Le marché s'arrache la dette des PIIGS

Le retour des PIIGS sur les marchés obligataires se confirme. Après l'Irlande et le Portugal, c'est à la dette espagnole d'en profiter...

1 mn

La dette espagnole se négocie au plus bas depuis 3 ans sur les marchés obligataires | REUTERS
La dette espagnole se négocie au plus bas depuis 3 ans sur les marchés obligataires | REUTERS (Crédits : Reuters)

MonFinancier

 

Les investisseurs s'arrachent la dette espagnole. Après l'Irlande et le Portugal, c'est au tour de l'Espagne de voir ses coûts de financement tombés au plus bas depuis 3 ans.
Depuis le début de l'année, les investisseurs raffolent de la dette des PIIGS, ces pays périphériques qui menaçaient jusqu'à peu la stabilité de la zone euro et dont personne ne voulait.

Or, les coûts de financement de l'Espagne ont atteint un point bas depuis la création de l'euro lors d'une adjudication à long terme, signe de cet engouement pour la dette souveraine des pays de la périphérie de l'union monétaire qui traduit un regain de confiance des marchés.

 

L'obligation à 12 ans chute sous les 4%

Preuve en est, le Trésor espagnol a levé 5,92 milliards d'euros, dépassant la limite supérieure de sa fourchette initiale de 5,5 milliards d'euros. Le taux maximum de l'obligation à échéance avril 2017 s'est établi à 1,620%, un point bas record.

Pour l'obligation à 12 ans, le taux moyen chute sous la barre des 4%, à 3,977% contre 4,469% lors de la dernière opération. Enfin, pour l'obligation arrivant à échéance le 31 octobre 2028, le rendement exigé par les investisseurs tombe à 4,199%.

Plus d'actualités Bourse sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.