Coronavirus : les informations essentielles du mercredi 1er avril

 |   |  2635  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
Tout ce qu'il ne fallait pas manquer, mercredi 1er avril 2020.
  • 18h45 : Au 16e jour, Edouard Philippe évoque un déconfinement progressif de la France

Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré que la sortie du confinement imposé à la population française depuis le 17 mars ne se déroulerait probablement pas "en une fois, pour tout le monde".

"Il est probable que nous ne nous acheminons pas vers un déconfinement qui serait général et absolu, en une fois, pour tout le monde", a prévenu le chef du gouvernement qui était auditionné par visioconférence devant la mission d'information de l'Assemblée nationale.

"Le déconfinement dépendra d'éléments dont nous ne disposons pas aujourd'hui", a-t-il souligné, évoquant notamment l'éventualité de traitements éprouvés et la capacité à tester.

  • 17h30 - Prise dans la tourmente mondiale, la Bourse de Paris termine en baisse de 4,30%

La Bourse de Paris est restée sous tension (-4,30%), incapable de marquer un rebond durable devant les sombres statistiques économiques et les incertitudes entourant l'évolution de l'épidémie.

L'indice CAC 40 a reculé de 188,88 points pour terminer à 4.207,24 points. La veille, il avait fini en modeste hausse de 0,40%.

Lire aussi : Coronavirus : le roi dollar en passe d'asphyxier les marchés financiers

  • 17h20 - L'Espagne espère avoir passé le pic de la pandémie

L'Espagne enregistre un record de 864 morts du coronavirus en 24 heures, dépassant les 9.000 victimes, mais les autorités estiment que la progression de la pandémie ralentit. La question "n'est plus de savoir si nous arrivons ou non au pic (de contagion), il semble que nous y soyons déjà, que nous sommes déjà en train de descendre", a estimé avec prudence le directeur du Centre d'urgences sanitaires, le Dr Fernando Simon.

L'Espagne a aussi dépassé mercredi la barre des 100.000 cas confirmés (102.136) mais le rythme d'augmentation des morts, des hospitalisations et des cas continue de ralentir, ont souligné les autorités.

  • 16h40 - L'Allemagne prolonge la distanciation sociale au moins jusqu'au 19 avril

L'Allemagne va prolonger au moins jusqu'au 19 avril ses mesures de restriction des contacts sociaux pour endiguer la pandémie de nouveau coronavirus, a annoncé Angela Merkel.

"Les restrictions de contact sont prolongées au moins jusqu'au 19 avril, nous ferons une nouvelle évaluation le mardi après Pâques", a indiqué la chancelière allemande à l'issue d'une audio-conférence avec les dirigeants des 16 régions.

Lire aussi : Covid-19 : pourquoi le taux de mortalité en Allemagne est l'un des plus faibles au monde ?

  • 16h20 - 26 milliards d'euros : les réserves de l'agence allemande pour l'emploi pour financer le chômage partiel

Outre-Rhin, 470.000 entreprises, tous secteurs confondus, ont demandé au mois de mars à ce qu'une partie au moins de leurs salariés touchent des allocations de chômage partiel.

Le ministère allemand du travail s'attendait mi-mars à voir 2,35 millions de salariés mis en chômage partiel, pour un coût estimé de dix milliards d'euros. Les réserves de l'Agence fédérale pour l'emploi, -qui va indemniser les employés, charges sociales patronales incluses, pendant une durée maximale de douze mois-, basées sur les cotisations s'élèvent à 26 milliards d'euros. C'est trois fois plus que ce qui est prévu par la France dans son projet de loi de finances, comme il est écrit dans ce fil d'actualités plus tôt.

  • 15h30 - Wall Street attend (aussi) le pire et ouvre en forte baisse

La Bourse de New York reculait fortement à l'ouverture alors que la Maison Blanche a prévenu que les Etats-Unis allaient faire face à deux semaines "très très douloureuses": le Dow Jones perdait 3,92% et le Nasdaq 3,06%.

Wall Street avait terminé dans le rouge mardi le pire trimestre depuis 1987 pour le Dow Jones (-23%) et depuis 2008 pour le S&P 500 (-20%), les investisseurs restant hantés par la pandémie de coronavirus depuis plusieurs semaines.

Lire aussi : Entre 100.000 et 200.000 morts du Covid-19 aux Etats-Unis : l'effrayant pronostic d'un conseiller de Trump

  • 15h20 - Le Japon étend ses restrictions d'entrée

Le Japon, qui s'efforce de juguler une hausse récente des cas de coronavirus, a annoncé que les voyageurs en provenance des Etats-Unis, de Chine et de la plupart des pays d'Europe se verraient refuser l'accès au territoire.

Le Japon avait déjà bloqué les arrivées depuis plusieurs pays européens et de certaines parties de la Chine et de Corée du Sud.

Lire aussi : Le Japon doit faire face à la pire chute de son PIB en 5 ans

  • 15h11 - Une filiale de British American Tobacco développe un vaccin grâce aux feuilles de tabac

Le cigarettier British American Tobacco (BAT), qui fabrique les marques Lucky Strike et Dunhill entre autres, a annoncé qu'une de ses filiales travaillait sur un potentiel vaccin contre le coronavirus en utilisant des feuilles de tabac.

Le vaccin est en phase de test pré-clinique et n'a pas donc pas été testé sur l'homme n'a pas encore obtenu l'homologation des autorités sanitaires.

  • 14h32 - L'UE propose un cadre pour étendre le chômage partiel

La Commission européenne a dévoilé un dispositif destiné à inciter les Etats de l'Union à adopter à leur tour des mesures permettant l'instauration du chômage partiel et éviter une explosion du nombre des licenciements.

Le cadre proposé par l'exécutif européen s'inspire très clairement des législations qui existent en France ou en Allemagne, par exemple, et qui prévoient que les finances publiques prennent en charge une partie des salaires afin de dissuader les entreprises de procéder à des licenciements.

  • 14h25 - Etats-Unis : les entreprises privées ont détruit 27.000 emplois en mars

Le secteur privé aux Etats-Unis a détruit 27.000 emplois au mois de mars, à cause de la pandémie, selon l'enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP.

Mais cela "ne reflète pas l'ensemble des conséquences du Covid-19 sur la situation générale de l'emploi", alerte toutefois ADP dans son communiqué. Les analystes tablaient sur 175.000 emplois perdus.

  • 14h20 - Chômage partiel : 337.000 entreprises en ont fait la demande, selon le dernier décompte

Le recours au dispositif du chômage partiel avait été demandé mardi soir par 337.000 entreprises pour 3,6 millions de salariés, a annoncé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, à l'issue du Conseil des ministres.

La ministre n'a pas donné de chiffre sur le coût, mais selon son entourage, cela représente, sur une durée de trois mois, une dépense potentielle de 11 milliards d'euros, bien au-delà des 8,5 milliards budgétés par le projet de loi de finances rectificative.

Lire aussi : Chômage partiel, dividendes... comment les grands groupes français gèrent-ils la crise ?

  • 14h18 - La prime défiscalisée pourra être modulée en fonction des conditions de travail

Les entreprises qui verseront la prime défiscalisée - maximum de 1.000 euros, porté à 2.000 en cas d'accord d'intéressement - pourront la moduler en fonction des conditions de travail liées à l'épidémie, selon l'ordonnance adoptée en Conseil des ministres.

L'entreprise pourra ainsi légalement distinguer ses salariés devant se rendre sur leur lieu de travail - comme les caissières dans la grande distribution ou les ouvriers sur un chantier - des autres en télétravail, ce qui n'était pas possible jusque-là.

  • 14h16 - Les médecins du travail pourront prescrire des arrêts de travail

Les médecins du travail, qui ne peuvent pas prescrire des arrêts de travail contrairement à un médecin traitant, vont être autorisés à le faire "en cas d'infection ou de suspicion d'infection" au coronavirus, selon le texte d'une ordonnance présentée en Conseil des ministres.

Ces médecins et infirmiers pourront également "procéder à des tests de dépistage", a précisé l'entourage de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

  • 14h12 - Il y a un risque de crise alimentaire mondiale, alertent l'ONU et l'OMC

Il existe un risque de "pénurie alimentaire" sur le marché mondial à cause des perturbations liées au Covid-19 dans le commerce international et les chaînes d'approvisionnement alimentaire, ont averti les présidents de deux agences de l'ONU et de l'OMC.

"Les incertitudes liées à la disponibilité de nourriture peuvent déclencher une vague de restrictions à l'exportation", provoquant elle-même "une pénurie sur le marché mondial", déclarent-ils dans un rare communiqué commun. Ils en appellent à la "coopération internationale" pour éviter tout risque de pénuries de produits essentiels.

  • 13h16 -  L'Iran compte officiellement plus de 3.000 morts (nouveau bilan)

Les autorités iraniennes ont annoncé mercredi 138 nouveaux décès dus au coronavirus, ce qui porte à plus de 3.000 morts le bilan officiel de la pandémie en Iran, un des pays les plus touchés par la maladie du Covid-19.

  • 12h45 - Plus de 204.000 petites entreprises ont demandé l'aide de 1.500 euros

Plus de 204.000 petites entreprises et indépendants ont déjà déposé une demande auprès de l'Etat pour recevoir l'aide de 1.500 euros via le fonds de solidarité créé par le gouvernement pour les aider à traverser la crise engendrée par l'épidémie de Covid-19.

"A 12h aujourd'hui, elles étaient déjà 204.257 à avoir rempli le formulaire" sur Internet, a indiqué mercredi le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin sur Twitter.

  • 12h29 - 15 millions d'euros de chèques services pour les SDF

Des "chèques services" vont être distribués aux personnes sans domicile en France afin de leur permettre d'acheter des produits d'alimentation et d'hygiène pendant la période de crise sanitaire. Ce dispositif "bénéficiera à 60.000 personnes sans domicile, pour un budget de 15 millions" d'euros, a précisé le ministère dans un communiqué. D'un montant de sept euros par jour, ils seront distribués par des associations.

  • 11h15 - La Russie envoie une aide médicale aux Etats-Unis

Un avion de l'armée russe chargé de matériel médical et de masques de protection a décollé mercredi d'une base proche de Moscou à destination des Etats-Unis, rapporte la chaîne de télévision Rossiya 24.

  • 11h10 - l'Indonésie réduit sa prévision de croissance de moitié

Le ministère des Finances indonésien a réduit mercredi de moitié sa prévision de croissance du PIB pour 2020 à cause de la crise du coronavirus et prévenu que la principale économie d'Asie du Sud-Est pourrait entrer en récession selon le scénario le plus pessimiste.

  • 10h47 - Les banques britanniques annulent leurs dividendes

Les grandes banques britanniques, à la demande de la Banque d'Angleterre (BoE), ont annoncé mercredi renoncer à verser un dividende cette année, pour préserver leurs liquidités en pleine crise du coronavirus.

Elles renoncent également à leurs programmes de rachat d'actions.

Lire aussi : Verser ou non des dividendes ? Les banques françaises sur la réserve

  • 10h24 - Le marché automobile français terrassé par le coronavirus

Le marché automobile français a chuté de 72,2% en mars et devrait baisser de 20% sur l'année, victime de l'épidémie de coronavirus et des mesures de confinement de la population qui ont stoppé les ventes.

Depuis le 17 mars, la France est sous confinement, et tous les commerces non essentiels, dont les concessions automobiles, sont fermés, dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de Covid-19. L'ensemble des usines automobiles ont été mises à l'arrêt.

  • 10h11 - Coronavirus : le géant pétrolier BP réduit de 25% ses investissements

Le géant pétrolier britannique a annoncé mercredi une réduction de 25% de ses dépenses d'investissement cette année en réaction à l'effondrement des cours du brut notamment du fait de la paralysie économique causée par le coronavirus.

Le patron du groupe Bernard Looney explique dans un communiqué que ses investissements tomberont à 12 milliards de dollars en 2020.

  • 9h46 - FO souhaite une revalorisation salariale de certains métiers exposés au coronavirus

Le secrétaire général de Force ouvrière Yves Veyrier a appelé mercredi à une revalorisation des "petits métiers" tels que livreurs ou caissières "au sortir de la crise" du coronavirus. Interrogé sur RFI, il a évoqué les "livreurs, chauffeurs routiers, caissières, tous ces petits métiers qu'on ne voit pas habituellement".

"Au sortir de cette crise, il faudra un grand plan de revalorisation de ces métiers y compris sur le plan de la rémunération car on s'aperçoit tout à coup que ces métiers-là sont des métiers extrêmement importants", a-t-il estimé.

  • 9h33 - Japon: la chute des ventes automobiles s'est poursuivie en mars

L'effondrement des ventes de véhicules neufs au Japon a continué en mars, pour un sixième mois d'affilée, selon des chiffres publiés mercredi par l'association japonaise des concessionnaires automobiles (Jada).

Un total de 374.955 voitures, camions et bus de marques japonaises (hors "kei cars", mini-voitures d'une motorisation égale ou inférieure à 660 cm3) ont été vendus le mois dernier dans l'archipel, soit une chute de 10,2% sur un an.

  • 9h24 - Coronavirus : plus de 30.000 morts en Europe

La pandémie de nouveau coronavirus a tué plus de 30.000 personnes en Europe, dont plus des deux tiers en Italie et en Espagne, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi à 7h00.

Avec un total de 30.063 décès (pour 458.601 cas), l'Europe est le continent le plus durement touché par la pandémie de Covid-19. L'Italie (12.428 décès) est le pays européen le plus atteint, suivi de l'Espagne (8.189) et de la France (3.523)

  • 9h17 - Londres chute à l'ouverture face à la crise du coronavirus qui s'aggrave

La Bourse de Londres a ouvert en forte baisse mercredi (-3,44%) face aux mauvaises nouvelles économiques et sanitaires qui continuent à s'accumuler sur la pandémie de coronavirus. L'indice FTSE-100 cédait près de 200 points à 5.412,83 points vers 8h20.

  • 8h45 - La Bourse de Paris devrait entamer avril en fort repli

La Bourse de Paris s'orientait vers une ouverture en nette baisse mercredi matin, après un déclin de plus de 25% sur le premier trimestre 2020, dans un marché toujours suspendu aux conséquences de la pandémie de coronavirus, en particulier aux Etats-Unis. Le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 3,34% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait fini en modeste hausse de 0,40% à 4.396,12 points.

  • 8h41 - Fujifilm démarre une étude clinique sur un antiviral prometteur

Le groupe japonais Fujifilm a démarré un essai clinique pour tester l'efficacité de son médicament antigrippal Avigan (favipiravir) pour traiter des patients atteints du nouveau coronavirus, après des résultats encourageants d'autres études menées en Chine sur ce produit

  • 8h00 - Lait : la filière veut réduire la production en avril à cause de la crise sanitaire

L'interprofession laitière souhaite réduire la production de lait en France au mois d'avril, traditionnelle période de pic d'activité, pour s'adapter à l'évolution de la demande dans le contexte de la crise sanitaire, a-t-elle annoncée mercredi.

"On s'est mis d'accord sur un schéma de réduction de la production de lait au mois d'avril (...) qui serait compensée avec la mise en place d'un fonds", a indiqué Thierry Roquefeuil, président du Cniel (interprofession laitière).

Lire aussi : Entre 100.000 et 200.000 morts du Covid-19 aux Etats-Unis : l'effrayant pronostic d'un conseiller de Trump

  • 7h46 - Les Etats-Unis vont souffrir prévient Trump

Le président des Etats-Unis Donald Trump a demandé à ses concitoyens de se préparer, à l'instar de l'Europe, à des semaines "très, très douloureuses" face à la pandémie de coronavirus, qualifiée par l'ONU de pire crise à laquelle l'humanité ait été confrontée depuis 1945.

Lire aussi : Le coronavirus va-t-il forcer les États-Unis à agir pour plus d'égalité sociale ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2020 à 10:06 :
"Tout ce qu'il ne fallait pas manquer, mercredi 1er avril 2020".


« La Commission a demandé 63 fois aux états de réduire les dépenses de santé » dénonce l’eurodéputé Martin Schirdewan;
À 63 reprises entre 2011 et 2018, la Commission européenne a recommandé aux États membres de l’UE de privatiser certains pans du secteur de la santé ou de réduire les dépenses publiques en matière de santé. Ces recommandations ont visé quasiment tous les États, qui ont en général obtempéré. Il y a évidemment un impact sur l’état des systèmes de santé nationaux, notamment dans les pays affectés par la crise financière (des années 2010 – NDLR). C’est d’autant plus grave aujourd’hui, avec la crise du coronavirus. La capacité de réaction des pays est affaiblie.Elles témoignent du régime de gouvernance économique et révèlent que le modèle économique néolibéral de l’UE n’est pas capable de maintenir les services publics et de protéger les besoins fondamentaux des citoyens. Le problème, ce n’est pas les recommandations en soi, mais le fait que le modèle économique de l’UE repose sur l’austérité et pas sur la solidarité. Aujourd’hui, le manque de personnel, d’unités de soins et d’équipements médicaux dans les hôpitaux est un résultat direct des politiques d’austérité qui ont détourné l’argent du secteur public vers le secteur privé.
a écrit le 02/04/2020 à 9:30 :
"Tout ce qu'il ne fallait pas manquer, mercredi 1er avril 2020".

"Très hostile au Professeur Raoult et à l'hydroxychloroquine, le Dr Karine Lacombe est financièrement liée au laboratoire Gilead", écrivent certains internautes sur les réseaux sociaux, depuis quelques jours. La cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine à Paris est mise en cause pour conflits d'intérêt avec des laboratoires qui développent des médicaments au banc d'essai pour traiter le coronavirus. Elle est notamment attaquée pour avoir pris position contre un recours non-encadré à l'hydroxychloroquine. La chercheuse a bien perçu des indemnisations des laboratoires pharmaceutiques américains Gilead et AbbVie, mais pour des travaux sur l'hépatite C et le VIH. Karine Lacombe a perçu 15 000 euros du laboratoire Gilead et 3 000 de AbbVie sur cinq ans. C’est ce qu’elle indique dans une déclaration d’intérêt public datant de 2016. Elle a toutefois fait remarquer à franceinfo "n’avoir touché que 10 000 euros et 2 000 euros, une fois les charges sociales retirées". Selon la cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, cela n’a "rien d'inhabituel, beaucoup de chercheurs sont dans le même cas". Ces affirmations sont confirmées par le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) : "Les chercheurs peuvent travailler avec des laboratoires pour faire avancer les recherches thérapeutiques." Les indemnisations liées à la recherche doivent dès lors être "proportionnées au service rendu", souligne le CNOM.Les versements perçus par Karine Lacombe sont déclarés précise le CNOM, puisqu’ils figurent dans la base Transparence Santé, pilotée par le ministère des Solidarités et de la Santé. "Les informations relatives aux conventions conclues et avantages consentis aux professionnels de santé doivent par ailleurs être déclarées par les entreprises sur le site Transparence Santé piloté par le ministère de la Santé et des Solidarités. Elles sont publiques", explique le Conseil de l’Ordre des Médecins, sur son site internet.

Légalement, le CNOM interdit aux professionnels de santé de recevoir des avantages illicites de la part d’industriels du secteur de la santé. Mais il autorise trois types de dérogations, dont "la rémunération, l’indemnisation et le défraiement d’activités de recherche". Un manquement au règlement entraîne des poursuites par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Le contrevenant encourt une peine d’emprisonnement d’un an et 75 000 euros d’amende, au maximum.
a écrit le 02/04/2020 à 9:20 :
"Tout ce qu'il ne fallait pas manquer, mercredi 1er avril 2020".

Plusieurs millions de masques qui devaient arriver en France ont été détournés vers les Etats-Unis sur le tarmac d'un aéroport chinois.

C'est un épisode révélateur de la guerre des masques qui se joue sur la planète. Un chargement de plusieurs millions de masques hygiéniques commandé par le président de la région Provence Alpes Côte d'Azur a été détourné vers les Etats-Unis sur le tarmac d'un aéroport chinois, selon le président de la région Paca, Renaud Muselier, qui s'est exprimé sur la chaîne russe RT. "La commande avec le paiement a été réalisée, c'est-à-dire que les masques sont fabriqués et en attente en Chine, assure l'élu. La difficulté que nous rencontrons c'est l'acheminement. [...] Ce matin sur le tarmac [de l'aéroport], en Chine, une commande française a été achetée par les Américains cash, et l'avion qui devait venir en France est parti directement aux Etats-Unis. Devant ces problèmes, je suis en train de sécuriser la marchandise de façon à ce [...] qu'elle ne soit pas saisie ou achetée par d'autres", cite Libération dans un article ce mercredi. Le quotidien a vérifié l'information auprès d'autres présidents de régions. Selon l'un d'eux, interrogé par Libération, "les Américains les achètent (les masques) partout où ils en trouvent, peu importe le prix". Une stratégie agressive qui ne laisse que peu de marge de manoeuvre pour les régions. Selon la région Nouvelle Aquitaine, "les Américains commandent deux ou trois milliards de masques : avec nos cinq petits millions, on passe toujours après."
a écrit le 02/04/2020 à 9:13 :
"Tout ce qu'il ne fallait pas manquer, mercredi 1er avril 2020".

L’affaire tombe mal en pleine épidémie du Covid-19 en Europe. La France a réquisitionné le 5 mars un stock de quatre millions de masques appartenant à une entreprise suédoise, révèle L’Express mercredi 1er avril 2020.Or, la moitié de ces masques devait être redirigée ensuite vers l’Espagne et l’Italie, pays durement touchés par la propagation du coronavirus.Les masques appartiennent à la société Mölnlycke, spécialisée dans les produits médicaux jetables, qui venaient de se les faire livrer de Chine, rapporte L’Express. Arrivés en Europe par cargo à Marseille, ces masques avaient rejoint la plateforme basée à Lyon de cette entreprise avant d’être redistribués ensuite.
Sauf que le gouvernement avait décidé le 3 mars de réquisitionner tous les stocks de matériels sur le sol français. Les millions de masques ont donc été saisis d’office.Branle-bas de combat pour l’entreprise suédoise qui demande de l’aide au gouvernement de son pays. Mais cela n’aura aucun effet pendant deux semaines. Le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN) acceptera alors de laisser partir la moitié de ces masques "à titre dérogatoire" vers l’Italie et l’Espagne.
a écrit le 01/04/2020 à 12:26 :
Yéaaa, pas graaave (voix susurrée comme Trump) ça va s'arrêter avec une grande éclaircie et des blanches colombes in the sky et Je pourrai prendre le bô n'avion avec tout les gens fôrmiiidâble comme moi pour remplir les bô z'églises toutes blanches dé la USA !
a écrit le 01/04/2020 à 12:21 :
Thump et Macron c'est du pareil au même. Ils sont arrogants, il n'y a que leur parole qui compte. Ils se moquent du petit peuple ( les derniers de cordées).
a écrit le 01/04/2020 à 10:50 :
Les images sont impressionnantes. The Greater Pittsburgh Community Food Bank est une banque alimentaire située à 16 kilomètres de Pittsburgh, aux Etats-Unis. Comme l’explique Newsweek, elle avait décidé de faire don de 1.500 sacs de denrées alimentaires malgré l'interdiction de se rassembler qui a été décidée dans l’Etat de Pennsylvanie. Des milliers de personnes ont fait la queue pour espérer avoir la chance de repartir avec l’un de ces fameux sacs. Au total, 16 kilomètres de bouchons ont été signalés sur la route pour se rendre dans cette banque alimentaire.

Les premiers automobilistes sont arrivés dès 7 heures alors que la distribution était prévue pour midi, ont raconté des employés aux médias américains. Face à l’afflux de personnes qu’a provoqué cette annonce, la police a été contrainte d’intervenir pour réguler la circulation et plusieurs cabines de toilettes ont été installées sur la route. Les employés chargeaient les denrées directement dans les coffres des voitures pour respecter les mesures sur les distances entre les personnes : sur les photos qui circulent, ils ne semblent pas disposer de masques.Au total, 1.700 familles auraient pu finalement bénéficier des denrées de la banque alimentaire selon Newsweek. Katie Fitzgerald, directrice des opérations du réseau de banques alimentaires Feeding America, indique au média que les demandes de familles en difficulté ont considérablement augmenté aux Etats-Unis ces dernières semaines. Elle explique aussi que les dons alimentaires ont baissé alors que les Américains se sont à leur tour rués vers les supermarchés. “Les banques alimentaires comptent sur leurs stocks actuels pour répondre à l’augmentation de la demande”, a-t-elle tenté de rassurer.
a écrit le 01/04/2020 à 10:02 :
Avec toutes ces mauvaises nouvelles venant de'autres pays comme l'Italie, l'Espagne, les USA, l'Angleterre etc....ne parlons pas de la Chine qui a très vraisemblablement minoré son nombre de victimes, on se rend compte que notre gouvernement a plutôt bien géré la crise jusqu'ici. N'en déplaise à certains, ceux qui profitent de la situation pour critiquer à des fins politiques ou syndicales, à ceux qui critiquent pour critiquer et à toute la mauvaise face de la nature humaine.
Réponse de le 01/04/2020 à 10:26 :
Ne pas compter tous les morts est-il synonyme de "bien gérer" ? Des pays voisins qui prennent des malades français serait aussi la preuve d'un bonne gestion. Merci à eux. Masques, tests, en nombre insuffisant, etc. Pas grave.
Enfin, les Etats-Unis sont un pays de 330 millions d'habitants, au cas où cela vous aurait échappé.
Réponse de le 01/04/2020 à 16:51 :
Il y a eu pas mal de retards à l'allumage qd même avec à mon sens le départ précipité de Mme Buzyn.
Mais bon, on ne peut pas combler en 2 coups de baguette magique une décennie d'errements politiques en produits de santé de protection de base.
a écrit le 01/04/2020 à 9:31 :
Ils devraient vite se lasser de fêter les mariages en bagnoles ces grands gamins que sont les américains. Mais pour un peuple fortement habitué à beaucoup bosser c'est l'inconnu là.
a écrit le 01/04/2020 à 9:12 :
Opinion et questions 🤔les vaccins antiviral, l'influenza utilisé par une population du 3ème âge et personnes dites à risques, ont ils fait apparaître le nouveau coronavirus ? une grippe plus sévère et pandemic, es que la communauté scientifique, dont l'industrie pharmaceutique, savent ils quelques choses à ce sujet ? Et enfin, les domages collatéraux du vaccin l'influenza sont ils connus pour une mutation vers une autre classe de verus incontrôlable, comme coronavirus, et de se fait, pandemic !
Réponse de le 01/04/2020 à 11:26 :
Je doute que les chauve-souris de la frontière laoto-chinoise, les serpents et les pangolins aient été fortement impactés par les vaccins contre la grippe saisonnière, qui appartiennent à un autre groupe de virus.

Dites bous plutôt où vous voulez en venir, ce sera plus simple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :