Le marché clément avec Accor malgré l'échec de l'introduction en Bourse de Lucien Barrière

Le titre du groupe hôtelier a d'abord été sanctionné avant de finir en hausse ce jeudi. Pour certains analystes, la décision d'abandonner la mise en Bourse de Lucien Barrière était judicieuse.
(Crédits : Reuters)

Un "échec cuisant" ou une décision judicieuse? Les analystes sont partagés après l'annonce mercredi soir par Accor du retrait de l'introduction en Bourse de Lucien Barrière qui devait intervenir ce vendredi 1er octobre.

Cette divergence d'opinion s'est d'ailleurs retrouvée dans l'évolution du cours d'Accor ce jeudi à la Bourse de Paris. D'abord sanctionné pour l'abandon de ce projet, l'action du groupe hôtelier a finalement terminé en hausse de 0,83% à 26,78 euros, soit la deuxième performance du CAC 40.

Petit rappel. Dans un communiqué qui a fait office de coup de tonnerre mercredi soir, Accor a fait savoir que la fourchette de prix envisagée (entre 16,10 et 19,60 euros), qui valorisait le groupe de casinos et d'hôtellerie de luxe Lucien Barrière entre 575 millions et 700 millions d'euros, "n'a pas reçu l'intérêt escompté de la part des investisseurs".

"Dans ces conditions de marché, Accor retire l'offre de vente de sa participation de 49%, estimant qu'il n'est pas dans l'intérêt des actionnaires de Accor de céder ses titres", indiquait le groupe tout en précisant qu'il conserverait sa participation dans un premier temps mais garder son intention de la céder à terme, compte tenu de son recentrage sur son coeur de métier.

Dans le sillage de ce communiqué, Lucien Barrière a confirmé lui aussi la suspension du processus d'introduction en Bourse de son groupe tout en réaffirmant ses objectifs de développement.

Les analystes partagés

Face à la frilosité des investisseurs, des rumeurs de marché évoquaient déjà cette semaine  un prix d'introduction arrêté dans le bas de la fourchette, à 16,10 euros par action. C'est finalement tout le projet qui a été abandonné.

La décision d'Accor est un "échec cuisant et surprenant" selon l'analyste Oddo, qui estime que le groupe hôtelier aurait pu vendre au moins une partie de sa participation (49%). Oddo chiffre à 5 millions d'euros le coût de la préparation de la mise en Bourse. Le broker reste néanmoins à l'achat sur la valeur.

A l'inverse, Société Générale salue l'abandon du projet d'IPO, une décision difficile mais judicieuse d'après la banque. Elle estime qu'une mise sur le marché dans le bas de la fourchette se serait traduite par une perte d'environ 50 millions d'euros pour Accor. L'intermédiaire confirme son avis d'achat sur la valeur.

Plus généralement, le marché a relativisé le retrait de l'opération de mise sur le marché, notant que le plan de désendettement et de recentrage sur les métiers d'hôtellerie n'est pas remis en cause. Accor est en effet en avance de 150 à 200 millions d'euros sur son programme 2010 de réduction de dette.

Par ailleurs, le PDG Gilles Pélisson précisait mercredi soir que les 49% de Lucien Barrière resteraient exclus des comptes consolidés d'Accor, et resteraient comptabilisés en tant qu'actif "à vendre" jusqu'à juin 2011.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.