Données personnelles : les déboires de Facebook font chuter lourdement l'action en Bourse

 |   |  558  mots
(Crédits : Dado Ruvic)
Facebook a lourdement chuté en Bourse lundi après des révélations sur l'utilisation des données personnelles de millions d'utilisateurs par une société liée à la campagne de Donald Trump, une polémique qui, selon des experts, pourrait menacer son modèle économique.

Ces accusations, qui ont fait perdre près de 6,8% à l'action Facebook lundi à Wall Street, ont été vigoureusement niées par l'entreprise britannique en question, Cambridge Analytica.

Des deux côtés de l'Atlantique, nombreuses étaient les voix pour appeler à des enquêtes autour de ces affirmations formulées par les journaux américain New York Times et britannique Observer.

Selon eux, Cambridge Analytica (CA), spécialisée dans la communication stratégique, a récupéré sans leur consentement les données de 50 millions d'utilisateurs pour élaborer un logiciel permettant de prédire et d'influencer le vote des électeurs. Ces données auraient été récupérées via une application de tests psychologiques téléchargée par 270.000 utilisateurs du réseau social et développée notamment par le psychologue russe Aleksandr Kogan, qui, selon Facebook, les a ensuite fournies indûment à CA.

Facebook a précisé que l'application avait aussi pu avoir accès aux données personnelles des "amis" des utilisateurs ayant téléchargé l'application, ce qui, selon la presse, a permis l'établissement par CA des profils de 50 millions d'usagers, utiles pour cibler des publicités. CA, qui a travaillé pour la campagne du candidat républicain Donald Trump, élu président des Etats-Unis fin 2016, a "nié fermement" avoir utilisé ces données dans ce cadre. Elle précise aussi "n'avoir pas travaillé sur le référendum sur le Brexit au Royaume-Uni".

"Ces données Facebook n'ont pas été utilisées par Cambridge Analytica dans le cadre des services fournis à la campagne présidentielle de Donald Trump" et aucune "publicité ciblée" n'a été réalisée "pour ce client", indique l'entreprise.

Le Gafa à la peine à Wall Street

Le réseau social a chuté de 6,77%, sa plus forte baisse depuis mars 2014, après avoir annoncé qu'il enquêtait sur l'utilisation par le consultant extérieur Cambridge Analytica des données personnelles de 50 millions d'utilisateurs qui ont été collectées à son insu depuis 2013 et ont peut-être servi à la campagne électorale de Donald Trump en 2016.

La crainte d'une régulation accrue des géants de l'internet a affecté l'ensemble du secteur technologique, faisant décrocher l'indice Nasdaq Composite de 137,74 points (1,84%) à 7.344,24.

Le Dow Jones, également impacté par une baisse des valeurs industrielles, a fini en baisse de 335,6 points ou 1,35% à 24.610,91, après avoir perdu jusqu'à 425 points en séance.

Le S&P-500, plus large, a perdu 39,09 points ou 1,42% à 2.712,92, repassant sous sa moyenne mobile de 50 jours pour la première fois depuis le début mars.

Même s'ils ont fini au-dessus de leurs plus bas du jour, il s'agit de la plus mauvaise séance pour le S&P-500 et le Nasdaq depuis le 8 février.

Après les révélations sur Facebook, le sénateur républicain Marco Rubio a estimé que certains géants de l'internet avaient grandi trop vite pour intégrer leurs responsabilités et obligations et le Parlement européen a annoncé son intention d'enquêter pour savoir s'il y avait eu utilisation abusive des données privées des utilisateurs du réseau social.

Apple et Microsoft, composantes du Dow Jones, ont perdu respectivement 1,53% et 1,81%, tandis qu'Alphabet, la maison mère de Google, a lâché 3,03%.

Facebook pour sa part en est à 10,8% de baisse depuis sa clôture record du 1er février.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2018 à 18:14 :
c'est beau la manipulation des masses, les partis politiques sont aussi coupables. Ils n'ont toujours pas mis en route le paiement d'impôts pour les gafa ou autres......
C'est pourtant eux mêmes qui ont mis les combines en route.
Et en plus impossible de supprimer facebook de votre pc ou tél.
Google aussi essaie de limiter vos lectures selon votre profil....... C'est incroyable.
Je ne communique pas via les réseaux sociaux, mais un jour j'ai créée ce compte pour pouvoir accéder a un service de l'état.
Et depuis impossible de le supprimer.

Ce n'est pas uniquement la Russie qui joue ce jeu là mais bien les pays européens qui manipulent leurs propres sujets.;;;;;;le patron de Facebook devrait rendre des comptes depuis longtemps, car il spolie et ment depuis le début de la création de cette société largement surcotée comme la plupart du gafa ou Nasdaq bref quelques milliardaires tirent les ficelles et s'enrichissent par milliards chaque année rn nr payant pratiquement aucun impôt avec l'accord de nos élus corrompus jusqu'à l'os.

Et ils font semblant de découvrir cela que maintenant.....
Trump, le brexit et Poutine ne seraient jamais passés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :