Bonus : les banquiers croient encore au Père Noël

 |   |  667  mots
Le cabinet Johnson Associates estime que les bonus 2013 des traders obligataires américains accuseront une chute de 10% à 15%. REUTERS.
Le cabinet Johnson Associates estime que les bonus 2013 des traders obligataires américains accuseront une chute de 10% à 15%. REUTERS. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La plupart des banquiers d’investissement sondés par eFinancialCareers tablent sur une augmentation des bonus qui leur seront versés, au titre de l’année 2013. Mais les mauvais résultats des banques au troisième trimestre pourraient avoir raison de cet optimisme.

La crise, quelle crise ? La plupart des banquiers d'investissement escomptent une hausse de leur bonus - la partie variable de leur rémunération -, au titre de l'exercice 2013, d'après une enquête réalisée par le site d'offres d'emploi eFinancialCareers auprès de 4.642 professionnels de la finance aux Etats-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni, à Singapour, à Hong Kong, en Australie et au Moyen-Orient.

 S'il y a bien un pays où l'optimisme est de mise, c'est le Royaume-Uni, 58% des financiers de la City étant convaincus que le bonus qui leur sera versé début 2014 ne saurait être en baisse par rapport à l'année précédente. Mieux, les banquiers d'affaires et autres traders du Moyen-Orient sont 61% à miser sur une augmentation de leur rémunération variable. Une proportion qui demeure supérieure à 50% dans la région Asie-Pacifique.

 Un troisième trimestre de mauvaise facture

 Comment pourrait-il en être autrement, estiment ces financiers, au regard des bons résultats dégagés par les banques, au premier semestre ? C'est là que le bât blesse. L'enquête d'eFinancialCareers a été réalisée en septembre, avant que le secteur bancaire commence à publier ses comptes du troisième trimestre.

Or celui-ci est loin d'avoir été d'aussi bonne facture que les six premiers mois de l'année, à en juger par les résultats publiés ces quinze derniers jours par les établissements américains, lesquels ont donné le coup d'envoi de "la saison des trimestriels", dans le secteur bancaire.

 Le coût des litiges juridiques en cause

Ainsi, Goldman Sachs a vu son chiffre d'affaires plonger de 20%, à 6,7 milliards de dollars. Pis, JPMorgan a accusé une perte nette - de 380 millions de dollars -, du jamais vu pour la première banque des Etats-Unis depuis près de dix ans. Comme Goldman Sachs, JPMorgan a pâti de la chute d'activité sur les marchés obligataires et dans le refinancement de crédits hypothécaires. Mais également des provisions liées à la douzaine de litiges en cours entre la banque et le gouvernement américain.

Cette question des litiges ne concerne pas seulement JPMorgan. Nombre de banques, des deux côtés de l'Atlantique, sont aujourd'hui priées par les autorités boursières de passer à la caisse, notamment pour leur rôle dans la crise des subprimes (crédits hypothécaires américains à risque) de 2008.

 JPMorgan et Goldman Sachs ont annoncé une baisse des bonus

Face à cette flambée des coûts liés aux litiges juridiques, les banques cherchent à faire des économies, notamment sur les bonus, affirme Jon Terry, associé chez PricewaterhouseCoopers à Londres.

De fait, lors de la présentation de ses résultats du troisième trimestre, le 11 octobre, JPMorgan a averti que les bonus versés au titre de 2013 aux collaborateurs de sa division de banque d'investissement seraient inférieurs de… 15% au montant de l'an dernier. Et, de son côté, Goldman Sachs a prévenu que les rémunérations variables des neuf premiers mois de l'année 2013 seraient en baisse de 5%.

 Vers une baisse de 10% à 15% des bonus des traders obligataires

C'est dire si les 42% de banquiers américains interrogés par eFinancialCareers qui tablent sur une hausse de leur bonus 2013 risquent de tomber de haut. A commencer par les traders sur les marchés obligataires. En juillet, le cabinet Johnson Associates, spécialisé dans les rémunérations du secteur bancaire, pronostiquait encore une augmentation de 5% à 15% de leurs bonus, au titre de 2013.

Mais, compte tenu de l'impact négatif qu'a eu le "shutdown" (fermeture partielle de l'administration américaine) sur le marché obligataire, les investisseurs redoutant un défaut de la dette américaine, Johnson Associates estime désormais que les bonus 2013 des traders obligataires américains accuseront une chute de 10% à 15%.

 Maigre consolation pour ces derniers, les rémunérations variables qui leur seront versés à partir de 2015 ne seront pas plafonnés à 100% de leur salaire fixe (ou 200% en cas d'approbation par la majorité des actionnaires), comme cela sera le cas dans l'Union européenne.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2013 à 9:27 :
Moscovici va encore doper leur bonus puisqu'il encourage désormais les gens à investir leur épargne dans les actions, ça s'appelle le double effet kisscool
a écrit le 27/10/2013 à 10:12 :
Ils croient au père Noel . . c'est bien logique, ces gens évoluent dans un monde de fous . . des salaires incroyables . . très peu d'impôt. . .ils jouent avec l'argent des autres. . . . ramassent des primes énormes et surtout ne produisent rien pour la société
a écrit le 26/10/2013 à 18:02 :
"mo money mo problems"
a écrit le 26/10/2013 à 14:57 :
S'ils veulent se faire des cadeaux à Noël, ils n'auront qu'à booster un peu la création monétaire. Abracadabra! "Tu gagneras ton pain à la sueur de leur front" (pas lol)
a écrit le 26/10/2013 à 11:47 :
S'amuser avec l'argent des autres, sans crainte aucune, c'est jouissif, n'est ce pas Mrs les tradeurs ???? !
a écrit le 26/10/2013 à 11:30 :
Moi je: "Mon adversaire, c'est la Finance" .... MDR !!
a écrit le 26/10/2013 à 11:22 :
..& nous, pauvres de NOUS, on croit encore à QUOI,??? plus que désabusés, les Français! ils ne croient plus à grand chose, sinon à ouvrir continuellement le maigre porte monnaie, et ça commence à plus que faire..!
Réponse de le 27/10/2013 à 10:18 :
Il y a , même pour le plus humble français , des possibilités de se prémunir contre les délits jamais sanctionnés des banques. Il existe des solutions pour protéger son épargne. Pour ceux qui sont connaisseurs , il existe même des techniques anti-asymétriques qui font morfler pas mal les banquiers américains. Ceci , c'est pour vous , c'est une apprôche analytique et TRES prudente : www.le forum de geneve
a écrit le 25/10/2013 à 20:02 :
Ils n'ont pas tort puisqu'ils dominent le métier de banque, depuis trois décennies tourné moins vers l'intermédiation directe que vers les flux de marché, juteux par leur volume et leur vitesse, sans beaucoup de risques puisque ceux-ci sont hors bilans des banques. Les Etats et banquiers centraux rajoutent toujours les liquidités utiles aux contre-parties. Alors, pourquoi ne croieraient-ils plus au père Noêl.
Réponse de le 25/10/2013 à 20:39 :
"...sans beaucoup de risques puisque hors bilans des banques. " Cela signifie , en clair qu'ils jouent avec des leviers 25. Exemple : 1 000 000 000 donne la possibilité de jouer 25 000 000 000. Et quand ils perdent , c'est pour le contribuable. Too big to jail. En effet , c'est un métier sans risques.
Réponse de le 25/10/2013 à 22:14 :
Cela signifie plus prosaïquement qu'ils font tourner sur les marchés boursiers, leurs négociations de blocs de produits structurés complexes, dérivés des montages de l'intermédiation directe, puis cédés juridiquement et comptablement aux opcvm et autres véhicules, qui supportent eux les risques ainsi sortis des bilans bancaires.
Too big to fail, effectivement.
Réponse de le 26/10/2013 à 11:15 :
Vous avez tout compris. Autre activité sans risque aucun : le trading haute fréquence.
a écrit le 25/10/2013 à 19:09 :
...Ouais! mes les Français, eux, n'y croient plus
a écrit le 25/10/2013 à 19:02 :
et les 75%? ça s'applique aussi? Les banques vont faire journée coffre ouvert?
Réponse de le 26/10/2013 à 9:14 :
Lisez L'article "d'après une enquête réalisée par le site d'offres d'emploi eFinancialCareers auprès de 4.642 professionnels de la finance aux Etats-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni, à Singapour, à Hong Kong, en Australie et au Moyen-Orient." La France n'est pas un pays de la finance. Y a plus rien en France.
Réponse de le 26/10/2013 à 11:23 :
@ Gina G. Effectivement , peu de traders discrétionnaires , en France...les meilleurs. Les autres n'étant que des presse-boutons. Mais , je puis vous annoncer que le Gourou absolu en la matière réside en France. Et il est français. A lui seul , il vaut autant que tous les autres réunis. Et Il fait école...
a écrit le 25/10/2013 à 18:57 :
En dehors de cette histoire de bonus .... les banquiers sont devenus des notaires ... en demandant deux fois en garantie le capital prêté !
a écrit le 25/10/2013 à 17:50 :
J'aurais bien aimé que ma part variable ne baisse que de 15%.. Que diront-ils quand elle baissera de 85%

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :