Intelligence artificielle : les États-Unis veulent la peau du dragon chinois

L’administration Biden vient d’élargir ses sanctions restreignant l’exportation des puces d’IA de Nvidia vers l’Empire du Milieu. Objectif affiché, freiner l’avancée du rival chinois dans ce domaine. Une stratégie efficace, mais à double tranchant, puisqu'elle signifiera à long terme moins de demandes pour le géant américain.
(Crédits : Reuters)

Un an après, Washington enfonce le clou. Mardi dernier, le département du Commerce des États-Unis a annoncé de nouvelles restrictions à l'exportation vers la Chine pour les puces de Nvidia consacrées à l'intelligence artificielle (IA).

À l'automne dernier, l'administration Biden avait déjà interdit au géant américain, leader mondial du domaine, d'exporter ses puces les plus avancées vers l'Empire du Milieu, et notamment la H100, fleuron de l'entreprise taillée notamment pour l'IA générative. Washington avait alors affirmé craindre que ces équipements soient intégrés à du matériel militaire, susceptible d'être utilisé contre les Américains et leurs alliés, alors que les tensions autour de Taïwan sont au plus haut. Nvidia avait réagi en lançant deux puces moins puissantes, H800 et A800, calibrées pour se plier aux restrictions. Tencent, ByteDance, Alibaba ainsi que Baidu avaient ainsi pu passer d'importantes commandes auprès de Nvidia. Avec ce nouveau tour de vis, les entreprises chinoises devront également se passer de celles-ci.

Lire aussiFoxconn et Nvidia s'unissent pour créer des « usines d'IA »

Un impact limité à court terme pour Nvidia

L'action de Nvidia a dévissé de 5% après cette annonce. Mais l'entreprise assure que l'impact immédiat sur ses ventes sera limité. « Étant donnée la demande mondiale pour nos produits, nous ne prévoyons pas d'impact à court terme significatif sur nos résultats financiers », confie un porte-parole de l'entreprise à La Tribune.

En effet, Nvidia est aujourd'hui confrontée à une demande si importante qu'elle peine à la satisfaire. L'entreprise est spécialisée dans les unités de traitement graphiques (ou graphic processing units, GPUs, par opposition aux central processing units ou CPUs, les microprocesseurs traditionnels), utilisées pour l'intelligence artificielle, et sur lesquelles Nvidia détient une part de marché de 88%, selon Jon Peddie Research, un cabinet de recherche en informatique. Avec la folie autour de l'IA générative qui gagne tout le monde depuis un an, elle a vu la demande s'envoler.

« La dernière fois que Nvidia a évoqué la question, elle parlait d'un carnet de commandes rempli sur les neuf prochains mois. Étant donnée la visibilité dont on bénéficie sur 2024, on peut estimer que c'est aujourd'hui passé à 12 ou 18 mois. On connaît la quantité de puces qui vont aller dans les réseaux pour connecter des clusters d'IA, on sait combien Broadcom veut en vendre l'an prochain, par exemple, il y a donc peu de doutes quant au fait que 2024 va être une excellente année pour Nvidia. Ce qu'elle ne peut vendre aux Chinois, elle le vendra à d'autres », décrypte Antoine Chkaiban, analyste chez News Street Research, un cabinet d'intelligence de marché.

À long terme, l'impact devrait toutefois se faire ressentir. En effet, selon Antoine Chkaiban, « la Chine représente entre 20 et 25% des ventes de GPUs pour les centres de données », ce qui inclut principalement des puces utilisées dans les supercalculateurs pour l'IA. Une part loin d'être négligeable, et donc potentiellement un gros manque à gagner pour Nvidia.

Casse-tête chinois

Entamée sous Donald Trump et poursuivie par Joe Biden, la politique de sanctions adoptée par Washington contre la Chine a pour objectif de freiner l'avancée de l'Empire du Milieu sur l'IA. « Ces nouvelles sanctions visent à mieux contrôler l'accès à la puissance informatique, ce qui va significativement ralentir le développement par la Chine de modèles de pointes, qui pourraient menacer les États-Unis et nos alliés, notamment en étant mis au service de l'armée », a ainsi affirmé la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo, à l'annonce de cette nouvelle vague de restrictions.

Que celles-ci soient motivées par de véritables craintes en matière de sécurité nationale ou par la compétition économique, force est de constater qu'elles sont efficaces. En 2018, avant d'être pris pour cible par l'administration Trump, Huawei était le troisième vendeur de smartphones au monde, avec 16% de parts de marché. Celles-ci sont désormais tombées à 4%, et le constructeur ne figure même plus dans le top 5.

Lire aussiPuces : Pékin et Washington se livrent une guerre féroce pour obtenir la suprématie technologique

En outre, s'il a récemment suscité la surprise en sortant une puce 5G maison pour équiper son dernier smartphone, celle-ci reste inférieure aux meilleures productions du marché. « Il s'agit d'une puce de 7 nanomètres, là où TSMC et Samsung font du 3 nanomètres : Huawei a donc deux générations de retard et est au niveau où était l'iPhone il y a quatre ans », note Antoine Chkaiban. En mars dernier, Baidu, un autre géant chinois, a sorti Ernie AI, la réponse de l'Empire du Milieu à ChatGPT, qui s'est cependant révélée inférieure au bébé d'OpenAI.

Si elles frappent sévèrement les BATX, les sanctions risquent toutefois d'être facilement contournées par les jeunes pousses chinoises de l'IA. De fait, elles pourront se tourner vers les géants du cloud, pour l'heure non concernés par les sanctions, afin de louer la puissance de calcul dont ils ont besoin. Certes, le gouvernement américain pourrait interdire à Google Cloud, AWS et Microsoft Azure de signer de tels contrats avec les géants chinois. Il sera toutefois très difficile de surveiller toutes les jeunes pousses chinoises souhaitant faire de même, et qui pourraient par exemple se contenter d'ouvrir une filiale aux États-Unis pour passer entre les mailles du filet.

Un lobbying demeuré sans effets

La nouvelle vague de sanctions vise également à s'adapter aux techniques adoptées par les entreprises chinoises pour mettre la main sur les précieuses puces de Nvidia malgré les restrictions. Une technique fréquemment utilisée consiste à passer par une filière basée à l'étranger ou par des entreprises situées dans un pays allié de Pékin. Désormais, ces deux cas de figure sont également couverts par les sanctions.

Lire aussiSemi-conducteurs : le Japon va investir 1,2 milliard d'euros pour développer de nouvelles puces avec Micron

C'est ainsi une stratégie de plus en plus restrictive et omnicanale qui se met en place depuis Washington, et qui ne se cantonne pas aux seules restrictions à l'exportation de puces informatiques. Sous la pression de Washington, le gouvernement néerlandais refuse par exemple d'exporter vers la Chine les machines de son fleuron ASML spécialisées dans la lithographie par rayonnement ultraviolet extrême, indispensables à la production des semi-conducteurs les plus avancés. En mai, la Chine a riposté aux sanctions américaines en ciblant l'Américain Micron.

En juillet dernier, la Semiconductor Industry Association, lobby industriel américain, a appelé l'administration Biden à éviter une nouvelle vague de sanctions, arguant qu'elles pourraient accentuer les difficultés d'une industrie déjà consacrée à une baisse de la demande. Une requête visiblement restée lettre morte.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 20/10/2023 à 2:43
Signaler
Pauvre biden, il est age, tres age et se croit assure d'etre reconduit aux affaires. La Chine ne montre que ce qu'elle souhaite. Ses nombreux ingenieurs montreront sous peu ce que ce pays peut produire de mieux. Bientot le raz de maree des vehicules...

le 20/10/2023 à 8:37
Signaler
qui comme vice president a déstabiliser l'Ukraine et leur a fait miroiter les avantages des usa et qui ce jour detruit le monde occidentalen economie, avec le genré et le wokisme

à écrit le 19/10/2023 à 17:09
Signaler
@PM, les deux tiers de la recherche mondiale sont le fait de gens nés en Chine qui comme vous le faîtes remarquer ne représente que le cinquième de la population mondiale. Si vous voulez faire un placement à long terme, il vaut mieux le faire là-bas...

le 19/10/2023 à 17:16
Signaler
Nés en Chine... mais travaillant hors de Chine ? De plus, les pays sous dictature ne sont probablement pas les meilleurs endroits pour placer quoique ce soit...

le 19/10/2023 à 18:09
Signaler
Certainement pas et en plus je n achète plus rien de made in china ou made in rpc…le gouvernement chinois ´ ayant pas de leçons à nous donner en matière de «  colonialisme » lui qui a massacre mis en goulag ou travaux forcés ses minorités , les Akkad...

le 19/10/2023 à 18:09
Signaler
Certainement pas et en plus je n achète plus rien de made in china ou made in rpc…le gouvernement chinois ´ ayant pas de leçons à nous donner en matière de «  colonialisme » lui qui a massacre mis en goulag ou travaux forcés ses minorités , les Akkad...

à écrit le 19/10/2023 à 14:48
Signaler
Ils veulent la peau de l'EU, de la Russie, de la Chine. La gérontocratie en guerre. On est mal barrés.

le 19/10/2023 à 16:48
Signaler
Non ils ne veulent pas la peau de l'UE elle leur est totalement soumise leur déversant des centaines de milliards chaque année, ce serait franchement idiot et leur but à mon avis est identique pour la Chine et La Russie mais ils ont le temps, ils le ...

à écrit le 19/10/2023 à 13:13
Signaler
La crise que nos dirigeants nous imposent n'est pas un hasard, en réduisant la demande cela permet de sélectionner les meilleurs fournisseurs en même temps. En UE bien entendu c'est selon ceux qui feront les plus gros chèques aux corrompus mais aux é...

à écrit le 19/10/2023 à 10:30
Signaler
Mais oui, vous (USA) avez déjà déclaré plusieurs "guerres financières" par le truchement de l'hégémonie du $; la dérégulation des marchés financiers depuis la fin des accords de Bretton Woods et au plus grand avantage de WS ; une "guerre économique m...

à écrit le 19/10/2023 à 10:16
Signaler
Tsss... La Chine à sorti son dernier téléphone avec ses propres processeurs qui explosent ceux d'Apple. Quand ils auront terminé l'équivalent avec les semi conducteurs des cartes graphiques, les usa n'auront plus que leurs yeux pour beaucoup pleurer.

le 19/10/2023 à 13:53
Signaler
Prendre Apple comme base... qui utilise ses processeurs pour promouvoir son principal argumentaire: "nous faisons de plus belles photos que nos concurrents", c'est limite. Les USA (contrairement aux européans (Airbus), ont une position cohérente. Que...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.