Le déficit de l'Etat se creuse en juillet

 |   |  374  mots
Selon le ministère des Finances, la chute des recettes peut s'expliquer par des effets de calendrier, ainsi que par l'entrée en vigueur du CICE, qui fait baisser l'impôt des entreprises.
Selon le ministère des Finances, la chute des recettes peut s'expliquer par des "effets de calendrier", ainsi que par l'entrée en vigueur du CICE, qui fait baisser l'impôt des entreprises. (Crédits : reuters.com)
Fin juillet, le déficit de l'Etat atteignait 84,1 milliards d'euros, contre 80,8 milliards un an auparavant. Bercy invoque des investissements exceptionnels, mais les recettes ont significativement baissé...

Des "dépenses exceptionnelles" en matière d'investissements: voici l'explication du ministère des Finances pour justifier l'aggravation du déficit de l'Etat français enregistrée fin juillet, à 84,1 milliards d'euros contre 80,8 milliards un an auparavant.

>>"Le déficit public sera supérieur à 4% du PIB" (Sapin)

Selon Bercy, le responsable serait notamment le nouveau programme d'investissements d'avenir, d'un volume total de 12 milliards d'euros, dont 4,6 milliards d'euros ont justement été déboursés à la fin du 7e mois de l'année. Hors ces frais exceptionnels, le gouvernement a en effet dans l'ensemble tenu son engagement de maîtrise de la dépense publique: 233,5 milliards au 31 juillet, soit -1,9 milliard d'euros sur un an.

Les recettes ont baissé de 6,3 milliards sur un an

Il n'empêche, le déficit s'explique aussi par une forte baisse des recettes - de 6,3 milliards sur un an -, qui s'établissent ainsi à 170,1 milliards. Une chute que le ministère, dans un communiqué, explique par des "effets de calendrier", ainsi que par l'entrée en vigueur du CICE, qui fait baisser l'impôt des entreprises.

Le rendement net de l'impôt sur les sociétés affiche en effet une baisse spectaculaire liée à cet avantage fiscal de 41,8% sur un an, pour s'établir à 13,6 milliards fin juillet.

>>LIRE: Il n'y a pas de relation directe entre CICE et créations d'emplois, selon Michel Sapin

Les recettes de l'impôt sur le revenu ont augmenté de 9,6% sur un an

L'impôt sur le revenu a en revanche rapporté, en net, 44,6 milliards d'euros jusqu'à fin juilllet: un produit en hausse de 9,6% sur un an, révélateur de l'augmentation de la pression fiscale.

>>LIRE: Impôt sur le revenu: le gouvernement entérine la baisse promise aux ménages les plus modestes

Quant à la TVA, de loin la première source de recettes pour l'Etat, et qui avait augmenté le 1er janvier (taux normal et taux intermédiaire), elle a rapporté 81 milliards d'euros (produit net) de janvier à fin juillet, soit 3,4% de plus que sur la même période en 2013. Jusqu'ici le gouvernement assure qu'une nouvelle augmentation de cette taxe n'est pas d'actualité.

>>Une nouvelle hausse de la TVA "pas à l'ordre du jour" selon Matignon

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2014 à 2:25 :
Ce que je trouve aberrant dans cet augmentation de comme meme de 3,3 point (milliard d'euro ) c'est qu'avec toute cette rentrée de richesse de part la TVA ainsi que l'impots sur les revenus , le déficit de l'Etat est toujours en deça des 4% que celui ci doit atteindre
a écrit le 09/09/2014 à 13:22 :
Non, c'est pas possible ? Les socialos ont les poches percées ? Ils ont dépensé sans compter depuis deux ans et demi pour récompenser les minorités qui ont voté pour eux à la présidentielle (écolos, gays, fonctionnaires etc...). Chaque semaine, c'était 200 millions par ci, 300 millions par là... Rien que des "petites" dépenses, on vous dit. Sauf qu'au bout de 52 semaines (1 an) ça fait 2 à 3 milliards de déficit en plus. Mais ils ne savent pas faire les additions, alors l'addition c'est eux qui vont la payer, et cash...
a écrit le 09/09/2014 à 12:54 :
encore un exemple qui montre que les entreprises ayant appartenu à l'état ou ses filiales (ici la SNCF) sont incapable d'être concurrentielles vis à vis des entreprises privées...
Sureffectifs, avantages abusifs, corruption, syndicalisme extrémistes, grèves à répétition... tout cela se retrouve dans la SNCM.
a écrit le 09/09/2014 à 11:52 :
Le gouvernement des incapables
Réponse de le 09/09/2014 à 12:24 :
C'était mieux sous Sarkozy ? Même courbe du chômage, même augmentation des impôts, mais en prime déficit aggravé, dette abyssale... Et c'est la Gauche qui doit rembourser les errements de la Droite, en plus de gérer la crise !
Réponse de le 09/09/2014 à 13:00 :
@kilouton : où avez vous vu que la gauche rembourse la dette laissée par la droite ?
La dette ne fait qu'augmenter et on va arriver rapidement au 100% d'endettement.
Les objectifs de réduction du déficit ne sont pas tenus...
Et ne parlons pas du TSCG qui va nous obliger à passer du déficit aux excédents pour ramener la dette à 60% du PIB.... et ça, je ne vois pas comment la France peut y arriver sans sabrer dans le social, la gestion calamiteuse des hôpitaux, le nombre de fonctionnaires et leurs avantages (retraites et régimes spéciaux)...
Réponse de le 10/09/2014 à 2:20 :
Je suis entierement en accord avec ce qu'a exposé incrédule50. Si le déficit a augmenté ce juillet ci il augmentera surement ( c'est une supposition que l'on fait ) le juillet prochain meme voir avant . Mais pour arréter ce deficit il faut en effet que l'Etat prenne conscience de certains critères .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :