Les taux allemands et français victimes de l'éloignement du risque syrien

 |   |  326  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les taux d'emprunt se sont tendus en Allemagne et en France mardi sur le marché obligataire, les investisseurs délaissant les valeurs refuges pour prendre davantage de risques en raison d'un apaisement sur le dossier syrien.

C'est une conséquence d'un apaisement sur la question syrienne que l'on attendait pas. Mardi, les marchés ont pénalisé les dettes souveraines allemandes et françaises. 

L'apaisement en Syrie dope les taux sur les valeurs refuges...

Le taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne a progressé à 2,027% à la clôture à 18h00 sur le marché secondaire. Il s'était établi à 1,960% lundi à la clôture sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise. Quant au 10 ans français, il s'est tendu à 2,631% contre 2,566% lundi à la clôture. Hors zone euro, le taux britannique à 10 ans a lui aussi progressé à 3,019% contre 2,955% lundi.

>> Lire aussi Syrie : John Kerry poursuit son offensive diplomatique en Europe

>> Lire aussi Hollande assure que "la France n'agirait pas seule" contre la Syrie

...en réveillant l'appétit pour le risque

Les investisseurs se sont tournés vers les actifs plus risqués, comme les actions et plusieurs dettes de pays fragiles de la zone euro, au détriment de valeurs refuges comme les obligations allemandes et à un degré moindre françaises. Ainsi, le taux de l'Espagne s'est-il légèrement détendu.

L'Italie paye le recul de son PIB et l'incertitude politique

En revanche, le taux du dix ans italien s'est de son côté légèrement tendu, contredisant la tendance. Ce mouvement à contre courant s'explique par un recul du produit intérieur brut du pays pire que prévu au deuxième trimestre, selon une annonce d'Istat ce mardi, à -0,3% contre -0,2%. L'incertitude politique pèse elle aussi sur les taux italiens. "Le fait que l'Italie se comporte moins bien que l'Espagne est lié aux tergiversations sur le sort de Berlusconi et l'avenir de la coalition (au pouvoir). Le marché se prépare à ce que l'incertitude perdure plusieurs semaines", a expliqué à l'AFP Frédérik Ducrozet, économiste chez Crédit Agricole CIB.

>> Lire aussi L'impasse politique italienne réveille le spectre d'une menace sur sa dette

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2013 à 8:59 :
Ceux qui ont l'argent ont le pouvoir quand une seule association de malfaiteurs possédera cette "richesse" nous serons vraiment dans le mondialisme!
Réponse de le 11/09/2013 à 9:18 :
Ne croyez-vous pas que c'est déjà le cas ! Où voyez-vous la 2 ème association ? Qui cela pourrait-il être ? Il reste peut-être quelques "indépendants" (???) ....à voir (?) .......il est vrai que la Chine est un franc-tireur !!! Et, peut-être que bientôt ????? ...à voir (?) l'avenir proche devrait nous renseigner !!!
a écrit le 11/09/2013 à 0:45 :
Pour info les taux remontent depuis le 12 aout, donc la relation avec la Syrie est un peu tirée par les cheveux. De plus, la fin/réduction du QE de la FED va faire remonter le dollar et donc drainer des flux de l'euro vers le dollar, renchérissant les dettes en euro. Mais il y a aussi le fait que l'Espagne et l'Italie sont dans un sale état que la France comme l'Allemagne sont les 2 premiers contributeurs aux plans de sauvetage. Comme les prévisions sont que l'on attend le 22/09 pour que Merkel soit ré-élue et dispose d'un mandat pour régler le problème (sortie de l'euro qui n'est plus tabou en Allemagne) et redresser la situation alors cela va bientot se décanter. Cdlt.
a écrit le 10/09/2013 à 21:32 :
Retour des taux à la normal = hausse de la charge de la dette = creusement du déficit = hausses d'impôt en prévision ...comme gouverner c'est prévoir, J-Marc Ayrault va-t-il nous expliquer qu'il n'avait rien prévu ???!
a écrit le 10/09/2013 à 20:43 :
C'est un retour progressif à la normale, à savoir des taux de 4 à 5% sur 10 ans. Ce qui est nécessaire pour décourager le surendettement qui est à l'origine de tant de crises (bulles immobilières, surendettement des états, subprimes, junk bonds dans les années 80 aux USA, etc).
a écrit le 10/09/2013 à 20:05 :
0,6 % de différentiel avec l'Allemagne ! Ça commence à faire...
Réponse de le 10/09/2013 à 20:19 :
Cela fait belle lurette !
On étais même à 07%/0,8% il y à peu...
Réponse de le 10/09/2013 à 20:39 :
Le taux d'emprunt à 10 ans de la France était à 2,31 % le 21/06/2013, aujourd'hui 2,631 %, on est tenté de dire halte au feu !!! Jean-Christophe Caffet, de chez Natixis nous rassure :«Il n?y a aucun problème de solvabilité pour la France à moins de 6 % ou 7 %»
http://bourse.lefigaro.fr/devises-matieres-premieres/actu-conseils/les-taux-d-emprunt-de-la-france-au-plus-haut-de-l-annee-445132
Réponse de le 11/09/2013 à 1:59 :
De même que l'Allemagne a dépassé les 2% alors qu'elle était à 1,6% il y a peu. Pas d'inquiétude c'est un mouvement normal et souhaitable. C'est la situation précédente qui ne l'était pas, car elle signifiait que tous les fonds s'investissaient en dettes d'états du nord plutôt que dans les entreprises ou les pays d'Europe du Sud, au détriment de ceux-ci...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :