La Bourse de Paris en légère hausse, Iliad se distingue, Crédit Agricole chute

 |   |  594  mots
A mi-séance, la Bourse de Paris affiche une légère progression dans une séance hésitante. Le CAC 40 avance de 0,3% à 3.842 points.

Sanofi-Aventis prend la tête de l'indice avec un bond de 3,2% à 55,15 euros. L'ensemble du secteur pharmaceutique en Europe est très bien orienté.

GDF Suez progresse de 1,6% à 29,22 euros. Le titre profite d'un relèvement de recommandation de Nomura. Le broker a aussi maintenu sa recommandation à achat sur EDF. Le titre de l'électricien avance de 1% à 40,43 euros.

Egalement dans le vert, STMicroelectronics est en hausse de 1,4% à 6,06 euros. L'italien Finmeccanica a annoncé avoir vendu toutes ses actions du fabricant de semi-conducteur au groupe public CDP. Ce dernier va détenir 13,7% du capital.

Les valeurs pétrolières s'apprécient dans le sillage de la hausse des cours du brut. Technip gagne 1,4% à 48,80 euros et Vallourec prend 1,2% à 123,10 euros. Total progresse aussi de 0,75% à 43,63 euros, malgré une dégradation de recommandation de Goldman Sachs.

La plus forte hausse du SRD est signée Altran (+6,4% à 3,49 euros). Exane est passé à l'achat sur la valeur. Le groupe de conseils en technologies a aussi annoncé que son nouveau plan de départ a été approuvé par tous les comités d'entreprise. La première version avait été annulée par la justice.

Le secteur des télécoms est en forme. L'Arcep a annoncé avoir choisi Iliad comme quatrième opérateur mobile, sans grande surprise puisque la maison mère du fournisseur internet Free était le seul candidat. L'action Iliad bondit de 4,62% à 84,50 euros sur le SBF 120. Par ailleurs, Morgan Stanley a relevé sa recommandation sur la valeur.

Dans le sillage d'Iliad, Vivendi, maison mère de SFR, prend 1,3% à 20,59 euros et France Télécom gagne 1,03% à 17,23 euros. En revanche, Bouygues évolue dans le rouge avec un repli de 0,6% à 35,19 euros. Les analystes estime que Bouygues Télécom, le numéro trois du marché, va être le plus pénalisé par cette nouvelle concurrence.

Le secteur financier est de nouveau attaqué. Les investisseurs s'inquiètent des nouvelles règles plus strictes en matière de fonds propres imposées par le Comité de Bâle. Autre élément pénalisant : les inquiétudes sur la Grèce. Standard and Poor's a dégradé deux banques grecques et placé deux autres sous surveillance négative. Cela touche en particulier Crédit Agricole qui est présent dans le pays via sa filiale Emporiki. L'action chute de 4,7% à 12,29 euros et signe le plus fort repli du CAC.

Dexia recule aussi de 4,1% à 4,41 euros, Société générale cède 0,8% et BNP Paribas 0,6%. Sur le SBF 120, Natixis décroche de 3,9% après avoir déjà chuté de 5% hier.

L'assureur Axa évolue aussi dans le rouge, en baisse de 0,9% à 16,18 euros. Le groupe se renforce en Europe centrale en rachetant les intérêts minoritaires que détenaient la Banque européenne de reconstruction et de développement dans ses filiales en Hongrie, en République tchèque et en Pologne. L'opération s'élève à 147 millions d'euros.

Cap Gemini abandonne 1,6% à 31,14 euros. La SSII fait les frais des résultats décevants de la société américaine de conseils Accenture.

Le secteur automobile réalise un tir groupé dans le rouge. Peugeot recule de 2,7% à 22,96 euros et son concurrent Renault cède 1% à 35,14 euros. En revanche, sur le SBF 120, Valeo est toujours très bien orienté depuis l'annonce mardi de perspectives optimistes pour la fin de l'année. Le titre prend 2% à 23,92 euros.

Côté devises, l'euro s'échange toujours sous 1,44 dollar, à 1,4388 dollar. Sur les marchés pétroliers, les cours du brut sont en hausse. Le baril de WTI s'échange contre 73,68 dollars et le baril de Brent contre 73,97 dollars.

(point boursier également disponible en vidéo sur votre site latribune.fr)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :