Immobilier : les prix vont remonter !

 |   |  407  mots
Les prix de l'immobilier devraient baisser de 4% en 2014, avant de repartir à la hausse.
Les prix de l'immobilier devraient baisser de 4% en 2014, avant de repartir à la hausse. (Crédits : reuters.com)
L’agence de notation Standard & Poor’s prédit une hausse des prix de l’immobilier en France en 2015 et en 2016. La pénurie de logements et les taux bas vont soutenir le marché.

Alors qu'une baisse du coût de l'immobilier généralisée  se fait attendre en France, les prix devraient à l'inverse croître en 2015 (+1%) et en 2016 (+2%), selon l'agence de notation Standard & Poor's (S&P). Certes, en 2014, les prix devraient toutefois baisser de 4% selon S&P, mais les fondamentaux économiques du marché immobilier français devraient reprendre le dessus dès 2015 et soutenir les prix à la hausse, d'après l'agence de notation.

Le manque cruel de logements

Pour justifier ces propos, elle met en avant plusieurs caractéristiques du marché immobilier français. D'abord le manque structurel de logements. Ainsi en 2013, "les mises en chantier ont atteint leur plus bas niveau depuis l'an 2000 à 330.000 unités, soit une baisse de 20% par rapport à l'année précédente. Alors même que les chiffres de l'Insee indiquent que la demande potentielle de logements est légèrement inférieur à 400.000 par an", note S&P.
Ce déficit d'habitations en France se fait tout particulièrement sentir dans les grandes villes où se situent les principaux centres d'activités comme "Paris ou Aix-Marseille", relate S&P.  Dans ces endroits, on manque cruellement de foncier pour construire de nouveaux logements.

Les taux d'intérêt historiquement bas

Ensuite, S&P justifie une future hausse des prix par le niveau des taux d'intérêt brut historiquement bas, qui permet de tirer significativement le marché à la hausse. En effet, comme souvent, "les politiques monétaires très accommodantes des banques centrales soutiennent une reprise des prix de l'immobilier", explique S&P.

Du reste, les prévisions d'évolutions de prix pour les prochaines années dépendront étroitement du niveau des taux d'intérêt des crédits immobiliers. S'ils venait à croître fortement, le risque de baisse des prix des logements ne devrait pas être sous-estimé, indique S&P.

L'appétence pour la propriété immobilière

Enfin, en France, même si la croissance reprendra lentement et que le chômage baissera très légèrement, le marché immobilier restera soutenu par le fort attachement des français à la propriété immobilière. D'autant que seulement 57% des ménages en France sont propriétaires, contre 67% en moyenne sur le vieux continent, note S&P.
De quoi alimenter la demande de logements pour les années à venir, et par voie de conséquence de légères hausses de prix pour 2015 et 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2014 à 15:01 :
Je vous conseille cet article de Jean-Marc Buchalet, concernant un retour à la normal des prix :

Pourquoi la bulle immobilière va se dégonfler

L’envolée de l’immobilier en France ces dernières années s’explique par la solvabilisation des ménages des banques.

Avec 65 % de leur patrimoine investi dans l’immobilier, les Français peuvent être qualifiés de véritables amoureux de la pierre, bien plus que les Allemands (57 %) ou les Américains (27 %). On comprend pourquoi le fait d’évoquer une bulle dans ce secteur reste tabou.

Pourtant, les chiffres parlent d’eux-mêmes : la progression des prix atteint 7,3 % par an depuis 1965, 9,4 % par an entre 1998 et 2008 et même 15,2 % entre 2009 et 2011, engendrant au total une multiplication des prix par 26 en une cinquantaine d’années !

Un facteur structurel détermine le prix des logements : l’évolution du revenu disponible des ménages. Si on constate une parfaite corrélation entre le revenu et les prix de l’immobilier entre 1960 et la fin des années 1990, celle-ci se rompt brutalement à partir du début des années 2000.

Comment expliquer une telle envolée, avec une progression de plus de 87 % des prix par rapport au revenu des ménages depuis le point bas de 1998 ? Par la solvabilisation des ménages par les banques. Elle permet de comprendre la plus grande partie du mouvement. Les prêts immobiliers sont devenus un produit d’appel pour les établissements financiers, qui ont rogné considérablement leur marge pour attirer de nouveaux clients.

L’hyperliquidité générée par les banques centrales a provoqué une baisse massive des taux d’intérêt, qui s’est déversée sur l’immobilier partout dans le monde. L’allongement de la durée des prêts a redonné un pouvoir d’achat considérable à des couches supplémentaires de la population. Pour finir, les mesures procycliques des différents gouvernements, par le biais d’incitations fiscales, ont fait le reste.

Dans la hausse de 161 % des prix de l’immobilier en France depuis 1998 (278 % à Paris), la baisse des taux d’intérêt explique 42 % de la capacité supplémentaire d’emprunt, l’allongement de la durée des prêts, 45 % et la hausse du revenu des ménages, 35 % (soit, au total, 122 %). Le solde (39 %) correspond aux incitations fiscales mais surtout à la spéculation. Le revenu moyen d’un acquéreur en France est de 4.500 € (8.500 € à Paris), alors que la médiane des revenus est de 1.712 € (3.400 € pour les 10 % des revenus les plus élevés). On voit bien dans quelle impasse se trouve l’immobilier, car même les plus favorisés n’ont plus les moyens de devenir propriétaires.

Tous les facteurs qui ont conduit à cette hausse des prix sont maintenant derrière nous. De plus, la démographie va jouer défavorablement, avec le papy-boom. Si on confronte la cohorte d’acheteurs potentiels (les 20-59 ans) avec celle des vendeurs potentiels (les plus de 60 ans), on constate que le rapport de force s’inverse désormais brutalement dès 2005 : la variation du nombre de plus de 60 ans est en moyenne de 1 million supérieure à celle des 20-59 ans tous les cinq ans durant les 25 prochaines années, ce qui provoquera une pression très forte sur les prix.

En conséquence, quand bien même la correction devrait être moins brutale qu’aux Etats-Unis du fait de la forte solvabilité des ménages français, cela ne jouera pas sur son ampleur mais sur la durée de la consolidation. Un simple retour à la moyenne du ratio prix sur revenu signifierait une chute des prix d’environ 35 % (soit 4,2 % par an pendant dix ans) avec une hypothèse de progression des revenus raisonnable de 1 % par an.

Jean-Marc Buchalet, PDG de Pythagore Consult et auteur de « Immobilier, comment la bulle va se dégonfler », avec Christophe Prat, éditions Eyrolles.
a écrit le 05/08/2014 à 22:58 :
...entraîne la hausse avec une sur-enchère permises par des PV immobilières, la baisse entraînera la baisse... Une belle pyramide de Ponzi avec une dimension géographique : Il ne faut pas être le dernier à acheter un deux pièces sur 25 ans en centre ville en espérant le vendre pour acheter une maison plus loin...
a écrit le 02/08/2014 à 10:18 :
Les impots sur l'immobilier en France sont nuls: en effet il creent de fait une immense niche fiscale. Il faut les remettre a plat en les fixant tout simplement a environ 1 a 2 % de la valeur du marche en impot. Et supprimer les autre taxes genre droits de mutation, taxe fonciere et taxe d'habitation.
a écrit le 30/07/2014 à 14:41 :
C EST L OFFRE ET LA DEMANDE QUI FIXE LE PRIX.....ET LA CRISE !!!
Réponse de le 30/07/2014 à 14:48 :
Précision : l'offre et la demande SOLVABLE.
Réponse de le 31/07/2014 à 8:10 :
prenons un exemple: une maison à 1 million d'euros : je la demande, mais ne peux pas la financer...
Réponse de le 31/07/2014 à 9:57 :
Autre exemple classique. Prenons une baguette de pain et 3 clochards. Selon la théorie de l'offre et de la demande, la limite du prix de la baguette tend vers l'infini.
Réponse de le 04/08/2014 à 8:06 :
Ne vous inquiétez pas de la solvabilité des ménages avec plusieurs milliers de milliards d'euros placés sur les livrets d'assurance vie des français. Les frenchies sont les champions de l'épargne, et ce n'est pas l'argent qui manque...
a écrit le 30/07/2014 à 14:28 :
c est sur qu avec des revenus en baisse, des impots en hausse (tout comme le chomage) je vois bien les prix remonter. La bulle a coup de credits, c est fini et l etat n a plus d argent pour subventionner l immobilier via PTZ ou scellier!
Cerise sur le gateau, on va bientot arriver a l Alzheimer boom (qui suit le papy boom). ET comment pepe va financer sa maison medicalisee ? tondre les actifs ne va pas suffir et il va bien falloir vendre ma villa ! -> plus de vendeurs, moins d acheteurs solvables (les jeunes sont rinces) -> chute des prix inevitable (ce qui est d ailleurs une bonne chgose pour l economie francaise: moins d argent dans le parpaing = plus investi ailleurs)
Réponse de le 30/07/2014 à 15:52 :
Tout dépend où :), Les vieux sont majoritairement en province hors des grandes villes génératrice d'emploi et donc très demandé par les jeunes/population active.
Du coup plus de vieux -> plus de maisons vendus en province -> chute des prix en province -> plus tard vieux dead -> un peu d'argent pour les jeunes via l'héritage -> argent investi dans les lieux demandés par les jeunes -> plus de ventes dans les grande villes
Réponse de le 31/07/2014 à 11:44 :
Sauf, que sans solvable, pas du tout d'argent à heriter, mais juste des maisons en province a entretenir, donc toujours pas d'argent ...
a écrit le 30/07/2014 à 12:10 :
les prévisions d'évolutions de prix pour les prochaines années dépendront étroitement du niveau des taux d'intérêt des crédits immobiliers. S'ils venait à croître fortement, le risque de baisse des prix des logements ne devrait pas être sous-estimé, indique S&P.
a écrit le 30/07/2014 à 10:39 :
merci a tous ces spécialistes qui écrivent et parlent "Comme des livres ouverts" c'st a dire pour rien dire ou plutôt ce qui va dans le sens de leurs intérêts financiers...
Jamais capables de prévoir plus que moi ce qui va se passer en économie mais ils savent eux!!!! Pauvre France!!!
a écrit le 30/07/2014 à 10:10 :
fumisterie que l'argument du manque de logement en France alors qu'il y a plus de 2 400 000 logements vacants...
A Paris le taux de vacances est de pres de 30% dans les plus beaux quartiers...
La France a d'abord et avant tout un manque de logement...abordables !!
a écrit le 30/07/2014 à 9:44 :
Il existe une différence importante entre les agences de notation qui vivent dans leur tour d'ivoire, et la réalité des gens qui peinent à acheter un logement. Certes les français aiment être propriétaires, mais cela devient de plus en plus dur d'acheter, même pour les classes moyennes-supérieures. La faute au prix de l'immobilier qui ne baisse pas suffisamment, et qui rend encore les logements inabordables pour la plupart des foyers, surtout quand il n'y a qu'un seul salaire stable (CDI). Pour les CDD, point de salut !

Pour permettre aux foyers d'acheter, il faudrait donc au contraire que les prix baissent, ce qui sous-entend que les vendeurs devraient arrêter de prendre leurs masures pour des châteaux, et acceptent de revenir à des valeurs plus réalistes (à Toulouse, le moindre taudis - et je pèse mes mots - se négocie à 350 000 Euros. C'est inadmissible !). Les prix sont devenus fous, et tout le monde en pâtit.
a écrit le 30/07/2014 à 4:02 :
Les prix remonteront quand les poules auront des dents, avec le papy boom et le chomage de masse, c'est dans cinquante ans.
a écrit le 29/07/2014 à 17:42 :
Bon, suis déçu, LOL ne rit plus et boude probablement. On est pas de la même caste, je ne vois que ça. C'est dommage, j'aurais bien aimé un avis technique sur la fabrication des casseroles. Adieu.
Amicalement (toujours).
a écrit le 29/07/2014 à 16:37 :
on se dirige tout droit vers la taxe sur les logements dont le pret a été remboursé,ou dont l'achat a été réglé cash.sinon l'inadéquation entre offre et demande fera chuter le marché.tous ont a y gagner,les propriétaires qui préservent la valeur de leur bien et les accédants qui profiteront de cette manne
Réponse de le 30/07/2014 à 10:43 :
Tous ont à y gagner...surtout les élus PS pour combler le trou de la dette qui se creuse... Mes parents ont travaillé toute leur vie, du lundi au samedi et même souvent le dimanche. Ils ont payé leurs impots sur le revenu comme des bons français. Ils ont acheté une maison en copropriété avec leurs enfants, grâce à des plans épargne logement. Et ils devraient à présent payer une taxe sur leur maison avec le peu de retraite qu'ils ont, sous prétexte qu'ils ont fini de rembourser leur emprunt ???!!! On est loin du cliché du Sale Riche ! Les élus PS ne savent plus quoi inventer, ils jouent aux apprentis sorcier... Nous allons droit dans le mur de la faillite générale!
Réponse de le 30/07/2014 à 12:13 :
Sea, élu ps c'était de l'humour. :-)
Il n' est certainement pas élu ps. C'est de la dérision.
:-)
a écrit le 29/07/2014 à 15:59 :
Les faits rien que les faits !
a écrit le 29/07/2014 à 15:41 :
On nous rebat depuis trois ans les mêmes arguments ! La pénurie de logements... pfff! n'importe quoi ! Encore faut-il que la demande soit solvable, ce qui n'est pas du tout le cas, vu le prix des logements. La baisse des frais de notaire sera certainement plus efficace.
a écrit le 29/07/2014 à 15:32 :
"Seule lueur d’espoir, l’agence d’évaluation financière Moody’s a relevé vendredi la note de la dette du Portugal à «Ba1», la plaçant à un cran de la catégorie investissement, label très recherché que le pays avait perdu en 2011. »
Eh oui, car c’est là que réside la principale information de cet article de Libé, les agences de notation ont décidé d’augmenter d’un cran la note du Portugal alors que le Portugal vient juste de perdre sa plus grosse banque et au moins le tiers de sa capacité de financement des entreprises !!" Espirito Santo la magnifique qui dit que la vérité.
Pas besoin de citer la source, c'est de notoriété publique ! M'enfin, Contrarien Matin (comme le bon café du matin). Un commentaire sur les agences de notation ?
Amicalement.
a écrit le 29/07/2014 à 14:53 :
Personne (et encore moins les agences de notation) ne peuvent prédire les prix de l'immobilier en France. C'est un casse-tête insoluble qui ne répond à aucune données objectives. Si l'on d'en réfère aux seuls indicateurs économiques, celui-ci aurait dû littéralement s'effondrer à la suite de la crise et de la fin des aides d'état. Hors, les transactions se sont maintenues et les prix n'ont que très légèrement reflué. Certes les taux d'intérêts au plus bas et me manque de logements en zones tendues ont participé à compenser la baisse de pouvoir d'achat. Mais le principal facteur est irrationnel et donc impossible à intégrer dans un modèle mathématique: l'attrait viscéral des français pour la pierre.
Réponse de le 30/07/2014 à 12:18 :
Les transactions se sont effondrée ces dernières années, on peut donc envisager une baisse des prix qui continue.
le cgedd (conseil général de l'environnement et du développement durable édite un historique des prix et du nombre de transactions. Je vous le conseille. C'est très instructif.
Les prix actuels sont surévalués de 20 à 50% en fonction des régions.
a écrit le 29/07/2014 à 14:10 :
Contrairement aux dires des "spécialistes" blogueurs en tout genres accros à ce site, l'immobilier s'est stabilisé depuis plusieurs années autour de 700 000 transactions par an dans l'ancien (chiffres notariaux). L'immobilier ne s'est jamais effondré et les prix encore moins, même si l'on et sur une légère tendance baissière, le crach annoncé de ci et de la depuis 10 ans chaque année n'a pas eu lieu. Ce coup ci promis, c'est pour cette année... Ou pas!
Réponse de le 10/08/2014 à 10:30 :
En effet pas de crash, mais la maison de mon voisin estimée il y a 2 ans 900 000, va se vendre 650 000 euros.
a écrit le 29/07/2014 à 13:29 :
@LOL : il n'y a pas que les chiffres sur un graphique qui permettent de prévoir une crise, il y a aussi l'intuition, le jugement par le bon sens et la logique loin des influences diverses, en effet je n'ai pas eu de réticences à prédire la crise car je n’étais soumis à aucune pression ni obligation contrairement à des agents de notations. De plus ces agences sont soupçonnées d’obéir à des intérêts financiers obscurs qui compromettent donc leur indépendance et la fiabilités de leurs prévisions, mais ce qui est le plus frustrant pour ces organismes et pour certains professionnels qui postent ici, c'est qu'un petit profane en économie avec des moyens microscopique puisses prévoir un tsunami financier et que tellement il en est persuadé qu'il en crée un forum ! c'est très frustrant pour des analystes economiques au portefeuille bien garni d’être passé à coté de l'histoire et d’être désavoués par un pauvre petit smicard comme moi !
Réponse de le 29/07/2014 à 14:31 :
Oui on sait vous avez tout prévu tant mieux pour vous on est content.
Bonne journée !
a écrit le 29/07/2014 à 13:06 :
Super! Si les autres augmentent, moi je vais pouvoir vendre mon taudis à la valeur actuelle!
a écrit le 29/07/2014 à 13:06 :
La bonne blague! Avec le chomage qui n'arrete pas d'augmenter et les salaires qui baissent. C'est vrai, les gens vont pourvoir payer plus.
a écrit le 29/07/2014 à 12:57 :
En effet, plutôt que d"appeler le shadow banking qui donne une mauvaise connotation à la finance de l'ombre, je propose : Le Casper marché ! C'est un fantôme plus sympa.
Réponse de le 29/07/2014 à 14:32 :
lol
a écrit le 29/07/2014 à 12:40 :
L' immobilier va remonter a bon . .et comment les gens vont payer ? Chômage en hausse, croissance nulle, futur incertain. Les prévisions de S&P s'apparente aux visions de Mme Irma..le passé le prouve.
a écrit le 29/07/2014 à 12:39 :
Au fait, ceci : "je le ferai volontiers avec des gens prêts à échanger avec des vrais arguments et pas avec des banalités". Le retour des castes ? Donc si moi neuneu toi pas parler à moi ? lol
Toujours Amicalement.
a écrit le 29/07/2014 à 12:25 :
Mes excuses très cher de vous avoir tutoyé. Il est évident que vous maitrisez bien mieux que moi le sujet, ce qui ne m'empêche pas de me faire une petite idée. Je répondais à votre post que j'estime condescendant vis à vis de lusitan75 mais soit. Les comiques tentent de s'informer et s'ils le font, ils progressent.
Concernant, le shadow, j'ai la même source que vous, wikipédia. J'invite les personnes qui me liront d'aller voir la définition, on ne peut pas dire que tout soit clair comme de l'eau de roche, bien au contraire. C'est un marché opaque. Peu de personnes connaissent (vous compris) et ça veut tout dire. Pourquoi ? Couvrez ce sein que je ne saurais voir !
Je rejoins Lusitanos pour sa critique des agences. Payées par ceux qu'elle doit noter. Mascarade.
Concernant mes sources, P.Béchade entres autres, je cite (upside les éconoclastes) : "Les marchés n’ont plus pour but de fixer la « juste valeur » d’un actif mais d’orchestrer une hausse perpétuelle des prix (de « l’upside, toujours plus d’upside ») totalement absurde qui permet à quelques manipulateurs de cours (et d’opinion) de maximiser des stratégies de trading sur les produits dérivés, lesquels représentent désormais un encours de 750.000 milliards de $, un montant dix fois supérieur au PIB planétaire. Le résultat de ce processus est édifiant aux Etats-Unis : Wall Street est devenu une Bourse sans épargnants, où les 1% des plus riches détiennent 82% des actions (et les 0,1% d’ultra riches près de 50% de la totalité des actifs cotés) . A contrario, 90% d’Américains les plus pauvres ne détiennent plus que 10% des actions contre 40% au milieu des années 80 et 25% en 2007: un écrémage d’une ampleur historique !". Le marché est il encore connecté avec la réalité ?
Je préfère suivre le discours de certains que d'autres béni oui oui qui n'ont pas vu venir la crise de 2007 et qui nous disent que tout va bien Madame la marquise !!!
Par contre, j'aimerais votre avis sur la Fed (déclaration de Greenspan) et l'encourt des dérivés (surtout ces 2 !). Ou le discours récent du patron de la BRI sur la situation économique mondiale. Ou l'idée de "reset" de Christine, Chypre, emprunts toxiques, Libor, Euribor, Or, Devises, blanchiment de la drogue, évasion fiscale... Rappelez moi aussi le nombre de casseroles des banques, je ne m'en souviens plus.
Amicalement (suis sincère, pas encore un ours).
Réponse de le 29/07/2014 à 14:30 :
Mais en fait vous voulez que LOL vous donne un cours de finance c'est ca ? Dans son précédent message, il vous a résumé les fondements du shadow banking et comme il a dit ce n'est pas un sujet très évident.
Continuez à vous obstinez dans vos délires, à ne pas écouter les réponses à vos propres interrogations ! Il faudrait être fou pour vous répondre !
Réponse de le 29/07/2014 à 15:06 :
"And the winner is...?" Fou ?! Délires ?! Une seule réponse me vient à l'esprit : Les faits rien que les faits. Suis trop con pour comprendre autre chose que des faits, pas besoin d'être spécialiste, juste réaliste et informé. Mais Karitas, mon psy, pourrait entrer dans le débat ? Comme dit LOL : "une autre contribution pertinente à apporter ?". Perso, suis pas sectaire, défoules toi.
Réponse de le 29/07/2014 à 15:56 :
Bon, comme je suis quelqu'un de sympa et peu susceptible, je ne vous dirais rien sur le fait de me traiter de fou ou délirant. Tout comme le fait que vous fassiez des fautes d'orthographe, non, suis sympa, j'accepte la différence. J'en fait aussi et des belles ! Autre chose ?
a écrit le 29/07/2014 à 12:16 :
S&P c'est bien la même agence de notation qui donnait AAA à Lehman Brothers la veille de sa faillite?! C'est la même agence qui n'avait pas vu venir la crise des subprimes?! Ils font vraiment des prévisions? Non, je pense que c'est pour rigoler. D'ailleurs ils sont assez marrants.
a écrit le 29/07/2014 à 11:41 :
Le mot remonter ne me semble pas approprié. Je dirai les ventes vont reprendre pour les bien a un prix conséquent. Les gens aisés n'ont pas disparu, ils sont certes moins nombreux mais plus riches . Mais les mauvais logements dont les prix baissent pour trouver acheteur devront continuer a rejoindre par le bas leur exacte valeur.
a écrit le 29/07/2014 à 11:41 :
Quand on voit les prix pratiqués en Allemagne en locatif et vente ( qui sont vraiment surprenants même dans la très chic Baden-Baden ), on comprend rapidement que même avec des salaires moins élevés les entreprises allemande peuvent garantir un pouvoir d'achat supérieur à leurs salariés.
Réponse de le 29/07/2014 à 15:29 :
merci .... exactement !!!
a écrit le 29/07/2014 à 11:03 :
Il n'y avait pas de pénurie avant 1998 ?
a écrit le 29/07/2014 à 10:30 :
En réponse à "@ LOL le comique":

Premièrement, on se connaît pour que tu me tuttoies ?

Deuxièmement, je rigole à propos de tous les comiques qui parlent de choses qu'ils ne maîtrisent absolument pas:
1) Comme l'a très bien rappelé venturi53, le rôle d'une agence n'est pas de "prévoir", S&P n'est pas un enchanteur à ce que je sache.
2) C'est la raison pour laquelle cela ne sert à rien de critiquer leur boulot pour ton seul plaisir.
3) A propopos des notations que les commentateurs en herbe de S&P critiquent, je vous invite à jetter un coup d'oeil aux notes techniques de S&P/Fitch ou autres: c'est un peu plus long et plus complexe que "la finance c'est une méchante" !

Enfin, je ne vais pas m'attarder à débattre longuement sur les points que tu cites: je le ferai volontiers avec des gens prêts à échanger avec des vrais arguments et pas avec des banalités médiatiques qu'ils ont trouvé sur je ne sais quel site (à ce propos, quand on avance des chiffres, on cite ses sources et on émet un avis criitique sur celles-ci: la vision des données ne sera pas la même selon qu'elles proviennent du NPA ou du Wall Street Journal).
Mais rapidement:
1) Le "shadow banking" (ou finance de l'ombre pour les francophones comme moi) est un terme qui plaît beaucoup car il correspond bien à la vision médiatique de la "méchante finance". Elle désigne tout simplement la partie de la finance qui n'est pas traitée sur des marchés dits "standardisés" (contrats types, chambre de compensation...) mais de gré à gré: elle s'est développé non pas pour de mauvaises intentions contrairtement à ce que le terme voudrait faire croire mais plutôt pour construire des produits sur-mesure. L'un des marchés de gré à gré le plus connu n'est autre que le Forex (marché des changes) où le volume des transactions est d'environ 3000 milliards de dollars par JOUR en 2007 (source neutre: wikipédia); à titre de comparaison le PIB (annuel) de la France est d'environ 2000 milliards d'€ !
2) Dernier point après j'arrête là car débattre sur ce genre de sujet ne se résume pas en quelques lignes:
"1% des épargnants détiennent 82%" des actions" : encore une fois merci de citer tes sources mais admettons la véracité de ces chiffres. Qui crois-tu que sont ces "épargnants" ? Ce sont en grande partie des institutionnels, des fonds de pensions et fonds d'investissement. Et d'où provient l'argent qu'ils placent ? De toi cher ami ! Eh oui, mettez-vous bien ca dans la tete : les seuls responsables, c'est nous ! Difficile à admettre n'est-ce pas ! Parce que quand tu vas voir ton banquier pour faire fructifier tes petites économies, tu veux comme toute personne ici présente que ca rapporte hein ! Tu cherches sur Internet les meilleurs offres, tu fouines sur les comparateurs pour trouver les plus avantageuses et que les produis du type "livret à 0.0000001%/an" t'en veux pas: et bien voilà tout est dit cher ami: tu nourris les "requins de la finance" en leur fournissant de quoi s'amuser. Il ne faut pas venir se plaindre ensuite.

Ce qui est navrant, c'est que l'article parle de l'immobilier et que, on se demande pourquoi, certains y ont vu l'esprit maléfique de la finance !
Trop marrant LOL !!
Réponse de le 29/07/2014 à 10:40 :
Bonjour,

Merci pour vos éclaircissements sur le shadow banking: j'en avais entendu parler mais je ne savais pas ce que cela recouvrait. Même si je ne suis pas forcément en totale adéquation avec vos idées, je suis entièrement d'accord avec ce que vous dites: je dois reconnaitre que les forums sur la finance se résument à en insulter ses acteurs: c'est triste pour un grand journal comme la tribune car je suis sûre qu'il pourrait y avoir des débats intéressants !
Réponse de le 29/07/2014 à 10:49 :
@LOL
Votre première phrase est la bienvenue: des internautes se perrmettent de tutoyer tout le monde alors qu'ils ne connaissent personne ! On n'est pas sur un forum d'ados donc un peu de sérieux quand mm
Réponse de le 29/07/2014 à 12:44 :
Ou sont les insultes ? Un peu de tension certes mais plutôt bénéfique.
a écrit le 29/07/2014 à 10:19 :
LOOL
a écrit le 29/07/2014 à 10:09 :
revoilà la théorie de la pénurie ....
donc ça commence à baisser depuis quelques années (même à la capitale !), et ce malgré des taux bas et une pénurie
et là abracadabra, en 2015 avec les mêmes conditions, ça remonterait !

alleluia
a écrit le 29/07/2014 à 9:47 :
Monsieur le journaliste! Le verbe prédire parait totalement inapproprié; imaginé un seul instant une agence de notation PREDISANT la chute de note d'un Etat : ce serait une levée de boucliers, un scandale. Mieux vaut utiliser le verbe PREVOIR
Réponse de le 29/07/2014 à 10:41 :
+1
a écrit le 29/07/2014 à 9:23 :
Oh oui! Il faut acheter de suite!
Quelle rigolade!
a écrit le 29/07/2014 à 9:05 :
Tu te moques de qui ? Un peu moins de condescendance avec les ignares je te prie. Pas besoin d'avoir fait St Cyr ou mat sup pour se rendre compte que la mauvaise finance a pris le pas sur la bonne, elle ne sert plus les intérêts des peuples mais ses propres intérêts. Pourrais tu me donner ton avis sur ces 4 faits ? Shadow banking, 710 000 milliards $ exposition aux produits dérivés des banques mondiales, 1% des épargnants détiennent 82% des actions à Wall street ou la FED non publique mais privée. Merci.
Réponse de le 29/07/2014 à 10:29 :
Premièrement, on se connaît pour que tu me tuttoies ?

Deuxièmement, je rigole à propos de tous les comiques qui parlent de choses qu'ils ne maîtrisent absolument pas:
1) Comme l'a très bien rappelé venturi53, le rôle d'une agence n'est pas de "prévoir", S&P n'est pas un enchanteur à ce que je sache.
2) C'est la raison pour laquelle cela ne sert à rien de critiquer leur boulot pour ton seul plaisir.
3) A propopos des notations que les commentateurs en herbe de S&P critiquent, je vous invite à jetter un coup d'oeil aux notes techniques de S&P/Fitch ou autres: c'est un peu plus long et plus complexe que "la finance c'est une méchante" !

Enfin, je ne vais pas m'attarder à débattre longuement sur les points que tu cites: je le ferai volontiers avec des gens prêts à échanger avec des vrais arguments et pas avec des banalités médiatiques qu'ils ont trouvé sur je ne sais quel site (à ce propos, quand on avance des chiffres, on cite ses sources et on émet un avis criitique sur celles-ci: la vision des données ne sera pas la même selon qu'elles proviennent du NPA ou du Wall Street Journal).
Mais rapidement:
1) Le "shadow banking" (ou finance de l'ombre pour les francophones comme moi) est un terme qui plaît beaucoup car il correspond bien à la vision médiatique de la "méchante finance". Elle désigne tout simplement la partie de la finance qui n'est pas traitée sur des marchés dits "standardisés" (contrats types, chambre de compensation...) mais de gré à gré: elle s'est développé non pas pour de mauvaises intentions contrairtement à ce que le terme voudrait faire croire mais plutôt pour construire des produits sur-mesure. L'un des marchés de gré à gré le plus connu n'est autre que le Forex (marché des changes) où le volume des transactions est d'environ 3000 milliards de dollars par JOUR en 2007 (source neutre: wikipédia); à titre de comparaison le PIB (annuel) de la France est d'environ 2000 milliards d'€ !
2) Dernier point après j'arrête là car débattre sur ce genre de sujet ne se résume pas en quelques lignes:
"1% des épargnants détiennent 82%" des actions" : encore une fois merci de citer tes sources mais admettons la véracité de ces chiffres. Qui crois-tu que sont ces "épargnants" ? Ce sont en grande partie des institutionnels, des fonds de pensions et fonds d'investissement. Et d'où provient l'argent qu'ils placent ? De toi cher ami ! Eh oui, mettez-vous bien ca dans la tete : les seuls responsables, c'est nous ! Difficile à admettre n'est-ce pas ! Parce que quand tu vas voir ton banquier pour faire fructifier tes petites économies, tu veux comme toute personne ici présente que ca rapporte hein ! Tu cherches sur Internet les meilleurs offres, tu fouines sur les comparateurs pour trouver les plus avantageuses et que les produis du type "livret à 0.0000001%/an" t'en veux pas: et bien voilà tout est dit cher ami: tu nourris les "requins de la finance" en leur fournissant de quoi s'amuser. Il ne faut pas venir se plaindre ensuite.

Ce qui est navrant, c'est que l'article parle de l'immobilier et que, on se demande pourquoi, certains y ont vu l'esprit maléfique de la finance !
Trop marrant LOL !!
Réponse de le 30/07/2014 à 3:51 :
LOL vous dites: “les seuls responsables, c'est nous » , « Parce que quand tu vas voir ton banquier pour faire fructifier tes petites économies, tu veux comme toute personne ici présente que ca rapporte hein!”
La petite correction ici c’est que plusieurs institutions financières ont par le passé et continuent encore aujourd’hui à faire des placements en bourse avec l’argent des épargnants sans leurs consentements. Je ne sais pas si vous connaissez le scandale bernard madoff, combien sont ces épargnants qui ont perdu leurs épargnes dans ce scandale ? Et qui n’étaient nullement informé du fait que leurs épargnes domicilies pour beaucoup dans les banques Françaises en France étaient non seulement sur des marches spéculatifs, mais aussi sur loin de la France.
Moralité, les épargnants ont tout perdu, et le seul et unique responsable est bernard madoff. On va nous faire croire qu’un seul homme a dérobé des milliards de dollars pendant des des annees sans que personne ne s’en aperçoive? Ni même la police (SEC : Security exchange Commission) des marches financiers américaine qui scrute les transactions financières ?
Comme quoi ce n’est pas toujours nous les responsables mon cher, mais bien aussi les banques en connivence avec certains gouvernements.
a écrit le 29/07/2014 à 8:42 :
Si j'avais un logement non occupé, pourqui e vendrais-je en ce moment?
Je me retrouverais avec du cash à investir, et, dans le cas où notre connaissance des produits financiers est limitée, dans quoi investirais-je?
Les produits d'épargne, qui rapporte déja moins que l'inflation, sont taxés donc aucun intérêt.
a écrit le 29/07/2014 à 8:05 :
S&P ..payé par leurs clients...manque de logement peut etre manque de locataires solvables sur.....
a écrit le 29/07/2014 à 7:09 :
S&P, ceux qui notaient triple A les subprime jusqu'à la veille de leur effondrement ? Soyons sérieux ...
Réponse de le 29/07/2014 à 7:42 :
Oui la finance ne sert à rien c'est ca....
Une autre contribution pertinente à apporter ?
Réponse de le 29/07/2014 à 7:55 :
Je vois que la finance n'a pas l'air d'être votre truc. Pour votre info, le fait qu'une entreprise soit notée triple AAA ne signifie absolument pas qu'elle ne tombera jamais en défaut: je vous invite à consulter des articles liés aux "matrices de transition"; c'est certes un peu mathématiques mais ca évitera de dire des sottises.

Le problème avec la finance c'est que la plupart des gens qui en causent n'ont même pas pris la peine de s'y intéresser un peu !
Réponse de le 29/07/2014 à 9:04 :
Tu te moques de qui ? Un peu moins de condescendance avec les ignares je te prie. Pas besoin d'avoir fait St Cyr ou mat sup pour se rendre compte que la mauvaise finance a pris le pas sur la bonne, elle ne sert plus les intérêts des peuples mais ses propres intérêts. Pourrais tu me donner ton avis sur ces 4 faits ? Shadow banking, 710 000 milliards $ exposition aux produits dérivés des banques mondiales, 1% des épargnants détiennent 82% des actions à Wall street ou la FED non publique mais privée. Merci.
Réponse de le 29/07/2014 à 10:32 :
Eh" le moqueur outragé", dis-moi ca t'arrive d'écrire le même message avec plusieurs pseudos ?
T'es trop marrant toi
a écrit le 29/07/2014 à 6:46 :
Encore un organisme déconnecté de la réalité....!!!!
Sur le languedoc roussillon cela construit mais les clients se font attendre il y a pas de boulot avec quoi on paye le loyer!!!!
Les banques ne prêtent que si votre famille se porte caution sur trois génération....éviter de comparer paris au reste de la france venez sur le littoral ou dans l arrière pays et vous verrez le nombre de panneaux a vendre ou a louer pour les boutiques, meme une ville comme nimes voit sont centre ville touche par la fermeture de boutique....
Et puis pour Marseille c'est une catastrophe si vous êtes pas dans la CGT ou dealers c est mort.....
Analyse nul nul nul.....sortez du château du 16 eme la vie est un peu moins Romanesque........
Réponse de le 29/07/2014 à 7:59 :
Vous êtes en train de nous sortir toutes les banalités médiatiques de ces derniers mois.
Évitez de tout généraliser SVP
Réponse de le 29/07/2014 à 10:35 :
+1 GH-29 :)
a écrit le 29/07/2014 à 3:22 :
Sur les historiques qui se basent sur le lien entre prix du logement et revenu disponible, on attendrait entre 20 et 30% de surévaluation des prix pour les logements en France. On a même vu depuis 2 ans des analystes internationaux estimant que la France avait le marché immobilier le plus surévalué au monde, oui, au monde, étant presque au même niveau que les américains au temps des subprimes.
Réponse de le 29/07/2014 à 16:27 :
Si on se base sur le prix de la salade et du revenu disponible,elle est surévaluée de 200% comme tous les légumes et fruits.Idem pour le diament et l'or qui eux ne se mangent pas et ne servent à rien et sont surévalués de 1000% par rapport au revenu disponible
a écrit le 29/07/2014 à 0:35 :
À titre personnel, je pense que les prix des logements sont aujourd'hui surévalués en France. Sans parler de Paris, se loger dans les grandes villes devient problématique avec un revenu moyen et je ne vois plus de marge de manœuvre dans un pays à l'économie morose, avec une courbe du chômage loin de s'inverser et des taux d'intérêt bas (je ne parle pas seulement des taux d'intérêt des prêts immobiliers mais aussi de l'OAT par exemple sur lequel sont indexés les prêts et qui est à mon sens anormalement décorellé du dérapage de nos finances publiques...). Quand à l'argument des logements vides, la flambée des prix de l'immobilier traduit à mon sens une absence de vendeurs et non une trop faible quantité de logements, ce qui à mes yeux est une différence de taille... En bourse, les prix fluctuent mais le nombre d'action en circulation, lui, ne bouge pourtant pas... Il n'y a qu'à regarder le nombre de logements vides (centres-villes des villes moyennes se désurbanisant au profit des lotissements, nombre de résidences secondaire, phénomène de location à la semaine voire à la nuitée -style AirBnB- à Paris (seule location encore rentable et produisant un effet de spéculation). Je ne doute pas que les vendeurs sauront se réveiller lorsque la tendance deviendra franchement baissière et que les esprits comprendront que les arbres ne montent pas au ciel... Et nous aurons moultes économistes comme en 2008 pour nous expliquer que tout cela est logique alors qu'ils n'avaient rien prévu...
a écrit le 28/07/2014 à 22:55 :
S&P n'est plus à une conn*** près ! De toute façon quand ils annoncent que les prix baissent elles montent ou ne baissent pas ! Alors quand ils annoncent que les prix vont monter...
Réponse de le 29/07/2014 à 7:51 :
Et quelle a été leur connerie (eh oui il fait assumer son vocabulaire !) ?
Réponse de le 29/07/2014 à 16:30 :
Mettre un triple A à Lehmann un jour avant sa faillite.
a écrit le 28/07/2014 à 20:04 :
Les taux on peut être baissé; mais les durées des crédit elle ne l'on pas fait... Les prix des logements deviennent vraiment cher. Perso, j'ai prévu de changer de travail en cas de mutation... Ca me coutera moins cher!
Réponse de le 29/07/2014 à 6:02 :
Vous aurez bien de la chance de pouvoir changer de travail plus facilement que de changer de logement suite à mutation... en revanche si votre prévision est fausse vous serez chômeur incapable de payer vos charges.
a écrit le 28/07/2014 à 19:59 :
On pourrait aussi se passer de la soit-disant expertise de cette agence qui sert à brasser de l'air on ne s'en porterai que mieux !
Réponse de le 29/07/2014 à 7:56 :
Et vous à quoi servez-vous ?
Réponse de le 29/07/2014 à 16:32 :
a la même chose que toi .
a écrit le 28/07/2014 à 19:56 :
L'agence Standard & Poor’s a montré par le passé qu'elle se trompait très souvent. .Le chômage continue de monter, les prix sont extrêmement hauts et la croissance n'est pas là. .Il faudrait peut être ouvrir les yeux.
Réponse de le 28/07/2014 à 20:22 :
@alain: et 6 ans que le plombier augmente ses prix ..Si vous connaissez un plombier qui va baisser ses prix merci de nous le signaler
Réponse de le 29/07/2014 à 7:53 :
le plombier augmente ses prix tout comme ses charges augmentent vous semblez avoir du mal à comprendre l'économie....
Réponse de le 29/07/2014 à 9:06 :
@@malcomprenant : he bien si mon plombier augmente ses prix le prix du neuf ne baissera pas ..Hein mr l expert en économie?
Réponse de le 29/07/2014 à 10:23 :
Beaucoup de facteurs peuvent ou pourraient faire baisser le prix du neuf : la diminution des crédits/réductions d'impôts accordés aux investisseurs, une moindre pression sur le foncier (incitation à vendre les terrains constructibles, lutte contre la rétention, simplification de la délivrance du permis de construire, etc), un allégement des normes de construction, une baisse du coût des matières premières (j'ai entendu dire qu'en France on avait le chic pour les payer plus cher que nos voisins, si quelqu'un peut confirmer...)... Tout ça pour montrer que certes le plombier, le maçon et l'électricien peuvent augmenter leurs tarifs parce que leurs charges augmentent, mais qu'il y a d'autres importantes sources de coûts susceptibles de baisser.
Réponse de le 29/07/2014 à 19:17 :
Notez que la construction de maisons individuelles s effondre et je peux vous dire que la raison principale est le cout de la construction ; personnellement j ai fait strictement même devis pour une maison construite en 1998 et même constat que terrain à batir : les prix ont doublé et il faut aujourd hui compter pas moins de 150 000e pour une maison PAD de 90 m2 ( prête à decorer) . Pour les terrains à batir , qui baissent en province ,vouloir punir via les PV pour inciter les proprios à vendre est stupide , cela provoque l effet inverse et on y reviendra
Réponse de le 29/07/2014 à 22:36 :
Ben : supprimez les avantages fiscaux pour les investisseurs et plus d'investisseur. Qui va financer les logements que la plupart ne peuvent acheter? Le gouvernement ?
Réponse de le 30/07/2014 à 11:26 :
La question que vous posez Tristan est "Peut-on construire sans défiscalisation ?". Je suis persuadé que oui. Croyez-vous naïvement que les promoteurs, philanthropes devant l'Eternel, n'intègrent pas dans leurs abaques la solvabilisation des acheteurs via les différentes mesures gouvernementales (du PTZ aux lois de défiscalisation) ? Sont-ce les seuls coûts de construction et du foncier qui justifient qu'un programme neuf sorte à 12000 FRF du m² en 2000 et 7000 à 8000 EUR du m² quasiment au même endroit ? Les vrais investisseurs veulent du rendement, pas une défiscalisation, et le rendement reviendra seulement lorque les prix auront retrouvé une meilleure corrélation avec les loyers espérés. Et je pense qu'ils y reviendront, comme lors des précédents cycles.
Réponse de le 30/07/2014 à 13:19 :
Vous avez totalement raison !! Les dispositifs type scellier/duflot sont des pieges pour les investisseurs qui vont payer plus cher des programmes à des promoteurs . Beaucoup comme moi se moquent de ce type d investissement qui figent leur capital . Je préfère nettement ou construire par moi même ou acheter de l ancien en encadrant les loyers : loyer en dessous du marché si locataire " béton" ..c est tres injuste finalement .
a écrit le 28/07/2014 à 19:44 :
En reponse à LOL: Sans fausse modestie j'avais prevu un krach boursier dès l'été 2007 en observant le comportement heratique et en montagne russe des bourses de New york, Tokyo et Paris.J'en etais tellement convaincu que j'ai enregistré un nom de domaine afferant à une crise boursiere pour en faire un site dédié ou un forum. Mais ne voyant pas le krach attendu, j'ai cru avoir un excedent de pessimisme. En fait j'avais vu trop tôt un krach qui allait se produire un an aprés avec la chute de la banque Lehman comme détonateur.J'affirme donc qu'il ne faut retirer aucun credit aux agences de notations qui sec sont enfermées dans une logique de chiffres déconnectés de la réalité et ont perdu toute notion d'analyse de la réalité.
Réponse de le 28/07/2014 à 23:29 :
Donc si je comprends bien, vous avez vu des zigzagues sur un graphiques et là vous vous êtes dit "ca y est la crise elle arrive, quand je sais pas mais elle va arriver". Je peux également vous prédire moi aussi qu'il va pleuvoir en France, quand je sais pas mais il va pleuvoir: cela ne fait pas de moi pour autant un oracle !!!
La finance est pour votre information est peu plus complexe que des "montagnes russes" sur un graphique !
Merci en tous cas, je sais pas ce que les gens ont ce soir mais y a des commentaires bien marrants quand même: lire autant de naïvetés à propos de la finance, c'est quand même beau !
Réponse de le 29/07/2014 à 3:32 :
Perso, j'entendais tout l'été 2006 des analystes discuter de l'épargne devenue "négative" des américains, les gens cherchaient à expliquer comment mais pas ce que cela anticipait. Ce sont les chiffres du logement neuf aux états-unis de septembre 2006( pour la 1ère fois en retrait depuis des années) qui m'ont convaincu d'un retournement en cours, j'ai patienté jusqu'en décembre 2006, mais j'ai pensé baisse trop tôt car il y a un mouvement d'inertie que j'ai sous-évalué.
Je n'ai entendu parler des subprimes qu'à la fin février 2007, je n'y ai pas fait vraiment attention, pensant que les quantités étaient mineures( en réalité on apprendra plus tard que la moitié des subprimes ont été émis en 2007, dans un marché déjà saturé, donc les banques savaient et cherchaient des pigeons).
Mais le bon vieux truc de l'inversion de la courbe des taux était sans doute le meilleur signal, signifiant qu'il fallait vendre, tout vendre.
A l'époque les stats américaines historique donnaient un logement moyen surévalué de 2 fois( stats sur 1 siècle comparant la part de salaire acheter pour une surface familiale), cela devait donc baisser de 50%.. au moins.
a écrit le 28/07/2014 à 19:20 :
C'est très logique, beaucoup de gens ont pariés sur la baisse des prix, oui mais les vendeurs attendent que ca remonte. D'où la pénurie de logements.
Réponse de le 28/07/2014 à 20:08 :
DEUX millions de logements inoccupes en Frane. Manque de logements??? Chomage qui explose...pouvoir d'achat en baisse, etc....le pognon manque cela est sur le reste c'est un discours d'Ai en manque de revenus. LOL
a écrit le 28/07/2014 à 19:05 :
Comme si la crise financière et économique était finie.
- Les salaires sont repartis à la hausse ? non
- la croissance est-elle revenue ? non
- y a-t-il moins de chômeur ? non
- les taux immobiliers ne risque pas de monter ? non
- le prix de l'immobilier est accessible pour les primo accédants ? non
Bref, il y a plus de possibilité d'éclatement d'une bulle immobilière en France, à des degrés variables suivant l'état du bien et son emplacement....Investir dans l'immobilier oui mais pas n'importe où et pas à n'importe quel prix
a écrit le 28/07/2014 à 18:55 :
L'immobilier est toujours trop cher quand on achete, j'avais aussi le résonnement d'une forte baisse avant d'acheter alors j'ai attendu une hypothétique baisse avant d'acheter qui n'est jamais venue je me suis lancé et depuis je fais 30% de plus value
Réponse de le 28/07/2014 à 20:11 :
Pasvendu pas gagne.
Réponse de le 28/07/2014 à 20:21 :
résonner c'est pour les cloches
Les autres raisonnent ...
Réponse de le 29/07/2014 à 5:57 :
Plus-value de 30 % avec la hausse des taxes foncières et des charges (notamment dans l'ancien)? J'ai comme un gros doute!
Réponse de le 29/07/2014 à 10:43 :
Une plus-value n'est réalisée que lorsque la somme est versée sur votre compte. Avant cela, ce n'est qu'un espoir ou une prévision. Cette plus-value d'ailleurs est souvent flambée dans l'achat du bien suivant pour payer la plus-value espérée et prévue par son propriétaire :)
a écrit le 28/07/2014 à 18:42 :
" D'abord le manque structurel de logements." Ce qui compte ce n'est pas le nombre de gens qui veulent se loger, c'est le nombre de gens solvables capables de payer. S&P toujours dans le grand n'importe quoi. Quand on pense combien tous ces gens sont payés...
Réponse de le 29/07/2014 à 4:39 :
Ben non ils pensent qu'on va refaire le coup des subprime. Mieux ! en fait c'est l'état français qui va emprunter et aider les personnes a s'endetter comme ça a la fin on a deux crises pour le prix d'une.
a écrit le 28/07/2014 à 18:26 :
merci la tribune...je n'attendais qu'un signe pour acheter ma maison enfin un appartement de 50 m2 a 400 000 euros sur trente ans...achete par les propriétaires 5 millions de francs enfin 5000 euros il y trente ans qui plus est une véritable passoire thermique...non vraiment aujourd'hui je suis un homme heureux..
.merci qui

merci standars and poor
Réponse de le 28/07/2014 à 18:35 :
La tribune raconte des conneries !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 28/07/2014 à 18:24 :
Que les prix remontent, il n'y aura toujours pas la clientèle pour. Acheter une petite maison, aujourd'hui, cela devient impossible. Qui peut investir 250 000 euros minimum, et encore cela dépend où ! Qui peut remboursé 1500 euros par mois ? Pas 2 smicards ni des cadres moyens, avec les factures et impôts, nourriture, voiture et enfants, je ne vois pas.
Réponse de le 29/07/2014 à 9:19 :
FFF
a écrit le 28/07/2014 à 17:56 :
- Le chômage va baisser
- Le taux de croissance repart à la hausse
- Les prix de l'immobilier vont remonter
C'est plus de la méthode Coué, nous sommes passé au stade de l'incantation magique.
Réponse de le 28/07/2014 à 18:20 :
j'aurais pu ecrire la meme chose...en effet,c'est vrai qu'un pays qui compte 6 millions de sans emplois va se ruer sur des logements hors de prix ...on ne manque pas de logements en france...il y a deiux millions de logements vacants...plus 1 million a vendre sur le boncoin...décidement,si les agences de notations commencent a raconter n'importe quoi...c'est que vraiment il y a le feu a la maison france
a écrit le 28/07/2014 à 17:52 :
Puis 5% par an jusqu'au centenaire anniversaire de la mort de Léon Blum.
Ajoutez à cela la reprise vue par François et la croissance vigoureuse de 7% par an et vous comprenez qu'il faut acheter.
Vous avez compris, il faut acheter !
Maintenant, tu quittes La Tribune et tu te rends chez ton promoteur du coin et tu achetes.
a écrit le 28/07/2014 à 17:47 :
Bonjour,
Je ne partage pas du tout cette analyse. En France nous sommes en plein Papy-boom doublé d'une période de chômage longue pour les 24-34 ans qui rentrent dans le monde du travail.
Hors la retraite pour les papy-boomers correspond souvent à une baisse significative de revenus et donc à la vente de leurs logements en ville pour des résidences à la campagne ou en banlieue éloignée afin de faire baisser leur imposition foncière.
De plus les jeunes ne sont plus en capacité d'acheter, en général les gens achètent à environ 35-40 ans pour leur premier logement cepuis 2010.
Tout cela va donc empêcher le marché immobilier hors es villes de totalement disparaitre mais cela va également amener un lot de logements vacants en ville avec assez peu d'acquéreurs solvables ou en capacité d’acheter avec un taux d'endettement infèrieur à 30%.
Les taux ne remonteront donc pas avant 2017-2020 et le marché va être relancé massivement par des constructions bas couts et de type familiale (ILM) dans les dix prochaines années.
Le marché ne va certainement pas remonter mais plutôt stagner et continuer à baisser localement dans les villes populaires, les banlieues et les campagnes enclavées.
La crise pétrolière du pic pétrolier que nous vivons depuis 2006-2007 va également continuer d'enclaver les villages et petites villes sans transports en commun et donc scléroser leur secteur immobilier et faire les affaires des bobos parisiens.
A bon entendeur ... .
Réponse de le 28/07/2014 à 22:44 :
Sans oublier les retraités âgés qui doivent auto-financer en grande partie, leur ayants-droits ne pouvant pas assumer cette charge, leur placement en maison médicalisée: celui-ci allant de pair avec la vente de leur maison...
Réponse de le 29/07/2014 à 16:37 :
Oui mais les pays du sud nous fournissent pas mal de gens qui veulent un toit .
a écrit le 28/07/2014 à 17:31 :
Le nombre de transaction immobilière est inversement proportionnel à la Fiscalité.....
a écrit le 28/07/2014 à 17:13 :
Je n'ai jamais vu un marché en pénurie, de quelque produit que ce soit, être durablement à la baisse. Il peut y avoir des ajustements, mais si la pénurie perdure, les prix remontent.
Là où ils baissent vraiment, c'est dans les régions où pas grand monde ne veut VRAIMENT vivre.
Car en immobilier, il n'y a que trois critères:
1/ L'emplacement
2/ L'emplacement
3/ L'emplacement
Cordialement.
Réponse de le 29/07/2014 à 10:40 :
quid du prix? vous ne devez probablement pas vous en soucier et je vous en félicite ^^)
a écrit le 28/07/2014 à 17:12 :
Comment peut on accorder un quelconque crédit à une prévision d'agence de notation, alors que celle ci n'a pas su prévoir l'une des pire crise économique des 100 dernières années !?, comment prévoir une conjoncture économique précise à un an de distance, en faisant abstraction de toutes les turbulences que nous traversons ? Le bon sens et la prudence serait de constater que nous sommes dans une situation fébrile et attentiste et qu'aucune prédiction économique n'est viable au delà de 3 mois. Un second krach boursier est encore possible suite à la défaillance d'un pays, d'une grande banque ou la publication de très mauvais chiffres de secteurs ou de valeurs stratégiques.
Réponse de le 28/07/2014 à 17:27 :
Votre commentaire est assez drôle: parce que vous croyez vraiment que l'on peut prédire une crise !? S&P n'est pas un oracle ou une sorte de druide LOL.
Est-ce que vous pensez sincèrement que beaucoup de gens se lèveraient le matin si on était capable de leur prédire que dans 10 jours ils seraient au chômage ?
Vraiment trop marrant votre truc !!!
Réponse de le 28/07/2014 à 17:34 :
@sylvain75:
Mais qu'est-ce que vous racontez ? S&P donne juste une tendance pour le marché immobilier l'année prochaine ! Leur rôle n'est pas de "prévoir" chaque saut d'humeur de l'économie !!
Réponse de le 28/07/2014 à 18:00 :
D'accord avec Sylvain75, S&P comme d'autres agences du même type ne prédisent que... le présent immédiat. Elles n'ont aucun intérêt à part elles mêmes tout comme la finance en général. Mais il reste possible que la prédiction soit bonne... ou fausse. On verra bien, les chiffres du logement indiquent que la hausse serait logique mais tant de choses peuvent arriver dans ce monde en totale mutation.
Réponse de le 28/07/2014 à 23:09 :
Damien2007, j'ai une question: qui vous a fait croire un seul instant que le rôle de S&P était de "prédire" l'avenir ?
Mais je n'irai pas plus loin dans le débat avec vous: quand je lis des choses comme " la finance n'a aucun intérêt", j'ai juste envie d'exploser de rire de voir à quel point l'esprit de quelques-uns est si facilement manipulable.
Bonne soirée, faites de beaux rêves XD !
Réponse de le 29/07/2014 à 15:24 :
Votre conception du respect est a géométrie variable Lol. Ne vous étonnez pas d'être repris avec virulence quand vous vous permettez autant de condescendance.
a écrit le 28/07/2014 à 17:10 :
C'est toujours agréable d'avoir l'impression d'être riche et quand on veut se separer de son bien sur le bon coin on reçoit 30% du prix qu'on l'a acheté .Ca vaut pour la voiture,les bijoux,les tableaux,les meubles et maintenant pour l'immobilier
a écrit le 28/07/2014 à 17:04 :
Il faut toujours se méfier des soi-disant bonnes nouvelles, c'est la que la bulle explose et l'immobilier perd 15%
a écrit le 28/07/2014 à 17:00 :
C'est une étude de S&P commandée par le GVT, oncle Picsou a besoin que les prix soient à la Hausse pour l'estimation de l'ISF même si le marché est gelé et que personne achète
Réponse de le 29/07/2014 à 8:36 :
Tout à fait d'accord ! C'est une étude commandée par le Gouvernement pour rassurer les français... Car ce qu'on ne dit pas c'est que toute les premières lois de défiscalisation arrivent à leur terme et que par conséquent on va se retrouver avec une masse de propriétaires qui pourront drastiquement faire baisser les prix puisqu'ils auront défiscalisé près de 60 % du prix de leurs biens....
a écrit le 28/07/2014 à 16:51 :
Pour mémoire, S&P prévoyait une baisse de 5 à 10% en 2012 et de 15% en 2013.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :