Comment bénéficier d'une réduction d'impôt en épargnant pour sa retraite

 |   |  454  mots
Épargner pour s'octroyer une retraite plus confortable tout en réduisant ses impôts, c'est possible.
Épargner pour s'octroyer une retraite plus confortable tout en réduisant ses impôts, c'est possible. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le financement de la retraite préoccupe de plus en plus les Français, soucieux de savoir si leur pouvoir d'achat ne sera pas trop impacté à cette période là. De nombreux dispositifs d'épargne retraite proposent une fiscalité avantageuse, méritant ainsi de s'y intéresser plus en détail.

A moins d'être président de la République et de pouvoir aborder sereinement une retraite confortable, la fin de la période d'activité est souvent synonyme de perte de pouvoir d'achat. En effet, le taux de remplacement, soit la différence entre le dernier salaire perçu par une personne et le montant de sa pension de retraite, ne cesse de baisser au fil des générations. Il s'élève donc à 74 % pour les hommes et 72,5% pour les femmes, selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) datant de juillet 2015. La tentation de trouver les moyens de combler cet écart afin de ne pas perdre en niveau de vie est donc grande. Pour cela, il existe différentes solutions pour épargner, des plus classiques (immobilier, assurance vie) aux plus spécifiques.

Beaucoup de dispositifs permettant d'épargner pour la retraite sont avantageux au niveau fiscal. L'assurance vie, qui peut être touchée en rentes viagères, bénéficie d'une exonération d'impôts sur le revenu sur les plus-values réalisées, au bout de huit ans de détention du contrat. C'est aussi le cas du Plan d'épargne en actions (PEA). Le plan d'épargne retraite collectif, proposé aux salariés par certaines entreprises, permet pour sa part de défiscaliser l'intégralité des sommes placées jusqu'à la retraite. Mais certains dispositifs vont encore plus loin, en proposant de déduire les sommes placées de son impôt sur le revenu.

Le Perp pour tout le monde, le Madelin pour les indépendants

Ainsi, sont déductibles de votre revenu net imposable les sommes que vous déposez sur un Plan d'épargne retraite populaire (Perp), un Préfon-Retraite ou un contrat Corem. Destiné à tous les épargnants et offrant plusieurs mode de sortie (en capital, en rente ou pour l'acquisition de la résidence principale), le Perp est le produit conseillé par la plupart des spécialistes du secteur.

L'abondement versé par votre employeur sur votre Perco est également déductible. Les cotisations pouvant être soustraites sont limitées à 10% du revenu professionnel et huit fois le plafond de la Sécurité sociale. En 2015, le plafond était donc fixé à 30.432 euros. D'autres dispositifs, dédiés à un secteur d'activité en particulier, permettent de déduire les cotisations de son revenu imposable ou de ses bénéficies. Par exemple, le contrat Madelin permet aux professions libérales de déduire leurs cotisations retraite à hauteur de 10% de leur revenu d'activité majoré de 15% pour la partie du revenu qui excède le plafond de la sécurité sociale.

Lire aussi : Faut-il compter sur l'épargne salariale pour financer sa retraite ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :