Les comptes de Rhodia passent au vert

 |   |  401  mots
Le chimiste français Rhodia a renoué avec les bénéfices au deuxième trimestre 2006, avec un résultat net de 78 millions d'euros, contre une perte nette de 196 millions un an plus tôt. Il compte clore l'année sur un résultat net positif. Des résultats salués par les marchés.

Le groupe chimique français Rhodia sort du rouge au deuxième trimestre 2006. Pour la première fois depuis plusieurs années, le chimiste, qui a frôlé la faillite en 2003, a dégagé un bénéfice net positif de 78 millions d'euros après une perte de 196 millions d'euros un an plus tôt. La rentabilité opérationnelle du groupe est donc en amélioration par rapport à une marge d'Ebitda (équivalent de l'exédent brut d'exploitation) à 13,5% au premier trimestre 2006 malgré un environnement qui est resté marqué par la volatilité des prix des matières premières et de l'énergie. Elle ressort à 14,2% sur le deuxième trimestre. Le bénéfice opérationnel a quant à lui quasiment triplé à 100 millions d'euros, contre 35 millions au deuxième trimestre 2005.

Rhodia a dégagé sur la période un chiffre d'affaires en hausse de 4,5% à 1,321 milliard d'euros "principalement du fait des hausses de prix représentant 3,2%". Parmi les marchés les plus dynamiques, on trouve la polyamide, la silicone et la silice. L'Asie, dont la croissance explose, reste toujours la zone la plus dynamique, suivie de l'Amérique latine, du Nord, puis l'Europe où la conjoncture se renforce.

La dette nette consolidée du groupe est restée stable par rapport à fin mars 2006, s'établissant à 2,1 milliards. Lourdement endetté, Rhodia a cédé depuis 2003 des centaines de millions d'euros d'actifs, procédé à des augmentations de capital pour un milliard d'euros et engagé un vaste programme de restructurations devant conduire à son redressement.

Dans un environnement difficile, marqué par le renchérissement des matières premières et de l'énergie, très pénalisant pour les groupes chimiques, le directeur général, Jean-Pierre Clamadieu, estime avoir réussi à tirer son épingle du jeu. "Le second semestre devrait être caractérisé par un environnement de marché satisfaisant dans les divers métiers et dans les zones géographiques où le groupe opère", a déclaré le groupe dans un communiqué.

Dans ce contexte, le chimiste va donc poursuivre sa politique de hausse de prix, permettant au groupe de confirmer ses objectifs pour 2006, un résultat net positif. Rhodia table sur un Ebitda récurrent d'au moins 13% pour cette année et un ratio dette nette consolidée sur l'Ebitda récurrent inférieur à 2,9.

Des résultats qui ont suscité l'enthousiasme des marchés vendredi matin à l'ouverture. En fin de journée, le titre grimpait de 0,65% à 1,55 euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :