Politique économique : deux tiers des Français désapprouvent Macron

 |   |  926  mots
67 % des Français ont le sentiment que leur pouvoir d’achat a diminué au cours des 12 derniers mois selon BVA.
67 % des Français ont le sentiment que leur pouvoir d’achat a diminué au cours des 12 derniers mois selon BVA. (Crédits : POOL New)
Les Français jugent sévèrement la politique économique d'Emmanuel Macron selon la dernière enquête d'opinion exclusive BVA/La Tribune. Les conséquences des réformes semblent peser sur l'opinion.

L'automne s'annonce difficile pour Emmanuel Macron. Après un été controversé marqué par l'affaire Benalla et la récente démission du ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, la politique économique menée par le gouvernement est jugée défavorablement par une large majorité de Français selon le dernier baromètre BVA/La Tribune sur les questions de l'économie.

Cette chute dans l'opinion intervient alors que la conjoncture économique connaît quelques ratés. La croissance a fortement ralenti au cours du premier semestre en raison notamment d'une consommation atone. Et les perspectives ne sont pas au beau fixe. La Banque de France vient de baisser ses prévisions de croissance à 1,6 % pour 2018. Les économistes de l'institution bancaire expliquent cet abaissement par "un trou d'air" plus marqué qu'attendu au premier semestre 2018. Le gouvernement d'Edouard Philippe compte sur la disparition de la taxe d'habitation pour une majorité des ménages et la suppression de la cotisation salariale pour l'assurance-chômage à partir du premier octobre prochain pour relancer la consommation.

> Lire aussi : Croissance : l'Insee confirme le coup de frein

Une politique économique désapprouvée

Selon la dernière enquête menée par l'institut de sondages, 67 % des Français interrogés estiment que la politique économique du gouvernement est mauvaise. Sur ce total, 39 % estiment qu'elle est plutôt mauvaise et 28 % qu'elle est très mauvaise. Le chef de l'État perd 12 points par rapport à mai dernier.

Par catégorie, ce sont principalement les femmes (68 %) qui jugent défavorablement les réformes de Macron. Cette désapprobation est également visible chez les personnes ayant un niveau d'étude inférieur au bac (77 %), les employés et ouvriers (73 %), les 35-49 ans (70 %) et les 50-64 ans (70 %), alors que les jugements sont plus réservés chez les 65 ans et plus (bien qu'en hausse de 16 points, à 63 %), les habitants de l'agglomération parisienne (61 %), les personnes vivant dans des foyers ou les revenus mensuels sont supérieurs à 3.500 euros (56 %) et les cadres (53 %), qui sont néanmoins majoritairement négatifs.

Selon la couleur politique, le clivage est particulièrement marqué. Une très grande majorité des sympathisants de la République en marche estiment que la politique économique est bonne quand 77 % des sympathisants de la gauche (71 % au Parti socialiste et 86 % de la France insoumise) considèrent. que la politique menée est mauvaise de même que 66 % des sympathisants de la droite (LR : 64 %, DLF : 81 %) et 76 % des sympathisants du Rassemblement national (ex-FN). L'institut d'enquête d'opinion souligne que "c'est chez les sympathisants Les Républicains que le basculement des opinions est le plus important : ils n'étaient que 42 % à juger en mai 2018 que la politique économique était mauvaise."

Le pouvoir d'achat au centre des inquiétudes

La question du pouvoir d'achat cristallise les inquiétudes chez les personnes interrogées. Seulement 24 % des Français font confiance au gouvernement pour prendre des mesures visant à favoriser le pouvoir d'achat. A l'inverse, ils sont 75 % à ne pas accorder leur confiance à l'exécutif pour booster leurs revenus. Si ces chiffres sont relativement stables depuis février, ils existent de sérieux contrastes entre les catégories. "Le taux de confiance des cadres progresse de 6 points (à 31 %) alors qu'il baisse de 3 points chez les employés et ouvriers (à 20 %) et de 4 points également chez les retraités (à 18 %) et qu'il perd aussi 5 points chez les salariés du privé (à 29 %)" explique l'institut de sondages.

Par ailleurs, 6 7% des interrogés ont le sentiment que leur pouvoir d'achat a diminué au cours des 12 derniers mois et ils sont une minorité (6%) à penser qu'il a augmenté. Là encore, il existe de fortes disparités selon les catégories. Chez les retraités, ils sont 84% a avoir le sentiment que leur pouvoir d'achat a baissé. Ils sont 64% chez les employés et ouvriers et 52 % chez les cadres.

Les Français confiants sur l'impôt à la source

Après la multiplication des hésitations du gouvernement sur la mise en place du prélèvement de l'impôt à la source, les Français semblent prêts au passage de la réforme le premier janvier prochain. 83% des répondants ont indiqué qu'ils voyaient précisément ce dont il s'agit. 14% des interrogés indiquent qu'ils en ont uniquement entendu parler et seulement 2% qu'ils n'en n'ont pas entendu parler.

En revanche, si une une grande majorité des Français signalent qu'ils savent bien que l'impôt sera prélevé à la source, ils restent très divisés sur le sentiment que cela provoque chez eux.

"- Pour 28 %, le prélèvement à la source est plutôt une bonne chose, cela répartit mieux le montant de l'impôt sur le revenu à payer sur l'année. Cette opinion est notamment plus présente chez les moins de 35 ans (34%) et les actifs (32%); 

- Pour 43 % le prélèvement à la source ne change rien, c'est notamment l'opinion de 54% des retraités et de 51% des hauts revenus (>3500 euros mensuels pour le foyer)

- Pour 28 %, le prélèvement à la source est plutôt une mauvaise chose, cela donne l'impression que les revenus diminuent, un sentiment que l'on retrouve plus fortement chez les moins de 35 ans (37%), les habitants de communes rurales (37%) et les employés et ouvriers (36%)."

Méthode : enquête réalisée auprès d'un échantillon de 1.026 Français interrogés par Internet du 11 au 13 septembre 2018. La représentativité de l'échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, CSP du chef de famille et de la personne interrogée, après stratification par région et catégorie d'agglomération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2018 à 14:06 :
C'est pas mal comme chiffre, après tous lors de l'élection présidentiel ils y en avaient moins de 20% qui l’appréciaient, et encore je ne compte pas les votes blancs, nuls et non votants !
a écrit le 17/09/2018 à 19:10 :
Les français veulent travailler moins et etre mieux payés:mais ceci n'est vrai que dans les dessins animés de" oui-oui",ou chez ses homologues de la france insoumise.Nous avons le plus faible nombre d'heures travaillées,les retraites les plus élevées du monde,l'age de départ en retraite le plus bas,le plus fort taux d'absentéisme,etc...,j'arrete la!.Macron essaye de rééquilibrer les choses grace a la fiscalité,les français ne comprennent décidément rien en économie:la preuve ils placent toutes leurs économies dans les assurance vies!
a écrit le 17/09/2018 à 15:11 :
".....une consommation atone " ...!!!
...et pour cause : imposition abusive n'a JAMAIS encouragé a consommer !
a écrit le 17/09/2018 à 10:01 :
Un tel score alors que 80% des médias TV, radio et journaux sont à sa botte, c'est piteux.
a écrit le 16/09/2018 à 22:51 :
Quand un Président et un gouvernement agissent, cela ne peut pas plaire à tout le monde.
Certaines réformes auraient pu être évitées, le prélèvement à la source et le 80 km/h, elles ne rapportent ou n'apportent rien, seulement de la hargne contre le Président et le gouvernement.
Les Français aimeraient que tout s'améliore mais que rien ne change, ce n'est pas nouveau.
Les élections européennes vont en faire les frais, les partis et mouvements ne demandent pas que l'on vote pour un projet européen mais pour ou contre le Président.
C'est grave et irresponsable de leur part.
Peut-on croire que les états ramenés à leur indépendance de l'union vont retrouver une véritable souveraineté par rapport aux puissants état tels que les USA, la Russie, la Chine et d'autres états?
En fait aucun état de l'union n'est capable de résister face à ces pays qui en feront des vassaux à leur botte, les mettront sous leur coupe économique donc sociale .
Aucun de nos tribuns politiques habituels n'a la franchise de dire la vérité, seule leur puissance et leurs ambitions les guident.
Réponse de le 17/09/2018 à 15:15 :
" ... irresponsable " ?!?
Vous avez oublié de prononcer le mot "populiste" pour etre en adéquation avec la pensée formatée du moment que vous illustrez a merveille !
Si ça ne va pas bien c'est bien évidemment a cause de l'immobilisme des citoyens : c'est tellement facile le transfert d'incuries !!!
a écrit le 16/09/2018 à 16:59 :
Il a eu tord de penser que les français avaient assez de cortex pour comprendre le monde actuel.
Il ne peut que descendre dans les enquêtes d’opinion car même si les ventres sont toujours bien remplis, les têtes restent désespérément vides.
De toute façon, il est encore là pour un peu moins de 4 ans, que l’on soit pour ou contre.
a écrit le 16/09/2018 à 12:57 :
Le président qui en cours de mandat plait à la majorité des Français est celui qui ne fâche personne en ne faisant rien.Cela a été comme ça depuis 40 ans. Le mauvais score montre qu'il essaie de faire bouger ce pays de râleurs perpétuels.
Réponse de le 16/09/2018 à 16:00 :
Le problème , c'est que ce sera pire avec lui et tout le monde l'a bien compris
,pas la peine d'attendre 5 ans pour s'apercevoir du désastre .
Réponse de le 16/09/2018 à 19:10 :
"Ne prend pas trop de Gaulois, ils sont indisciplinés et se plaignent tout le temps" Amilcar Barka a son fils Hannibal, vers 200 av.JC. Rien de nouveau, depuis !!!
Réponse de le 16/09/2018 à 21:07 :
@Le bon sens près de chez vous: le Président et son gouvernement représente l'Exécutif de la Dépense; le Parlement, par ses deux chambres, représente le Législatif et donne ou refuse la Recette correspondante; depuis 60 ans, il est évident que le volet "refus" du Parlement a depuis longtemps été oublié, et que se faire élire n'a pour but que le carriérisme et les avantages attachés à la fonction. Depuis 60 ans, les gouvernements s'évertuent à corriger l'appauvrissement des français en faussant le mécanisme naturel d'adaptation des producteurs.de la richesse ; si l'on ajoute les frais de fonctionnement éhontés de la classe politique et la ruine que représentent les dépenses militaires (pourtant insuffisantes) des OPérations EXtérieures , il n'est pas étonnant que nous vivions le Tonneau des Danaïdes. Et ce Président n'échappe pas à la règle...
a écrit le 16/09/2018 à 10:04 :
Probleme ? 2/3 des français ne comprennent rien a l'économie !! Tous les autres européens comprennent qu'avant de distribuer, il faut gagner !! Donc, avoir une solide base économique, le reste suit, c'est à dire, emploi, pouvoir d'achat. C'est pourquoi EM s'emploie à soutenir les entreprises... Quant au pouvoir d'achat actuel, il a été surtout atteint par la remontée du prix du pétrole. C'est si difficile à comprendre ???
Réponse de le 16/09/2018 à 11:56 :
Le pouvoir d'achat est surtout atteint par la matraquage fiscal,et tous les prélèvements ( assurances, factures etc) c'est difficile a comprendre ?
Réponse de le 16/09/2018 à 12:03 :
Et vous ! vous vous dispensez bien sur ! de cette gentillesse envers les Français . Nous pensons que vous avez tout faux et les résultats commence à venir , pourquoi s'entêter quand on a pris la mauvaise voie . Vaux mieux reconnaitre ses erreurs envers nos compatriotes , cela voudrait dire qu'il appréhende enfin la situation dans laquelle il nous a mi .
Réponse de le 16/09/2018 à 14:29 :
Les économistes non plus ne comprennent rien à l'économie. Ils passent leurs temps à expliquer pourquoi ils se sont trompés la veille.!
Réponse de le 16/09/2018 à 18:01 :
@alfred : je suis désolé, mais votre commentaire illustre ce que je dis, sans parler de l'orthographe !!!
a écrit le 15/09/2018 à 22:15 :
Mais vraiment very green la planète maintenant car De Rugy a déjà commencé à tous nous sauver.
Quand on pense que les français ralent pour la CSG, les 80km/h,....mais s’ils peuvent encore vivre pour payer leurs taxes, payer leurs impôts, leurs contributions, leurs droits, leurs cotisations, ...c’est bien grâce à ce gouvernement et au formidable travail effectué en 10 jours par le nouveau ministre d’état de la transition écologique interplanétaire et transdimensionnelle.
Vive Emmanuel Macron et svp continuez les réformes : héritage, pension de réversion, ....la France a besoin de justice sociale et d'égalité métaphysique universelle.
Réponse de le 16/09/2018 à 10:51 :
j'aime votre humour ou votre bêtise je ne sais quoi choisir. Le sujet n° un actuellement la baisse de la consommation par un manque de confiance puis par une baisse du pouvoir d'achat a une répercussion directe sur la croissance. La fébrilité de l'exécutif avec des messages brouillons montre l'inquiétude mais aussi la limite du discours pompeux par rapport à la réalité des actions. Bien les citoyens peuvent toujours payer mais sommes nous dans un point de bascule si cela est le cas alors les lendemains pour notre économie ne seront pas très roses. Pour ce qui est de l'opportuniste de service M. de Rugy pour l'instant nous n'avons rien vu , je rajoute que sa nomination est tombée à point nommé car en 2019 il devait laisser sa place à M. Ferrand. Sa nomination est elle écologique ou dans cette tambouille politicienne dont M. Macron, pour qui j'ai voté dès le premier tour dont les actions me font plus que douter de mon choix, qui devait représenter le nouveau monde est en fait tomber dans la marmite "gauloise" du vieux monde, beaucoup de com pour des réalisations à minima ou politiciennes bien loin du changement dont notre pays a besoin.
a écrit le 15/09/2018 à 19:21 :
Augmentation CSG, TVA, CRDS, IRPP, TFCE...mutuelle, ..
Fin des ALD, des congés payés, de l’école obligatoire, des retraites, des pensions de réversion, des héritages....
Enterrement des 35h, du CDI, ....

Fonce Macron. Il n’y a aucun sujet tabou. Les sans dents veulent du changement.
a écrit le 15/09/2018 à 16:49 :
Macron est un centriste ( Giscard , Bayrou ) . C'est le camp des saints ! L'antithèse de Gaulle . Le problème c'est l'absence d' une stature ce qui a permis son election . .
Réponse de le 15/09/2018 à 18:43 :
"L'antithèse de Gaulle "

Ce qui ne l’empêche pas de rajouter une croix de Lorraine à l’emblème de l’Élysée pour tenter de récupérer quelques voix avant les européennes .
a écrit le 15/09/2018 à 14:42 :
Macron c est plantée à force dès voler leS petits macron promoteur de misères
a écrit le 15/09/2018 à 12:25 :
Ce n'est pas la pas la peine de commenter puisque les trolls du LFI, NPA, LR et FN (manipulés par qui ?) se déchaînent....
Cordialement
Réponse de le 15/09/2018 à 23:26 :
Vous aimez mieux la télévision publique où privée, on vous donne tout cuit
ce que vous devez penser , il appellent cela l'information (prêt machée)
a écrit le 15/09/2018 à 10:11 :
Grosso modo Macron applique la même politique que Hollande avec quelques nuances : PAS conservé, fiscalité démentielle sur l'énergie sous prétexte environnemental, fermeture de Fessenheim, absence de vraie réduction de la dépense publique et sociale donc de la diminution pourtant indispensable de la place de l'état... Pas étonnant que les résultats de cette politique donc des sondages soient du même tonneau.
Réponse de le 15/09/2018 à 12:04 :
Tout les européistes appliqueront les directives de Bruxelles jusqu'a disparition complète de l’État français! Pas étonnant que l'on ne soit pas fier de leur traîtrise!
Réponse de le 15/09/2018 à 19:59 :
@Oui mais : Ce n'est pas l'UE qui impose le niveau démentiel de la taxation de l'énergie que nous subissons en France. Ni de fermer Fessenheim. Et l'UE serait certainement fort aise si la France s'attaquait ENFIN à sa dépense publique. Vu les errements de sa gestion depuis plus de 35 ans, qui pourrait d'ailleurs regretter la disparition de l'état en France ?
Réponse de le 17/09/2018 à 14:04 :
on peut déjà commencer la réduction de la dépense publique en
abandonnant la transformation du CICE prévue en 2019, diminuant
d'un seul coup le déficit budgétaire d'une vingtaine de milliards d'euros
(environ 0.85 % du PIB) d'où moindre besoin d'endettement et économie
sur les charges financières.
par ailleurs, on nous annonce la "désocialisation " des heures
supplémentaires pour un coût estimé de 2 milliards, mais ce n'est pas
la loi el Khomri et les ordonnances réformant le code du travail qui ont
permis que la majoration auparavant fixée à 25 % puisse être minorée
d'abord jusqu'à 10% puis maintenant encore moins jusqu'à aller dans
certains cas à des heures travaillées gratuitement ? C'est aux
contribuables de payer les salaires des entreprises ???
a écrit le 15/09/2018 à 7:41 :
Contrairement à la majorité de Français qui sont pour le prélèvement à la source par ce qu'ils n'y comprennent rien et se font des illusions. On a ' simplifié' un système simple et qui marche bien par un système usine à gaz avec plein de bugs. Les taux calculés par l'administration sont souvent faux et de toutes façons ils sont calculés avec les revenus de l'année précédente qui n'ont aucun rapport avec les revenus de l’année en cours. En plus on demande à l'employeur de prélever des impôts sur les autres revenus du salarié.
Si certains trouvent cela simple ils ne sont vraiment pas difficile.
Réponse de le 15/09/2018 à 10:18 :
Oui, par incompréhension du système mis en place (en fait le PAS n'est qu'un précompte sur l'impôt dû) il y aura des cris et grincements de dents à la mi-2020 quand arriveront les régularisations de l'impôt dû sur 2019 (écart entre l'impôt effectivement dû au titre de 2019 connu après déclaration et les sommes prélevées au cours de 2019). En raison de la progressivité démentielle de l'impôt en France, une faible variation de revenus peut entraîner une forte variation de l'impôt voire faire entrer ou sortir certains de l'impôt. Ceux qui croient encore que le revenu après prélèvement à la source est un net à dépenser en seront pour leurs frais...
Réponse de le 17/09/2018 à 15:59 :
Les contribuables ayant une baisse de revenus exceptionnelle en 2018 (ex : congé parental) n'auront jamais de baisse d’impôt en 2019. Ils ont payé plein pot en 2018 (pour l'année 207), ils paieront plein pot en 2019. Je pense que certains vont tirer la tronche...
a écrit le 15/09/2018 à 5:08 :
Il n'y a pas que Benalla ou la politique économique. Le désamour a commencé avec le 80 km/h. Mesure à laquelle le président était auparavant opposé. C'est là où on s'est aperçu qu'on ne pouvait pas lui faire confiance. Et qu'il ne faisait pas le poids face à la technocratie...
Réponse de le 15/09/2018 à 8:05 :
Le désamour a commencé quand on a retiré 5€ sur les APL des pauvres pour combler le trou laissé dans les caisses de l'état par la fin de l'ISF.

Il ne pouvait pas y avoir pire signal envoyé à une population traumatisée par 10 ans de crise post 2007.
Réponse de le 15/09/2018 à 20:03 :
@bien avant je pense : tant qu'à faire, il eût mieux valu liquider complètement l'APL qui ne fait que solvabiliser artificiellement donc maintenir le prix élevé du logement.
a écrit le 14/09/2018 à 22:14 :
Quand un président a pour garde du corps un pied nickelé , cela en dit long sur son amateurisme et ses qualités de recruteur ... Je n'ose imaginer le reste de son entourage ...
Réponse de le 15/09/2018 à 11:31 :
Ha ! Ha ! ha ! Bien vu , comment ont-ils pu voter pour une pour une telle équipée , tout ça par ce que les médias les ont grugé de peur , rien de mieux que la peur , cela rassemble et empêche de réfléchir . Et cela marchera à tous les coups , qui tient les médias tient le peuple.
a écrit le 14/09/2018 à 20:01 :
Surtout les 16 millions de retraités. Alors 1 million de chasseurs cela nous fait même pas peur.
a écrit le 14/09/2018 à 19:47 :
Monuments Historiques. Un loto pour les restaurer. Du n'importe quoi. Sarko avec Carla, ils ne se sont pas gênés avec l'argent des français. 2 millions d'euros versés à l'Italie pour la reconstruction de l’église de l'Aquila suite au tremblement de terre. Et maintenant on veut nous vendre des tickets de loto!!!!!!!! Allons monsieur Macron un peu de retenue.
a écrit le 14/09/2018 à 19:43 :
Un peu de lisibilité , Macron sait qu' en 2022 il sera réélu Mélanchon trop vieux et Marine avec son fameux plafond de verre ne pourra jamais...Donc les réformes sur le déficit structurel c' est pour 2023....Ne pouvant faire trois mandats tout sera permis et je lui fais confiance pour la réduction de fonctionnaires .
Réponse de le 14/09/2018 à 20:58 :
Marine le Pen est démonétisée mais pas le RN (ex FN).

Si les élections européennes se passent comme le voient les sondages, le RN pourrait avoir des dizaines de députés européens et plus de problème d'argent pour ses futures campagnes.
Une candidate comme Marion-maréchal-nous-volià pourrait pousser dehors un macron totalement cramé par 5 années de politique impopulaire. Il en prend le chemin en explosant le record d'impopularité de Hollande.

Normalement, un sursaut devrait empêcher l'extrême droite d'arriver au pouvoir mais s'il n'y a plus aucun candidat en face et une abstention record, tout est possible. C'est- arrivé en Italie, en Pologne, en Hongrie, en Autriche, on n'est pas des extra-terrestres.
Réponse de le 15/09/2018 à 10:28 :
Excusez roro, il rentre de Lourdes où il a eu quelques illuminations !!!
Réponse de le 15/09/2018 à 20:05 :
@roro : on ne peut plus attendre 2023 pour tailler enfin à la hache dans la dépense publique.
a écrit le 14/09/2018 à 19:19 :
La dictature fiscale Made in France affiche ses limites ...avec ou sans Macron ...
a écrit le 14/09/2018 à 19:12 :
Les effets de la mis en oeuvre de son programmes ne sont encore pas probants, mais si on en revient à l'élection présidentielle de 2017, qui n'a que qu'un peu plus de 1 an , je ne suis pas sûr que j'aurais envie de voir les résultats des autres candidats après cette même période...
a écrit le 14/09/2018 à 18:47 :
quelques années encore à subir les inventions des députés LREM pour faire casquer le plus grand nombre. Pour eux la chasse est ouverte, ils ont la liberté chaque jour de trouver de nouvelles taxes pour remplir les caisses (ainsi ils seront mieux rétribués) toutes les rubriques de la vie y passent : le tabac, les amendes, les médicaments, la redevance, les retraités, le patrimoine etc... aujourd'hui on parle de vélos mais attention ils n'ont peur de rien vous aurez bientôt une vignette, une carte grise, et une assurance obligatoire. A ce petit jeu, nous pourrions tous êtres des députés
Réponse de le 14/09/2018 à 19:24 :
Sous une dictature fiscale ..c'est "normal" que l'argent des contribuables ..finance la démagogie des politiciens...Mais…! est-ce possible pour combien de temps encore..?
a écrit le 14/09/2018 à 18:47 :
Après les hausses à venir sur les carburants, les taxes en tout genre, l'absence de lisibilité sur L EU et la totale absence de politique industrielle, je ne voterai pas lrm la prochaine fois. Quand on regarde autour de soi, tous les états européens sauf quelques uns, on une croissance de 2,5 à plus de 3%.la France régresse depuis plus de trente ans et rien n'est fait. Ah si, taxer encore.
Réponse de le 14/09/2018 à 19:29 :
Rien de surprenant , sous le joug d' une dictature fiscale … avec en plus les boulets syndicalistes ,la collusion visible et invisible droite /gauche …etc. le "système " est bloqué …!
a écrit le 14/09/2018 à 18:42 :
Macron est en cours d'atteindre les limites du socialisme, il cherche désespérément de l'argent (dans un pays qui detient des records mondiaux de prélèvements obligatoires) pour continuer à financer un système à bout de souffle avec des services publics qui ne fonctionnent plus pour un coût prohibitif et une redistribution qui achète la paix sociale, soins palliatifs d'un chômage de masse et d'une immigration incontrôlée.
Réponse de le 14/09/2018 à 22:17 :
@ juv

Vous décrivez tout à fait bien la situation... il reste maintenant à savoir comment les français réussiront à comprendre leur situation et à agir intelligemment... il est certain que face à Macron il y a pas grand chose qui vaille... ou qui tienne... ou qui mérite que l'on s'y arrête... encore faudrait-il que les français se réveillent (vraiment) pour prendre leur destin en main... pas que la France m'intéresse vraiment... mais l'Europe oui, et elle a un rôle crucial à jouer comme ballast entre les États-Unis, la Chine et la Russie... je dis bien l'Europe et non la France, l'Allemagne, l'Italie ou l'Angleterre... il faut que l'Europe se réveille de son long et profond sommeil... :-)
a écrit le 14/09/2018 à 17:49 :
Si on fait un premier bilan de l'action de Macron et du gouvernement, on peut retenir : quelques petites réformettes mais surtout une pression fiscale toujours plus forte. Bref Macron comme tout énarque ne sait faire qu'une chose : augmenter les taxes et les impôts... parfois avec une certaine perversité ainsi la réduction à 80km/h sur les routes permet d'augmenter le nombre d'amendes... Qu'en est-il des réductions de dépenses publiques ? RIEN de l'aménagement du territoire ? RIEN de la réorganisation de l'Etat ? RIEN... bref Macron ce n'est RIEN que des impôts et taxes en plus.
a écrit le 14/09/2018 à 17:11 :
Les deux tiers des français comprennent, enfin, qu'il met en application, a coup de réformes, ce que l'UE de Bruxelles lui ordonne ! Il n'a pas d'autre programme!
Réponse de le 14/09/2018 à 18:48 :
Cessez de tout mettre sur le dos de Bruxelles. Nos états sont seuls responsables.
a écrit le 14/09/2018 à 17:02 :
La France championne d'Europe des distributions de dividendes mais toujours rien pour l'augmentation des salaires.
Nous aussi on a faim.
C'est pour quand une société plus juste ?
Réponse de le 14/09/2018 à 18:53 :
Soyez logique avec vous même achetez des actions.
a écrit le 14/09/2018 à 16:54 :
Pour résumer :

- Pauvres (9 millions de pauvres au total d'après Griveaux) : 8 milliards d'euros, répartis sur ...quatre ans.

- Riches ( 300.000) : 5 milliards... par an

Avant avec l'ISF, on pouvait aider les pauvres grâce à une déduction mais maintenant c'est quasiment terminé.
Réponse de le 14/09/2018 à 17:31 :
Tiens, c'est mon commentaire du 13/09/2018 à 9:50 sur l'article du plan pauvreté :
Tu pourrais faire un effort , même si tu as rajouté :Avant avec l'ISF, on pouvait aider les pauvres grâce à une déduction mais maintenant c'est quasiment terminé.

Enfin, si c'est la vérité c'est déjà ça.
Réponse de le 17/09/2018 à 10:51 :
L'ISF pénalisait davantage les pauvres que les riches. Sans parler de la fortune immobilière qui malheureusement reste taxée, ne vous êtes vous jamais posé la question des raisons de la faiblesse de l'actionnariat privé en France, ce qui fait que dès qu'une entreprise française d'une certaine importance, même rentable, est à céder, bien souvent elle passe sous la coupe d'un concurrent étranger (exemples récents, Arcelor, Alstom, STX France,...) qui généralement la dépèce au détriment de l'emploi français. 60% du CAC 40 est détenu par des investisseurs étrangers. C'est une urgence absolue, dans l'intérêt de tous et surtout des plus pauvres de favoriser l'actionnariat français, et de reprendre la devise de Guizot "Enrichissez-vous"... il faut donc tout faire pour permettre cet enrichissement bénéfique à tous.
a écrit le 14/09/2018 à 16:48 :
Les français veulent le beurre et l'argent du beurre : Payer peu d’impôts et de charges sociales mais avec une bonne couverture sociale et une bonne retraite.
J’accueille pas mal d'expatriés étrangers qui viennent bosser quelques années dans ma boite, une multinationale. Ils sont abasourdis par le nombre et la qualité des prestations sociales dont l’équivalent qui n'existe nul part au monde, même dans les pays nordiques.
Mais tout cela coûte cher et les français veulent bien faire des économies mais dans la cour du voisin sinon ils râlent et se mettent en greve.
Cette attitude puérile et auto destructive ronge le pays.
Réponse de le 14/09/2018 à 17:09 :
Vous avez raison : les chômeurs, les fonctionnaires, les retraités, les pauvres, les handicapés et les malades nous coûtent trop cher ! Mais comment s'en débarrasser ?
Réponse de le 14/09/2018 à 17:15 :
Comme quoi, la France n'est plus cette France si envié par son niveau de vie, depuis qu'elle c'est mis sous la tutelle de l'UE de Bruxelles!
Réponse de le 14/09/2018 à 18:57 :
+1000.
Tout le monde veut tout gratuit et sans effort.
a écrit le 14/09/2018 à 16:30 :
La culture économique des Français étant ce qu'elle est (inexistante) quel crédit apporter à votre article ????????????
Réponse de le 14/09/2018 à 17:21 :
Bonsoir,
Votre remarque est assez cocasse: pourquoi depuis plus de 40 ans chaque exécutif nous explique que sa politique économique est la bonne que les gouvernances soit de droite ou de gauche aujourd’hui du milieu pas celle de l’Empire mais celle peut- être du pire. A chaque fois la même rengaine de commentaires « la culture économique des français est inexistante ». Pour ce qui est de l’économie d’abord ce n’est pas une science exacte trop de facteurs rentrent en jeu dont le plus volatile, le plus incertain « la confiance » . Nous avons eu lors de la crise de 2007/2008 une ribambelle d’économistes un qui n’avaient rien vu venir deux qui avaient des solutions!!! et pas les mêmes un comble pour ce qui vous semble être une science exacte. Ensuite nous avons eu les élections de 2012 avec certains économistes qui expliquaient que si M. Hollande était élu les taux d’intérêts allaient exploser avez-vous vu l’explosion moi non et je ne suis un fan de François Ier. J’espère que cela ne vous pas échappé que les économistes en fonction de leur penchant politique, la conclusion n’est pas la même. Un petit rappel «  un économiste est celui qui est toujours capable de vous expliquer pourquoi la veille il disait le contraire de ce qui s’est produit » cela vaut pour les économistes et les politiques surtout ceux qui sortent de l’ENA dont notre ministre de l’économie d’aujourd’hui qui nous a raconté plus de fables que de réalités lors de ses postes sous M. Sarkozy et plus récemment dans l‘affaire STX / Fincantieri ou l‘affaire GMS et les promesses qu‘il a négocié!!! mais non tenues etc la liste est un livre de plusieurs pages. Dernier point des économistes ont compris que leur affirmation était bien loin de la vérité aujourd'hui ils se nomment "essayistes" plus humbles, plus réalistes de la difficulté de parler avec des affirmations de l'Economie. Aujourd’hui M. Macron est dans la ligne de M. Schroeder, hors le plan 2000 de l’Allemagne se faisait dans un contexte économique mondial bien différent de celui d’aujourd’hui. On peut être d’accord avec la politique actuelle SAUF que M. Macron REFUSE de s’attaquer au sujet numéro un dont tout le reste dépend LA DEPENSE PUBLIQUE. Les petits transferts d’un compte à l’autre type retraité vers salarié ou baisse de l’APL et autres artifices politiques ou suppression par palier de la TH qui devra d’une façon ou d’une autre être compensée, ne donnent aucune masse monétaire supplémentaire pour doper la consommation alors que dans notre pays malheureusement tout est basé sur la consommation intérieure. En conclusion votre commentaire me semble bien plus du comptoir, plus basé sur du on dit que sur la réalité de ce que peut-être une vision économique à 360°.
Réponse de le 14/09/2018 à 19:20 :
@ "vous devriez développer la votre":
Les dépenses publiques de 2017 représentent en France 1291 Milliards d'euros dont 58% (c.à.d. 748 Milliards) sont des prestations sociales et des transferts sociaux - Vieillesse,maladie, invalidité, famille, chômage, santé.D'où la difficulté de diminuer ces dépenses sans attirer le tir de barrage de tout un chacun. Tous les gouvernements butent sur ce problème.
Réponse de le 15/09/2018 à 0:25 :
Le supposé "manque de culture économique" des français m'a toujours amusé. Dans ce domaine, la France jouit d'une aura particulière dans le monde. Entre Tirole et Piketty, nos économistes français sont des stars mondiales et nombreux sont ceux qui enseignent dans les plus grandes universités. D'ailleurs, la France possède deux grandes écoles d’Économie, et l'un des plus grands nombres de think-tanks ( OFCE, CEPII, ..) qui produisent des travaux d'excellentes qualité.
Réponse de le 15/09/2018 à 14:37 :
Bonsoir @Tototiti, Une affirmation toute faite sans avoir regardé ce qu’est la dépense publique dont la première celle de l’état. Les dépenses dont la Cour des Comptes dénonce régulièrement les dérives de l’état énarque notre malheur. Tout d’abord un millier d’agences soit d’état soit régionales par le fait du Prince dont M. Macron ne se prive pas, pour un cout estimé aux alentours de 60 milliards d’euros dont la très symbolique France Stratégie. La France métropolitaine divisée en 13 régions pourquoi 26 académies alors que la région est devenue l’élément central de la décentralisation mais bien sur M. Macron, comme les autres de l’ancien monde protège d’une certaine manière les politiques locaux pour son propre besoin électoral. Les s/préfectures qui n’ont plus lieu d’être depuis des décennies mais la encore M. Macron protège sa caste l’ENA car les s/préfet sortent dans la majorité de cette funeste école qui investit toute les entités politiques et administratives de notre pays pour son malheur depuis des décennies. Pouvez expliquer pourquoi il y encore des inspecteurs du permis qui sont des fonctionnaires alors que cette tache devrait être attribuée à des entités dont la sécurité est la spécialité type Véritas et autres. Pour la mégalomanie politique de l’état des contrats Partenariat Public privé sont signés à tour de bras des milliards qui vont bientôt faire exploser les comptes publics. Dans un monde numérisé et l’état ne s’en prive pas depuis des années comment ne pas avoir fini de remplacer presque systématiquement les départs en retraite dans toutes les branches de l’administration centrale. Comment peut il encore exister des agences du trésor dans des villes alors que la suppression avait commencé il y quelques décennies sous M. Breton alors ministre de l’économie et vite stoppée. Pour avoir voyagé à l’étranger pour mon job pendant 3 décennies je n’ose vous exposer le gaspillage hallucinant des ambassades, consulats et autres administrations expatriées du ministère des affaires étrangères. Sans oublier les scandales des dépenses de l’Assemblée Nationale du Sénat et de l’inutile Conseil Eco Social et Environnemental dont je vous invite à prendre information. Encore de la magouille d’amis à placer soit pour services rendus soit pour caser un tel ou un tel des syndicats , du Medef et autres. Les nébuleuses de notre « vieux » pays magouilleur en politique sont foison Ne venez pas faire le discours habituel de l’impossibilité, vous confondez impossible et magouilles politiciennes protection de castes ou de lobbies. Vous connaissez à priori mal notre système opaque de l’administration étatique on ne parle pas de millions mais de milliards d‘euros. Pour ce qui de la sécu et des retraites l‘état est garant de la dette il n‘en supporte pas la charge pour vous en convaincre voir la dette de la SNCF qui est passée de garantie à dette d’état, il en sera de même bientôt pour celle de l’EDF encore un joujou des politiques dont le projet au Royaume Uni sonnera le glas de cette entreprise d’état mal gérée par une majorité de PDG mis en poste ENCORE par du copinage politicien voir l’époque de la nomination de M. Proglio. La liste est longue la volonté du politique dont M. Macron pour en finir avec un état dépensier est courte, à ce jour inexistante plus facile de taxer sous des prétextes mensongers que de s'engager sur une véritable transformation économique de la sangsue ETAT.
a écrit le 14/09/2018 à 16:24 :
" X% des français ne sont pas contents de la politique économique de E. Macron".
=> 1er constat : ce n'est pas la politique économique désirée par les français, c'est bien (et c'est écrit) celle d'un homme qui a été désigné comme notre président et qui fait ou essaie de faire selon ses convictions à lui ou selon ses intérêts (souvent divergents des nôtres) . Quid de la politique économique que souhaitent vraiment les français ? Dans quelle mesure EM remplit il les voeux du peuple qu'il représente ? Les entend-il ?
=> 2nd constat : depuis des lustres (Mitterrand ?) les français boycottent la politique appliquée (évidemment ce n'est pas celle qu'ils voudraient puisque elle nous est de plus en plus imposée par Bruxelles / le Parlement européen, des technocrates, hauts fonctionnaires. non élus démocratiquement).
=> Outre le fait que nous sommes contributeurs nets au budget européen (cela nous coûte des milliards plus cher que cela ne nous rapporte tous les ans), nous ne sommes plus libres d'avoir en tant que français des idées divergentes de leur idée de l'Europe, de leur Europe à eux).
=> 3eme constat : ce n'est pas l'homme à la tête du pouvoir qu'il faut cibler (peu importe son nom, qu'il soit de droite ou de gauche, etc) puisque c'est toujours pareil depuis des décennies..... Ce n'est pas l'homme qu'il faut changer, c'est le système et la démocratie qu'il faut réinventer. Faire preuve de "demosophie".... Ne plus bêler derrière le berger qui nous mène sur de mauvais sentiers.
a écrit le 14/09/2018 à 16:18 :
Pour rappel, nous devons faire un choix entre le changement climatique et notre PIB (indexé sur notre dépense énergétique et donc aux émissions de gaz à effet de serre et autres polluants).
a écrit le 14/09/2018 à 16:10 :
"Par catégorie, ce sont principalement les femmes (68 %) qui jugent défavorablement les réformes de Macron".

Faut mettre Brigitte à la TV pour remonter le % chez les femmes,ah ben ,c'est fait :

Brigitte Macron a accepté de jouer son propre rôle dans un épisode de la mini-série "Vestiaires" dédiée au handicap, qui sera diffusé samedi prochain sur France 2. Elle est la guest-star cette année à l'initiative de la productrice du programme, Sophie Deloche
a écrit le 14/09/2018 à 16:07 :
Encourageant ! Macron fait le job sans se soucier des ragots des concierges de la presse .
a écrit le 14/09/2018 à 15:58 :
Bizarre

"pouvoir d'achat ":
"Le taux de confiance des cadres progresse de 6 points (à 31 %)

Puis,
"ont le sentiment que leur pouvoir d'achat a diminué au cours des 12 derniers mois":
52 % chez les cadres.
a écrit le 14/09/2018 à 15:47 :
" Pour 43 % le prélèvement à la source ne change rien, c'est notamment l'opinion de 54% des retraités et de 51% des hauts revenus (>3500 euros mensuels pour le foyer)"

En gros, son électorat.Faudrait peut-être un jour qu'on fasse le distingo aussi dans les sondages entre un retraité de 65 ans babyboomer et un de 85 ou 90 ans ,car 20 ou 30 ans d'écart d'âge en retraite ne donne pas la même perception des choses, comme entre 35 ou 55 ans.
Réponse de le 14/09/2018 à 16:44 :
la moitié des retraités (comme des actifs) n'est pas imposable à l'IR (et ils le regrettent probablement).

Les haut revenus sont mensualisés depuis longtemps, donc ça ne change pas grand chose, voir rien dans les deux cas.

De mon point de vue, la césure principale se fait plus sur les revenus que sur l'âge.

Les classes moyennes entre 20 et 50 ans seront plus impactées parce que leur situation fiscale est la plus mobile, avec les mariages, la modification du nombre d'enfants (qui finissent par quitter le foyer), les déménagements, la mobilité professionnelle et salariale.
a écrit le 14/09/2018 à 15:16 :
La stratégie économique choisie pour son mandat est obsolète pour s'adapter aux marchés internationaux qui poussent à la croissance actuellement . Il aurait rien fait depuis son arrivée , on serait déjà dans une embellie du marché et notre croissance permettrait de rembourser notre dette . Tout en faisant des économie sur le train de vie de l'état . Singulièrement il a mi la charrue avant les bœufs . Il est encore temps d'envoyer les bon signes pour prendre la bonne direction . De prime à bord revenir sur l'impôt à la source qui rend atone le marché , remettre l'ISF pour financer les réformes . Remettre à niveau les retraités et les fonctionnaires , les entreprises suivront et arrêter les grands chantiers couteux mis en place avant l'été , nous n'avons pas les moyens .
a écrit le 14/09/2018 à 14:41 :
La taxe d'habitation est une farce qui va tourner a l'escroquerie.,ou comment faire disparaitre 25 milliards qu'on n'a pas.avec une augmentation du pib a 1,4% en 2020 le déficit budgétaire ne pourra être maintenu sous 3% qu'au prix de nouveaux impôts ou de l'abandon de promesses( dette SNCF, CITE,TH,plan pauvreté.....) RV pris.
a écrit le 14/09/2018 à 14:13 :
Dans les mécontents, il y a ceux qui ne veulent pas perdre leurs avantages sociaux, y compris si cela doit plomber les générations futures, et ceux qui estiment que le chef de l'état ne prend pas à bras le corps la situation de la dérive de nos finances publiques.. dès lors, la globalisation des chiffres n'a aucun sens, (addition de choux et de carottes). La France est clivée en deux, d'un côté ceux qui travaillent (trop) et sont ponctionnés (30% du PIB, 650 milliards de redistribution), et ceux qui ne travaillent pas assez, voire pas du tout, et se plaignent de leurs situations, sans jamais voir le verre à moitié plein: éducation gratuite, couverture santé quasi gratuite, couverture chômage, APL, tarifs énergie spéciaux,.. les mesures sociales sont tellement nombreuses que nul ne peut les lister.. à tels points que l'alimentation ne représente plus rien (15%) du revenu des ménages. Nous avons besoin de parler vrai sur ces sujets.
Réponse de le 14/09/2018 à 15:42 :
+1
On voit le résultat de décennies de social mal placé. On étrangle ceux qui bossent et on enterre les bénéficiaires dans le social (dont une part de fainéants qui ont bien raison de profiter du système).

RSA -> mobilisation des bénéficaires pour déneiger les trottoirs, aider les restos du coeur, rendre des petits services aux malades dans les hopitaux, nettoyer après une catastrophe naturelle...
Chomage -> Obligation stricte d'accepter un boulot à durée déterminée après n mois. 500000 jobs cherchent preneurs. Immigration nécessaire?
APL -> à supprimer. Gonfle les loyers, étrangle ceux qui n'en bénéficie pas.
Primes de rentrée... et de Noël --> Et puis quoi encore? les Allocs, les bourses et les parts fiscales sont déjà un luxe pour un état impécunieux.

J'en ai d'autres si nécessaires. Si vous trouvez que Macron est trop libéral, dites vous bien qu'il est encore un peu tendre.
a écrit le 14/09/2018 à 14:09 :
Ça politique est la plus adapté au monde de notre époque comme elle fonctionne dans de nombreux pays en forte croissance économique, nous ne pouvons rester à la traine.
Ensuite aimer l'homme banquier, énarque ou haut-fonctionnaire est tout autre chose....
Réponse de le 14/09/2018 à 15:49 :
La politique d'un pays ne peut être jugée sous le seul aspect économique.
Sur les dernières décennies la politique la plus efficace économiquement est celle de la Chine : ça n'en fait pas un modèle universel.
Prétendre que la politique de Macron est "la plus adaptée" est audacieux tant cela ne saute pas au portefeuille.
Il est toujours difficile de juger ce qui est la conséquence d'une politique et ce qui est l'est d'une conjoncture mais le résultat d'EM est médiocre socialement économiquement et écologiquement
a écrit le 14/09/2018 à 14:01 :
Ce n'est pas une surprise.
Son programme politique Économique envers les plus riches est chaotique pour la majorité des Français
a écrit le 14/09/2018 à 13:59 :
On dirait bien que Macron et ses soutiens ont élaboré un PAP (Plan d'Accès à la Pauvreté) pour les Français. Par incompétence et arrogance, ce type est en train de foutre un de ces bordels en France, comme on n'en n'a pas vu depuis longtemps.
a écrit le 14/09/2018 à 13:24 :
En marche vers le chaos néolibéral.

"Emmanuel Macron, la finance et le pouvoir: Les vieux habits de l’homme neuf" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/03/DENORD/57249
a écrit le 14/09/2018 à 12:50 :
Ce gouvernement est nul: sa seule préoccupation, créer de nouvelles taxes et impôts. J'apprends à l'instant qu'il veut faire payer la redevance TV même à ceux qui n'en ont pas (faible minorité). C'est mon cas, par choix, depuis longtemps. Combien de temps va-t-on encore spolier les gens sous n'importe quel prétexte ? La redevance devrait être supprimée pour tous, et les machins de l'audiovisuel mis à la diète. Macron = tous pauvres dans 4 ans
a écrit le 14/09/2018 à 12:33 :
Macron ne s'attaque pas à la réduction des déficits publics, pire encore, il augmente les impôts via la CSG, ponctionne 7 milliards aux retraités et malgré tout, la dette va encore augmenter de 100 milliards d'euros cette année. Sans une réduction des dépenses de l'état, les prélèvements continueront d'augmenter. Pour le prélèvement à la source, il est étonnant de dire que la majorité des français sont pour alors, qu'il n'y a que 42 % des contribuables qui sont redevables de l'IR?
a écrit le 14/09/2018 à 12:32 :
les francais sont contre des qu'ils vont payer quelque chose! un bon socialiste vote toujours des depenses pour soi financee par personne ( c'est a dire les autres)....
sans cautionner son action, il faut quand meme souligner qu'il herite du bilan plus que catastrophique de hollande, qui a laisse des macabets dans le placard; avec 3 millions de chomeurs ' tt compris' crees entre 2012 et 2017 ( avec le cynisme de lenine en la matiere), on peut se dire que le role du president actuel ne va pas etre facile!
et c'est sans compter sur la demobilisation generale conforme a ce qui a ete votee qui fait que ca ne va pas aller mieux tt de suite!!
cela dit, il faut noter qu'il n'y a plus 40.000 chomeurs de plus tous les mois, et ca les francais ne le voeint pas

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :