Vivendi Universal battu pour la reprise de Tunisie Telecom

 |   |  260  mots
C'est le groupe de Dubaï, Tecom-Dig, qui a finalement présenté la meilleure offre pour le rachat de 35% de Tunisie Telecom. La décision sera définitive d'ici à 72 heures. Tecom-Dig évince ainsi Vivendi Universal, pourtant grand favori.

Nouveau retournement de situation dans la privatisation de Tunisie Telecom. Le gouvernement tunisien vient d'annoncer que c'est l'opérateur de Dubaï, Tecom-Dig, qui a été retenu pour le rachat de 35% de Tunisie Telecom, avec une offre de 1,893 milliard d'euros. Le gouvernement tunisien a indiqué que la décision finale serait notifiée dans un délai de 72 heures. Vivendi Universal et Tecom-Dig n'ont pas souhaité commenter cette annonce. Le vainqueur aura une option pour prendre la majorité du capital sous deux ans.

Il s'agit à ce jour de la plus importante opération de privatisation effectuée en Tunisie. Seuls Vivendi et Tecom-DIG participaient à un second tour et devaient présenter une offre améliorée avant aujourd'hui. France Télécom, initialement arrivé en tête des enchères, avait ensuite été disqualifié par les autorités tunisiennes (voir ci-contre). Vendredi dernier, Vivendi Universal semblait avoir fait la meilleure offre. Mais après ouverture publique des enveloppes, il apparaît que le Français s'est fait doubler. Vivendi proposait une offre de 1,712 milliard d'euros.

Vivendi Universal avait annoncé dès l'automne dernier que Tunisie Telecom représentait un objectif prioritaire. Le groupe est déjà présent en Afrique du Nord via sa filiale Maroc Telecom. Crée en 1995, Tunisie Telecom compte 1,2 millions d'abonnés au réseau fixe et plus de 2,5 millions à son réseau mobile. Il partage le marché national avec un seul autre opérateur, GSM Tunisiana. L'opérateur tunisien a réalisé un bénéfice de 161 millions d'euros en 2004 pour un chiffre d'affaires de 710 millions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :