Politiques, décideurs réveillez vous on en A MARRE VRAIMENT DE VOTRE INCOMPÉTENCE ET DE VOTRE RUPTURE AVEC LA RÉALITÉ DE MILLIONS DE CONCITOYENS.

Décentralisation  a répondu le 20/02/2012 à 2:02:

Pour info, la situation actuelle du logement est justement due à la décentralisation : depuis, ce sont les municipalités qui décident du coefficient d'occupation des sols (COS). Or, "un maire qui bâtit est un maire battu" (les électeurs n'aiment pas qu'on bétonne leur environnement et mieux vaut conserver la population qui vous a élu que construire et en faire venir une nouvelle qui pourrait voter autrement).

RasLaCasquette  a répondu le 20/02/2012 à 13:57:

Mais bien sur , la France est décentralisée !
C'est la raison pour laquelle le quart de la population française vit à Paris.
C'est la raison pour laquelle 20% du PIB est réalisé à la Défense
C'est la raison pour laquelle tous les ministères sont à Paris
C'est la raison pour laquelle l'élite des écoles française refuse de déménager
C'est la raison pour laquelle les prix de l'immobilier parisiens atteignent le quadruple des prix de la moyenne française

Arrêtons SVP et soyons sérieux.

Décentraliser c'est simplement répartir l'économie et le pouvoir politique sur l'ensemble du pays. C'est désengorger l'horreur parisienne. C'est redonner de la force aux régions, à l'emploi. C'est mettre la qualité de la vie au centre de la politique française.

C'est mathématiquement et obligatoirement réduire les charges relatives au logement.

Que faire d'un pays qui n'a pas évolué depuis Louis XIV, qui vit encore sur des reliques coloniales et croit encore être le nombril du monde ?

Le manque d'audace et la bêtise de la pluspart des décideurs sont un véritable cancer qui nous ruinera tous qui nous tuera tous

bancopasillico  a répondu le 21/02/2012 à 11:20:

oui, on a plus qu'à prier.. vu qu'il n'y a pas de candidat non nombriliste..

FORZAOM  a répondu le 25/02/2012 à 16:52:

Venez à Marseille et votre vie va changer

Chris  a répondu le 07/03/2012 à 8:31:

@RasLaCasquette Je ne peux qu'aller dans votre sens,j'encourage les employeurs à s'installer en région, les employés n'ont plus les moyens de vivre proche de leur travail, bcp d'entre nous n'ont pas besoin d'avoir leur bureau à la défense pour faire vivre leur société.

bob  a écrit le 15/02/2012 à 8:52 :

le question etant de savoir si c'est un resultat provoqué ou juste un constat.

morey  a écrit le 15/02/2012 à 8:08 :

En couple, 25ans, achat dans l'yonne en 2011:
180m², aucun travaux, DPE: C, +garage, terrasse carrelée, portail electrique, ... pour moins de 150 000 euros.

Sortez de Paris et de région parisienne (et autres très grande villes)...J'ai eu celà à moins de 2H de Paris.

Dans le loiret, ville de 20 000 habitants, un f2 54m² sans travaux avec 16m² de balcon + garage + cave= 45 000 euros frais de notaire inclus. Il est toujours possible de se loger, suffit de voir plus loin que le bout de son nez. Je n'avais pas les moyens de rester vivre sur l'ile d'oleron, je suis partis pour un confort 15fois meilleur.

YEP  a répondu le 15/02/2012 à 10:37:

OUI c'est bien mais on en reparlera surement dés que le premier enfant viendra et qu'il vous faudra trouver une nounou, une école, .....

@ morey  a répondu le 15/02/2012 à 11:26:

Oui à condition de trouver du travail! t fonctionnaire?

Tant mieux pour vous  a répondu le 15/02/2012 à 12:24:

C'est bien mais je préfères vivre a Paris au moins j'ai un emploi et je gagne mieux ma vie qu'en province.

Et puis il quitter Paris pour la province ça se prépare car coté culture, et activité c'est pas forcement la Panacé....

Le bon exemple que vous n'avez pas cité et plutôt de vivre a 1h de Paris en TGV qu'habiter en Banlieu a 1h de Paris....

dd384  a répondu le 15/02/2012 à 16:40:

La suffisance Parisienne à son paroxysme.

Je ne vous salue pas depuis ma maison de 170m² en campagne où j'ai accès à :
* une crèche
* une école
* des administrations
* un cinéma à 1/4 d'heure avec équipement numérique, si si ça existe ailleurs qu'à Panam
* un emploi bien payé en CDI qui me laisse la latitude de me payer des loisirs, un crédit immo et nourrir mes enfants...

Ah le complexe de la capitale, finalement bienheureux de ne jamais avoir eu à y mettre les pieds autrement que pour aller au stade de France.

morey  a répondu le 16/02/2012 à 9:21:

Ni moi ni ma conjointe somme fonctionnaires.
maternelle/Ecole/college/creche à 3km
cinema à 30km, soit 25 minutes
debit internet et téléphone excellent car peu de raccordement
pour les loisirs je monte sur paris à tout moment, en moins de 2H

Ca ne peut pas durer !  a écrit le 15/02/2012 à 0:16 :

"Moi, jeune trentenaire, en couple sans enfant, emprunteur modèle "
Nous sommes en couple, 6000 euros de revenus en CDI après d'excellentes études, soit une capacité d'emprunt de 370 000 euros sur 25 ans à 4,5%. A ce prix là, on peut se payer 40 m2 (hors frais de notaire !) à Paris dans un quartier moyen assez éloigné de notre lieu de travail. Désolé mais c'est NON ! je ne mets pas les revenus d'une vie dans une cage à lapin.
Allez me raconter après ça qu'il n'y a pas de bulle et que les prix vont se maintenir... Qui peut acheter les appartements familiaux ?

Rectificatif  a répondu le 15/02/2012 à 12:30:

1/pour 370k vous avez plus un 45-50 m² (en cherchant un minimun)
2/ Les prix afficher ça ce négocie......
3/Discuter avec des agents immobiliers ils vous confirmeront que il n'y a pas trop de vente sur Paris actuellement. Les gens attendent de vendre ou d'acheter.

En revanche je suis d'accord avec vous qu'en ce moment il vaut mieux louer qu'acheter car le prix du m² est complètement dé corrélés des revenus...

Conclusion il vaut mieux attendre, ou acheter une résidence secondaire au vert.....

Patience !  a répondu le 16/02/2012 à 11:05:

"pour 370k vous avez plus un 45-50 m² ". Mouais, dans le XIXème peut-être, mais payer ce prix là (2,5 millions de francs !) pour vivre dans un coupe-gorge n'est franchement pas une bonne idée.
Quant au volume des ventes, effectivement -12 % sur le dernier trimestre 2011 et depuis, les banques ont annoncé une réduction de 25 % (vingt-cinq !!!) du volume des prêts accordés.
Dernière chose, effectivement, il vaut mieux louer qu'acheter : les prix sont condamnés à baisser fortement et un an de loyer vaut largement un baisse de 10 %.

Quel désastre !  a écrit le 15/02/2012 à 0:07 :

"60% d'entre eux n'avaient pas d'enfant".
Et voilà où nous mène la bulle immobilière : les classes moyennes n'ont plus les moyens de faire des enfants faute de pouvoir s'offrir la pièce supplémentaire pour les loger...
Paris notamment sera désormais réservé aux jeunes cadres célibataires, aux super-riches qui n'occupent leur appart que deux semaines par an et aux bénéficiaires de HLM...
Quant aux retraités qui comptent que les jeunes leur paient un loyer, leur retraite, leurs dettes et tout ceci avec l'emploi précaire que le manque d'investissements de la génération précédent leur a laissé...

Désabusé  a répondu le 15/02/2012 à 8:41:

Tout a fait d accord, pire on va se retrouver dans une situation encore plus ubuesque>>>>> Au Etats Unis, en Espagne, Au Portugal..... on constate un retour d'un fait significatif mais oublié jusqu'à lors sauf dans les pays "dit pauvres" le retour des 30-40 au foyer de leur parents. Rien a voir avec le phenomene Tangui mr les papyboomer, juste que compte tenu du loyer et du prix de l immobilier nombre de jeunes qui demarent leur carriere se retrouvent deja pris a la gorge.......Et Dans ce cas la bah finis le couple avec enfants>>>> manque d intimité, honte de cet etat de fait "je travaille mais je m en sors pas", manque de confiance dans l avenir et en soi meme.......

Chris  a écrit le 14/02/2012 à 15:56 :

Quand ce même couple se décidera à faire des enfants, il faudra payer la nounou, agrandir le logement, bref une vie encore plus chère , bon courage car il en faut aujourd'hui !

antoine  a écrit le 14/02/2012 à 14:16 :

C?est une évidence. Aujourd?hui l?immobilier est clairement devenu inaccessible pour les jeunes ménages (même les couples de cadres) ayant des revenus confortables (plus de 2000 euros nets / mois chacun en CDI). A moins que le prix des biens immobiliers ne baisse sérieusement (ce que je souhaite en tant que primo accédant), il nous est impossible d?acheter.
Alors on croise les doigts pour que l?explosion de la bulle immobilière entraine les prix à la baisse : un petit 30% ? Ce serait peu quand on sait que les prix ont flambés de 126% en 10 ans en France.
Car c?est bien de ça dont il s?agit. La plupart des experts internationaux l?ont montré et le mythe de la pénurie de logement pour expliquer la hausse des logements ne tient pas. Le fait est que beaucoup de gens pouvant investir et surtout épargner le font dans la pierre plutôt que dans des produits financiers destinés à financer l?économie réelle et les PME (comme c?est le cas en Allemagne). Ces deux dernières années 60% des biens achetés l?ont été par des personnes déjà propriétaires de leur logement.

hades  a répondu le 14/02/2012 à 15:20:

tout est dit . ! bien .

Ghostly  a répondu le 14/02/2012 à 16:32:

A titre de comparaison, l Allemagne n a pas subi la même augmentation de l immobilier sur la même période. Alors que son économie a progressé. Mais chez eux on a relativement moins de fonctionnaires et de retraités. Chercher l erreur! Quand l argent du travail sera réévalué dans notre pays, le marché de l immobilier se stabilisera sur des bases de vraie concurrence.

churchill  a répondu le 14/02/2012 à 19:12:

Ghostly, le pb en allemagne est different, ils ont une moderation salariale colossale et une population somme tte vieillissante........en france c'est les differentes injections massives via les scelliers, robien borloo et autres, ainsi que les prets faciles via les banques ( oui bon, ils ont compris qu'il fallait resserer en temps opportun) qui ont alimente tt ca; le pb ne se pose pas pareil en allemagne ou le nombre de proprietaires est tres largement inferieur a celui des locataires...

@Chruchill  a répondu le 15/02/2012 à 8:49:

Votre analyse est partiellement fausse, la France aussi compte nombre de retraites, donc bcp ont beneficié d'avantage "au depart à 45/50 ans" ce que n a pas fait l allemagne, ne déséquilibrant pas son regime de retraite et de santé, vu qu ils ont fait porter le poid de la sante sur des mutuelles, donc via cotisations des travailleurs à un régime privé..... D'autre part vous oubliez qu'ils ont du "absorber la RDA", ils ont su modere les velleite de hause immo.... En France sous couvert d ameliorer la sante, le niveau de vie, le "bien etre" on a fait tout le contraire et du meme cout on a TOUT AGGRAVE

Chris  a répondu le 15/02/2012 à 16:27:

Je ne connais pas bien l'Allemagne mais ce qu'on m'en dit c'est que tout n'est pas concentré dans la même région comme à Paris/La Defense, l'augmentation des loyers est différente aussi je crois, bref difficile de comparer deux systèmes vraiment différents.

eh voilà  a écrit le 14/02/2012 à 13:20 :

faut arrêter d'avorter maintenant, tu gardes le gosse au lieu de la faire sauter comme chaque fois !

SAMY  a répondu le 14/02/2012 à 16:44:

Quelle valeur ajoutée cette remarque, hors-sujet et.....bref

les ravages des ddrogues  a répondu le 15/02/2012 à 12:32:

http://www.drogues-info-service.fr/spip.php?page=stru&id_stru=2378