OPA sur Creval : après des mois de contestations, Crédit Agricole Italia relève le prix de son offre

Depuis l'annonce en novembre 2020 de cette OPA, le titre de Creval n'a cessé de progresser à la Bourse de Milan, où il a clôturé hier soir mercredi en hausse de 0,24% à 12,34 euros. En cas de réussite de l'offre, le futur ensemble devrait compter plus de 1.200 agences et 2,8 millions de clients, avec une part de marché national d'environ 5%, créant ainsi le 7e établissement bancaire d'Italie.

3 mn

Photo d'illustration: la Bourse de Milan.
Photo d'illustration: la Bourse de Milan. (Crédits : Alessandro Garofalo)

Après quelques mois de négociations, le groupe Crédit Agricole a annoncé mercredi soir avoir relevé le prix de son offre publique d'achat (OPA) visant à racheter l'intégralité des titres de la banque italienne Credito Valtellinese (Creval) de 10,50 euros à 12,20 euros par action.

Au cas où le seuil d'adhésion dépasserait les 90%, le prix offert passera à 12,50 euros, a précisé la filiale italienne de Crédit Agricole dans un communiqué.

Des actionnaires hostiles au prix proposé, pas au projet industriel

En novembre, dès l'annonce de l'OPA, Crédit Agricole Italia avait reçu le soutien de deux actionnaires de poids de CreVal, le gestionnaire d'actifs Algebris (5,4% du capital) et de Crédit Agricole Assurances (9,8%).

Mais d'autres actionnaires de la petite banque italienne avaient manifesté leur opposition au prix proposé, à commencer par le fonds d'investissement britannique Petrus Advisers, qui avait déclaré publiquement qu'il n'apporterait pas ses titres à l'offre publique.

Pour autant Creval, expliquait dans un communiqué, ne pas remettre en cause d'emblée le projet industriel de Crédit Agricole Italia de créer un grand groupe bancaire en Italie, avec notamment une présence plus forte dans la riche région de Lombardie.

La contestation visait simplement avant tout à obtenir un meilleur prix, pour ne pas sous-estimer la valeur de la banque italienne.

Lire aussi : La banque CreVal juge l'OPA du Crédit Agricole "inattendue et non sollicitée"

Le conseil d'administration remet la pression sur le prix proposé

Fin mars, le conseil d'administration de la banque italienne Credito Valtellinese (Creval) avait jugé  fin mars insuffisant le prix de 10,50 euros par action proposé par Crédit Agricole.

Une fusion entre Creval et la filiale italienne de Crédit agricole pourrait certes "générer des bénéfices", mais le prix proposé "n'est pas approprié d'un point de vue financier", avait estimé  Credito Valtellinese.

L'offre, ouverte le 30 mars et en vigueur jusqu'au 21 avril, avait été annoncée par Crédit agricole en novembre, pour un prix total estimé alors à 737 millions d'euros.

En cas d'acceptation à plus de 90% de la nouvelle offre soumise mercredi, ce prix passera à un montant maximum de 855 millions d'euros, a précisé Crédit agricole.

Progression continue du titre à la Bourse de Milan

L'annonce de cette OPA avait provoqué une progression continue du titre de Creval à la Bourse de Milan, où il a clôturé mercredi en hausse de 0,24% à 12,34 euros.

L'OPA vise à constituer le septième groupe bancaire de la péninsule en matière de clientèle et d'actifs.

En cas de réussite de l'offre, le futur ensemble devrait compter plus de 1.200 agences et 2,8 millions de clients, avec une part de marché national d'environ 5%.

Crédit Agricole et Creval ont déjà noué un partenariat en Italie, notamment dans l'assurance-vie.

Les synergies découlant d'une fusion ont été estimées à terme à au moins 86 millions d'euros par an.

L'Italie, qui contribue à 15% du résultat net de Crédit Agricole, représente à présent le deuxième marché du groupe.

(avec AFP)

3 mn