Le taux du livret A "maintenu" à 0,75% au 1er février 2017 (Sapin)

 |   |  311  mots
L'exécutif a décidé d'introduire deux modifications techniques de la formule du taux du livret A.
L'exécutif a décidé d'introduire deux modifications techniques de la formule du taux du livret A. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le gouvernement vient de dévoiler le nouveau mode de calcul du taux du livret A. Le ministre assure qu'il sera "maintenu" à 0,75% au 1er février 2017.

Le gouvernement vient de dévoiler le nouveau mode de calcul du taux du livret A. L'exécutif a décidé d'introduire deux modifications techniques de la formule du taux de sorte à le rapprocher des taux observés sur les marchés financiers, particulièrement bas actuellement. Il s'agit notamment de :

  • Lisser les indices actuellement utilisés dans la formule pour les taux monétaires et l'inflation sur six mois, afin de prévenir toute variation brutale, à la hausse ou à la baisse, du taux du livret A ;

  • Suspendre la majoration par rapport à l'inflation lorsque celle-ci est sensiblement supérieure aux taux de marché.

Selon le ministre de l'Economie et des Finances, Michel Sapin, ce nouveau mode de calcul permet de "maintenir une rémunération attractive pour les épargnants, préserver la qualité du financement du logement social, rendre plus prévisible et lisser l'évolution du taux du livret A".

Le ministre assure également que le taux du livret A "ne baissera pas" et sera "maintenu" à 0,75% au 1er février 2017.

Eviter que la facture de l'Etat ne s'alourdisse

En juillet dernier, dans un environnement de taux d'intérêt durablement bas, le gouverneur de la Banque de France avait souhaité que la formule de calcul du taux du livret A soit modifiée, dans un objectif de stabilité.

Actuellement fixé à 0,75%, alors que le taux d'inflation avoisine 0,40%, le taux du livret A pèse sur les finances publiques, car sa rémunération est assurée par l'Etat. Dépendant des variations de l'inflation et des taux Euribor et Eonia, ce placement pourrait alourdir la facture de l'Etat si ces deux taux monétaires remontent, ce qui est vraisemblable à terme.

Avec cette mesure, le gouvernement espère aussi calmer Bruxelles qui souhaite que Paris abaisse le taux de ce placement considéré comme une niche fiscale par la Commission européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2016 à 10:24 :
Héhé, le gouvernement est bien obligé de continuer à rémunérer ces livrets sinon plus de fric pour les hlm et les cîtés relou!
Faudra les passer dans le privé et revendre.
Quoique avec les loyers demandés plus chers que dans le privé en province, ils ont une capacité d'autofinancement largement suffisante pour se passer de nos économies.
Et même payer des impôts (lol!)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :