"Ce n'est pas une fatalité que l'euro crève le plafond" (Fabrice Brégier, patron d'Airbus)

 |   |  209  mots
La BCE doit faire ce que les Japonais ont fait l'an dernier et les Américains font tout le temps : ils dévaluent sciemment leur monnaie. Je n'en peux plus du discours en Europe comme quoi cela ne serait pas possible, explique Fabrice Brégier. (Photo : Reuters)
La BCE "doit faire ce que les Japonais ont fait l'an dernier et les Américains font tout le temps : ils dévaluent sciemment leur monnaie. Je n'en peux plus du discours en Europe comme quoi cela ne serait pas possible," explique Fabrice Brégier. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
Le patron d'Airbus, Fabrice Brégier, réclame instamment une dévaluation de l'euro, dans un entretien publié mardi par un quotidien allemand, dans lequel il estime que le niveau de la monnaie unique, préjudiciable à l'activité de l'avionneur, "n'est pas une fatalité".

"Ce n'est pas une fatalité que l'euro crève le plafond."

Le patron de l'avionneur européen Airbus est agacé par l'euro fort. Selon lui, le niveau de la monnaie unique est en effet préjudiciable à son activité, et il l'a fait savoir en ces termes dans le quotidien économique allemand Handelsblatt.

"La Banque centrale européenne, la Commission européenne et les gouvernements doivent faire en sorte que nous arrivions à un niveau raisonnable pour l'industrie", a réclamé le patron.

>> Lire aussi L'euro fort, cauchemar des sociétés du CAC 40

Faire comme les États-Unis, dévaluer

Pour lui, l'Europe ne doit pas être le dindon de la farce dans dans le jeux monétaire mondial.

La BCE "doit faire ce que les Japonais ont fait l'an dernier et les Américains font tout le temps : ils dévaluent sciemment leur monnaie. Je n'en peux plus du discours en Europe comme quoi cela ne serait pas possible," explique-t-il dans les colonnes du quotidien allemand.

 

À ses yeux, l'euro devrait revenir à un niveau compris entre 1,20 et 1,25 dollar pour permettre aux entreprises qui, comme la sienne, produisent en Europe mais vendent en dollars, de rester compétitives. L'euro vaut actuellement environ 1,36 dollar.

>> Lire aussi Euro, croissance faible ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2014 à 14:01 :
Allez en Suisse ou en GB avec vos Euros . La vous verrez la vraie "force" de l Euro.
1 GBP = 1,25 Eur au change mais en pouvoir d´achat ca fait reellement du 1à 1 !!
a écrit le 09/07/2014 à 18:21 :
Tant que l'euro sera géré par un ancien de Goldman Sach, le dollar a de beau jours devant lui .....
a écrit le 08/07/2014 à 18:46 :
Pas de panique, le dollars est en passe de laisser la place a d'autres monnaies pour les transactions commerciales internationales. Mais attention si l'euro ne participe au sommet des BRICS mi juillet on sera de fini un panier de monnaies pour les échanges internationaux, l'Europe sera gavé de dollars et ne pourra pas être en force pour imposer sa monnaie. Monsieur Bregier ferait mieux de demander aux autorités européennes de participer a ce sommet.
Réponse de le 09/07/2014 à 17:18 :
Friendly Ne rêvez pas mon ami,il n'y a pas de risques de ce coté là.
a écrit le 08/07/2014 à 13:48 :
Voilà donc le Jacques Calvez des années 2015! jadis le patron de PSA prônait la dévaluation continuelle du franc sans jamais vraiment aider l*'économie française. Pour qui voyage un peu, l'euro est certes surévalué par rapport au USD mais par rapport aux autres devises telles le franc suisse, le Yen, les dollars OZ et NZ, j'en doute....
a écrit le 08/07/2014 à 13:21 :
pour contrer les effets négatifs de l'euro, il faut acheter français !
a écrit le 08/07/2014 à 13:19 :
ah ah l'euro qui devait apporter la prospérité et le plein emploi. Quel fiasco ! et il y a des gens de l'ump et du ps qui disent encore que c'est bien.
a écrit le 08/07/2014 à 11:17 :
Tant que l'on considérera la monnaie comme un "but" et non comme un "moyen" d'échange qui s'adapte a son environnement, nous serons dans le problème non résolue!
a écrit le 08/07/2014 à 11:11 :
La France a encore un déficit commercial mais prise globalement la zone euro a un excèdent de balance courante de 3% du PIB grâce à l’Allemagne qui bat des records d’excédents commerciaux mais aussi grâce aux dévaluations internes de la Grèce, de l’Espagne, de l’Italie, du Portugal, etc. qui ont cassés leurs demandes internes. L’excédent de balance courante entraine l’euro à la hausse par effet mécanique. Notez que si la France fait aussi une dévaluation interne prononcée elle devrait aussi pouvoir réduire son déficit commercial et donc pousser l’euro à la hausse. Les mécanismes institutionnels de résolution de crise dans la zone euro sont autodestructeurs pour les pays dont l’euro est surévalué, la France notamment. C’est un peu comme si vous preniez un médicament qui vous guéri d’une maladie en vous en donnant une autre encore plus grave.
Réponse de le 08/07/2014 à 11:45 :
La dévaluation interne c'est la chute des salaires y compris ceux des fonctionnaires. Ça n'arrivera jamais sauf quand le chômage atteindra 20 %. Soyons patients..... On y va.... Ce pays aura ce qu'il mérite. Vive la "bonne finance" qui sanctionne les mauvais !
a écrit le 08/07/2014 à 11:01 :
L'EURO doit trouver sa place dans cette guerre de monnaies. Visiblement la BCE veut assoir sa réputation de devise forte. Mais à quoi cela sert-il si cette "puissance financière" doit se solder par toujours plus de déflation et plus de chômage chez nous. Surtout que nos avions et autres produits importants du commerce mondial sont libellés en US dollars et que les USA manient leur monnaie au gré de leurs intérêts.
a écrit le 08/07/2014 à 10:45 :
Même les allemands commencent à souffrir du niveau du mark. Leurs exportations commencent à baisser.
a écrit le 08/07/2014 à 10:44 :
Airbus France abandonne l'euro : ils imposent des contrats en $ aux sociétés françaises, ce qui les oblige à délocaliser en zone $
a écrit le 08/07/2014 à 10:44 :
Je crois qu'il est grand temps de sortir de l'euro.
Réponse de le 08/07/2014 à 13:23 :
Je crois plutôt qu'il est grand de changer de dirigeants...
a écrit le 08/07/2014 à 10:30 :
Jacques Sapir a très bien expliqué les problèmes causé par l'euro. à lire.
a écrit le 08/07/2014 à 10:26 :
Mitterrand nous a bien mis dans la mouise avec l'euro.
a écrit le 08/07/2014 à 10:24 :
Vive l'euro qui amène désindustrialisation et chomage !!!!!!!!!!!!
a écrit le 08/07/2014 à 10:22 :
airbus c'est pas du haut de gamme c'est comme l'industrie du luxe qui se plaint aussi du niveau de cette monnaie à la noix.
a écrit le 08/07/2014 à 10:20 :
l'euro appartient aux allemands. c'est eux qui choisissent.
a écrit le 08/07/2014 à 9:34 :
Les Etats Unis et le Japon vont tout droit dans le mur avec leur stratégie de dévaluation.
On ne peut pas dépenser à longueur d'années plus qu'on gagne.
Réponse de le 08/07/2014 à 9:47 :
mon pauvre cela vaut que pour les petits.
a écrit le 08/07/2014 à 9:21 :
Ce serait déjà pas mal d'arrêter de vendre en dollars...
a écrit le 08/07/2014 à 9:17 :
Quand on aura compris qu'une Banque Centrale déconnectée du politique est une aberration, on aura fait un grand pas... (Evidemment ça pose la question d'une UE politique)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :