Un lanceur d'alerte accuse GE d'une erreur comptable de 38 milliards de dollars

 |   |  341  mots
(Crédits : Arnd Wiegmann)
L'action de General Electric chutait de plus de 11% jeudi après qu'un expert comptable a accusé le géant industriel d'avoir falsifié ses comptes, ce que le groupe a vigoureusement démenti à plusieurs reprises dans la journée.

Le Wall Street Journal, qui a publié cette information jeudi matin, a eu accès au rapport du lanceur d'alerte, Harry Markopolos, et l'a interviewé avant publication.

M. Markopolos affirme que GE va devoir constituer des réserves en cash de 18,5 milliards de dollars dans sa branche assurance et que le groupe ne comptabilise pas correctement ses activités pétrolières et gazières.

Au total, il estime que les problèmes comptables s'élèvent à quelque 38 milliards de dollars.

General Electric a publié un long communiqué pour démentir point par point les allégations de M. Markopolos et le PDG de l'entreprise, Lawrence Culp, a dénoncé pour sa part une "manipulation de marché pure et simple".

M. Markopolos avait indiqué dès la publication qu'il avait remis son rapport à un fonds d'investissement, qui parie sur la chute de l'action GE, avant de le rendre public. Il avait précisé qu'il touchera un pourcentage des gains réalisés.

M. Culp accuse le comptable de n'avoir pas contacté GE pour rédiger son rapport, ce que ce dernier a reconnu sur CNBC, expliquant qu'il avait travaillé en secret pour éviter que GE "ne détruise ses documents".

Lawrence Culp, nommé cette année pour tenter de redonner du lustre à l'icône de l'industrie américaine, a affirmé que si M. Markopolos avait demandé des explications, cela lui aurait évité d'avancer des choses fausses.

GE dit "avoir confiance dans ses chiffres financiers". "Nous opérons au plus haut niveau d'intégrité et nous avons clairement exposé, avec beaucoup de détail, nos obligations financières", poursuit le groupe.

M. Markopolos s'est fait un nom en mettant en garde contre les montages frauduleux de Bernard Maddoff, mais sans être entendu pendant des années. Finalement, le scandale a explosé et révélé que le célèbre financier avait trompé ses clients pendant de nombreuses années créant un préjudice de plusieurs milliards de dollars. Il est en prison depuis 2009.

A 18H30 GMT, le titre GE perdait 11,46%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2019 à 6:40 :
Ou la , s'est pas bien de manipuler les chiffres , même au usa ....
L'Amérique de Mr trumps devrait reagir violament a se type de comportement .
Mais pour un OPA agressive, je crainds qu'ils vas falloire attendre , car les régles de l'OMC sont pour les autres et pas pour les usa ....
a écrit le 17/08/2019 à 17:50 :
Si je devais jouer le rôle de lanceurs d'alerte je pense que je ne mettrais pas en position d'être accusé de manipulation de marché et c'est pourtant ce que fait ouvertement Mr Marcopolo.

Si ce qu'il prétend est exact, la justice va tomber sur GE et ils en sortiront à poil. Les juges vont exiger tous les documents possibles et imaginables, les fichiers informatiques, les mails, les communications et s'ils soupçonnent GE de ne pas être de bonne foi et de tenter de soustraire des documents GE pourrait finir à l'état d'arrètes de poisson.

Ce n'est pas en France que ça arriverait. Les politiques interviendraient pour stopper les juges, lesquels sont indépendants mais pas suicidaires et surtout sans moyens pour enqueter sur les grosses affaires compliquées.
Notre PNF est notoirement sous-staffé et les politiques ont préféré créer leur propre police sous contrôle de LAREM à Bercy que de le renforcer.
a écrit le 17/08/2019 à 12:54 :
Alstom Schneider Bombardier et Siemens devraient se tenir prêt a se partager GE !
a écrit le 16/08/2019 à 16:31 :
Sauf erreur Madoff s'est suicidé en prison.. Il ne peut y être depuis 2009
Réponse de le 17/08/2019 à 10:00 :
Il est toujours vivant, c'est son fils ainé qui s'est suicidé .

2017:

Même derrière les barreaux, Bernard Madoff ne cesse pas de marchander. L'homme d'affaires, condamné à une peine de 150 ans pour une escroquerie massive à l'encontre de banques et de multiples investisseurs, s'est recyclé en prison comme « parrain » du marché du chocolat chaud auprès des autres détenus. Incarcéré en Caroline du Nord, il a mis en place un système où il achète tous les produits de la marque Swiss Miss à l'intendant de l'établissement pénitentiaire pour ensuite les revendre plus cher dans la cour.
a écrit le 16/08/2019 à 14:30 :
Très bizarre :
à l'heure ou j'écris ( vendredi 14h30 ) ni le NY Times , ni le FT anglais n'en parlent .
Réponse de le 16/08/2019 à 17:07 :
C’est en une du FT de vendredi (en tout cas en Asie)
a écrit le 16/08/2019 à 12:25 :
L'ENA, l'IEP, les gros salaires, les Honneurs tout ce bazar pour ce résultat catastrophique. Robert O Paxton (pas que) nous indique (la France de Vichy) que la catastrophe de 1940 est en partie celle des élites et bien nous n'avons pas retenu les leçons tragiques de notre histoire et nous y sommes..
Réponse de le 16/08/2019 à 12:39 :
Pour la trahison des élites en 40, voir aussi les excellents travaux de Mme LACROIX-RIZ sue le sujet. Édifiant...
Réponse de le 16/08/2019 à 14:20 :
A Albert
Remarquable de caser la France de Vichy dans ce sujet.
Au fait Paxton développe la thèse que l'administration française à gentiment collaboré avec les allemands, ce qui infirme totalement votre propos sur la fameuse trahison des élites , thème cher à nos populistes de café du Commerce.

Les deux erreurs de 1939 ont été d'une part le retard dans la production de matériel militaire moderne et surtout une stratégie dépassée basée sur la ligne Maginot.

Message s'adresse également à Historia qui porte très mal son pseudo
Réponse de le 16/08/2019 à 15:04 :
L' Administration n'est que le "bras armée" de l'élite en place! Où voyez vous la contradiction?
Réponse de le 16/08/2019 à 18:38 :
Vous avez tous raison, y compris ce " Diable " de Régis Debray dans son dernier bouquin en relation avec les idées de Paul Valery : ou allons nous ? Et dire que nous avons fait Concorde..
Réponse de le 17/08/2019 à 19:48 :
@Albert/ Historia
Les élites corrompues, l'ENA, l' IEP, la défaite de 1940, le régime de Vichy !
J'ignorais que derrière l' erreur comptable d'une multinationale américaine se cachaient des forces obscures et les démons du passé.
a écrit le 16/08/2019 à 12:03 :
Déjà que notre bon gouvernement brade à tout va les entreprises comme Alstom
(Merci qui ?...) . Là, pourquoi GE se gènerait-il ?
En France, l'enquête sera enterrée après 15 ans de procédure (Merci Qui ?...)
Réponse de le 16/08/2019 à 13:41 :
Alstom Energie bradée à tout va ? Comme vous y allez ! Cette entreprise avait des problèmes de trésorerie et de rentabilité depuis les 15 ans précédent la vente.
Alstom a touché 12,5 milliards pour ce canard boiteux qui a depuis été provisionné, comme l'ensemble de la division Energie de GE en perte d'une valeur de 22 milliards de dollars.
De plus ce n'est pas l'état qui a vendu, mais la société Alstom, société privée. L''état n'a fait qu'autoriser la vente sous condition !
Alors svp, ne racontez pas n'importe quoi ...
Réponse de le 16/08/2019 à 14:01 :
Alstom Énergie bradée? Je ne sais pas dans quel petit livre rouge vous avez lu ça? Sachez juste qu'aucune entreprise française n'a vendu aussi bien un canard boiteux depuis des décennies. Un coup de maître.
a écrit le 16/08/2019 à 11:04 :
Prendre de tel risque sur sa vie, pour dénoncer ceux qui volent le peuple français avec les complicité de nos élus, est très courageux. Peut on compter sur les médias pour ne pas l'abandonner?
Réponse de le 18/08/2019 à 17:37 :
La question se pose, mais personne n'ose une réponse!
a écrit le 16/08/2019 à 9:40 :
GE s'est distingué en France avec ses mensonges et sa roublardise pour "capturer" Alstom tel un prédateur .. faut-il le rappeler avec la grande complicité des gouvernements français successifs et le fameux couple Aymard.

L'on peut donc accorder un peu de crédit au lanceur d'alerte qui lui s'est distingué pour avoir mis au jour l'affaire Madof
a écrit le 16/08/2019 à 9:32 :
je suis curieux de savoir si ca va se passer comme avec casino et muddy waters, ou les autorites ont mis 4 ans a saisir l'affaire, suite aux declarations d'un fonds qui s'est mis short avant de declarer que casino etait en faillite ( et qui a depuis liquide toutes ses positions......
bon,cela dit, vu que ca concerne une entreprise yank, ca risque de bouger neaucoup plus vite, car la justice americaine traite tout le monde de la meme facon, surtout les entreprises americaines comme on dit en toute impartialite
Réponse de le 16/08/2019 à 11:28 :
casino est quand meme pas petant de santé (et avec le e commerce c ets pas fini) et son proprietaire Naouri s est mit en sauvegarde judiciaire ...
Réponse de le 16/08/2019 à 15:59 :
Renseignez vous, Casino est en procédure de sauvegarde (anti chambre du règlement judiciaire) suite à un endettement disproportionné, ce qui était déjà une réalité il y a quatre ans. Ces fonds dits spéculatifs s'attaquent aux proies en position de faiblesse dans le troupeau, comme les félins qui chassent dans la savane.
Réponse de le 17/08/2019 à 9:27 :
@Churchill
Laissez en paix Muddy Waters le roi du Chicago blues. Ne mêlons pas son Mannish Boy aux activités sulfureuses de la finance.
a écrit le 16/08/2019 à 9:22 :
Il est tout de même très gênant pour la crédibilité de ce Monsieur qu'il ait conclu un accord avec un fond spéculatif pour toucher un pourcentage sur tous les gains opérés sur des produits dérivés sur GE. La prison est proche, et les médias participent à ce qui crée préjudice à la société, ses employés et bien sûr aux actionnaires..
Réponse de le 16/08/2019 à 18:35 :
+ 9% à l'instant sur GE... il semble que le "lanceur d'alerte" a du souci à se faire..
a écrit le 16/08/2019 à 9:15 :
Commencerait on enfin à toucher cette si destructrice évasion fiscale généralisée ? En tout cas GE n'est qu'une personne morale avec forcément des propriétaires derrières hein...
Réponse de le 16/08/2019 à 13:46 :
En quoi cette affaire est elle génératrice d'évasion fiscale ? Je me le demande ! Il s'agit au pire d'une dissimulation de pertes potentielles afin de sauvegarder le cours de l'action. Rien à voir avec de l'évasion fiscale. Juste un tour de passe-passe comptable pour ne pas déclarer des pertes en même temps que l'on en provisionne déjà 22 milliards sur la branche énergie au 3T 2018. Sinon c'était presque la faillite assurée, les emprunts de GE étant garantis par le cours de l'action ...
Ne mélangez pas tout svp !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :