Carlos Tavares aux commandes d'Aston Martin ?

 |   |  188  mots
Carlos Tavares serait en lice pour prendre la tête du constructeur automobile britannique Aston Martin / Reuters.
Carlos Tavares serait en lice pour prendre la tête du constructeur automobile britannique Aston Martin / Reuters. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
D'après une information du Wall Street Journal, l'ex-numéro 2 de Renault, Carlos Tavares, serait en lice pour prendre la tête du constructeur automobile britannique de voitures de luxe Aston Martin.

Les rêves de Carlos Tavares sont peut-être en train de se réaliser. L'ex-numéro 2 de Renault, évincé le 29 août dernier pour avoir déclaré à l'agence Bloomberg qu'il souhaitait prendre la tête d'un groupe concurrent, serait en lice pour diriger Aston Martin, selon un article publié, ce mardi dans le Wall Street Journal.

Selon le quotidien économique, qui a recueilli les confidences d'un proche du groupe, Carlos Tavares figurerait sur la "short-list" rédigée par le constructeur britannique de voitures de sport. Le journal américain ne cite pas d'autres noms de personnalités éventuellement envisagées pour prendre le poste. L'actuel PDG d'Aston Martin, l'Allemand Ulrich Bez, qui dirige la marque depuis 2000, conserverait, à 69 ans, la présidence de son conseil d'administration.

Des voitures haut de gamme

Célèbre pour fournir les bolides du fameux espion britannique James Bond, Aston Martin vend des voitures à plus de 100.000 dollars, comme ses concurrents italiens Ferrari et Maserati (groupe Fiat) et Lamborghini (groupe Volkswagen).

>> A lire aussi: Le célèbre constructeur auto anglais Aston Martin fête ses cent ans et change d'actionnaires.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2013 à 16:29 :
Je comprends pas, c'est GM qu'il voulait :)
Réponse de le 10/09/2013 à 16:49 :
GM il l'aura , patiente ......Aston Martin va racheter GM !!!
a écrit le 10/09/2013 à 14:01 :
Il va pouvoir donner la dernière impulsion a la Baby ASTON, en utilisant le plan produit de feu la nouvelle alpine.
a écrit le 10/09/2013 à 12:55 :
surtout divulguer les inventions de RENAULT afin de ne pas reproduire ce qui est défaillant je continuerais a rouler en DB9
a écrit le 10/09/2013 à 12:14 :
Si cela se réalise -ce que je souhaite- ce serait une jolie "quenelle" glissée à Gohsn et à son actionnaire (15 %), l?État. Sans compter les franchouillards bornés, qui pullulent sur les articles autos, surtout sur ceux de A.G. Verdevoye, qui heureusement n'a pas signé celui-ci. Cordialement
Réponse de le 10/09/2013 à 17:10 :
Euh, entre Tavares et Goshn y'en a qu'un qui a prouvé quelque chose il me semble...
a écrit le 10/09/2013 à 11:45 :
l'état via Renault lui donne un cheque de depart afin de s'acheter une maison en bord de mer
et le lendemain il a Le job de reve
habile ce TAVARES bien joue
gagnant sur tous les tableaux et avec une firme plus drole a gerer que Renault
Réponse de le 10/09/2013 à 12:55 :
Pas sûr que ce soit ce dont il rêvait... Il s'imaginait à la tête de GM, il se retrouverait à diriger une marque en train de mourir... Super, la promotion
Réponse de le 10/09/2013 à 14:15 :
Et les petites séries, le haut de gamme, ne sont pas son domaine de compétence il me semble. Très casse-gueule, ce poste chez Aston. Ceci dit, un joker serait d'arriver à faire re-racheter Aston par un constructeur US, et ainsi entrer chez GM ou Ford par ce biais.
Réponse de le 10/09/2013 à 14:35 :
C'est probablement un sas de "décontamination" obligatoire avant de pouvoir partir a la tete d'un groupe concurrent de Renault... une probable clause de sortie l'empechant d'agir tout de suite dans un amrché trop proche de son ancien...
Réponse de le 10/09/2013 à 14:53 :
@pas evident : sachant que Aston a ete la propriete de Ford de 1995 à 2007, pas sur qu'un autre americain ose racheter Aston ... Par contre un groupe chinois, pourquoi pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :